• Vigilance ! France 2 vous manipule....

     
     
    Mercredi 24 octobre 2007

    305.jpg Mes amis,

    Le 25 octobre, France 2 va programmer un
    nouveau " A vous de juger " avec la Directrice de l'Information, Mme Chabot, bien connue pour sa proximité avec le Président de la République. Si neutres, ces deux-là, qu'ils  se font la bise quand ils se voient ! Arlette, c'est du très grand journalisme... de propagande. Quelqu'un a écrit que TF1 était la voix de son maître; pour moi, France 2, avec les Chabot-Darmon-Pujadas-Duquesne, bat tous les records de soumission réellement servile au Pouvoir en place. Jusqu'à, dernièrement, nous servir un " Human Bomb " pour montrer le courage du cow-boy hongro-américano-Français, dont pas plus tard qu'hier et aujourd'hui, M. Darmon a vanté le "volontarisme" !!! Comme d'autres avant lui, notamment C. dans l' Air, parlent désormais de " Super-Sarko". Je vous renvoie à mes différents articles sur les médias de complaisance, dont "appel à résistance", "FR2 média de propagande", "Alerte, on vous ment, les journalistes se mobilisent"... et un peu partout dans le blog (voir à "catégorie", tantôt politique, médias, ou autre)

    Alors, que se passe-t-il ? Tout simplement que, comme vous avez pu le lire dans ma dernière parution, les choses se gâtent pour Sarkozy. De tous côtés, je l'écrivais récemment, la résistance s'organise contre la destruction par le gouvernement de tout ce qui fait la spécificité de la France, services publics, modèle social ou protection des travailleurs. Les yeux s'ouvrent enfin. Même l' électorat pourtant docile des retraités commence à réaliser qu'il a été floué, au lieu des augmentations promises ce sont les franchises à payer ou la future TVA anti-sociale qu'il va falloir bientôt assumer, tandis que les Johnny Hallyday et autres privilégiés se voient accorder toutes sortes de cadeaux fiscaux.
     
    Le vent tourne. Annonciateur de tempêtes ?

    C'est là que la Chabot intervient, sans doute sur recommandation du Patron et de son importante équipe de communicants payés par les contribuables français. Puisque le Maestro est en difficulté, on appelle le gouvernement à expliquer, à se justifier, à faire valoir. Regardez-bien l'émission demain ! Vous allez voir qu' elle n'aura été mise en place au moment où toute la France commence à s'agiter, que parce qu' il faut apaiser les tensions naissantes. Comment s'y prendre ? Mais en concoctant deux heures sur mesure, qui désamorceront les critiques, sous prétexte de décryptage des nouvelles dispositions. Soyez sûrs, mes amis, que tout sera soigneusement orchestré, comme dans une vulgaire république bananière ou dans l'Italie de Berlusconi, pour que les intervenants soient bien sélectionnés, l'animation parfaitement étudiée, et les questions choisies de telle manière qu'elles permettront au gouvernement de se justifier. Je ne sais pas comment cela se passera, mais je peux d'ores et déjà vous dire que l'émission a été programmée pour venir au secours de Sarkozy, en un mot pour vous manipuler.

    A ma connaissance, c'est la première fois qu'un tel événement a lieu durant le mandat d'un Président. Vous imaginez, en coulisses, les incitations, les pressions, les conciliabules qu'il a dû y avoir pour programmer cette émission au moment précis où la France se met à manifester ! J'ai la nausée. Un arriviste sans scrupules a fait main basse sur la France, avec une poignée de richissimes fidèles ( qui ont parfois maille à partir avec  la Justice d'ailleurs ), de courtisans journalistes ou de prétendus intellectuels, de magnats de la Finance, du Show-Biz et de l'armement - et la bénédiction des frères siamois américano-israéliens.

    Jamais, amis lecteurs, jamais la France n'a autant senti le souffre. C'est très grave pour la démocratie, pour le modèle de société, pour l'indépendance nationale, pour la paix.

    Je vous exhorte à partir au combat contre la démolition de la France et de ses valeurs;  demain, il sera trop tard ! Et l'émission "sur mesure" du 25 octobre, à elle seule, suffit à prouver que la situation est très grave; Oui, nous avons raison de manifester ! L'avenir de notre pays est en jeu, et bien davantage, étant donné la place de la France sur l'échiquier du monde !

    Rendez-vous demain, mes amis, pour voir jusqu'où ira l'imposture ! Soyez plus vigilants que jamais, car les puissances de l' Argent ne ménageront pas leur peine pour nous convaincre qu'elles font tout pour le bonheur des peuples ! Vôtre Eva.
     
    P.S. Lisez mon article " Fr2 propagnde ", entre autres. Abonnez-vous à ma prose (newsletters à droite), c'est gratuit.

    TAGS : Medias, FR2, Sarkozy, Arlette Chabot, Mickael Darmon, David Pujadas, Benoit Dusquesne, Johnny Hallyday, Human Bomb...

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


    Je viens de recevoir un commentaire de http://www.alerte2neg.com , je regarde son site, fort intéressant, avec des analyses très justes, et je tombe en premier sur cet article qui emploie le mot de " campagne d'intoxication médiatique " - à juste titre. Le voici : ( rencontre Olmert et Sarkozy à l'Elysée, dont on a évidemment peu parlé dans les médias, car elle prépare plus la guerre que la paix, Sarkozy ayant remplacé Blair auprès du couple américano-israélien - ce dont les Français ne veulent pas, faut-il le rappeler ).

    Pour en savoir plus sur cette «rencontre», il suffit de se reporter sur l’excellent site d’informations Guysen.com: « Avant de s’envoler pour la capitale française, Ehoud Olmert s’était déclaré  heureux de rendre visite à ses « confrères français et anglais".Selon un grand quotidien israélien, il semblerait en effet que « pour la première fois depuis 40 ans, Paris est devenu un allié aussi important que Londres ». L’élection de N.Sarkozy a joué le rôle de catalyseur dans cette amitié émaillée des soutiens trop manifestes des précédents présidents concernant les positions libanaises et palestiniennes Les récentes déclarations dénuées de toute ambiguïté exprimées par le chef d’état français concernant le dossier iranien ont joué pour beaucoup dans ce réchauffement.

    « Le programme nucléaire iranien est le problème international numéro 1 » a récemment déclaré le Président français, qui n’avait pas hésité à employer des mots très durs à l’égard du régime d’Ahamadinedjad. En août dernier il avait ainsi mis en garde contre « une alternative catastrophique : la bombe iranienne ou le bombardement de l’Iran ».Ce matin, le Premier ministre israélien a démarré sa visite hexagonale en se rendant au square Yitzhak Rabin, dans le XII ème arrondissement, afin de visiter le monument édifié en l’honneur des 3 soldats actuellement détenus par les milices du Hamas et du Hezbollah. Il en a profité pour exprimer toute sa reconnaissance à Paris, et féliciter les citoyens français pour cette initiative. Puis, à son arrivée dans la cour de l’Élysée aux alentours de 12h30, Ehoud Olmert a été accueilli par la garde d’honneur, avant de retrouver le chef de l’État français. Avant de débuter son déjeuner de travail avec Nicolas Sarkozy, il a tenu à préciser qu’il « existait peu de sujets sur lesquels la France et Israël étaient en désaccord ».

    La rencontre devait permettre aux deux hommes de faire « un point sur la situation au Proche-Orient avant la conférence d’Annapolis prévue le mois prochain » a déclaré David Martinon à la presse à l’issue de leur déjeuner. Pendant plus de deux heures, les deux hommes ont débattu de sujets cruciaux, parmi lesquels, la situation au Liban ou les actuelles négociations avec les Palestiniens en vue de la conférence d’Annapolis, dans laquelle le chef du gouvernement israélien "a souhaité que la France joue tout son « .Pour Nicolas Sarkozy, une fois que la sécurité de l’État d’Israël aura été assurée, Israël devra "faire preuve de créativité et essayer de faire des gestes pour régler le conflit israélo-palestinien ».Rappelant que la France était favorable à la vision américaine des deux états, le président français a demandé au Premier ministre israélien « de lui rendre compte des entretiens qu’il a pu avoir ces derniers temps avec le président (de l’Autorité palestinienne Mahmoud) Abbas ».

    Décrivant la création de l'Etat hébreu en 1948 comme le "miracle du 20 e siècle", le président Sarkozy a également déclaré que la sécurité d’Israël était "indiscutable" et ne pouvait faire l’objet de négociations. Concernant le dossier iranien, le porte-parole de l’Élysée a indiqué « qu’Israël et la France partageaient le souhait que le programme nucléaire iranien se fasse dans la plus grande transparence et dans un objectif pacifique ». « Ni pour la France ni pour Israël il n’est acceptable que l’Iran soit doté de l’arme nucléaire » a précisé D.Martinon. « La position du président français répond tout à fait à mon attente »  a affirmé Ehoud Olmert qui a d’ailleurs avoué ne pas avoir « pu entendre sur le dossier iranien des choses qui auraient pu être plus proches de mes attentes ».

    Après ça, on comprend un peu mieux les ressorts de la sortie « manquée» de Bernard Kouchner, qui a sans aucun doute confondu vitesse et précipitation dans l’élaboration de la campagne d’intoxication médiatique et diplomatique anti-Iran. S’il fallait encore des précisions, on en a plus désormais besoin. Comme l’a dit Ehud Olmert, personnage passible d’une condamnation pour Crimes de guerre et contre l’Humanité ( voir agression du Liban en juillet 2006) : « La position du président français répond tout à fait à mon attente ». Cela a le mérite d’être très, très clair quant aux intentions des uns et des autres de bombarder l’Iran au nom du pays décrit par Nicolas Sarkozy comme LE « miracle du 20 e siècle » dont  sécurité d’Israël était « indiscutable » et ne pouvait faire l’objet de négociations ».  C’est terriblement Sarkozy, ça !

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------     Est-ce que vous vous souvenez  de l'article que j'ai récemment publié sur Kouchner ?  "Lettre ouverte à B. Kouchner, Dr Jekyl and M. Hyde" ? Eh bien, je vous laisse lire cecii, écrit par un blogueur fidèle de mon blog : http://chahid.over-blog.com .  Et je publie ensuite un autre de ses articles,  cette fois sur les MURS.

    Qui a dit : «L’homme est mauvais, chaque homme est un génocide.» ?

       La phrase est de Bernard Kouchner copiant certainement ses amis « philosophes du show » BHL & Co, et s’adressant à l’Abbé Pierre dans leur livre d’entretiens « Dieu et les hommes »[1]. Un livre dans lequel il révèle entre autres avoir mangé de la chair humaine au Biafra[2] et livre à l’Abbé Pierre sa propre confession : « L'homme est vraiment pire encore qu'on ne croit. Il faut bien qu'il se prouve qu'il est immortel, ce pauvre petit homme (NDLR Bernard Kouchner) qui sait qu'il va mourir sans jamais se l'avouer. Donc il tape sur les autres, et éventuellement, il les tue. Tuer l'autre c'est une façon de vaincre sa propre mort. Plus on est cruel et plus on feint d'être fort. Plus on est cruel plus on feint de maîtriser sa propre vie. Et permets-moi, mon père, un conseil : pour mieux aimer les autres, pour les chérir à coup sûr, armons-nous fortement et préparons-nous au pire ; cela paraît utile pour qu'intervienne la divine surprise. »[3]. Remarquez, Kouchner est fidèle à sa même rhétorique «préparons-nous au pire» ;  «Il faut se préparer au pire» contre l’Iran. Mais au fait, de quel homme et de quel génocide parlait Kouchner ? On ne voit pratiquement aujourd’hui que les génocides perpétrés par ses amis sionistes et néoconservateurs, en Palestine, en Iraq, en Afghanistan et bientôt en Iran.  Et on ne voit aussi que des Kouchner et des Sarkozy au service des intérêts pétroliers américains comme dirait le philosophe Manuel de Diéguez. Le philosophe qui vient d’ailleurs de publier un dernier texte sur Nicolas Sarkozy, Bernard Kouchner et l'anthropologie critique du tartuffisme, en interpellant ainsi les jeunes français : « Ne laissez pas M. Sarkozy et M. Kouchner faire de la France le Tartuffe de la démocratie mondiale sous la tutelle d'un souverain étranger. (…) Voyez la célérité que mettent les peuples sur les cinq continents à prendre la relève de leur classe dirigeante de valets, voyez le front uni que votre jeunesse présente d'ores et déjà face à l'irresponsabilité, à l'ignorance, à la corruption, à la légèreté, à la trahison de vos fausses élites. ».

       Dans une analyse du journal leMonde.fr, un certain Yves Mamou se pose la question : Un médecin peut-il être un terroriste ? En référence auxdits « attentats manqués » du 7 juillet à Londres. Nous avons droit alors comme d’habitude, au même refrain « les camps d'extermination nazis, des hommes comme Josef Mengele ou Aribert Heim (…) le terroriste islamiste…» mais aucune mention sur Antoine Porot et ses amis « psychiatres » de la fameuse et raciste « École d’Alger»[4]. Aucune mention sur les pères de l’eugénisme. Aucune mention sur les médecins/bouchers du colonialisme, sur les médecins des zoos humains, sur les Georges Cuvier, les Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, et enfin sur leurs victimes les Vénus Hottentote.

       Revenons maintenant à cette même question : Un médecin peut-il être un terroriste ? « Terroriste » du verbe « Terroriser » : « provoquer un sentiment d’insécurité, soumettre à un régime de terreur, épouvanter…» selon les dictionnaires Hachette, Larousse, le Petit Robert etc. Les dernières menaces de Kouchner n’ont-elles pas provoqué un sentiment d’insécurité chez les enfants, les femmes et les vieillards iraniens ?

       Honnêtement, à entendre Bernard Kouchner menacer l’Iran de recours à la force au lieu de faire de la diplomatie, son travail supposé, on bascule immédiatement dans le camp de l’Iran. Mon « allergie» et mes réserves sur le régime des ayatollahs en place ne me déshumanisent pas et ne me privent pas de mes principes pacifistes et je suis toujours capable de faire la différence entre critiquer un régime et participer à une campagne ou à une croisade de fascistes éhontés contre un peuple qui n’a que faire d’un soi-disant programme nucléaire. Face à une agression présentée comme imminente contre le peuple iranien, quel camp choisir ou COMMENT choisir son camp ? 

       Savoir que dans le camp adverse se trouvent les néocons, les sionistes, les Bush, les Sarkozy, les Kouchner, les fascistes, les racistes, les fanatiques de la croix… ne nous met même pas devant un dilemme ; notre camp est aisément et spontanément repérable : le camp du peuple iranien.

       Face à cette crise, je ne me comporte pas en « musulman » (un musulman qui défend d’autres diront certains), je ne partage pas les mêmes croyances de presque 60% des iraniens. Les enjeux sont plus graves qu’une simple appartenance religieuse ou ethnique. C’est de l’hégémonie d’un empire et de ses vassaux qu’il s’agit. Si on tolère l’hégémonie de l’empire, tant qu’il agresse les autres, viendra notre tour inévitablement. S’il faut défaire une hégémonie, il vaut mieux le faire aujourd’hui avant demain, dans chaque instant et partout. L’hégémonie américano-sioniste n’a que trop sévi, n’a que trop massacré, n’a que trop humilié et n’a que trop déshumanisé.

       Je termine avec la sagesse d’un Abbé Pierre, homme d’amour, de paix et de clairvoyance:   « je suis convaincu que le partage fondamental de l'humanité ne passe pas entre ceux que l'on dit croyants et ceux que l'on nomme ou qui se nomment eux-mêmes non-croyants. Il passe entre les "idolâtres de soi" et les "communiants", entre ceux qui devant la souffrance des autres se détournent et ceux qui luttent pour les libérer. Il passe entre ceux qui aiment et ceux qui refusent d'aimer. »[5].

       Ainsi, quand l’Abbé Pierre s’absente, Kouchner le médecin va-t-en-guerre sans frontières et le Nouveau Casque Colonial…sonne le Schofar de la guerre et de l’hégémonie américano-sioniste.


    [1] Abbé Pierre et Bernard Kouchner : Dieu et les hommes. Robert Laffont 1993

    [2] Op.cit p : 34

    [3] Op.cit p : 33

    [4] Dans ses « Notes de psychiatrie Musulmane » (1918),  Antoine Porot parle du maghrébin ainsi : «Hâbleur, menteur, voleur et fainéant, le Nord-Africain musulman se définit comme un débile hystérique, sujet de surcroît, à des impulsions homicides imprévisibles. ».

    [5] Abbé Pierre : Mémoires d'un croyant. Fayard. Paris 1997.

    * Copyright © 2004/Centifolia pour la photo de la fillette qui m’a servi pour ce montage.

     
    publié par Chahid publié dans : La bêtise humaine
    publié par Chahid publié dans : Le monde tel qu’il est !
     
    Samedi 12 Mai 2007

      

       Quand les Européens débarquent à partir de la fin du XVe siècle sur le continent américain, le sort de ses indigènes est déjà scellé. Les nouveaux venus s’avèreront une calamité pour ces populations. Avec des maladies introduites d’Europe (variole, grippe...), un mode de vie et des produits qui vont très vite dégrader le mode de vie local (armes, alcool...),  une religion imposée par la force de l’épée et une politique de division pour créer des rivalités entre ces tribus afin de les dresser les unes contre les autres, les dizaines de millions d’indigènes (amérindiens) que comptait le continent vont en deux siècles seulement s’anéantir totalement. Les quelques milliers de survivants seront emprisonnés dans des réserves et entourés de murs.[1]

       Tout commence donc par un débarquement, une invasion, un génocide et ça se termine toujours par des murs. La même histoire qu’on retrouve aujourd’hui en Palestine et en Iraq et avec presque les mêmes acteurs. Hérédité et transmission de la méthode aux descendants, obligent.

       L’histoire de l’humanité regorge de murs, de murailles, de fils de fer barbelés, de barricades, de tranchées et de barrières électroniques.[2] Elle regorge aussi de souffrances et d’humiliations subies par des peuples, des hommes et des femmes condamnés à vivre séparés par des murs.

        Rodolfo Graziani fut parmi les pires et grands constructeurs de murs, de réserves et de camps de concentration du dernier siècle. Il a construit le célèbre mur (barrage)  « Reticolato confinario » (270 km de long), aux confins de la Libye et de l'Égypte pour empêcher, dit on, le commerce transfrontalier des armes et du ravitaillement à destination des moudjahiddines libyens. Pour son projet Graziani ordonna la déportation de plus de 200.000 Libyens vers l'ouest. L’exode forcé a duré 3 ans avec des milliers de victimes. Le barrage a porté un coup fatal à la résistance libyenne et à son légendaire chef Omar Al-Mokhtar. Le même barrage a inspiré les autorités militaires françaises pour couper le ravitaillement du FLN depuis les frontières tunisiennes.

       Les américains et les israéliens ont minutieusement étudié cette phase noire de l’impérialisme européen, et en ce moment même le pentagone est en train de réviser le manuel génocidaire et criminel appliqué en Afrique du nord pour mater la résistance et torturer les moudjahiddines.

      Les britanniques sont aussi considérés comme une grande référence en la matière. Leur politique de division menée en Inde et en Irlande est symptomatique. Après s’être aperçus qu’une Inde indépendante et unie risque de devenir une puissance régionale dans les 50 années à venir, les britanniques ont diaboliquement orchestré et alimenté les hostilités et les rivalités entre les communautés musulmanes et hindoues du pays, ce qui va accoucher de la douloureuse division du pays en deux Etats (Inde et Pakistan). L'île d’Irlande fut aussi divisée en deux entités. Dans les deux cas, les deux frères ennemis sont condamnés à tout jamais.

       Les mêmes britanniques et américains se retrouvent aujourd’hui en Iraq avec les mêmes objectifs impérialistes ; il est normal donc qu’ils reproduisent leur savoir-faire en matière de murs et de « diviser pour régner », « Divide ut imperes ». Le désormais fameux mur autour du quartier sunnite d'Adhamiya, n’est en rien différent de celui qui emprisonna autrefois les apaches et les libyens. Comme en Inde, au Maghreb et ailleurs, les américains et les britanniques ne quitteront l’Iraq qu’après l’avoir découpé en plusieurs morceaux ; créant ainsi des frères ennemis sunnites, chiites et kurdes à tout jamais séparés et montés les uns contre les autres.  

      Il est « logique » aussi de constater que le bâtard de ces deux empires impérialistes a reproduit le même mur de la honte en Palestine et la même politique de division (Hamas/Fatah)[3]. Tel père tel fils, dit on !

       La  balkanisation est donc une constante chez les grandes puissances impérialistes. Ça commence un jour par la construction d’un simple mur qui devient ensuite une frontière pour devenir enfin la cause d’une tension régionale marquée de temps en temps par des guerres sanglantes entre des frères ennemis. Le Maghreb arabe en est un exemple triste et révoltant.

      Ces murs, cette décapitation, cette souffrance, cette humiliation et cette injustice me rappellent étrangement, Lavinia fille de Titus[4]. Ses violeurs lui ont coupé les mains et la langue, elle qui était si gracieuse. Titus chagriné et humilié gémit : « Oh muette suppliante, j’apprendrai à t’entendre ». La Palestine et l’Iraq sont décapités, muets et suppliants, apprenons à les entendre.

    [1] Parmi les réserves américaines connues on peut citer celles de Chiricahua et de San Carlos réservées aux tribus Apaches.

    [2] Voir parmi les plus célèbres murs : « Liste des murs ».

    [4] « Titus Andronicus » est une tragédie inoubliable de William Shakespeare.

    * La première photo est prise en Palestine par les photographes JR et Marco dans le cadre de leur projet « Face 2 Face ».

    ** La deuxième photo représente le barrage « Reticolato confinario ». Source : MUSEO VIRTUALE DELLE INTOLLERANZE E DEGLI STERMINI


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :