• Un casseur nommé Sarkozy, alerte !

     
     
    Jeudi 18 octobre 2007

     

     

    Scan10171-copie-3.jpg  Bonjour,

     

     

     

    On poursuit impitoyablement, aujourd’hui, les petits casseurs. Le principal casseur de France, lui, restera-t-il longtemps impuni ? Les grands fauteurs de troubles de la planète ont suffisamment bénéficié de l’immunité liée à leur charge. Basta l Il est temps que cesse l’impunité de ceux qui sont au sommet du pouvoir. 

    Aujourd'hui, partout en Europe, et particulièrement en France, on assiste à une régression sociale générale menée par les néoconservateurs, inspirés par l'ultra-libéralisme américain, contre les peuples. Le débat est faussé à la base : Il ne s'agit pas de défendre des intérêts catégoriels, mais l'avenir des retraites. Et plus généralement la solidarité nationale, le modèle social français, les services publics. Un débat évidemment  escamoté par les médias aux ordres, et par la "rupture" du couple Sarkozy, aux conséquences très politiques d'ailleurs, intervenue pour détourner l'attention des enjeux réels qui bouleversent le visage de la France. Sarkozy a beau jeu de dire qu'il a été élu pour changer la France, c'est-à-dire la rendre ultra-libérale. Faux. Les Français, par essence, et ils ont raison, se méfient du libéralisme comme leur homme d'Etat préféré, le Général de Gaulle. Madelin n'a jamais dépassé 5% d'intentions de vote, et la Constitution européenne, libérale, a été rejetée.  

    Pourtant, Sarkozy a été élu, afin de faire une politique dont ne voulaient pas les Français. Que s'est-il passé ? Eh bien, il y a eu deux facteurs de réussite : Des médias qui ont dissimulé les vrais enjeux, faussé le débat, servi Sarkozy - d'abord. Ensuite, une excellente communication de l'UMP qui a trompé les Français. Certes, Sarkozy a annoncé la couleur : Le chambardement, la rupture. Mais en masquant la réalité de ces changements. Un exemple ? La TVA anti-sociale présentée comme "sociale", une escroquerie intellectuelle. Ou les heures supplémentaires présentées comme la solution miracle pour l'économie  (moins de charges pour les patrons, croissance) et les salariés (gagnant plus), alors qu'en réalité, on le voit dans les faits, la croissance n'est pas au rendez-vous, et l'emploi évidemment encore moins (on donne plus de travail à ceux qui en ont déjà un, au détriment des chômeurs); de surcroît, les salariés sont les grands perdants, ne serait-ce que sur le plan de la retraite, puisque ces heures supplémentaires ne sont pas prises en compte pour le calcul de la retraite.

    Je pose une question d'importance : Les vrais régimes spéciaux ne sont-ils pas ceux des nantis, à qui Sarkozy fait des cadeaux fiscaux énormes, entre autres ? Regardez le tableau que je joins à la fin de mon article : Il montre l'indécence des plus grandes fortunes. Et à ces privlégiés, en disribuant 15 millards qu'il faudra maintenant prélever sur tous les Français et d'abord les plus modestes, on donne toujours plus d'avantages. Le vrai combat devrait être contre les régimes spéciaux accordés aux plus favorisés , et celui-là on n'en parle jamais. Je vais rédiger une lettre ouverte à la Gauche.

     Alors oui, le 18 octobre, manifestation en France contre la politique de Sarkozy. Très exactement, contre la réforme des régimes spéciaux. Tiens donc ! S’agirait-il seulement de cela ? C’est ce que les Médias aux ordres voudraient nous faire croire, puisqu’une majorité de Français est pour la fin de ce « privilège » scandaleux, n’est-ce pas (le gouvernement s’est bien employé à nous le faire croire, noyant le poisson dans l’eau, comme on le verra plus loin). Et pan ! On blanchit le criminel, on l’exonère – publiquement, et même bruyamment - , mieux…  on l’acclame ! Bonne mesure, la réforme des régimes spéciaux, juste mesure, Super-Sarko travaille bien. Rideau.

     

     

     

    J’ai regardé les infos de 13 heures sur Télé-Sarkozy (Pour ceux qui ne le savent pas encore, c’est ainsi que je qualifie  la chaîne France 2). Sourire radieux et enjôleur de la présentatrice, comme d’habitude. Circulez, il n’y a rien à voir. Enfin, c’est une façon de parler, le jour où tous les transports sont bloqués. IL reste les vélos, amis lecteurs, et c’est très bien comme ça. Et les taxis. Et eux, justement, sont très remontés contre le Président. On casse leur profession…

     

     

     

    Donc, à FR2, tout va très bien Madame la Marquise, même si la maison brûle. Ah, le traitement de l’information sur cette chaîne, quelle merveille ! Ces conseils de Rédaction qui doivent tourner toujours autour d’une épineuse question : comment mettre en valeur le Chef ? Comment dissimuler au mieux les critiques, les problèmes ? Comment les faire passer au second plan, les travestir ? Stalinien ! Berlusconien ! Et bien sûr, silence du Président de Reporters sans Frontières, M. Ménard. Toujours occupé à dénoncer la désinformation à Cuba ? Tellement occupé qu’il en oublie la France, et les médias, de gré ou de force, complètement soumis au Président : La France de Sarkozy, tout simplement.

     

     

     

    Donc, à FR2 service minimum sur le sens des grèves. Et quel est ce sens ? C’est à FR3 qu’il faut le chercher : « Avec les décisions de Sarkozy, dit un manifestant, c’est le début de la casse de la retraite. Et puis, on monte les gens les uns contre les autres. La grève, c’est pour défendre l’ensemble des retraites, pas un régime particulier. » Illustration dans le cortège des manifestants, une banderole : « C’est la casse de tous les régimes de retraite ».

     

     

     

    Et Télé-Sarkozy ? Service minimum. Le titre ? « Grève contre les régimes spéciaux ». Mensonge par omission, voir plus haut.  A 13 heures, la souriante présentatrice égrène les répercussions de la grève : « Les Français ont anticipé…. ». Heureuse manifestation ! Tout se passe bien, les citoyens ont pris leurs précautions, vélo, co-voiturage. Un journaliste demande quand même : « Ca vous énerve ? ». Bien sûr que la grève énerve. Et les téléspectateurs, dans tout ça ? Ils prendront parti pour le Président qui attaque les privilèges, pour les Français énervés, et contre les grévistes.  Du beau travail. La France désormais stalinienne ! Et le Président de Reporters sans Frontières aux abonnés absents. Encore et toujours.

     

     

     

    La raison des mécontentements ? Escamotée.  D’autant qu’il y a la question du divorce du couple présidentiel (la « rupture » chère à Sarkozy ?), et il tombe à pic, juste pour escamoter la colère des Français. Vite, on passe à la vraie question du jour. Au fait, ils sont divorcés, déjà ? Privilège ! Pour le citoyen moyen, il faut compter plusieurs mois, voire plusieurs années de galère au Tribunal. Eux, c’est de l’instantané. Pas tout à fait, d’ailleurs. C’était déjà en route le jour où les Français élisaient leur Président. Tiens donc ! Mais alors, on l’avait caché au moment des élections ? C’est vrai, on préfère un Président marié. Alors oui, on avait tout caché. Dissimulation, mensonge, encore. La « démocratie irréprochable » chère à Sarkozy, la « modernité », la « rupture ». Et le mensonge d’Etat. Au plus haut niveau. Il y a des précédents, en fait : Il paraît que les Mitterrand et les Giscard d’Estaing étaient en train de penser à la chose, lorsque la mort inattendue de Pompidou a bouleversé la donne ; On a tout remballé. Et les Hollande, aussi, n’ont pas été très transparents. C’est beau, la realpolitik.

     

     

     

    Il semblerait d’ailleurs que la jolie Cécilia ait boudé les urnes parce que son mari n’était pas très galant avec elle, dans le privé. Et même un peu trop musclé… Chut ! Sarkozy doit garder son auréole, comme dans l’affaire EADS. C’est la faute à D. de Villepin... Jamais à  lui. En tous cas, l’annonce du divorce intervient au bon moment, pour reléguer le mécontentement des Français au second plan. Du joli travail, jusqu’au bout. Les médias ont bien relayé le message. Et moi, je m’éloigne de mon sujet. Pas trop quand même, puisqu’on parlait de « casse ». Au fait, quelles répercussions sur le Président, ce divorce ? Amplification de son état dépressif, aggravation de sa fragilité mentale ? Esprit préoccupé au détriment de la politique ? Chut, ça ne regarde pas les Français.

     

     

     

    Donc, ce soir, c’est David Pujadas qui prend le relais. J’ai raté le titre, dommage. Encore de l’intox ? A 13 h, on en était resté au « ça se passe plutôt bien, la grève ». La France heureuse, la mondialisation heureuse, encore et toujours; tout va bien, Mme la Marquise, comme dans la chanson, la maison prend feu mais tout va bien. Et avec David Pujadas, ce soir c’est carrément l’anecdote. Q’on en juge : Les Français se débrouillent, grande roue et même petite roue, les rollers. Astucieux citoyens ! Ensuite, grande question, que va-t-il se passer demain, les grèves reconduites ? Silence sur la casse des retraites, demain. Pas de banderole gênante, on montre une effigie du Président frappée (ouh les vilains grévistes), et on braque la caméra (ou on sélectionne la séquence au montage) sur un « sauvons les régimes spéciaux » qui n’atteindra pas la popularité du Justicier super-Sarko. Naturellement, FR2 prend bien soin de circonscrire l’incendie aux… cheminots si privilégiés. La France des privilèges, vous voyez ce que je veux dire ? Merci Sarko de prendre la bastille des privilèges. Oui, ceux des gagne-petits. « On doit niveler vers le haut, pas vers le bas » proteste un syndicaliste, qui ajoute : « cette méthode dresse les Français les uns contre les autres ». Sur FR2 ? Pensez donc, c’est sur FR3 ! Bravo Pujadas, du beau travail stalinien, l’info est axée sur les cheminots, pas sur les autres retraités qui pourtant vont tous pâtir de la rupture sarkozienne. Bientôt, la retraite solidaire, ça sera du passé, un régime de retraite spécial en quelque sorte, et la casse des régimes spéciaux sera le prélude à la casse de l’ensemble des régimes de retraite par répartition. Voilà ce qu’on se garde bien de dire sur FR2 Télé-Sarkozy. Et en conclusion, il nous propose en parlant du divorce après les grèves, un joli : «Ca n’empêchera pas le Président d’être à la hauteur de ce qu’attend la France » ! Une affirmation parfaitement gratuite, mais pure propagande qui s’ajoute au « voilà tout ce qu’on pouvait dire sur les grèves ». Non, M. Pujadas, c’est « voilà tout ce qu’on n’a pas dit sur les grèves ».  Je vous accuse, Monsieur, de tromper les Français, et je vous demande moi la journaliste, de rendre votre carte de presse !  Vous êtes indigne de la porter. Elle se mérite, Monsieur, dois-je vous le rappeler ?

     

     

     

    Le vrai sens des manifestations est volontairement éclipsé au profit d’une revendication catégorielle dénoncée par la majorité des Français (l’intox des médias a joué à plein avant les grèves, justement pour dresser les Français les uns contre les autres, et non contre l’adversaire commun : Le Président de l’Américanisation de la France). Et le divorce des Sarkozy devant lequel les Français sont mis en présence du fait accompli, leur est servi le jour où le destin de la France se joue, sur le plan social et pour nos enfants. Un feuilleton qui détourne de l’essentiel, la casse de la France.

     

     

     

    Car Sarkozy l’a répété hier, « j’ai été élu pour tout changer » ! Pour tout casser ! Oui, pour casser la France, ses valeurs, sa spécificité ! Pour casser la solidarité nationale ! Pour casser ce qui fait l’admiration de l’étranger, son modèle social, pourtant si cher au cœur des Français !

     

     

     

    La santé ? Bientôt à deux vitesses, comme aux Etats-Unis. Finie la gratuité, et ça commence déjà avec le forfait pour chaque consultation et acte médical, le forfait hospitalier – qui a d’ailleurs plus que quintuplé depuis son instauration-, le forfait sur les actes lourds, les dépassements d’honoraires, mais aussi les déremboursements des médicaments, le ticket modérateur (part non remboursable par la Sécu..). Et ça continue avec les franchises médicales ! Merci, Sarko !

     

     

     

    Les retraites, bientôt elles seront privatisées. Et plus tardives. Et ceux qui n’auront pas cotisé 41,42,43,44,45… ans, ils seront condamnés à ne jamais prendre leur retraite, alors, ou de partir avec une retraite réellement de misère ? Au fait, Président, vous aviez promis de revaloriser les petites retraites. Qu’attendez-vous pour honorer vos engagements ? Vous avez tenu ceux concernant les plus fortunés des Français. Selon l’Observatoire des Inégalités, mille contribuables dont la fortune est supérieure à 15,5 millions d’euros profiteront chacun d‘une baisse d’impôts sur le revenu de 270.000 euros grâce au bouclier fiscal. Vos riches petits amis peuvent être satisfaits. Et les pauvres petits Français ? Les 240 niches fiscales aboutissent, en l’absence d’un plafonnement, à ce que plusieurs milliers de contribuables aisés ne paient pas d’impôts. Tout ce que vous faites, M. de Sarkozy, contribue à aggraver les inégalités déjà criantes.

     

     

     

    Kouchner, toi le Médecins du Monde devenu comme Emmanuel Todd l’annonce, « Soldat du monde », tu te dis toujours de gauche ? Tu restes bien silencieux, face à cette entreprise de destruction totale du système de solidarité français pour augmenter les revenus des plus nantis ! Tu préfères ta soupe Fouquet’s ? Dis-moi, à quoi sert un ministre de « gauche », s’il ne contribue pas à infléchir une politique trop réactionnaire ?

     

     

     

    Et toutes les suppressions d’emploi dans la Fonction Publique, ça va améliorer le quotidien des Français, tiens donc ? Il y aura encore moins d’infirmières pour les soigner, et les délais d’attente au Palais de justice seront encore allongés – sauf pour les Sarkozy.  Il paraît même que les services de Police et des Pompiers vont être privatisés ! Tout, l’école, les facs (ça se met en place), les Hôpitaux, les crèches… tout sera peu à peu privatisé ! Tout sera payant, comme aux Etats-Unis, où les chefs de famille font deux fois 8 heures de travail par jour pour payer les études de leurs enfants. Et où les plus modestes ne peuvent se soigner !!!

     

     

     

    Casse de tout le secteur social, casse des services publics, baisse des moyens réservés aux établissements d’accueil des personnes handicapées, casse du système de santé (finie la S.S., bientôt !), casse du système de retraite par répartition… à quand la casse, aussi, des congés payés, pour permettre aux plus fortunés de s’offrir des yachts encore plus luxueux ?

     

     

     

    Casse, aussi, du Code du Travail, bientôt totalement remis à plat pour que les salariés soient les nouveaux esclaves modernes, taillables et corvéables à merci, sans protection, sans salaire minimum garanti, sans droit de grève, sans repos du dimanche, sans protection face aux licenciements - à la discrétion des employeurs, en somme ! Dégraissables, délocalisables, précarisables, à volonté, sans recours possible ! (j’ invente plein de mots, c’est « de la bravitude ! ») ! Déclaration des CGT Agents Territoriaux : «  Les mesures annoncées vont encore aggraver les conditions de travail et de vie ! ».

     

     

     

    Dans le Secteur public, l’Etat a programmé la suppression de 22 700 emplois. Il s’attaque aux statuts des fonctionnaires, il s’attaque à l’ANPE et aux Assédic. N’en ajoutez pas, la coupe est pleine !

     

     

     

     

     

    Si, j’en rajoute (L’Indépendant du 7.10.07) : « Dans le privé, l’emploi précaire explose… les salariés subissent une déqualification de leur emploi avec des conséquences sur leurs salaires… Le projet de fusion ANPE-UNEDIC s’inscrit dans une série d’attaques globales contre tous les droits sociaux et le Service Public ». Et il n’y a rien à négocier, en dépit des belles paroles, le Chef est élu pour tout changer – tout casser, casser toutes les solidarités, toutes les protections, pour faire de la France une copie de la sauvage Amérique ! Et les chambardements se succèdent à un rythme infernal, qui rend toute contestation impossible !

     

     

     

    Petite remarque concernant la réforme des régimes spéciaux de retraite : Si elle avait été accomplie réellement pour des raisons d’équité, d’égalité, comme le prétend Sarkozy, pourquoi alors avoir épargné les députés, les militaires, les ecclésiastiques, ou les policiers… ? Ne s’agit-il pas en réalité d’affaiblir les derniers secteurs encore fortement syndiqués et combatifs, pour ensuite pouvoir imposer tranquillement la casse des services publics, du code du travail, de la S.S…

     

     

     

    Sarkozy a été élu, claironne-t-il, pour changer les choses. Mais pour tout casser, même tout ce à quoi les Français sont le plus attachés, tout ce qui fait justement la spécificité de la France et sa renommée dans le monde ?

     

     

     

     Alerte, Sarkozy l’Américain va casser la France ! Nous ne pouvons le laisser faire, nous devons… résister !!!

     

     

     

    Pour ma conclusion, je vais laisser la parole à une merveilleuse blogueuse, Adriana Evangelitz, je viens de trouver cet article sur le réseau Oulala.net :

     

     

     

    « Les individus qui tirent les ficelles de notre planète sont les plus grands menteurs, assassins, bandits, tyrans que la terre ait jamais portés.  Une sorte d’engeance épouvantable qui suce le sang de l’humanité pour s’empiffrer, remplir ses coffres, faire régner la terreur et la guerre partout où ça lui chante… Ils sont la honte de notre monde… » (http://www.oulala.net/Portail/article.php3?id_article=1904) .

     

     

     

    Sarkozy est un grand casseur, il rejoint la lignée des Reagan, Thatcher, Bush… qui ont détruit ce que chacun de leur pays avait de meilleur. Dernier exemple, Bush vient  de refuser le programme de soin des enfants ne disposant d’aucune assurance santé élaboré par le Congrès. Il faut bien financer les cadeaux aux riches ! Même politique que son ami Sarkozy.

     

     

     

    Redressons la tête ! Et résistons à la casse de la France à laquelle Sarkozy vient de commencer à se livrer. Il y va de notre quotidien, de l’avenir de la France, de l’avenir de nos enfants, et du monde qui a les yeux fixés sur nous. Punissons les casseurs, les grands comme les petits, et surtout les grands !!

     

     

     

    Votre Eva, qui ne veut pas voir la France cassée. Abonnez-vous gratuitement à ma prose (voyez newsletters à droite de l’écran), et recommandez (à droite aussi) ce blog de résistance.
     
    _____________________________________________________________________________

    Petites Illustrations de l'article, qu'on trouve partout cette fois, mais qui me tombent sous la main; cela rejoint ce que j'écris par ailleurs :


    PARIS - Henri Emmanuelli a laissé entendre jeudi que l'annonce du divorce du couple Sarkozy un jour de forte grève visait à "brouiller le message sur la journée sociale". (info yahoo
    var gEbBAd = new Object(); //Remote servers gEbBAd.playRS = new Object(); gEbBAd.playRS.strNUrl = "http://fr.ard.yahoo.com/SIG=12pid3pe5/M=200095331.201444508.202752211.200555405/D=frnews/S=2022420992:LREC/Y=FR/EXP=1192840311/A=200679220/R=0/SIG=11tr7g9hv/*http://eur.a1.yimg.com/java.europe.yahoo.com/eu/any/dot.gif";

     

     

    if(window.yzq_d==null)window.yzq_d=new Object(); window.yzq_d['Lp.SXlf4aw8-']='&U=13kf68gu0%2fN%3dLp.SXlf4aw8-%2fC%3d200095331.201444508.202752211.200555405%2fD%3dLREC%2fB%3d200679220';

    "J'avais parié lundi (...) que l'annonce se ferait aujourd'hui pour brouiller le message sur la journée sociale, et je constate que c'est parfaitement réussi", a déclaré le député socialiste des Landes sur France-Info.

     

    L'élu a conclu en évoquant un "secret de polichinelle" par lequel il ne se "sen(t) pas concerné". AP(http://fr.news.yahoo.com)
    ______________________________________________________________________________________

     

    Classement revue Challenges : Plus grandes fortunes de France, dont celles de plusieurs amis de Sarkozy et propriétaires de journaux : (http://www.challenges.fr/classements) Voilà les VRAIS REGIMES SPECIAUX !

     

    RangNomFortuneSociétéSecteurVille
    1 Bernard Arnault 23 072 M€ LVMH Luxe Paris
    2 Gérard Mulliez et sa famille 17 000 M€ GROUPE AUCHAN Distribution Croix
    3 Liliane Bettencourt et sa famille 15 910 M€ L’OREAL Cosmétiques Clichy
    4 François Pinault et sa famille 10 295 M€ PPR Distribution, luxe Paris
    5 Romain Zaleski 9 173 M€ ERAMET Industrie Paris
    6 Bertrand Puech et Famille Hermès 7 980 M€ HERMES INTERNATIONAL Luxe Paris
    7 Serge Dassault et sa famille 7 300 M€ GROUPE INDUSTRIEL MARCEL DASSAULT Industrie Paris
    8 Robert Louis-Dreyfus et sa famille 7 000 M€ LOUIS-DREYFUS Services Paris
    9 Jacques Servier et sa famille 6 000 M€ LABORATOIRES SERVIER Pharmacie Gidy
    10 Robert Halley et sa famille 5 194 M€ CARREFOUR Distribution Paris
    11 Robert Peugeot et sa famille 4 481 M€ PEUGEOT SA Automobile Paris
    12 Vincent Bolloré 4 317 M€ BOLLORE Transport, médias Puteaux
    13 Martin Bouygues et Olivier Bouygues 4 151 M€ BOUYGUES BTP, télécoms Paris

    ________________________________________________________________________________

    SEGOLENE ROYAL  ANALYSE  LA  SITUATION  DE  FACON  JUSTE  :(http://fr.news.yahoo.com)

    PARIS (Reuters) - La politique économique et sociale menée par Nicolas Sarkozy ne 
    se traduit pas par un "choc de croissance" mais par un "choc de méfiance", estime Ségolène Royal, dans un entretien publié dans l'édition de vendredi des Echos.

    "A cause d'une méthode de gouvernance déplorable, la France a connu une journée de grève, des transports bloqués", déclare la présidente de la région Poitou-Charentes, qui juge qu'"un pays moderne, confronté à la compétition mondiale ne peut pas se permettre ce type de situation".

     

    Selon Ségolène Royal, "le pouvoir est en train de gâcher les bonnes dispositions de nos leaders syndicaux qui sont prêts, pour beaucoup d'entre eux, à accompagner les besoins d'agilité des entreprises".

     

    "En focalisant la réforme sur les seuls régimes spéciaux, tandis que les scandales politico-financiers révèlent des connivences douteuses et des enrichissements scandaleux des amis du pouvoir, alors que, sans vergogne, est promise au Medef la dépénalisation du droit des affaires, comment les salariés peuvent-ils avoir confiance ?", s'interroge Ségolène Royal.

     

    L'ex-candidate reprend l'expression "choc de confiance" utilisée par le gouvernement à l'occasion du vote du "paquet fiscal" cet été et juge au contraire que "le projet de budget pour 2008 accentue le choc de méfiance".

     

    "Il révèle en effet l'incapacité du gouvernement à maîtriser le déficit de l'Etat, puisque celui-ci devrait augmenter de 3,3 milliards d'euros par rapport à 2007, pour atteindre 41,7 milliards d'euros en 2008."

     

    Le projet de loi de finances pour 2008 prévoit une très légère baisse du déficit par rapport au 42 milliards d'euros prévus dans le budget 2007 mais une hausse par rapport aux 38,3 milliards prévus en exécution.

     

    Ségolène Royal estime qu'un "sursaut" est nécessaire et que "Nicolas Sarkozy doit cesser de garder le pire de la continuité (la dette et l'affairisme) et de choisir le pire de la rupture (l'affrontement et les injustices) pour agir de manière moderne et efficace".  (Dépêche YAHOO du 18.1O.07) (http://fr.news.yahoo.com )

     

    _____________________________________________________________________________ 

     

    On va pouvoir passer à autre chose...

     

    Nicolas, Cécilia et la presse : histoire (résumée) d'un tabou Pour tous ceux qui auraient passé les 5 dernières années sur la lune ou un autre planète et qui ne veulent pas mourir idiots,  à défaut d'investir dans Voici ou Match, je vous recommande le feuilleton publié sur "Arrêt sur Images" qui fait un excellent résumé de toute l'histoire du couple Sarkozy, mise en scène par les médias à la botte du Président.

    Mais ici, vous aurez des commentaires qui éclaireront un peu mieux l'usage fait des médias par ce dernier.

    Comme d'habitude, Daniel Schneidermann regarde au delà des images pour vous éclairer.

    (C'était un nouvel exemple de désinformation, tiré du BLOG SEGO-DOM, http://sego-dom.over-blog.com, c'est l'avant-dernier article paru, agrémenté de vidéos. Regardez et vous verrez le traitement de l'information) Eva
    ______________________________________________________________________________________ 
    Le traité européen, version Sarkozy, le voici qui passe "en force", car non soumis aux Français. Avec presque tout ce qui figurait dans la Constitution européenne refusée par les Français...comme la concurrence non faussée chère aux Libéraux !

     

     

     

     

    france-perd-gagne.jpg


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :