•  
     
    Jeudi 3 avril 2008

     

     




















    Re-bonjour

    J'ajoute ceci à ma précédente publication, car je n'ai plus de place sur mon dernier post, or je voudrais partager avec vous cette analyse qui me semble utile pour la compréhension du monde où Sarkozy l' Américain nous entraîne, pour notre perte et la perte de l'identité française. 

    Vous avez bien lu : La perte de notre identité française. Ce n'est pas rien, c'est terrible !

    Donc, il faut se souvenir que Sarkozy était dans sa jeunesse membre, ou au moins sympathisant, je ne me souviens plus,  d'un groupe d'extrême-droite appelé : " Occident ".

    Comme son nom l'indique, il prônait la supériorité - raciste, en quelque sorte - de l'Occident sur tout le reste.

    L' Afghanistan : Les Russes qui en réalité sont les vrais vainqueurs de la guerre de 39-44, contrairement à un autre mythe voulant nous faire croire que les Américains étaient les "sauveurs", sont réputés pour leur opiniâtreté. Or, ils se sont embourbés en Afghanistan. En réalité, les Américains ne feront pas mieux, même avec l'aide du bataillon français symbolique ... d'un petit millier d'hommes. Cette guerre, outre qu'elle est coloniale, impérialiste, ne sera pas gagnée.

    Et pourtant Sarkozy le cow-boy fanatiquement épris du modèle de vie américain, matérialiste, axé sur la réussite, l'opulence, la force, le clinquant - toutes valeurs d'ailleurs incompatibles avec la foi chrétienne dont se réclament nos voisins d' Outre-Atlantique -, tient absolument à impliquer nos troupes.

    Il est clair que pour lui, ce pas a une grande valeur, symbolique : En l'accomplissant, Sarkozy se place délibérement dans une optique de défense des valeurs de l'Occident, aux côtés de l'homme le plus discrédité et le plus haï dans le monde : Georges Bush.

    En faisant cela, le Président français prépare notre pays non seulement à intégrer l' OTAN dont les Français ne veulent pas, mais à promouvoir la fameuse guerre de civilisation chère à la bande d'illuminés néo-cons américains, maquillée en guerre contre le terrorisme. En d'autres termes, Sarkozy va impliquer les Français dans une intégration à une organisation militaire sous commandement américain dont ils ne veulent pas, mais pire encore, dans une guerre idéologique contre un ennemi fabriqué de toutes pièces (ne serait-ce que pour détourner l'attention des vrais problèmes) : islamique. En amalgamant, au passage, Islamisme et Islam, alors que presque tous les Musulmans sont parfaitement intégrés et opposés à des guerres de prestige, de colonisation, préventives, etc.

    L'Iran ne veut pas la guerre, entouré de pays hostiles il cherche, au pire,  à se doter de  l'arme nucléaire comme simple instrument de dissuasion. On le comprend, c'est son Droit le plus absolu, et une nécessité vitale, face à ses voisins belliqueux et prêts à n'importe quoi pour s'emparer de  ses ressources ( c'est du vol ), et pour contrôler cette zone stratégique. De surcroît, l'OTAN souhaitera tôt ou tard, et probablement plutôt tôt que tard, s'en prendre à la Syrie, coupable de non-alignement. De quoi attiser la haine contre l' Occident, le terrorisme qu'on veut combattre... et même l'Islam que cette croisade judéo-chrétienne qui ne dit pas son nom (j'aimerais d'ailleurs connaître le rôle exact de ce Pape) souhaiterait pourtant, au fond, éradiquer.  

    Autant dire que la Syrie, comme l'Irak laïcs, sombrerait dans le chaos, les guerres intestines entre confessions différentes, tribus différentes, etc - ce que recherchent certainement les décideurs du monde, heureux de dresser les habitants, les régions, les peuples, les uns contre les autres, pour mieux les affaiblir, les contrôler, les dominer.

    L'heure est très grave : En envoyant des troupes en Afghanistan, en rapprochant la France contre son gré de l'OTAN, en réalité Sarkozy prépare notre entrée en guerre, au nom de la défense d'une certaine civilisation - occidentale. Notez d'ailleurs qu'il nous a en quelque sorte préparés, non avant les élections, hypocritement et avec la complicité de médias très coupables, mais en parlant de "civilisation", un mot important pour lui, et pour nous générateur de souffrances, de racisme, de colonialisme, de barbarie - oui, de barbarie, justement, le mon antynomique de civilisation.

    Ainsi, on nous aura trompés sur toute la ligne : avant les élections, maintenant en nous cachant les motifs véritables et en nous entraînant contre notre gré dans des aventures lourdes de risques, et demain en nous faisant rentrer probablement dans une guerre nucléaire sinon mondiale - aux premières loges, derrière des capitaines infâmes, lourdement protégés dans leurs bunkers dorés.

    Cet homme-là est très dangereux. Il trahit la France, sa spécificité, le général de Gaulle dont il ose se réclamer, il agit en parvenu qui se croit tout, absolument tout, permis, comme si notre pays était sa propriété - même de nous entraîner dans les plus effroyables aventures, contraires à notre volonté d'indépendance et à nos traditions. La France a une Histoire, des valeurs, une vocation, totalement contraires à l'aventurisme du nouveau Président : Il n'a rien compris à notre mentalité, à notre génie propre. Et il piétine nos aspirations.

    Il faut empêcher cet homme de nuire à nos intérêts en prétendant les incarner, alors qu'il n'est qu'un homme de mains des néocons au pouvoir, américains, anglo-saxons, israéliens, français. Nous ne voulons pas être un simple rouage de la machine de guerre américaine, nous ne voulons pas mener la guerre de l' Occident judéo-chrétien contre les Musulmans.

    Il est urgent d' exiger la destitution de Sarkozy avant que le point de non-retour ne soit atteint, avant que nous ayons mis le pied dans un engrenage qui nous emportera tous.

    J'ai improvisé  ce papier en quelques minutes,  à la suite de l'autre publication,  sans lien, sans rien. Seulement parce que j'éprouvais le besoin  de partager avec mes lecteurs, de plus en plus nombreux, ce que je ressentais - comme d'habitude prophétiquement, pardonnez-moi cette expression, elle convient en effet. Mon tort aura été souvent d'avoir raison trop tôt. Comme lorsque je mettais en garde tout le monde AVANT les élections sur la personnalité de Sarkozy, et son atlantisme outrancier.

    Bonne journée,

    Eva

    A noter, trois néocons français à l' OTAN : Sarkozy, Kouchner, Lévy.  Pas au service de la France !

    MEDIAS, la honte, suite (voir mon blog désinformation...)
    http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/

    Au journal de 2O h sur FR2, hier, seulement un court mot anodin de Pujadas sur le sommet de l'OTAN, glissé, pardon, perdu, au milieu d'annonces sans importance. Et tenez-vous bien, Calvi, dans son C dans l'Air, nous a entretenus du terreau du terrorisme, l'islamisme - au lieu de nous parler des changements vitaux qui se préparent en matière de politique étrangère ! Sans doute perfidement, machiavéliquement, pour nous amener à la croisade de l'Occident contre les nouveaux ennemis qu'Il s'invente après les communistes.... et qu'Israël ne cesse d'appeler de ses voeux, pour protéger son territoire en faisant le vide autour de lui. Effrayant retournement de l'Histoire pour ceux qui ont tant souffert et qui s'apprêtent, aujourd'hui, à exterminer ceux qui les gênent, comme les Nazis avant eux. Alors que leurs propres citoyens aspirent pour beaucoup à la paix, et plongent dans la misère.

    Ainsi, là comme ailleurs, les dirigeants ne représentent jamais les aspirations de leurs peuples. Les équipées guerrières coûtent fort cher, et rapportent beaucoup aux industriels de l'Armement ! Qu'on remerciera d'ailleurs en leur offrant sur un plateau d'argent les Médias, des mandats électifs, des  fortunes immorales, et même des rues à leur nom. Au lieu de les traduire devant un Tribunal pour crimes contre l' humanité !

    Eva

    http://globe.blogs.nouvelobs.com/archive/2008/04/02/la-lettre-de-sarkozy-aux-leaders-de-l-otan.html


    reçu d'une mère :


    Ma fille vient de m'appeler, elle se trouve dans un immense centre commercial du coté de Croissy sur Marne
    L'armée y a installé un stand pour recruter des volontaires pour l'Afganistan
    J'invite à écrire au procureur !
    Bisou à toi

     Arthénice


    TV  -  Ce soir ou jamais, 3.4.8. Sujet Afghanistan, pas un mot sur le renversement de la politique étrangère française. Tous les invités sont du même bord, à part une comédienne qui a vécu sur place.  Désinformation, toujours ! La honte..


    L'idéologie extrême-droitière de l'Union européenne !

    Très pertinente interview d?Emmanuel Todd pour qui « le renforcement des troupes françaises en Afghanistan est une erreur diplomatique et stratégique, et...

    suite cliquez ici
    ________________________________________________________________________________________

    Sarkozy est surtout proche d'anciens d'Occident comme Devedjian ou le relativement discret de nos jours Alain Madelin. Il n'a pas lui même été membre de ce groupuscule fascisant, adepte du matraquage de gauchistes et d'actions musclées dans la vieille tradition d'Assas. On retrouve cette fascination dans son rejet de tout ce qu'il assimile à Mai 68 ainsi que l'adoration vers une Amérique mythifiée rempart contre le péril bolchévique. Cette fascination qui le pousse à rejoindre la campagne de contre l"'Axe du Mal, agrégat de gens poursuivant chacun leur but mais qui est toujours de favoriser Israel. Lieu de retour du Messie pour les nouveaux cons, euh, néo cons. Quand aux anciens d'Occident c'est leur vieux rêve d'une Europe blanche et chrétienne qui se manifeste refusant ce qu'ils voient comme une "islamisation" de l'Europe, sans parler de leur refus naturel de laicité.
    Je vais mettre ce blog en lien sur le mien.

    En commentaire sur mon blog. Merci à Rébus ( http://sarkobasta.over-blog.com/ )


    _________________________________________________________________________________________


    Affaire slovène, l'Europe dirigée par les USA 

     (voir précédente parution)
    Réponse d'un traducteur des balkans :

     

     

    Bonjour à tous, (M.Collon, et moi-même)

     

     

     

    Malheureursement je ne maitrise pas la langue slovène pour pouvoir la traduire car elle est assez éloignée du serbo-croate.

     

    Par contre j'ai eu aussi des échos de ce scandale des directives américaines sur l'Europe par le biais de la présidence slovène, ce qui prouve à quel point l'Europe est inféodé aux USA.

     

     

     

    Amitiés.

     


    JE  CHERCHE UN TRADUCTEUR SLOVENE pour ce document prouvant que l'Europe est inféodée aux USA (Eva)

     

     

     

    ----- Original Message -----
    From: Michel Collon
    To: eva..
    Sent: April 02, 2008
    Subject: Re: A mon avis, affaire à creuser : Un joli scandale dont on n'a pas parlé... EU et Europe- SCOOP SLOVENE (message que j'ai envoyé à M. Collon)

    En effet, il serait bien de pouvoir trouver quelqu’un qui traduirait l’article slovène !

    Je transmets ceci à un ami spécialiste des balkans.

    Merci, Eva!

    Michel (COLLON)





    _________________________________________________________________________________________

     


    yahoo.com
    LE SOMMET DE L'OTAN À BUCAREST FERA DATE ...



    Roland Dumas : La fin de la voix de la France, du Gaulisme, bientôt le terrorisme ici aussi !

    http://lesogres.info/article.php3?id_article=3895

     

    Roland Dumas : "J’alerte les Français !"

     

    Propos recueillis par Thomas de Rochechouart,

     

    3.4.8

     

    Alors que s’ouvre le sommet de l’Otan, Roland Dumas dénonce « l’alignement » de la France sur Washington : « La responsabilité du gouvernement sera immense devant l’histoire », redoute-t-il.

     

    FRANCE-SOIR. Que pensez-vous du rapprochement France - Etats-Unis à l’occasion du sommet de Bucarest ?

     

    Roland Dumas. L’annonce à grand fracas de ce sommet laisse penser que nous sommes sur la voie d’un alignement avec les Etats-Unis. C’est un changement cardinal de la politique étrangère française depuis le général de Gaulle. Tous les présidents successifs avaient veillé jusqu’à présent à ne pas modifier notre politique. Ainsi, durant la guerre du Golfe, j’ai assisté à des entretiens entre François Mitterrand et George Bush père, où le président avait insisté sur la nécessité pour la France de garder son autonomie. C’est lui-même qui a donné l’ordre aux soldats français d’attaquer au Koweït. Cela ne sera plus possible. C’est la mort du gaullisme.

     

    Pourquoi ?

     

    Si, comme on l’annonce, la France va rejoindre le commandement intégré de l’Otan, elle va perdre son autonomie d’action, à l’image de la Grande-Bretagne. Elle sera un partenaire de l’Alliance, assigné à telle ou telle mission, et elle devra s’y plier. Sa voix n’existera plus. Ce que la France a fait en 2003, lors du déclenchement de la guerre en Irak, ne sera plus possible. En vertu des accords, elle n’aura plus la faculté d’adopter une autre position que celle de l’alignement.

     

    Quelles sont les contreparties pour la France ?

     

    Celle de bénéficier de ce qui se prépare actuellement : une réorganisation de l’ordre mondial autour des Etats-Unis. Un processus dangereux qui se fera au détriment de l’Europe. A partir du moment où l’on s’inscrit dans un contexte atlantiste, à quoi bon une défense européenne ? A ce titre, il faut noter les propos ce matin (hier, NDLR) du président Bush qui a vanté chaudement la position défendue par Nicolas Sarkozy, la semaine dernière à Londres, de se rapprocher de la Grande-Bretagne. Si l’on se réfère au proverbe « dis-moi qui t’encense, je te dirai qui tu es », c’est signé.

     

    Pourtant, une majorité de Français semble hostile à cette politique...

     

    Les Français sont des gens prudents et sensés. Ils se demandent quel est notre intérêt à aller se battre en Afghanistan. Le général de Gaulle avait fondé sa politique sur un principe : « La France ne doit pas se laisser entraîner dans un conflit qui ne la concerne pas. » D’autant que durant le débat à l’Assemblée, aucune réponse n’a été donnée aux questions essentielles : combien de renforts ? Quelle mission : organiser la circulation des routes ou participer aux combats dans les montagnes ? Et surtout : quels objectifs ?

     

    Craignez-vous que la France ne soit désormais la cible du terrorisme ?

     

    C’est la question que l’on doit se poser. Nous avons réussi jusqu’à présent à ne pas être mêlés au terrorisme qui a touché la Grande-Bretagne ou l’Espagne. En allant jouer les gendarmes dans cette région tourmentée, difficile, le risque est très grand de devenir la cible des attentats.

     

    La décision du gouvernement sera lourde de conséquences ?

     

    C’est une décision totalement irresponsable. Et la responsabilité du gouvernement sera immense devant l’histoire. C’est pourquoi je veux alerter aujourd’hui les Français. Qu’ils sollicitent leurs parlementaires, qu’ils fassent pression sur eux et leur demandent pourquoi nous envoyons des renforts. Il faut que le débat public s’ouvre sur ce sujet grave.

     

    Edition France Soir du jeudi 3 avril 2008 n°19762 page 4

     

    Le président français vient lui-même d’annoncer que son pays enverra plutôt 700 soldats



    ________________________________________________________________________________________


    A l'instant, je trouve ceci, sur un excellent "media" http://marcfievet.com
    ( l'Aviseur International ),
    qui éclairera notre lanterne.


    Afghanistan : Pour Fillon, une " guerre juste ", au service des Etats-Unis !

     

    Les renforts français en Afghanistan devraient être de "quelques centaines de soldats supplémentaires", a annoncé, mardi 1er avril, le premier ministre, François Fillon, devant l'Assemblée nationale. "Les modalités de cet effort ne sont pas encore arrêtées. (...)

    Le retrait des forces françaises d'Afghanistan "serait le signe que nous n'assumons plus nos responsabilités vis-à-vis de l'ONU et que nous rompons la solidarité qui nous unit à nos plus fidèles alliés", a expliqué M. Fillon. "Cette paix pour l'Afghanistan conditionne largement une part de notre sécurité, et donc de notre liberté. C'est un combat difficile, mais c'est un combat qui est juste", a souligné le chef du gouvernement.

    Il faut retenir de ce triste discours:

    -que M.Fillon, Premier ministre, ne connaît pas le nombre de soldats français qui seront envoyés en renfort. Bref, à la veille du sommet de l'OTAN à Bucarest, il n'est pas vraiment au courant, ou il a honte.

    -que la France ne peut prendre le risque "de rompre avec ses plus fidèles alliés" américains. Il faut comprendre "avec ses maîtres les plus attentifs" à ce qu'une Europe indépendante ne voit jamais le jour.

    -"cette paix pour l'Afghanistan", il faut comprendre "cette guerre contre le peuple afghan".

    -"c'est un combat qui est juste": pour qui? pour quoi? Aucune explication, et pour cause !


    inv Afghanistan: pour Fillon,

    Fillon est l'exemple parfait du politicien servile, prêt à tout et surtout au pire. Après avoir servi de giton à son défunt maître Joël Le Theule dans la Sarthe, cet homme sans convictions et sans idées, mais avec une ambition, après avoir beaucoup rampé et s'être beaucoup renié pour avancer, est devenu le valet zélé de la politique nauséeuse du nabot élyséen. Belle carrière! Félicitations François! Un Premier ministre à la mesure dela France...
    http://toutsaufsarkozy

    _______________________________________________________________________________________

    D'après un sondage BVA publié aujourd'hui dans Sud-Ouest, plus de deux Français sur trois (68 %) sont opposés à l'envoi de renforts français en Afghanistan.
    ________________________________________________________________________________________



    FILLON, MENTEUR DE PROFESSION:


    "La France n'a rien payé" au Tchad, assure François Fillon le 1er avril.


    "Il est hors de question que le contribuable français paie six millions d'euros pour des erreurs que la France n'a pas commises", déclare le Premier ministre, au lendemain de la libération d'Eric Breteau et de cinq autres membres de l'association, condamnés en décembre dernier à N'Djamena à huit ans de travaux forcés pour tentative d'enlèvement de 103 enfants.

    Le 2 avril:
    Selon un courrier du gouvernement tchadien en date du 28 décembre 2007, que Le Figaro s'est procuré, Paris se serait engagé à garantir le paiement des 6,3 millions d'euros aux parties civiles tchadiennes.

    //www.lefigaro.fr/assets/photo/scan_zoe.jpg

    Notre article:

    http://www.toutsaufsarkozy.com/cgi-bin/cogit_content/coranto.cgi?session=ctadcudaitSaBjqYVk&x=78&action=modify-edit&nid=EkpyAZZFFkVmVmpLBj

     

     

     

    Notes :


    Quand Sarkozy voulait se retirer d'Afghanistan, le 26 avril 2007, ce n'est pas vieux !


    http://www.lepost.fr/video/2008/04/01/1175560_afghanistan-quand-sarkozy-jugeait-la-presence-militaire-francaise-

    pas-decisive.html



    Afghanistan : «Notre pays devient le petit soldat de l'Amérique»


    Interview de Nicolas Dupont-Aignan,

    député indépendant,
    à l’occasion du débat parlementaire, le mardi 1er avril, sur l’engagement militaire de la France en Afghanistan.


    Nicolas Sarkozy souhaite renforcer la présence militaire française en Afghanistan. Y êtes-vous favorable?


    Non, l'Afghanistan est un bourbier militaire. Tous les chefs d'Etat-major étrangers s'accordent à dire que la manière dont les Etats-Unis mènent la guerre conduit à l'échec. Et fait le jeu des talibans. Nicolas Sarkozy ne peut pas ne pas le savoir. Il s'agit donc d'une décision politique dont le seul objectif est de donner des gages aux Etats-Unis avant le sommet de l'Otan de Bucarest. Il s'agit d'un contre-sens historique majeur qui rompt avec 50 ans de politique étrangère indépendante de la France. Notre pays devient le petit soldat de l'Amérique. L'Allemagne, plus sage, refuse, elle, cette aventure militaire qui nous mène au casse-pipe. Nous avons besoin au contraire d'une politique de défense européenne indépendante dans un monde qui devient multipolaire. Il nous faut nous détacher de l'Otan, renforcer nos relations avec la Russie et éviter le choc des civilisations.


    Il existe une réelle présence de réseaux terroristes en Afghanistan. Que préconisez-vous donc pour les combattre ?


    Il faut un mini-plan Marshall pour l'Afghanistan et non pas une armée d'occupation. Des crédits sont nécesssaires pour assurer le développement. Sur le plan militaire, il faut une armée beaucoup plus en liaison avec la population et qui cesse de soutenir les seigneurs de la guerre. De surcroît, la situation aujourd'hui se joue davantage au Pakistan qu'en Afghanistan. Les Etats-Unis, trop occupés en Irak, ont échoué à aller jusqu'au bout de la mission que leur a confiée l'ONU: remettre sur pied l'Afghanistan.


    Cela signifie-t-il que vous êtes favorable à un désengagement définitif de l'armée française?


    Non, il faut trouver un juste milieu et organiser une conférence internationale. Mais, en tous les cas, ne prenons pas d'initiative avant de savoir qui sera le prochain président américain. Nicolas Sarkozy doit cesser de s'aligner sur les positions de monsieur Bush.



    'Le Président n'est que l'incarnation de la dissolution' de l'Etat"


    Invité de l’émission Sous les pavés, La télé libre le 3 mars 2008 , Jacques Attali a confirmé ce que les souverainistes ne cessent de déplorer en particulier depuis Maastricht : le Pouvoir n'a plus le pouvoir : "Sur la fonction [de Président de la République]qui s’abîme, c’est évident. Elle s’abîme institutionnellement. Si vous regardez le président actuel, il a perdu au moins six des pouvoirs deFrançois Mitterrand : Il n’y a plus la monnaie, donc la dévaluation ça n’existe plus. Il n’y a plus les nationalisations, il n’y a plus la politique industrielle. La globalisation fait que tout le monde est maître de ce qui se passe en France. La décentralisation a fait perdre l’essentiel des pouvoirs de la France. L’UnionSoviétique ayant disparu, le grand pouvoir de thaumaturge du Présidentde la République qui était le droit de vie ou de mort [via la bombeatomique] a disparu, et enfin la construction européenne." Et l'ancien conseiller de François Mitterrand, auteur des "316 propositions" commandées par le Président Sarkozy, de conclure : "Progressivement,l’État s’est dissous dans la réalité de la globalisation.

    Le Président n’est que l’incarnation de cette dissolution, quel qu’il soit." Jean-Yves Crevel (Decapactu) s'interroge : Pourquoidans ces conditions, réunir une commission de 43 "experts", si c’estpour conseiller quelqu’un qui n’a plus aucun pouvoir ? Pourquoi intimer à ce même Président - réduit à l’impuissance - de mettre enœuvre l’ensemble de ces "propositions" dont la ligne directriceconsiste à faire disparaître les spécificités françaises pour en faireune société anglo-saxonne de plus ? Commentprétendre que ces propositions pourraient avoir le moindre impact surla croissance si celui qui devrait les mettre en œuvre ne serait qu’unectoplasme " incarnation de cette dissolution", démuni de tout réel pouvoir ? Et d'esquisser la réponse suivante :

    Pour duper les Français par la mise en scène du pouvoir factice et, parallèlement, contribuer - modestement ou non - à accélérer la dissolution précitée
    .




    _________________________________________________________________________________________




    Sarkozy :  " ce serait une tragédie humaine, si je ne pouvais ramener, au moins, le corps de la milliardaire  Ingrid betancourt " !



    Le  nabot continue à amuser la galerie avec l'affaire de la pauvre milliardaire colombo-française Ingrid Bétancourt. Un sujet inusable pour détourner l'attention des Français. "Une véritable tragédie humaine" on vous dit! A voir et à entendre le gouverneur s'agiter sur ses talonnettes, Uribe, les Farc et la CIA sont pliés en deux de rire. Ils vont bien finir par nous restituer les restes! Bon appétit les media (et en particulier Paris-Match)!


    Voir la dernière intervention désopilante de Sarko:

    http://www.lemonde.fr/web/video/0,47-0@2-3222,54-1029896,0.html



    Notre article du 29 février 2008:
    Il faut bien que quelqu'un le dise...alors: Ingrid Betancourt nous fait chier, et Sarkozy encore plus!


    De plus en plus de Français pensent que l'on devrait balancer Sarkozy au dessus de la forêt colombienne sans parachute et nous lâcher un peu la grappe avec la milliardaire colombienne Bétancourt dont on ne voit pas très bien le rapport avec l'état de la France et les préoccupations réelles de ses habitants. Depuis des mois maintenant, une véritable entreprise de sidération et d'abêtissement compassionnel des populations se poursuit au travers des grands media, en particulier télévisuels. Dans quel but? En quoi cette triste affaire concerne-t-elle l'Etat français? N'est-ce-pas curieux à l'heure où des centaines de femmes, d'hommes et d'enfants meurent sous les bombes et les balles d'Israël et des Etats-Unis?


    Il s'agit simplement d'une nouvelle manifestation, mais qui dépasse cette fois toute mesure, de cette "démocratie compassionnelle" développée sans relâche pour faire oublier à nos concitoyens les problèmes qui les préoccupent réellement, d'une manière quasi scientifique de détourner le plus longtemps possible leur attention sur un sujet en réalité parfaitement anecdotique. Comme "Survivre avec les loups", il s'agit d'une véritable escroquerie aux "bons sentiments" par "lacrymalisation", ou "vaporisation" comme le dirait, avec compassion Rama Yade-Ben Zimet (à propos des SDF)...


    Nous souhaitons donc que le nabot parte effectivement en Colombie à la recherche de cette milliardaire colombienne sub-claquante, et qu'il y reste définitivement par les bons soins du camarade Manuel Marulanda Velez, qui, comme chacun le sait, est aussi un peu canibale!


    "Alors que quatre nouveaux otages des Farc ont été libérés mercredi , la France intensifie ses efforts pour obtenir la libération d'Ingrid Betancourt. Le Président français, en visite officielle en Afrique du Sud, a réagi aux nouveaux témoignages alarmants sur l'état de santé d'Ingrid Betancourt , otage des Farc depuis plus de 6 ans dans la jungle colombienne.


    "J'appelle les Farc à libérer sans délai Ingrid Betancourt, c'est une question de vie ou de mort. C'est une question d'urgence humanitaire. Je suis prêt à aller moi-même chercher Ingrid Betancourt à la frontière entre le Venezuela et la Colombie, si ça devait être une condition. La France reste mobilisée jusqu'à la sortie du dernier otage, je m'y engage. Il faut qu'on arrive à la faire libérer", a insisté le chef de l'État.
    ___________________
    A lire absolument:
    "L'homme compassionnel" de Myriam Revault d'Allonnes aux éditions du Seuil, 10€ seulement.

    *******************************************************************

    Notes : Voir aussi notre article du 6 mars 2008:
    Comment la Dgse, avec ou sans l'aval du nabot, a sacrifié Betancourt pour monter une provocation contre le président Hugo Chavez.


    Vous trouverez ci-dessous un article fort intéressant de Danielle Beltraich qui apporte un éclairage assez juste sur cette affaire (puisqu'elle est en rapport avec des proches du président Chavez).
    En réalité, selon nos propres sources, ce sont bien les services américains qui ont localisé précisément Reyes, mais sur la base d'une information donnée par un membre de la Dgse délégué auprès de l'équipe spéciale mise en place par le président Chavez. Celui-ci connaît parfaitement les accointances américaines de Sarkozy mais a crû, avec hélas une certaine naïveté, que la volonté du nabot de réussir un coup purement politicien à usage interne, en ramenant, "triomphalement", la milliardaire colombienne, lui ferait oublier qu'il a été commandité pour servir avant tout les intérêts de l'empire. Les gens de Sarkozy sur place sont là prioritairement pour faire tomber Chavez dans le piège d'une réaction militaire provoquée contre la Colombie. Or, attaquer la Colombie, c'est attaquer les Etats-Unis, avec les conséquences que l'on imagine pour le régime d'Hugo Chavez. A l'heure qu'il est, Bétancourt est très probablement morte.
    VL
    _______________________

    Il est clair que la Colombie et les Etats Unis ont beaucoup de mal à expliquer qu’il y aurait connivence entre Chavez , Correa et les FARC pour pratiquer le terrorisme international. D’abord parce que d’autres pays étaient impliqués non seulement la France mais, les Espagnols et les Suisses. Nous allons voir jusqu’à quel point. Et d’autre part la thèse de la lutte contre le terrorisme international, qui justifierait tout de la part des Etats-Unis, a du mal à passer dans le continent d'Amérique latine. Ce sous continent ne cesse de subir le terrorisme d’Etat des Etats-Unis, qui soit directement, soit par le biais d’hommes de main qu’ils protègent comme Poasada Carriles, assassinent des hommes d’Etat, destabilisent des gouvernements élus et installent des assassins formés à leur école.


    Il faut bien mesurer que ce qui s’est passé en Equateur a soulevé l’indignation générale .En France, les média aux ordres ont bien tenté de faire porter le chapeau de la crise andine à Chavez, aux FARC ou à tout autre victime (1) mais de toute la planète est venue la réprobation. Les Etats-Unis paraissent bien isolés avec leurs alliés criminels et voyous .


    Notre presse servile tente encore de nous cacher ce qui paraît de plus en plus évident: il y avait des négociateurs français à proximité de Reyes, ils préparaient la venue de Sarkozy....
    la suite
    :


    Sarkozy: "Ce serait une tragédie humaine si je ne pouvais ramener, au moins, le corps de la milliardaire Bétancourt!"


    http://www.marcfievet.com/article-18401760.html


    ________________________________________________________________________________________


    Non à la sanction politique qui frappe Bruno Guigue !

     

    Le gouvernement a limogé brutalement un sous-préfet, M. Bruno Guigue, coupable à ses yeux d’avoir écrit quelques vérités sur l’occupation des territoires palestiniens par Israël. Ce faisant, il n’aurait pas respecté le "devoir de réserve", a indiqué à la presse Madame Alliot-Marie.

     

    L’intéressé ne s’est pourtant pas exprimé en sa qualité de sous-préfet, il n’a livré aucun secret professionnel, il n’a pas mis en cause la sécurité de l’Etat. Il a écrit, en tant qu’analyste et écrivain, un papier sur le site « oumma.com » en réaction à un article paru dans « Le Monde » dans lequel les auteurs condamnaient violemment l’ONU accusée par eux de mettre en cause, ni plus ni moins, les droits de l’homme. Dans sa démonstration, M. Guigue a « osé » parler d’un aspect du vrai visage de l’occupation israélienne. Les réalités dénoncées par Bruno Guigue sont des faits établis, connus de tous. (NB Eva, confirmé par un témoin de ces atrocités, qui m'a écrit, voir commentaires ajoutés récemment)

     

    « L’obligation de réserve » invoquée pour le limoger sur le champ est en outre un concept à géométrie particulièrement variable. Régulièrement en effet des hauts fonctionnaires expriment des opinions politiques sur Israël sans pour autant être l’objet de sanctions. Mais toute la différence tient en ce que leurs propos viennent en soutien à des actions de cet Etat pourtant tenues hors la légalité internationale.

     

    Monsieur Bruno Guigue est donc l’objet d’une décision clairement politique.

     

    Et au travers le cas du sous-préfet de Saintes,

    le gouvernement souhaite aussi faire un exemple destiné à intimider l’ensemble de la fonction publique.

    Aujourd’hui, c’est la situation de Bruno Guigue qui est en jeu mais c’est aussi l’avenir de tous qui se joue. Ne pas réagir, nous ferait assumer la responsabilité de jours encore plus sombres demain.

     

    C’est pourquoi nous exprimons notre solidarité à Bruno Guigue, nous saluons son courage, et nous nous élevons contre la sanction prise à son encontre car elle est de nature politique tandis que ses propos sont salutaires. C’est pour nous une façon d’exiger qu’en la matière, comme en d’autres, il ne saurait y avoir en aucun cas de politique dite du "deux poids, deux mesures".

     

    Pour signer la pétition :
    Pétition de soutien à Bruno Guigue
    http://www.verites.org/article-18374478.html

    Eva : c'est moi qui ai souligné en bleu.

     

    ________________________________________________________________________________________

    A lire aussi :
    Discrédit sur la fonction présidentielle :
    http://www.verites.org/article-18373185.html

     

     

    08:12 From: simonnns

    Un bêtisier sur les chats


    F U N  !


    votre commentaire
  •  
     
    Mardi 1 avril 2008

     



     




    Bonjour

    L'affaire des " camps de concentration américains " m'a beaucoup interpellée.  Journaliste attachée à la véracité des faits, d'une honnêteté scrupuleuse et refusant tant les nouvelles à sensation que la propagande de la pensée Unique Libérale (que je dénonce par ailleurs dans mon autre blog sur la désinformation), j'ai donc mené mes propres investigations.

    Au point où j'en suis, voici ce que j'ai trouvé, un document en Anglais, et un autre en Français. En l'état actuel des choses, dans le climat d'angoisse  qui est celui de la société actuelle, soigneusement entretenu par Big Brother pour justifier ses lois liberticides et sa politique de contrôle et de domination, il semblerait que l'on ait tendance à amplifier la menace immédiate des camps de concentration.

    En effet, des plans de sortes de camps de détention capables d'accueillir des milliers de personnes en cas de crise majeure ont été conçus par la Défense Américaine sous couvert de Protection civile - mais depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. A l'heure actuelle, il y aurait plus de six cents camps d'internements civils répartis aux quatre coins des Etats-Unis.  Et ces camps rappellent ceux de sinistre mémoire, avec leurs miradors, de bien curieux wagons, et des voies ferrées qui y conduisent.

    Certes, bien que gardés en permanence par du personnel militaire,  ils sont vides. Mais ils sont destinés à servir. Quand on connaît la conjoncture actuelle, et l'état mental des dirigeants américains, on peut se poser toutes sortes de questions. La crise financière,  la nature du régime actuel,  plus fasciste que démocratique,  ou le fanatisme borné du Président et de la clique qui l'entoure, laissent présager le pire.

    Tout ce que nous pouvons faire, c'est rester en alerte. Et nous renseigner à des sources fiables, naturellement sans faire confiance aux médias français, au service des marchands de canons qui les possèdent et du système Libéral Financier qui sévit sur la planète.


    Eva


    _______________________________________________________________________________________



    http://www.issuesandalibis.org/campsd.html



     

     

     


     

     

    Wondering how you and your family were going to get to camp? Right now the only way that the government will cop to is J.P.A.T.S. We'll explore other possibilities including white boxcars, buses and such but first...

    In 1995, the air fleets of the Marshals Service and the former Immigration and Naturalization Service (INS) merged to create the Justice Prisoner and Alien Transportation System (JPATS). The merger created a more efficient and effective system for transporting prisoners and criminal aliens.. JPATS is one of the largest transporters of prisoners in the world - handling hundreds of requests every day to move prisoners between judicial districts, correctional institutions and foreign countries.

    (..)


    In addition to JPATS the CIA has a fleet of Gulfstream V's for secret kidnappings!

     

     Alternative Transportation

     

    (..) Along with this comes tales of UN or NATO troops currently training on US military bases to help US troops with rounding up all us liberals and other trouble makers. In addition to the above mentioned JPATS this group includes enough "special" white and black boxcars to hold 15 million US citizens plus another 20,000 boxcars we bought from China. Not to mention "white buses" and trucks pulling portable jails beyond that point it gets down right silly. Still considering what we've witnessed as well as what the US government has done to people in the past this is something you should at least be aware of. To see a satellite imagine of a prisoner train complete with white box cars go to Google Maps and put in the code: 48.238048,-113.530778 you can't go above the second click down.

    OREGON

     

    TEXAS

    a. Gunderson Steel Fabrication holds the federal contract for the 100,000+ shackle-mounted boxcars.

    b. In 2000, BUSH as candidate makes his way to VISIT Gunderson Steel Fabrication, (ostensibly (alibi) to give a t.v. speech about social security. Why a speech on social security had to be conducted from a shackled-boxcar manufacturing site, only Bush will know for sure...) "...Gunderson Steel Fabrication is under secret contract from the U.S. government to produce these prisoner boxcars. The company received an order from the federal government to build 107,200 full length railroad boxcars with the shackles inside. Gunderson has a satellite factory for making the boxcars with shackles in Texas. Interestingly, Gunderson became the launching pad where then-presidential candidate Governor George W. Bush introduced his plan for social security reform on May 16, 2000, a major part of the current president's platform. Apparently, Mr. Bush has some special personal relation with Gunderson."

    c. 11 SUBCONTRACTORS IN SHACKLED-BOXCAR CONSTRUCTION PROJECT: Quotes taken from a lecture given by the late Philip Schneider, ex-NATO geologist who gave up his 1 million dollar a year retirement salary, who has blown the whole New World Order wide open. He is assassinated less than one year after he started talking, after many failed attempts to 're-hire' him. He was told he was doing 'irrevocable' damage to the New World Order by US intelligence agents who visited him in his Portland, Oregon apartment. "

    d. PLUS, SHACKLED-BOXCARS ARE BEING SHIPPED IN FROM THE WORLD'S LARGEST POLICE STATE, CHINA:

    (..)

    e. NORTH AMERICANS, CANADA AND THE USA, MEET YOUR IMPORTED CRACK TEAM OF OCCUPATION TROOPS, ALREADY WELL TRAINED: INTERVIEW WITH SOME GERMAN NATO M.P.s who verify they were trained for future American marshal law plans. They mention German troops stationed in USA at Fort Bliss, Texas and Holloman AFB (New Mexico). These troops are formally associated with NATO, which has morphed in the past 10 years to become your (un)friendly post Cold War pre-emptive internationalized Nazi-esque attack organization, responsible for attacking Yugoslavia (illegal, under its own charter), and culpable in Iraq in 2003. They describe their training, and, they refuse to answer some pointed questions about whether they would fire to kill on American citizens. To this question, they refuse to answer this by losing all eye contact with the interviewer, cutting off the interview, getting gruff and stiff, turning, and simply walking off.

    MONTANA:
     
    (..)
     
    NEW HAMPSHIRE:

    (..)

    NORTH CAROLINA:

    "Reports from our sources also confirm that railroad boxcars fitted with shackles have been spotted in many locations throughout the U.S. in recent months, most prominently in Montana and Texas "

     


     

    Justice Prisoner & Alien
    Transportation System (JPATS)

     


     

    Email: issues@issuesandalibis.org


    _____________________________________________________________________



    Les projets obscurs de la FEMA


    Depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, la défense américaine, sous couvert de ses services de protection civile, conçoit des plans militaires dont certains prévoient des systèmes de camps de détention en mesure d’accueillir des milliers de personnes en cas de crise majeure. Parallèlement, de nombreuses lois liberticides ont régulièrement été promulguées par les présidences américaines successives. Quelle est la raison d’être de ces camps ? Le gouvernement américain est-il en passe de devenir un Etat police dirigé par une dictature militaire ? Karmapolis fait le point sur ces programmes obscurs de gestion des masses.

     

    Nous aimerions croire que les camps de concentration font partie d'une sombre page de notre histoire. Que, depuis bien longtemps, il n’y a plus de place pour les dictateurs dans nos sociétés occidentales. Que nous sommes à l'abri des extrêmes. Mais les erreurs d’hier pourraient bien se reproduire aujourd’hui. En témoigne cette affaire, documentée, qui rapporte l'existence de plus de 600 camps d'internements civils disséminés aux quatre coins des Etats-Unis. Des camps entourés de miradors. Des camps desservis par des voies ferrées, par la route et parfois même par un aéroport. Des camps vides, mais gardés 24h sur 24h par du personnel militaire. Des camps qui abritent des wagons ressemblant étrangement à des convois de déportation. Des camps dormants qui se languissent d'accueillir, mais d'accueillir qui?  Et pourquoi ?

     

    Des photographies et des films circulent sur Internet. Des témoins décrivent ce que les activistes tendent à considérer comme de véritables sites concentrationnaires. Certains n'hésitent  pas à les comparer aux tristement célèbres camps nazis. Un film (1) tourné à Beach Grove dans l'état d'Indiana montre l’un d’eux. La voix off décrit : « Nous nous trouvons dans un immense parking. Nous sommes entourés d’une clôture dont la partie supérieure est coiffée de fils barbelés. Sur le toit du bâtiment opposé se trouve une caméra de surveillance dirigée sur le parking. (.) A côté, il y a un accès direct à la voie ferrée, elle-même « contenue » entre deux clôtures. Un train en dépôt arbore les inscriptions « US Army ». Une multitude d’entrepôts sont visibles de l’autre côté du parking. Ce site est supposé avoir été fermé en 1993 afin d’être rénové... Les manches à air et les marques au sol sont présentes partout sur le site. Un seul petit bâtiment permet d’entrer dans la zone protégée. (NDA : l’équipe entre). Ici, à l’intérieur, regardez mieux les tourniquets. Ils sont activés électroniquement.  Ce sont des barreaux de prisons (NDA, c’est un système d’accès au compte-goutte). Les travaux de rénovations qui ont été effectués consistent en l’installation de miradors, de tourniquets électroniques et des revêtements en béton. En outre, des lieux n’ayant jamais été chauffés ces 20 dernières années bénéficient maintenant de chauffages. La partie supérieure des miradors est courbée vers l’intérieur afin d’empêcher les gens de sortir. A côté de la voie ferrée, entre les clôtures, sur les quais, il est indiqué « Red Zone » et sur la clôture sont attachés de petites pancartes numérotées et séparées les unes des autres par intervalles courts et réguliers comme s’il était prévu d’y  aligner des personnes à la sortie d’un wagon. La présence des manches à air confirme qu’il faut s’attendre à un trafic aérien soutenu sur toute la zone. Et là haut, se trouve une imposante antenne radio. Plus loin, dans la zone des entrepôts, il y en a un dont l’entrée est visible, là aussi, le tourniquet constitue le seul accès vers l’intérieur. Toutes les fenêtres et les portes des entrepôts ont été condamnées et à l’extérieur, de toutes nouvelles conduites de gaz ont été construites. Regardez, tandis que nous filmons, un hélicoptère noir vole au-dessus de nous, il observe ce que nous faisons. Les lignes et les conduites de gaz courent tout le long des bâtiments et aboutissent dans de grands fourneaux. On trouve pas mal d’équipements de l’armée ici. On a aussi observé des zones référencées « Green zone » et « Blue zone », chacune très grande et capable de détenir beaucoup de personnes. Les voies ferrées ont été complètement refaites par endroits. Une grande tour de contrôle domine le camp et quatre haut-parleurs y sont accrochés. »

     

    Derrière ces camps se dresse la FEMA (Federal Emergency Management Agency), l’agence gouvernementale chargée de la prévention et de la gestion des catastrophes naturelles. Depuis le début des années 80, celle-ci a connu de nombreuses transformations significatives qui ont fait d’elle une institution aujourd’hui incontournable en matière de gestion des urgences. Bien qu’elle ait été créée pour protéger les civils des catastrophes naturelles, sa mission, maintes fois redéfinie par le gouvernement, se concentre à l’heure actuelle sur la prévention des risques liés au terrorisme. Les changements d’objectifs survenus au fil de l’existence de l’agence ont permis de loger protection et défense civiles à la même enseigne. Une alliance consolidée par l’intégration de la FEMA au nouveau Département de la Sécurité Intérieure (Department of Homeland Security) créé en 2003 par l’administration Bush.
    La gestion des urgences est un créneau derrière lequel se profilent beaucoup de possibilités. En effet, quelque puisse être la nature de l'urgence, la menace qu’elle entraînerait pour la continuité du gouvernement américain justifierait la déclaration de la loi martiale qui, elle-même, propulserait la FEMA à la tête du pays. Une fois le gouvernement provisoire instauré, les lois d’exception seraient activées, ainsi que les programmes impliquant les camps d’internements civils. La planification du fonctionnement de l'Etat en cas de crise nationale dépend donc de toute évidence d'une stratégie qui, dans ce cas-ci, a été élaborée dans le cadre d'un plan militaire bien ficelé.

     

    Un plan pour contrôler les masses et emprisonner les dissidents

     

    Les camps de concentration n’ont jamais cessé d’exister. L’idée fut d’abord naturellement importée outre-Atlantique. En effet, après la Seconde Guerre Mondiale, le Congrès américain ratifia un système de camps de détention qui faisait partie du Internal Security Act de 1950, une loi prévue pour lutter contre l’infiltration des communistes aux Etats-Unis. Ce système fut repris par la FEMA lors de sa création en 1979 et ensuite par le Département de Sécurité Intérieure en 2003. Les premières unités furent établies dans le cadre du plan d’urgence Security Portfolio qui, mis en œuvre, permettait au Président Truman de suspendre la Constitution et au FBI d’arrêter jusqu’à 20.000 personnes destinées à être placées en détention sans passer par la case procès.  Le FBI était également en charge d'établir les camps et de dresser des listes de surveillance reprenant les noms d'individus considérés dangereux pour la sécurité intérieure du pays. Depuis, les plans auraient mûri et les listes auraient été mises à jour.  

     

    Il faudra attendre 1987 pour que l’existence des camps soit portée à la connaissance du public. Cette année-là fut marquée par le scandale IRAN-CONTRA, une sombre affaire de vente d'armes à l'Iran dont les profits furent utilisés pour financer illégalement les Contras, une organisation terroriste de droite au Nicaragua. Une Commission d’enquête fut établie. Sur le banc des accusés se trouvait le Colonel Oliver North, un personnage clé dans l’affaire qui nous intéresse puisqu’il était l’architecte d’un plan militaire de défense civile, le plan Rex 84, commandé par nul autre que le directeur de la FEMA, Louis Giuffrida.

     

    Rex 84 était une initiative conjointe de la FEMA et du Département de la défense qui mettait en scène une agitation civile conduisant à une situation d’urgence nationale. En 1984, durant des exercices de simulation, les militaires furent habilités à déclarer la loi martiale et à mettre en place un gouvernement accrédité pour ordonner des mouvements de population tant au niveau régional que national. Cette mise en situation prévoyait l’emprisonnement de 400.000 personnes et leur déportation dans des camps d'internements. A l'époque, les artisans de Rex 84 invoquent le danger d'une traversée massive de réfugiés en provenance d’Amérique centrale ou du Mexique. Cependant, cette version dissimule un plan obscur visant la détention de dissidents politiques étasuniens et dont la particularité est de fonctionner grâce à une série de lois d'exceptions émises entre 1969 et 1984. Ces lois fournissent tous les ingrédients à la mise en place d'une dictature : suspension de la Constitution, augmentation de la surveillance des citoyens et limitation de leur liberté de mouvement, enregistrement de tout homme, femme et enfant, saisie des propriétés individuelles, organisation et contrôle des moyens de production et des flux financiers, rappel des forces  militaires détachées, saisie et contrôle de tous les moyens de transport, régulation des entreprises privées et limitation des voyages. A ces éléments s'ajoute une autre loi stipulant cette fois qu'en cas d'urgence nationale, le Congrès ne peut intervenir sur les affaires d’Etat durant les 6 premiers mois.

     

    Ces 12 dernières années, plusieurs contrats de construction de camps de détention ont été signés entre le gouvernement américain et diverses entreprises. Le prétexte d’une arrivée massive de réfugiés en provenance des pays limitrophes des Etats-Unis semble bien fonctionner puisqu’il reste une excellente façon de justifier lesdits contrats. 

     

    Contrats juteux dans l’industrie de la construction

     

    Début 2006, la presse américaine annonce que Kellogg Brown & Root, une filiale d’Halliburton, un groupe de bâtiments et travaux publics, a obtenu un contrat de 385 millions de dollars avec L’Armée de Corps des Ingénieurs, un montant destiné à la construction de camps de détentions. Dans le New York Times, Jamie Zuieback, la porte-parole de l’Immigration et du Renforcement des Douanes déclarait à ce sujet : « c’est le genre de contrat qui pourrait être utilisé dans une sorte d’immigration de masse ». Et d’ajouter que Kellogg Brown & Root ne construirait les centres qu’en cas d’urgence extrême telle qu’une arrivée massive de Cubains sur le territoire américain. Elle soulignait par ailleurs que les camps ne seraient peut-être d’ailleurs jamais construits si la nécessité ne se présentait pas. Pour Clayton Church, porte-parole de l’Armée de Corps des Ingénieurs la question était claire : « si des clandestins arrivent massivement aux Etats-Unis, comment allons-nous les nourrir, les loger et les protéger ?  C’est pour cela que ces contrats existent ». Selon lui , les centres pourraient être d’anciens sites militaires inutilisés ou des structures temporaires d’une capacité de 5000 personnes par  unité. A noter que Kellogg Brown & Root avait, d’une part, bénéficié d’un contrat similaire pour la période 2000-2005 et, d’autre part, d’un contrat visant la construction d'unités pénitentiaires en Afghanistan et en Irak.

     

    Quelques années auparavant, Phil Schneider, un ancien ingénieur du gouvernement impliqué dans l’élaboration de bases militaires souterraines secrètes, attirait déjà l’attention de son public sur l’existence de ce type de contrat. En effet, peu avant sa mort, lors d’une conférence tenue en mai 1995 à Las Vegas, il expliquait avoir rencontré un employé de la Gunderson Steel Fabrication, une entreprise spécialisée dans la construction de trains et de voitures ferroviaires : « Un jour, il vint me voir, très perturbé en m'affirmant "qu'ils construisaient en fait des wagons pénitentiaires ". Il était nerveux. Gunderson, affirma-t-il, a un contrat avec le gouvernement fédéral qui prévoit de construire près de 107.200 wagons de transport de prisonniers tout équipé chacun de 143 paires de menottes. Il y a en fait 11 sociétés sous-traitantes dans ce gigantesque projet. Gunderson a probablement reçu une somme de 2 milliards de dollars pour ce contrat. Les aciéries Bethlehem ainsi que d'autres fournisseurs sont impliqués dans cette affaire. Cet homme m'a montré l'un de ces wagons de transport de prisonniers qui était stationné sur une voie de service au nord de Portland. Il avait raison. Si vous multipliez 107.200 par 143 et par 11, vous obtenez un chiffre avoisinant les 15 millions. Ce chiffre correspond sans doute au nombre d'individus qui entreront en dissidence avec le gouvernement fédéral. (…) Je crois aussi que le gouvernement américain mène une véritable stratégie afin de mettre en esclavage le peuple américain. Je ne suis pas un très bon orateur et je ne me tairai que lorsque l'on me tirera dessus car il me semble indispensable de révéler (…) l'existence de ce genre d'atrocité. »

     

     
    Le gouvernement fédéral américain est suspecté d’avoir commandé la construction de plus de 100.000 wagons de transport de prisonnier dont la finalité reste mystérieuse.
     
    Issues and Alibi

     

    Selon tbrnews.org, il semblerait que le Département de la Sécurité Intérieure ait également commandé à la société israélienne Israeli Prison Systems, la construction de 110 camps d’internement dans des régions inhabitées des Etats-Unis, ainsi qu’en Alaska. En juin 2007, l’entreprise israélienne aurait eu fini de construire 65 camps s’ajoutant aux 600 déjà existants. Cette information reste difficile à vérifier. Néanmoins Naomi Klein, une journaliste activiste indépendante, a écrit : « Gaza, plus qu’une prison, un laboratoire pour un monde-forteresse (2) », un article qui démontre qu’Israël utilise la population palestinienne entière pour mettre au point son industrie d’équipement de sécurité destinée à être vendue dans le monde entier. Ces révélations confirment l’éventualité d’un lien contractuel entre le gouvernement américain et Israeli Prison Systems.

     

    Le tableau se complète peu à peu : il existe donc des contrats pour construire des camps de détention et un plan militaire pour les faire fonctionner. Existe-t-il des camps actifs ? En fait, dans une certaine mesure, les camps de détention des prisonniers de guerre actuellement utilisés à Guantanamo par exemple sont de type concentrationnaire. Ceux-ci donnent d'ailleurs un aperçu du comportement des militaires lorsque carte blanche leur est donnée.

     

    Abou Ghraib et Guantanamo, des modèles pour la FEMA ? 

     

    Les associations de défense des droits de l'homme se sont régulièrement insurgées ces dernières années contre les conditions de détention des prisonniers de guerre dans les centres pénitenciers américains.

     

    Début 2004, des photos prises par des soldats américains dans la prison d'Abou Ghraib, située en Irak créent le scandale. La presse internationale diffuse les images de prisonniers torturés, attachés par des câbles électriques, obligés de poser nus et menacés par des chiens de garde. Dans un rapport publié la même année, Amnesty international dénonce : « Les exactions ne se sont pas produites seulement à Abou Ghraib. De nombreuses personnes détenues sur les bases aériennes de l’armée américaine à Bagram et Kandahar en Afghanistan ont déclaré avoir été soumises à des actes de torture et d’autres traitements cruels, inhumains ou dégradants lors de leur détention ; l’administration américaine n’a pas non plus respecté les Conventions de Genève en ce qui concerne les détenus de Guantánamo. (…) Cette personne n’a montré aucune surprise face aux informations en provenance d’Irak et a expliqué que les violences physiques en Afghanistan semblaient faire partie du processus de préparation des détenus aux interrogatoires et à la détention. (…) Parmi les exemples cités, on a noté des coups de pied et de poing donnés aux détenus ; le fait de sauter sur leurs pieds nus ; de forcer les détenus à prendre diverses positions sexuelles explicites pour les photographier ; de faire monter un détenu entièrement nu sur un carton, un sac de sable sur la tête et d’attacher des électrodes à ses doigts, à ses doigts de pieds et à son pénis pour mimer la torture électrique ; de mettre un collier de chien ou une laisse au cou d’un détenu entièrement dévêtu et de le prendre en photo avec une femme soldat posant près de lui. »

     

    Le journal Le Monde publiait, en octobre 2004, le témoignage de la dernière femme du camp d’Abou Ghraib, Houda Al-Azzawi, une femme d’affaire irakienne : "Je suis arrivée à Abou Ghraib le 4 janvier 2004. On m’a donné le matricule 156283 et une cellule de 2 m-. J’y ai passé 197 jours et subi trente interrogatoires. (…) Le scandale des photos d’Abou Ghraib, je ne l’ai appris qu’à ma sortie. Elles n’ont pas été prises dans notre section, mais nous avons tous été témoins de scènes similaires, ou pires. J’ai vu des hommes à qui les soldats faisaient rentrer de force des bouteilles d’eau dans le derrière."

     

    Le Président Bush déclarait 2 ans plus tard que la prison d'Abou Ghraib était la plus grosse erreur des Américains en Irak. Onze soldats furent jugés et condamnés, mais étonnement tous les hauts gradés furent blanchis.

     

    Au sortir de Guantanamo, les témoignages se succèdent aussi. Le rapport d’Amnesty International sur un ex-détenu est représentatif du modus operanti de l’armée américaine : « Sami al Hajj a été détenu au Pakistan du 15 décembre 2001 au 7 janvier 2002. Son passeport lui a été confisqué, ainsi que sa carte de presse et son visa pour le voyage en Afghanistan. Le 7 janvier, il a été remis aux autorités des États-Unis qui l’ont transféré à la base étasunienne de Bagram en Afghanistan. Sami al Hajj a décrit les seize jours de détention qu’il a passés à la base de Bagram comme les pires de sa vie. Il a, dit-il, été violemment torturé, agressé par des chiens, enfermé dans une cage placée dans un hangar à avions glacial ; les rations alimentaires étaient insuffisantes et la nourriture était souvent gelée. Il a ensuite été transféré à Kandahar où les sévices ont continué. Sami al Hajj décrit comme suit les traitements qu’il y a subis : Il a été agressé sexuellement par des soldats étasuniens, qui ont notamment menacé de le violer. Il a été contraint de garder des positions douloureuses forcé de rester agenouillé sur des sols en ciment pendant de longues périodes. Il a été régulièrement roué de coups par ses gardiens. On lui a arraché un à un tous les poils de sa barbe. Il n’a pas été autorisé à se laver pendant plus de cent jours et il était couvert de poux. Sami al Hajj a été transféré à Guantánamo le 13 juin 2002. Pendant toute la durée du vol il est resté enchaîné, bâillonné, la tête recouverte par une cagoule. S’il s’endormait les soldats le frappaient sur la tête pour le réveiller. À Guantánamo Sami al Hajj n’a pas cessé d’être interrogé sur les liens éventuels existant entre ses employeurs et les islamistes extrémistes. Il a dit que lors de son premier interrogatoire il avait été privé de sommeil pendant plus de deux jours. (…) Il affirme avoir été soumis à toute une série de mauvais traitements et avoir été privé de soins médicaux :  des gardiens ont brisé une de ses rotules en la frappant violemment avec leurs pieds. On lui a administré des coups sur la plante des pieds. À son arrivée à Guantánamo, des chiens de l’armée ont été utilisés pour l’intimider. Il a été l’objet d’insultes racistes et ses périodes de détente ont été réduites parce qu’il était noir. Avant d’être autorisé à voir les agents de renseignement soudanais venus à Guantánamo pour l’interroger, il dit avoir été enchaîné et aspergé de gaz poivre. »

     

    Des récits comme ceux d'Abou Ghraib et de Guantánamo, il y en a pléthore. Cependant, ils ne montrent que la partie visible de l’iceberg. Il semblerait que les camps de détentions des prisonniers de guerre soient de gigantesques laboratoires humains où seraient expérimentées de nouvelles technologies visant à altérer et manipuler la conscience humaine.  Dans un article publié par le Nouvel Observateur en décembre 2004, l’avocat Jacques Debray dévoile que ses clients, Nizar Sassi et Mourad Benchellali, deux ex-détenus de Guantánamo, ont l’impression d’avoir été victimes d’expérimentations : «Nizar m’a raconté qu’ils avaient aussi été enfermés dans une pièce équipée d’une glace sans tain où il faisait extrêmement froid. Ils ont aussi raconté qu’il existait des pièces où était diffusée de la musique ultra-violente. Une fois, suite à la prise d’un de ces médicaments, il a perdu connaissance et a eu l’impression d’être resté un ou deux jours inconscient. Ils ont aussi eu des injections. Ils ne savaient pas quel genre de médicaments on leur donnait, mais tous deux ont affirmé qu’un de leurs co-détenus avait été couvert de boutons après avoir pris un de ces médicaments, et plus largement ils se demandaient s’ils n’étaient pas victimes d’expérimentations. Les fioles qui contenaient les médicaments portaient des numéros, et un médecin passait les voir pour leur demander quels effets avaient les médicaments. Ils n’ont pu voir le médecin, en dehors de ces questionnaires, qu’à une ou deux reprises, parce qu’à Guantanamo tout fonctionnait sur le système de récompense. Nizar a par exemple été contraint d’attendre un an pour voir un dentiste. Il y avait à Guantanamo un nombre impressionnant de psychiatres (…) il existe des unités réservées à ceux qui étaient devenus fous.»

     

      Les psychologues de la Behavioral Science Consultation Team (BSCT) étudient la personnalité des prisonniers pour cerner leurs faiblesses et les signaler à leurs futurs tortionnaires.

     

    Ces expériences sont conduites par un groupe de psychologues connu officiellement sous le nom de Behavioral Science Consultation Teams (BSCTs) (3). Ses méthodes ont été observées par le FBI qui fut chargé de mener l'enquête à Guantánamo à la suite des allégations propagées dans la presse internationale.  En vertu de la loi sur la liberté de l'information, l’American Civil Liberties Union (ACLU) est parvenue à obtenir des échanges d’emails du FBI sur ce sujet. Certains d’entre eux sont disponibles sur le site du Centre des droits humains de l'Université du Minnesota. Dans une note référencée FBI 2776, on peut lire : «Une fois que les détenus sont identifiés, ils deviennent des projets. (…) J’ai rencontré  le BISC (Biscuit) (NDA : jeu de mots désignant le BSCT), ce sont des personnes d’une grande ressource. Ils savent tout de chaque détenu, à qui ils parlent, qui sont les chefs, etc. (…) Nous nous battons toujours avec le DHS (NDA : Département de la sécurité intérieure) qui quotidiennement a un impact négatif sur ce que nous essayons de faire. Hier soir, j’observais une interview (…) la pièce adjacente, observable depuis la cabine de contrôle, était occupée par deux enquêteurs du DHS montrant à un détenu des films pornographiques homosexuels et utilisant un stromboscope dans la pièce.»

     

      Les prisonniers du  centre pénitencier de Guantanamo ont été soumis à de nombreux sévices physiques et psychologiques dénoncés par les organisations internationales de défense des droits de l’homme. Parmi les sévices subis par les prisonniers du camp pénitencier de Guantanamo, l’isolement mental par la privation des sens.

     

      Guantánamo et tous les autres camps situés au Moyen Orient font partie d’une seule et même réalité, non d’une fiction. Le corps militaire soutenu par le Président en personne s’autorise à bafouer les droits de l’homme au nom de la démocratie. Et bien qu’une partie des exactions révélées ces quatre dernières années ait été discrètement reconnue par le Président Bush et que celui-ci se soit très timidement excusé, sa sincérité semble difficile à croire d’autant qu’aucun haut gradé n’a été jugé coupable devant un tribunal. Les soldats américains auraient-ils agi en électrons libres ? Sans ordres ? Sans consentement de la hiérarchie ? En avril 2005, Reed Brody, conseiller juridique de Human Rights Watch déclarait : “Si les Etats-Unis veulent effacer les horreurs d’Abou Ghraib, ils doivent poursuivre ceux qui, en haut lieu, ont fermé les yeux sur les exactions ou les ont ordonnées. Ils doivent par ailleurs révéler les choses que le président a autorisées. Washington doit répudier une fois pour toutes les mauvais traitements perpétrés sur les détenus au nom de la guerre contre le terrorisme.”. Moins de deux semaines après ces conclusions, le Président Bush, sur recommandation du secrétaire de la défense Donald Rumsfeld, rétrograda Janis Karpinski qui supervisait 17 prisons américaines en Irak. Celle qui fut la générale de réserve à Abou Ghraib a nié avoir été au courant des tortures qui, selon elle, ont été autorisées par les renseignements militaires. Une information récemment confirmée par les soldats ayant écopé de plusieurs années de prison (4).

     

    En outre, en 2006,  Bush reconnaissait pour la première fois l'existence de centres de détention secrets gérés par la CIA à l'extérieur des Etats-Unis. Selon le journal Le Monde, il ne niait pas l'usage de moyens musclés pour obtenir des renseignements et les justifiait même en invoquant le nombre d'innocents que ceux-ci avaient permis de sauver.

     

    A la lecture des informations diffusées par des médias reconnus, il y a lieu de penser que l'existence d'un régime gouvernemental secret aux pratiques "parallèles" existe. Si tel est le cas, pourquoi le gouvernement américain se priverait-il de réserver le même sort aux personnes qu'il jugerait coupables de faits arbitrairement qualifiés de subversifs ? Pour les activistes, Guantanamo et Cie pourraient bien servir de modèles aux camps de la FEMA.

     

    Annihiler les libertés individuelles, une histoire de longue date

     

    Les Etats-Unis sont-il en passe de devenir une dictature militaire? La politique américaine menée dans le cadre de la lutte contre le terrorisme pourrait-elle inspirer la politique intérieure ? Depuis plus de 50 ans, le gouvernement s’atèle à supprimer les libertés individuelles sur son propre sol en promulguant régulièrement des lois d’exceptions. La première d’entre elles remonte aux années soixante. Les agitations civiles liées à la guerre du Vietnam conduisirent le Président Nixon à signer un décret présidentiel (5) qui déléguait les fonctions de planification d’urgence au département fédéral ainsi qu’aux agences fédérales, intégrant ce domaine d’action dans la sphère gouvernementale. 

     

    Ensuite, en 1976, l’administration Ford émît une loi (6) visant à investir la FEPA (Federal Emergency Preparedness Agency), prédécesseur de la FEMA, d’une mission au caractère interpellant : développer des plans visant, en situation d’urgence, à établir un contrôle gouvernemental sur les mécanismes de production et de distribution des sources d’énergie, sur les salaires, ainsi que sur les crédits et les flux financiers entre institutions. Plus inquiétant encore, l’ordre présidentiel prévoyait que les toutes les affaires traitées par le gouvernement provisoire sur le territoire soumis à la loi martiale ne puissent être révisées par le Congrès durant une période de 6 mois.  Ceci est encore d’actualité.

     

    En 1979, l’administration Carter créa la FEMA (7) en fusionnant une centaine d’agences spécialisées dans la planification d’urgence. Cet acte de centralisation permit à la nouvelle entité d’absorber d’importantes responsabilités dans le domaine de la défense civile. Depuis, le financement de la protection et de la défense civiles proviennent de la même enveloppe budgétaire. 

     

    A l’époque, Howard J. Ruff (8), un activiste archi-conservateur, soulignait déjà dans un éditorial que « (…) Seul le manque d’une crise suffisamment grave, un président déterminé, et un public suffisamment conditionné pour le permettre séparent les citoyens d’une dictature qui ne demande qu’à être établie dans une situation qui pourrait être qualifiée d’urgence nationale ». Une analyse qui fait froid dans le dos au vu de la propagande soutenue de Bush depuis 2001, et de sa détermination dans l’accomplissement de son agenda politique.

     

    S'ensuivit l’ère Reagan (1981-1989) qui fut la plus décisive dans l’avènement d’une dictature militaire. C’est en effet sous son administration que furent conçus les plans Cable Spicer I, II et III destinés à légitimer l’arrestation et la détention de dissidents politiques. Un nombre important d’actes présidentiels furent publiés durant ces années afin d’intensifier les efforts dans le renforcement de la sécurité nationale. A partir de 1981, la FEMA conjointement avec le DoD (Department of Defense) conduisirent une série d’exercices portant sur la mobilisation de civils, la gestion des situations d’urgence et le contre-terrorisme. Le Plan REX 84 en faisait partie. En 1982, la FEMA et le DoD publièrent un document intitulé « The civil/Military Alliance in Emergency Management » confirmant la transformation inéluctable de la planification d’urgence en une activité militaire et policière.

     

    Dans la foulée, un projet de décret présidentiel destiné à réviser l’ordre 11490 (9) était sur le point d’être signé. Le bureau fédéral du budget chargea l’avocat général William French Smith d’en vérifier la légalité. Confronté aux abus manifestes du décret, il rédigea une lettre au conseiller de la sécurité nationale :  « Je crois que le rôle assigné à l’Agence de gestion fédérale des secours dans le cadre du décret présidentiel révisé excède sa fonction appropriée en tant qu’agence de coordination pour la préparation des secours (…) Ce service et d’autres ont à plusieurs reprises fait part d’objections politiques et légales sérieuses au rôle de « Souveraine des secours » dévolu à la FEMA. (…) Les objections légales sont liées à l’absence d’une autorisation présidentielle ou du Congrès dans l’émission par la FEMA de directives qui visent à établir de nouvelles structures pour le gouvernement fédéral.». En d’autres termes, William French Smith dénonçait la centralisation des pouvoirs et la possibilité pour la FEMA d’établir un gouvernement provisoire alors que son rôle devait s’en tenir aux secours des citoyens en cas de catastrophe naturelle.

     

    La consolidation des pouvoirs de la FEMA culmina en 2003, lorsqu'elle se joignit à 22 autres agences fédérales, programmes et bureaux pour former le Département de Sécurité Intérieure (Department of Homeland Security), un nouveau département créé à la suite des attentats du 11 septembre par l’administration Bush. L’approche gouvernementale en matière d’urgence est dorénavant parfaitement intégrée, centralisée et concentrée. Aujourd’hui, que reste-t-il à faire ? D’une part, la FEMA occupe une place charnière, les lois d’exceptions le permettant et d’autre part, elle se retrouve à l’abri des contrôles externes puisque son intégration la lie aux autres services fédéraux. En outre, la propagande a conditionné les citoyens américains et le gouvernement semble de moins en moins se soucier de l’opinion publique. Où en est-on ? Quelle est l’étape suivante ?

     

    Etat d’urgence et loi martiale, C’est pour quand ?

     

    A en croire le baromètre de la FEMA, les Etats-Unis sont perpétuellement menacés, mais à quel point l’état d’urgence est-il imminent ? Difficile à dire, mais de nombreux cas de figure sont possibles. Quoiqu’il en soit le gouvernement américain nous donne lui-même quelques indices. En 2003, le Président Bush présentait un projet de vaccination de masse : le Model State Emergency Health Powers Act, ou Model Act en abrégé, actuellement adopté par 34 états. Ce dernier rappelle étrangement le Plan Rex 84. En effet, il octroie aux gouverneurs, d’une part, les pouvoirs nécessaires à la détection de virus pandémiques et, d’autre part, les outils nécessaires à la protection des civils contre la contamination. Selon le gouvernement, étant donné les risques que posent le bioterrorisme, ce projet de loi est indispensable afin d’anticiper sérieusement et rapidement la potentialité d’une guerre bactériologique.

     

    Cependant, des associations américaines reconnues tel que le National Vaccine Information Center (NVIC) ou la Home School Legal Defense Association (HSLDA), une organisation d’avocats qui défend les droits de la famille, appellent les citoyens à la vigilance face à ce programme et soulignent son caractère anti-constitutionnel. La HSLDA dénonce les pouvoirs accordés aux gouverneurs car ceux-ci les autorisent à enregistrer les données personnelles, à contrôler les biens immobiliers, la population et enfin tous les moyens de communications. En gros, exactement les mêmes mesures répressives que celles des programmes militaires développés dans les années 80, si ce n’est que dans ce cas-ci, des pouvoirs supplémentaires apparaissent tels que la vaccination forcée des individus, l’accès à leurs données médicales, et pire, la localisation et le suivi des individus.

     

    Au sujet de la localisation, le « tracking » des individus, un article publié sur le site de livescience.com en mai 2006 annonçait que la société VeriChip Corporation avait proposé au gouvernement américain d’implanter aux immigrants une puce permettant de les localiser et de les suivre. Cette proposition faisait référence à un appel lancé par le gouvernement intitulé : « Qui est dans notre pays et pourquoi sont-ils là ? ». Cette puce permet d’enregistrer à la frontière les immigrants venus travailler aux Etats-Unis et de vérifier leur identité sur leur lieu de travail. Le « RFID » (Radio Frequency Identification tag) a la taille d’un grain de riz et peut être injecté directement dans le corps. L’implant diffuse ensuite un signal qui émet les données de l’individu. Selon VeriChip, ce type d’implant est utilisé depuis longtemps chez les animaux, notamment chez les chiens et les chats en remplacement du tatouage. Sur son site Internet, VeriChip Corporation présente son système, le VeriTrace. Celui est adapté pour le suivi des patients, la protection des enfants ainsi que pour la gestion des urgences. Les dérives d'un tel système sont évidentes. Dans le cadre du Model Act ou du plan Rex 84, ces implants seraient une atteinte à la liberté individuelle.

     

     

     

    Les implants sous-cutanés, déjà couramment utilisés pour marquer les animaux de compagnie, pourraient bientôt servir de nouveau moyen de contrôle pour le gouvernement fédéral américain.

     

      Quoiqu'il en soit, il saute aux yeux que la mise en œuvre du Model Act  nécessite des sites tels que les camps de la FEMA car il est objectivement impossible, sans infrastructures appropriées, de procéder à une vaccination de masse ou de maintenir les personnes contaminées en quarantaine. 

     

    Steve Watson, journaliste activiste pour Infowars aux côtés d’Alex Jones, concluait, à la suite du passage du cyclone Katrina, par une note apocalyptique : « Pendant des années, nous avons mis en garde les gens contre la mise en place d’un état police, nous les avons averti que la Loi Martiale deviendrait la norme, que les lois anciennes, droits et libertés seraient remplacés par des mécanismes répressifs de contrôle. (…) Pendant des années, les gens ont réfuté l’évidence ou prétexté qu’elle était destinée à autre chose, ou encore l’ont simplement refusée. Maintenant nous vous avertissons que tout cela est en train de se passer. A la suite des catastrophes naturelles récentes, des précédents dangereux ont été mis en place. Nous avons été contraints de constater comment, en temps de crise, nous devons nous soumettre et suivre les ordres des Commandants fédéraux, peu importe s’ils dénigrent les droits humains de base ou non. Que ce soit un coup d’état, une attaque terroriste, un accident ou une catastrophe naturelle, cela importe peu, le résultat sera le même. Nous sommes seulement à un événement près de la Loi Martiale, n’importe quel événement. ».

     

    Ces 60 dernières années ont été déterminantes pour l’avènement d’une dictature militaire. De nombreuses lois d’exceptions ont été mises en place permettant d’une part, de renforcer l’intervention policière et , d’autre part, d’affaiblir des libertés civiles essentielles. Les Américains sont, jour après jour, assommés par une propagande fondée sur la peur de l’autre et du reste du monde. Le sentiment d’insécurité les poussent à tolérer les dérives de son gouvernement et à inconsciemment lui permettre d’instaurer lentement, mais sûrement des mécanismes de contrôle à l’intérieur du pays. Les programmes militaires tels que ceux développés depuis l’ère Reagan ont permis de transformer la protection civile en défense civile. En d’autres termes, le gouvernement semble avoir la ferme intention de protéger le pays contre lui-même puisqu' aujourd’hui s’opposer n’est plus un devoir démocratique, mais un acte subversif. Au risque de se répéter, ce sont généralement les dictateurs qui emprisonnent leurs opposants. En jouant sur le concept de la gestion des urgences et sur la notion de continuité du gouvernement en cas de menace interne ou externe, l'Etat fédéral est parvenu, au terme d'une stratégie de longue durée, à faire croire à la population que son bien-être passait avant tout par le maintien du pouvoir en place.

     

    Kali

     

     

     

      Sources
    1- L’auteur et la date de tournage de cette vidéo sont inconnus. Il semblerait que ce film soit à l’origine un documentaire intitulé Shocker diffusé à la télévision, aux Etats-Unis, dans les années ’90.

     

    2- article disponible ien français 

     

    3- Equipe consultative des sciences du comportement

     

     

     

    6- EO 11921

     

    7- EO 12148

     

    8- Source : The Rise of the National Security State : FEMA and the NSC de Diana Reynolds, politologue (www.publiceye.org/libery/fema/Fema_1.html)

    9- Pour rappel, ce décret fut déclaré par le Président Nixon en 1969. Il assigne les fonctions de préparation à l’urgence aux départements et agences fédérales.


    http://karmapolis.be/pipeline/fema_secrets.html


    votre commentaire
  •  
     
    Lundi 31 mars 2008

     

     

    04w99.jpghttp://chahids.over-blog.com

    04w99.jpg



















    On vient de m'envoyer ça, c'est trop beau, je le mets en tête de cette parution :


    Quand le dernier arbre aura été coupé,
    Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,
    Quand le dernier poisson aura été attrapé,
    Seulement alors, l'Homme se rendra compte que l'argent ne se mange pas...
    Prophétie indienne
    .



    Bonjour

    Etant donné la situation actuelle, lourde de menaces et d'incertitudes, je choisis de soumettre à votre réflexion quelques textes qui illustrent d'une manière originale l'actualité. Et par exemple, qui cite les déclarations du Président Syrien au sommet de la Ligue Arabe ? Comment peut-on juger ce pays, son dirigeant, sans même savoir ce que dit celui qui, actuellement, dans l'indifférence médiatique générale, anime le sommet de la Ligue Arabe à Damas ?

    Et que penser de l'intervention, pour moi colonialiste, impérialiste, de la France en Afghanistan, qui s'aligne ainsi sur la position des néocons américains désavoués partout ?  Intervention d'ailleurs décidée unilatéralement, sans concertation avec les élus - qui n'auront même pas le droit de voter -, de façon anti-démocratique !

    Intervention, aussi, qui met notre pays au premier rang des nations engagées dans des guerres de civilisation, préventives, contraires aux intérêts français et à la tradition gaullienne d'indépendance !  Les Arabes sont, à juste titre, étonnés et scandalisés. 

    Notons d'ailleurs que cette politique étrangère n'a jamais été présentée aux Français pendant la campagne électorale, ce qui est une imposture de plus. Ajoutons aussi que les médias aux ordres évitent consciencieusement d'aborder la question, préférant nous divertir avec les tenues de Carla Bruni à Londres plutôt que de nous entretenir des sujets qui engagent l'avenir de notre pays et, étant donné l'influence de la France, l'avenir du monde, aussi !  Honte à cette télévision qui nous abêtit au lieu de proposer des sujets susceptibles d'alimenter notre réflexion pour qu'ensuite, nous puissions faire des choix en connaissance de cause.

    Chine-Tibet encore, mais cette fois avec un point de vue que l'on n'entend guère, celui des communistes, traditionnellement engagés pour la paix,  amis de la Chine et réservés quant à l'évolution de son  pseudo communisme flirtant allègrement avec le capitalisme. Ensuite, le témoignage d'un correspondant très critique envers ce pseudo communisme chinois, et pour cause. Enfin,  pour corser le tout, quelques liens afin d'évoquer des financiers plus soucieux, semble-t-il, du but que des moyens !

    Je vous rappelle que je mets souvent en commentaires (à la fin des parutions), d'excellents articles - faute de place. Par exemple, vous pourrez lire un papier remarquable sur la crise financière dans les commentaires du précédent article : Simple, clair, limpide, pour comprendre le marasme actuel. Aux Etats-Unis, les banques n'ont plus d'argent !!! Un comble, pour ce pays grand donneur de leçons et obsédé par Mâmon.  Au final, la crise nous guette tous... Et certains peuvent être tentés de trouver un exutoire dans la guerre !

    Bonne lecture,  Eva

    Je tiens à souligner que pour les EU, la Chine représente le danger majeur (population, Finances saines etc). Donc à combattre en priorité.


    __________________________________________________________________________________________


    Le discours du Président syrien, au Sommet de la Ligue arabe‎ Version imprimable Suggérer par mail

     

    L'IRIB   
    30 Mars 2008




    IRIB- Les déclarations du Président syrien, Bachar al-Assad, ‎
    lors des cérémonies d'ouverture du 20ème Sommet de la Ligue ‎arabe,
    à Damas, ont eu de vastes répercussions dans les milieux ‎
    politiques et médiatiques internationaux. Dans des propos ‎fermes
    et clairs, Assad a rappelé que la sécurité du Moyen-‎Orient ne
    pourrait être assurée que dans un climat de paix et que ‎les occupations
    ne menaient en rien à la sécurité. "Il n'est pas ‎exagéré de dire, a-t-il
    ajouté, que nous ne faisons plus face au ‎danger, mais que nous y
    sommes en plein dedans." Le Président ‎syrien n'a pas oublié
    d'insister sur la nécessité de déployer ‎davantage d'efforts pour
    résoudre les crises, libanaise, irakienne, ‎soudanaise, et l'affaire
    palestinienne, souhaitant qu'un consensus ‎se crée dans le
    monde arabe.

    Il a, également, fait part de la ‎volonté de son pays de voir
    l'établissement d'une paix juste et ‎équitable, dans toute la
    région, avant de s'adresser à Washington ‎et à Tel-Aviv en
    ces termes: « La paix ne s'instaurera que ‎lorsque le Golan nous
    sera restitué dans le même état où il était ‎avant le 4 juin 1967.»
    Il n'y a pas l'ombre d'un doute que les ‎politiques moyen-orientales
    des Etats-Unis ont porté, ‎sérieusement, préjudice au monde arabe.
    Malgré l'échec lourd et ‎historique de l'armée du régime sioniste,
    face à la résistance du ‎Hezbollah libanais, en été 2006, son allié
    américain n'hésite pas ‎à déployer tous ses efforts et à tramer des
    complots, afin de ‎dresser les pays arabes les uns contre les autres
    et de ‎compromettre la sécurité nationale du monde arabe.

    Qu'a donc ‎fait le monde arabe, malgré tous les leviers dont il
    dispose, dans ‎la région? Ou bien, il est resté muet ou bien il s'est
    aligné sur les ‎politiques américaines. Nombre d'analystes politiques
    estiment ‎que, dans la situation délicate actuelle de la région, seule,
    l'union ‎pourra sauvegarder le monde arabe devant les complots
    ‎américains. En effet, deux tendances prévalent, actuellement,
    ‎dans le monde arabe: les tendances pro-américaines et celles, ‎
    pro-arabes. C'est la réalité indéniable du Moyen-Orient.

    Le ‎Sommet arabe s'avère important, car il pourrait permettre
    aux ‎Arabes de laisser de côté leurs différends. La Syrie a été
    rangée, ‎en 2006, sur la liste noire de la sécurité nationale américaine ‎
    parce qu'elle s'oppose aux politiques régionales des Etats-Unis.
    ‎Washington nie le danger évident qu"Israël représente pour
    le ‎Moyen-Orient, mais range la Syrie sur l'axe de mal. Elle a tout ‎
    fait pour que Damas n'arrive pas à réunir les Arabes et qu'il ne ‎
    puisse pas présider la Ligue arabe. Cependant, le Sommet arabe
    ‎s'est tenu et ce sera une grande victoire pour les ‎Syriens.

     ‎
    http://french.irib.ir/index.php?option=com_content&task=view&id=7730

    ___________________________________________________________________________________________________


    http://www.geostrategie.com/637/dieudonne-en-syrie>




    ______________________________________________________________________________________________________




    http://www.unregardifferent.net/


    La France en Afghanistan :
    http://www.decapactu.com/spip/article.php3?id_article=440

    C’est de toute la classe politique que l’annonce d’un engagement renforcé de la France en Afghanistan suscite des interrogations ou des condamnations.

     

    Si les positions claires et nettes de l’Union Populaire Républicaine ou du Comité Valmy ne surprendront personne, celle du député UMP Jacques Myard montre que dans la majorité même, cet engagement ne passe pas. 



    SUR  LE  SITE  DE  L' UNION  POPULAIRE  REPUBLICAINE :
      

     

    Sarkozy se trompe de Parlement
    D’après l’article 35 de la Constitution, on aurait pu croire que l’exécutif devait consulter le Parlement pour déclarer la guerre.

    Mais c’était sans connaître les astuces des anglo-américains et de leurs serviteurs. Il suffit de mettre en place des "terroristes", puis de faire la guerre au "terrorisme", sans jamais déclarer la guerre à personne, donc sans consulter les parlementaires.

    C’est très exactement ainsi que nos forces armées se trouvent engagées en Afghanistan. Initialement, seuls des troupes d’élites censés arrêter Ben Laden devaient intervenir. Mais quand elles ont eu l’ennemi public n°1 des USA dans le viseur, elles ont demandé la permission de faire feu, ce qui a permis au fameux terroriste de s’enfuir.

    Nicolas Sarkozy devait estimer que la France n’avait pas été suffisamment ridiculisée dans ce bourbier : pour renvoyer quelques milliers de soldats supplémentaires, il ignore superbement le Parlement français et va l’annoncer aux Parlementaires... britanniques !

    Doit-on comprendre qu’on pourrait faire des économies en supprimant le Parlement français ? Non, bien sûr.

    Je pense plutôt que si le Président se trompe de Parlement, c’est qu’il s’est trompé de pays.

     



    COMMUNIQUE DU COMITE VALMY

     

    - Pas de troupes françaises en Afghanistan
    - Retirer la France de l’Otan outil, américain d’agression et de guerre

    Répondant aux exigences répétées de Bush, Sarkozy a décidé unilatéralement et sans consultation préalable du Parlement, d’envoyer 1000 militaires français en Afghanistan, lesquels viendraient s’ajouter aux 1900 qui déjà combattent le peuple Afghan dans une guerre américaine illégitime, sous les ordres directs de l’Administration des Etats-Unis qui contrôle l’Otan globalement.

    En s’installant dans cette logique de guerre, Sarkozy confirme qu’il n’est que le Président d’une République Française qui, sous son influence, s’enfonce toujours davantage dans l’engrenage de la souveraineté limitée inhérente au carcan euro-atlantiste. Sous sa pratique d’un pouvoir personnel apparent, la réalité est une fuite en avant dans l’approfondissement de la vassalisation de la France. L’armée française est en passe de devenir une structure supplétive de la politique d’agression et de guerre de l’impérialisme américain. Face à celle-ci, une politique étrangère conforme à l’intérêt national, nécessiterait au contraire, une volonté d’endiguement de la menace américaine et de défense de la paix mondiale, dans le respect du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.


    http://www.amazon.fr/gp/product/images/2213620806/ref=dp_image_0?ie=UTF8&n=301061&s=books



    En Europe, le bellicisme de notre Président représentant de la bourgeoisie compradore, n’est pas isolé notamment en Grande-Bretagne et en Allemagne. Dans ce pays l’ancien ministre de la défense Joseph Fischer est inquiet devant l’incapacité des troupes de l’Otan de gagner la guerre voulue par les stratèges américains en Afghanistan. Dans ce pays, les combats s’intensifient. Le bilan des pertes américaines s’accroît et s’ajoute à celles de la guerre coloniale en Irak. Cela fait progresser la prise de conscience du peuple américain et son refus de ces guerres. Devant cette réalité Fischer, homme de « gauche » n’hésite pas : ce qui est en jeu en Afghanistan « c’est une victoire ou une défaite sur le terrain » et donc « l’avenir même de l’Otan ».

     L’impérialisme allemand est à la fois complice et concurrent par rapport à la politique des dirigeants américains.

    Cette guerre américaine en Afghanistan, comme d’autres, est menée au nom de la lutte « contre le terrorisme » Mais les services de renseignements US eux -mêmes, confirment que ces guerres peuvent exacerber -et nous considérons que c’est l’un de leurs objectifs- des contradictions au sein des peuples, entre les cultures et les civilisations.

    Sarkozy dans sa logique et sa volonté de guerre n’est pas représentatif du peuple français qui était avec raison, quasiment unanime sur le refus de la guerre américaine contre l’Irak exprimé à l’époque par Jacques Chirac et Dominique de Villepin.

    Les Français doivent exiger que la France officielle renonce à la politique de guerre de Sarkozy et à transformer les soldats qui agissent au nom de la France, en supplétifs d’une guerre américaine injuste, illégitime et illégale.

    Les militaires français doivent quitter l’Afghanistan et il est de l’intérêt de la France de se retirer de l’Otan.

     Cet appareil d’agression et de guerre sous contrôle absolu des USA doit être dissous dans l’intérêt de la paix dans le monde qu’il menace en permanence.

    La France s’inspirant de l’exemple donné par de Gaulle, doit refuser toute participation à une guerre qu’elle n’aurait pas elle-même décidée. Il convient de rétablir une politique de défense nationale souveraine, dans le cadre d’une indépendance nationale réaffirmée.

    La République française devrait rétablir la conscription. L’armée française doit redevenir l’armée de la nation et celle de notre peuple, au service de sa défense. La souveraineté populaire et nationale ainsi que la démocratie, détruites par le totalitarisme néolibéral et atlantiste de l’Union européenne, doivent être rétablies.

     

    Déplacement en famille
    http://photos.linternaute.com/pays/231/afghanistan/

    COMMUNIQUE DE JACQUES MYARD

     

    Député UMP - Président du Cercle Nation et République
    A/S : France-Afghanistan

    L’annonce du Président de la République à Londres de renforcer le dispositif militaire en Afghanistan par l’envoi de 1000 hommes supplémentaires ne peut que susciter des doutes sérieux et de fortes interrogations.


    -  Des doutes sérieux car il n’y a pas de solution militaire en Afghanistan. Plus les forces étrangères se substitueront aux forces afghanes, plus elles renforceront la rébellion talibanique et s’alièneront le soutien des populations. C’est une loi de l’histoire particulièrement avérée en Afghanistan. Si les forces de l’OTAN doivent concourir à mettre sur pied une armée afghane - il est regrettable que l’aide économique internationale se fasse rare - elles ne doivent pas se substituer à leur combat dans ce qui apparaît aujourd’hui comme un véritable guêpier.


    -  De fortes interrogations : cette décision apparaît à l’évidence comme un alignement atlantiste sur les positions américaines alors même que la politique étrangère de Washington est un échec quasi-total. La France n’a rien à gagner dans un tel alignement. Elle doit plus que jamais conserver son indépendance diplomatique et militaire. Son retour annoncé par certains dans l’organisation intégrée de l’OTAN serait une faute sans appel.

    En tout état de cause, cette réorientation de la politique étrangère française commande impérativement un débat au Parlement, afin que les Français et le Président  lui-même connaissent les réserves du Parlement, voire son opposition à cette inflexion radicale de la politique étrangère française, laquelle n’a pas été débattue lors de la campagne présidentielle
    .



    ________________________________________________________________________________________

    www.makara.us/04mdr/01writing/03tg/bios/14_dalai_lama_files/DalaiLama.jpg www.korubo.com/TIBETDOC/aagyantsetemple.JPG  
             

    http://fr.search.yahoo.com/search?p=Tibet+photos+DalaiLama&yhdr_submit_button=Recherche+Web&fr=ush1-mail



    Non à l’hypocrite campagne anti-chinoise à propos du Tibet, oui à une Chine multinationale unie et socialiste !

     

    Deux poids, deux mesures : les Ménard, Glucksmann, Lévy et Cie n’ont pas dit un mot pour condamner les USA et réclamer le boycott des JO d’Atlanta et de Los Angeles au moment où l’Empire états-unien semaient la mort de masse en Irak, au Panama ou en Yougoslavie.

     

    Pas un mot non plus contre cette grande “démocratie” qui torture officiellement à Guantanamo et qui a le plus fort taux au monde, très loin devant la Chine, pour le nombre de citoyens emprisonnés par rapport à la population globale.

     

    Pas un mot de protestation non plus contre la dédicace sciemment politique du Salon parisien du livre à l’Etat d’Israël avec visite à la clé du président d’Israël, présentement occupé à massacrer sans pitié civils et enfants palestiniens. Pour ce qui concerne la fausse gauche, pas un mot non plus, , sauf quand il s’agit de boycotter un pays se réclamant du socialisme, pour condamner les J.O. en tant que vitrine du sport commercial et professionnel (un débat approfondi serait nécessaire à ce sujet). Pas un mot non plus, tout simplement, pour condamner les atteintes aux droits de l’homme, en France même, du régime sarkozyste, sa traque aux ouvriers immigrés, ses atteintes répétées au droit de grève, sa mainmise sur les médias (n’est ce pas, Messieurs de “Reporters sans frontières” !), sa construction d’un Etat policier chargé de fliquer les manifs populaire, son viol grossier de la souveraineté du peuple auquel Sarkozy et la fausse gauche viennent d’imposer la constitution européenne bis en annihilant le vote démocratique du 29 mai 2005.

     

    En réalité, à l’approche des JO, il faut s’attendre à une multitude de provocations pour tenter d’isoler la Chine, d’y semer la division sur des bases “ethniques”, non seulement de la part des classes féodales privilégiées expropriées par la République populaire chinoise en 1959, non seulement de la part du prétendu “gouvernement tibétain en exil”, mais de la part des Etats impérialistes qui feignent d’oublier dans quel état épouvantable de famine et d’humiliation les USA, l’Allemagne, la France et l’Angleterre capitalistes avaient plongé la Chine à l’époque des guerres de l’opium et des “concessions” ; qui oublient les quelque 10 millions de morts civils et militaires dont la Chine à souffert pour se libérer de l’occupation du japon fasciste lors du dernier conflit mondial. Le fait que ces Etats prédateurs qui affament la moitié de la planète avec leur OMC, leur FMI, leurs guerres impérialistes et leurs blocus, appellent au respect des droits de l’homme au Tibet, est pour le moins suspect ; de plus, c’est volontairement oublier qu’avant 1959, le Tibet était plongé dans le servage, que les “gentils” dirigeants de monastères bouddhistes avaient droit de vie et de mort sur les serfs (90% des gens), que 90% des habitants étaient analphabètes, qu’un Tibétain de base était décapité si ses yeux se posaient sur le Dalaï-Lama ! Ces mêmes Etats impérialistes osent parler d’indépendance nationale du Tibet alors que ce pays fait partie de la Chine multinationale depuis le 13ème siècle (bien avant que la corse ou Nice n’appartiennent à la France !), et qu’eux-mêmes foulent aux pieds les droits nationaux du peuple palestinien, du peuple irakien, du peuple yougoslave, du peuple ivoirien, du peuple tchadien, et de tant d’autres !

     

    De fait, l’intégration du Tibet à la République populaire chinoise a, malgré les soubresauts de la prétendue “révolution culturelle” (qui affectèrent toute la Chine) constitué un immense pas en avant pour les masses rurales et urbaines du Tibet. C’est seulement à partir de cette date que la masse de la jeunesse a été scolarisée, que les Tibétains ont pu apprendre leur langue écrite à l’école, l’entendre parler dans les médias, disposer d’un enseignement bilingue où le tibétain tient tout naturellement la 1ère place. Quant à la spiritualité du Tibet, qui fait tant rêver les petits bourgeois consuméristes d’ici, elle existe bel et bien mais n’a jamais été qu’un phénomène très élitiste dans l’ancien Tibet féodal : c’est ce que révélait Alexandra David-Neel qui dans ses carnets de voyage, indiquait à la fois la beauté de la PHILOSOPHIE bouddhiste pratiquée par quelques-uns, et l’arriération profonde et les superstitions dans lesquelles étaient maintenue la masse de la population.

     

    En outre, les pyromanes des Etats impérialistes et leurs relais médiatiques se comportent en vrais irresponsables. On a vu en Yougoslavie ce qu’a donné la volonté occidentale d’encourager les séparatismes Croate, Slovène, Kosovar, dans le seul but de démanteler la République socialiste fédérative de Yougoslavie : une guerre terrible qui a ravagé un pays, mais qui a permis que depuis les USA et l’UE occupent militairement les Balkans. Le projet, d’ailleurs hors de portée des impérialistes, de balkaniser la Chine et son plus qu’1 milliard d’hommes est à la fois odieux et terriblement dangereux pour la paix mondiale.

     

    Enfin, le prétendu “boycott” des JO par l’autoproclamée “communauté internationale” est une pure insulte à l’humanisme et au bon sens. On est d’avance certain que l’Inde, la Russie, l’Afrique, l’Amérique latine, le Vietnam, l’Iran, etc. ne boycotteront à aucun prix les JO : dans ces conditions que signifie pour la “communauté internationale” (c’est-à-dire les Etats riches regroupant au plus 600 millions de personnes) un ensemble d’Etats groupant de trois à quatre milliards d’individus ? Quel racisme à l’égard du grand peuple chinois, et plus généralement, des “pays émergents” dont la Chine est le symbole !

     

    Cela ne signifie nullement que le PRCF soit indifférent au besoin de progrès de la démocratie socialiste en Chine et à l’essor de la culture nationale du peuple du Tibet et des autres provinces de Chine. Mais d’abord, le PRCF, fidèle à la l’exigence universelle de laïcité et de pensée dégagée des dogmes de toutes natures”, ne considère nullement que les cléricaux tibétains, organisateurs de pogroms contre les commerçants chinois, soient en quoi que ce soit une force de libération ! Comme dans tout le reste de la Chine, le progrès de la société repose sur les masses populaires, sur les ouvriers, sur les paysans, sur tous ceux qui en Chine restent fidèles aux idéaux socialistes de la Révolution de 1949, sur les communistes qui, de Pékin à Lhassa, défendent les acquis du socialisme et le principe d’un développement socialiste du pays, seul à même de stopper le creusement des inégalités sociales que comporterait un mode de développement subordonné au capitalisme mondialisé. La voie socialiste est seule à même de permettre à long terme le développement harmonieux des nationalités de la RPC. C’est d’ailleurs dans ce sens que s’est exprimée la conférence nationale du PRCF en 2006 non pour dénigrer la République populaire, mais pour défendre ses acquis et son rayonnement international.

     

    En résumé, oui à l’amélioration des droits du peuple au Tibet et dans le reste de la Chine, non à la campagne impérialiste contre les JO de Pékin, non aux tentatives impérialistes de déstabiliser la Chine et de la plonger dans des conflits interethniques dans le but d’en saboter le développement indépendant, non aux pires ennemis de toute spiritualité, des peuples du Tibet et du reste de la Chine, l’impérialisme et le capitalisme.

     

    Le 23 mars 2008

     

    Tibet : Déclaration de La commission exécutive du PRCFhttp://www.marcfievet.com/article-18290735.html



    2 Réponses
    :

     

    1. art13 le Samedi, 29 mars 2008 à 1:29 :

      Déçu…

      Je pensais être le seul bipède intelligent dans l’Hexagone et je me rend compte que nous sommes au moins deux..
      Cet article est magistral et décoiffe les CNN, REUTERS et autres vaches communicantes comme l’AFP ou les “media” français transporteurs de désinformation.
      A l’excellente dialectique de cet article, j’ajouterai que Mao est mort.
      M. Deng Xiaopoing a conseillé aux chinois de s’enrichir, sonnan donc la mort de fait donc du vilain communiste mangeur de brochettes de petites filles.
      Je vis en Chine depuis 5 ans.. parmi de gentils arnaqueurs il est vrai, qui rêvent tous de la réussite à l’américaine tout en en haissant les effêts de bords politiques et géostratégiques.
      Comme disait Je Sais Plus Qui: il a fallut 2 siècles à la Révolution française pour enfanter de quelquechose qui ressemble à une démocrassie.alors laissons du temps au temps. Et pour conclure en retournant au sujet principal: pourquoi ne pas donner à Alsace, la Lorraine, les Basques ou autres Auvergnats, leur autonomie?

    2. art13 le Samedi, 29 mars 2008 à 20:26 :

      Les pages qui ont un honnête degré de réflexion sur cet état voyou qu’est la Chine sont rares, j’en profite donc pour conforter mon précédent post.

      Contrairement à ce que distille CNN, c’est une infime minorité d’habitants du Tibet qui réclameraient l’autonomie.. même le Dalai-lama -pas fou- n’en veut pas!
      C’est surtout la CIA qui, par personnes interposées, aimerait bien casser la Chine pour mieux la contrôler. Pouvoir installer, comme en Pologne, une base “Echelon” au Tibet, le rêve!

      Le Xingjiang est aussi une région contestataire mais les Ricains sont bien embêtés pour la sponsoriser car ses habitants sont musulmans, ce serait délicat de demander à Ben Laden de faire le sale boulot !

      On le comprend mal de l’Occident, mais le Tibet est déjà une région autonome, à statut particulier, préservant [bien que le mandarin soit obligatoire – comme le français aux alsaciens] sa langue et ses particularités culturelles, comme d’autres régions d’ailleurs dont la province de Taiwan qui se rapproche sérieusement du continent depuis la chute de Cheng.

      S’il fallait une preuve que ce sont les US qui oeuvrent, voyez: c’est toujours à cause d’un incident qu’arrivent des manifestations furieuses (petite palestinienne tuée par ex.) mais dans le cas de Lassah, il n’y a pas eut d’incident, pas plus que dans la région voisine qui a prit feu en même temps sans raison objective, comme ça, spontanément. On a donc bien a faire à un calcul pour mettre à profit la médiatisation des Jeux mais pas pour des raisons humanitaires comme on le croit, mais bien géostratégiques. Troublant aussi le mutisme des US pendant près de 15 jours, eux qui sont si enclins à répandre leur démocratie.

      Les tibétains ne se plaignent pas de l’apport logistique de la Chine, les communications, le tourisme. .de nombreuses chaînes de télé diffusent souvent des émissions sur le Tibet comme sur toutes autres régions.

      Ce qui est amusant, dans tout ça, c’est que les nations qui souvent ont gagné la liberté contre la monarchie, protègent un théocrate personnel, un roitelet agité par les US.

      D’où vient cette sensibilité occidentale pour ce pauvre théocrate de Dalai-lama? Dans la foulée de Gandhi, de la mode du yoga et de la frénésie orientaliste des années 70, et au contre-pieds des âneries de Mao et de la Bande des Quatre qui n’étaient pas des saints, on a sanctifié cet auto proclamé demi dieu. Les dames qui prennent leur thé à cinq heures aiment ce genre de “position” intellectuelle voir “philosophique”.

      Comprendre la Chine est difficile pour nous occidentaux: la Chine, c’est pas comme la France (département de l’Etat européen). Disons que: si Sarko avait a piloter une carriole avec un cheval, M. Hu piloterait 21 chevaux, voila bien le problème. En Chine, la moindre malversation peut retomber sur la tête de dizaines de millions de personnes: pas de pitié pour les nuisibles.

      Et pour en finir: pour les chinois d’aujourd’hui, le communisme, Mao, c’est un peu comme nous Napoléon: on l’aime bien, mais les temps ont changés. Le PRCF m’excusera mais en Chine, si on se réclame du socialisme, les marteaux et faucilles sont bien tombés du drapeau ; s’il est d’un beau rouge, c’est surtout parce que c’est la couleur porte bonheur en Chine.

      Les âmes indépendantes et qui comptent bien le rester ont tout intérêt à défendre la Chine qui est, comme la Russie, un garde fou à l’hégémonie US

    Tibet : Déclaration de La commission exécutive du PRCF


    _________________________________________________________________________________________


    Reçu des responsables du site http://verites.org  ! On ne parle plus que de la Chine et du Tibet, dans un silence assourdissant concernant tout le reste du monde (USA, mais aussi Blair, qu'ils veulent placer à la tête de l'Europe pour mieux transposer les lois US liberticides en droit européen...).

    LA CARTE TIBÉTAINE… AVEC L’IRAN DANS LE VISEUR !

     

    [Soraya Sepahpour-Ulrich - Information Clearing House - 24/03/2008]

     

    Pour la chercheuse en sciences politiques Soraya Sepahpour (USC-LA), les Etats-unis et leurs alliés idéologiques font pression sur la Chine avant les Jeux Olympiques afin de “punir” un pays qui refuse de s’associer à leur campagne contre l’Iran et bloque les sanctions contre ce pays.

     

    Cela permet aussi de contrecarrer les efforts diplomatiques chinois qui profitent de la mauvaise image des Etats-unis depuis l’élection de G.W. Bush pour prendre pied dans les anciens pré-carrés étatsuniens, comme l’Amérique du Sud ou l’Afrique.

     

    La CIA a utilisé le Dalaï-lama comme “carte” anti-chinoise depuis les années 1950 pour des opérations de propagande et de déstabilisation anti-Chinoise, mais les Etats-unis n’ont aucune intention de soutenir une quelconque “révolution” au Tibet. Si les Tibétains s’avancent trop, comptant sur un vrai soutien extérieur, ils connaîtront le même sort que les Chiites d’Irak après la première Guerre du Golfe en 1990. Appelés à se soulever contre Saddam Hussein, ils avaient été massacrés par l’armée irakienne tandis que les soldats U.S. stationnés à quelque kilomètres de là regardaient sans bouger.

     

    La soudaine sollicitude de l’appareil médiatique et politique pour les Tibétains - qui n’a pas un mot pour Israël qui massacre les Gazaouis et les USA qui écrasent l’Irak sous les bombes - n’est rien d’autre qu’une nouvelle opération de manipulation de l’opinion… et un autre mouvement de pion sur l’échiquier néo-con en vue d’une attaque contre le véritable objectif : l’Iran.

     

    http://www.informationclearinghouse.info/article19626.htm

     

    Source : http://libertesinternets.wordpress.com/2008/03/29/la-carte-tibetaine-avec-liran-dans-le-viseur/


    _______________________________________________________________________________________


    Reçu :


    " Cette histoire de "surprimes" n'est que l'épiphénomène.

    Le problème a deux épicentres.

     

     Le premier est celui des délocalisations. Ma femme est Chinoise, je connais que trop bien la mentalité des asiatiques. Les Chinois veulent sortir de leur misère, c'est compréhensible. Mais il le font dans le style d'un capitalisme style révolution industrielle, avec 10 % de riches et 90 % de prolétaires.

     

     Attirés par les faibles coûts salariaux les occidentaux ""délocalisent" en s'imaginant ( les inconscients !! ) conserver les secteurs Hi-Tech. Mais la Chine ne leur laissera rien. Sa puissance de feu technico-scientifiques est sans limite. L'enseignements chinois est de très haute qualité et les étudiants travaillent d'arrache pied en se disant que leurs bagage de connaissances leur permettra pmeut être de bien se placer.

     

     A l'inverse les étudiants occidentaux se démobilisent. Dans les années soixante un étudiant d'une Grande Ecole trouvait un emploi avant sa sortie. Maintenant il doit compter avec x mois de chômage..

     

     Les secteurs financiers son privilégiés au détriment des secteurs techniques.

     

     La marabunta chinoise est en action depuis 20 ans et ça ne fera que s'accélérer. Comme indiqué par Craig les Etats Unis paient les chinois en papier, pratiquent une politique inflationnaiste, aggravée par le coût de leurs guerres ( qui ne profitent qu'au secteur militaro-industriel ).

     

     Avec ce papier les Chinois achètent de plus en plus de biens à l'étranger, avec des circuits d'argent qui défient l'imagination et que peu de gens connaissent.

     

     Le matérialisme chinois est méprisant et impitoyable, leur nationalisme, servi par une thnie monolithique ( les hans ) est un buldozer. Ils sourient devant les convulsions qu'ils créent.

     

     Mais le colosse a des pieds d'argile. Ses avoirs en dollars son une menace, en cas de dévaluation.

     

     La solution serait que la Chine augmente les salaires de ses travailleurs, donc le niveau de vie des plus pauvres. Mais alors elle casserait la dynamique agressive, résolument capitaliste de ses nouveaux riches.

     

     Si la Chine lâche sur le front des salaires, les renvendications monteront et sa dynamique économiquement agressive pourrait s'en ressentir.

     

     Les Américains ne comprennent rien à ce qui arrivent, ne voient pas les nuages s'amonceler. 
     

     

    JPP

    (Attention aux « fausses mobilisations » type « indépendance du Tibet », c'est l'écran de fumée qui cache les vraies menaces).


    __________________________________________________________________________________________


    Vous voulez savoir où en sont les préparatifs de guerre, rumeurs, etc ? Tonkin, en Asie, m'a conseillé ces sites :

    http://french.irib.ir/
    http://www.irna.ir/fr/frontpage/menu-305/
    http://www.ruvr.ru/index.php?lng=fre
    http://fr.ljbc.net/


    Les sites arabes sont bien renseignés, les russes également.  Sites en langue  française.


    _________________________________________________________________________________________


    (NB Eva : je n'ai pas lu tous ces textes)

    Les Clinton " culbutos ".... Hillary candidate....
    <
    http://www.denistouret.net/constit/Hillary.html#Roger%20Clinton>

    Notre pouvoir d'achat va diminuer toujours plus : à cause du système monétaire !
    http://www.verites.org/article-18260958.html

    scandales financiers

    en Russie,  et ailleurs
    ( envoyé par Igor correspondant de presse )
    http://www.denistouret.net/constit/Goussinski.html>


    Attali épinglé par un juge russe
    http://www.denistouret.net/constit/Attali.html>

    Encore un autre scandale, en France, l'affaire du sentier
    http://www.denistouret.net/constit/Sentier.html


    ________________________________________________________________________________________



    AUTRES  BLOGS  d' Eva,  R-sistons :

    - R-sistons à la désinformation

    http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com 


    - R-sistons à l'actualité

    http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/

    : " La morale préside aux destinées du monde "


    N'oubliez pas de regarder la partie commentaires : Faute de place, j'y glisse toutes sortes d'articles !


    votre commentaire
  •  
     
    Dimanche 30 mars 2008

     

     

     


    Pétition "Annulation de l'élection de Nicolas Sarkozy",  de Kris24


    Pétition pour demander l'annulation de l'élection de Nicolas Sarkozy pour irrégularités. Vous pouvez soit l'imprimer soit faire un copier-coller dans Word (par exemple). Et vous nous l’envoyez complétée et signée à l’adresse de notre association que vous trouverez en bas de page:

    Monsieur Jean-Louis Debré
    Président du Conseil Constitutionnel
    2, rue Montpensier - 75001 Paris

    L'élection de Nicolas Sarkozy était illégale

    Monsieur le Président,

    Le Conseil constitutionnel a été institué par la Constitution de la Ve République, en date du 4 octobre 1958. Institution récente, il ne peut se rattacher à aucun précédent institutionnel... Le Conseil constitutionnel statue sur la régularité de l'élection du Président de la République et des opérations de référendum dont il proclame les résultats. Il est également juge de la régularité de l'élection, des régimes de l'éligibilité et de l'incompatibilité des parlementaires.
     
    Je me permets de vous signaler des violations de la Loi concernant l'élection de Nicolas Sarkozy le 6 mai 2007. Certes Monsieur le Président, je ne vous apprendrai rien sur ces violations très graves portant atteinte à la plus haute autorité de l'État. L'article 16 du préambule de la Constitution précise: "Toute société dans laquelle la garantie des droits n'est pas assurée ni la séparation des pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution".

    Monsieur Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa a commencé sa campagne bien avant la date légale avec un clip diffusé sur les chaînes publiques, un clip de propagande réalisé de telle sorte qu'il touche le subconscient des électeurs.
     
    Le clip et sa diffusion ont été financés par les contribuables.

    En effet, le nombre des adhérents de l'UMP à l'époque n'était pas suffisant. Les "caravanes de l'été" (2005 et 2006) étaient des outils de propagande, le ministre de l'Intérieur ayant usé de sa fonction pour financer ces "caravanes", leur infrastructure, et même la location d'avions pour afficher des banderoles. Or, nous ne sommes pas aux États-Unis où les campagnes sont financées par des fonds privés mais en France où le financement est public. En 2005 et en 2006, la campagne officielle n'avait pas encore commencé.
     
    Nicolas Sarkozy s'est fait élire sous un faux nom. Sur tous les documents officiels (état-civil, registre de la Légion d'Honneur ou Livre d'Or en Hongrie), il ne s'agit pas de Nicolas Sarkozy mais de Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa. Ceci est prévu par le Code pénal (articles 433-19 et 433-22) et également par le Code électoral (articles L. 11, L. 12 et L. 14). Ces articles précisent que seul le nom patronymique inscrit sur l'état civil doit être consigné.

    Selon toute vraisemblance, Monsieur Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa se doutait qu'une procédure en annulation serait inévitablement entamée. Deux semaines et demi après son installation à l'Élysée, le couple Cécilia et Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa n'habitait toujours pas le palais l'Élysée. "Je n'y dors pas encore... Tout ça prend beaucoup de temps, nous sommes une famille nombreuse !" (Le Figaro, le 2 juin 2007).

    Monsieur Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa s'étant fait élire sous le pseudonyme de Nicolas Sarkozy, vous devez, Monsieur le Président du Conseil Constitutionnel, déclarer l'élection de Nicolas Sarkozy nulle puisqu'il n'existe pas de Nicolas Sarkozy sur les registres officiels ni sur le registre d'état-civil.
     
    Le mariage du président de la République le 2 février 2008 avec l'ex-Top Model et chanteuse Carla Gilberta Bruni-Tedeschi est nul car les bans n'ont pas été publiés.  Carla Gilberta Bruni-Tedeschi a déclaré elle-même ne pas vouloir de la nationalité française. La France peut-elle être représentée par une chanteuse posant nue dans tous les magazines à l'étranger ? Est-ce là l'image de notre pays souhaitée par les plus hautes institutions ? Nous, citoyens, aimerions savoir ce qu'en dit le Conseil Constitutionnel. L'anarchie a-t-elle été proclamée en France ? Car si plus aucune loi ni aucune déontologie n'est respectée, il s'agit bien d'une anarchie

    Faut-il accepter que notre pays soit gouverné pendant quatre ans encore par un homme qui, tout le laisse à penser, ne jouit pas de l’ensemble des facultés intellectuelles nécessaires à cette tâche ?

    9 mois après son accession au pouvoir Nicolas Sarkozy a-t-il fait le vœu de dissimuler son incompétence en mettant les français à genoux et en précipitant la France dans le gouffre ?

    C’est pourquoi, nous, considérons qu'il est de notre devoir d'alerter l'opinion sur une avalanche d'événements qui nous font penser que notre démocratie est en danger.

    Plus vous serez nombreux à signer cette pétition et plus, avec le secours de l'Assemblée Nationale, du Sénat, du Conseil Constitutionnel et de tous les corps constitués réunis, nous pourrons, nous le peuple, ensemble, mettre un terme au gâchis, éviter un naufrage et peut-être réussir à dissoudre le Pignouf !

    Pourquoi ?...

    1. Parce que Nicolas Sarkozy tente de mettre en coupe réglée l’ensemble des pouvoirs et des contre-pouvoirs.

    2. Parce qu'il remet en cause la laïcité.

    3. Parce qu'il a décidé de vendre du nucléaire à la Terre entière, démocraties comme dictatures.
     
    4. Parce qu'il veut aligner la France sur les positions politiques, militaires et économiques des États-Unis d’Amérique.

    5. Parce qu'il est en train de défaire les liens patiemment tissés pendant soixante ans entre l'Allemagne et la France.

    6. Parce qu'il a bafoué la souveraineté du peuple en effaçant le référendum de 2005.

    7. Parce qu'il veut broyer l’école publique en hissant le rôle éducatif des curés au-dessus de celui des instituteurs.

    8. Parce qu'il remet ouvertement en cause l’autorité du Conseil constitutionnel.

    9. Parce qu'il se présente comme étant l’ami personnel du dictateur Poutine et qu'il l'a félicité pour sa victoire grâce à des élections truquées.

    10. Parce qu'il veut réécrire les lois en les rendant rétroactives.

    11. Parce qu'il a décidé seul d'installer une nouvelle base militaire dans le golfe persique pour préparer aux côtés des USA une prochaine guerre contre l'Iran.

    12. Parce qu'il insulte un citoyen en public, lui lance «Casse-toi, pauv'con» alors qu’en figure modèle, il est à la tête de la Nation pour travailler à notre bien, pas pour nous insulter.

    13. Parce que pendant sa campagne il avait promis aux salariés français d'augmenter leurs salaires de 25% et qu'à la place il n’a augmenté que le sien et de 206%.
     
    14. Parce qu'il se montre hypernerveux, colérique, atrabilaire, susceptible, grossier et imprévisible, ce qui glace le sang quand on sait qu'il est le maître du feu nucléaire.

    15. Parce que sa culture «bling-bling» est incompatible avec la mission que le peuple lui a confiée.

    16. Parce qu'il ravive tous les communautarismes.

    17. Parce qu'il est indigne d'un Président de la République de profiter de la signature de contrats dans un pays voisin pour chouraver le stylo qu'on lui a prêté.

    18. Parce que la presse du monde entier se moque de lui et que la France n’avait pas besoin de ça.

    19. Parce qu'avec le bouquet fiscal, il a choisi le camp des ultras riches contre le reste de la nation.

    20. Parce qu'au travers de la loi Dati il veut bafouer la devise de la République Française : "Liberté, égalité, fraternité".
     
    21. Parce qu'il s’est entouré d’une cour et de laquais bien que le peuple ait dit non à la royauté il y a 219 ans déjà.

    22. Non assistance a personnes en danger en créant « les franchises médicales » qui pénalisent les plus malades « plus tu es malades, plus tu payes » c’est son principe de Solidarité.

    Alors, pour toutes ces raisons nous sommes résolus à donner nos voix pour que soient entamées toutes procédures légales afin que soit destitué Nicolas Sarkozy de ses fonctions de Président de la République, tel que prévu par l'article 68 de la constitution du 4 octobre 1958.


    Association Sidaventure, le Réveil des Marmottes, les gars de la Royal .
    Le Puyrajou, 24400 St Michel de double
    www.sidaventure.asso.fr Tel 05.53.80.58.64 ou 06.08.87.00.53

    March 29, 2008



    Carla Bruni a offert à Nicolas Sarkozy une montre Patek Philippe : plus de 12 000 €. http://sarkozynews.canalblog.com


    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


    Envoyé le 1.08 par Danièle Duguelay la militante (lisez ses interventions dans mon blog, lettre d'une laïque, figures de résistants etc)

    On apprend dans Le Canard enchaîné que l'homme qui justifiait sa faramineuse augmentation de 206% par un souci de transparence perçoit toujours depuis le 6 mai son salaire de ministre de l'Intérieur ! Bling-bling.

    > > > On se souvient de l'
    augmentation du salaire présidentiel que s'était généreusement accordé Nicolas Sarkozy. Elle se justifiait par une volonté de "plus de transparence". Du moins avait-il osé le prétendre - mais n'est-il pas celui-qui-ose-tout ? La bonne blague ! En fait de transparence, on a d'abord eu droit à la valse des chiffres : la majorité a commencé par évoquer 140% d'augmentation, avant de corriger à 172, jusqu'à ce qu'on s'aperçoive, grâce aux calculs précis de certains députés de l'opposition, que l'augmentation était en réalité de 206 % ! Le Président lui-même, pris la main dans le sac, en flagrant délit d'enrichissement personnel non justifié - il est déjà logé, blanchi et nourri dans le luxe inouï de notre monarchie républicaine -, avait tenté de noyer le poisson. De son explication embrouillée ressortait que Jacques Chirac, en plus de son salaire de Président, touchait un complément en retraites variées, pour lesquelles il avait cotisé durant sa carrière politique. Et que les Français ne le savaient pas et qu'il fallait désormais que tout se sache. On ne voit pas du tout la pertinence de l'argument mais passons. Ce qu'avait oublié de nous dire Sarko-la-transparence à ce moment-là, c'est que lui-même, depuis mars et jusqu'à maintenant, avait demandé - et évidemment obtenu - de continuer à percevoir son... salaire de ministre de l'Intérieur !

    > > >
    La bombe explose dans l'édition d'hier du Canard enchaîné, relayée par Politique.net. Explication : pour permettre à un ministre de retrouver un emploi, le versement de son salaire est en effet maintenu durant 6 mois, c'est la règle. Sarkozy ayant démissionné en mars, il aurait dû cesser de le toucher au 1er octobre, à condition de ne pas avoir trouvé le moindre boulot depuis le mois de mars, or il est président de l'U.M.P. et touche donc un maximum de ce côté là ! ! ! Or il a demandé à ce que cette rémunération de ministre de l'Intérieur, soit prolongée jusqu'au 1er janvier 2.008, jour d'entrée en vigueur de son augmentation officielle de 206%. Au nom de quelle justification ? Peut-être faut-il chercher du côté de Pierre Lellouche, inénarrable conseiller de Sarkozy, qui trouvait anormal que le Président soit payé comme "un petit cadre moyen". Vous en connaissez beaucoup, des petits cadres moyens à 7.500 euros nets (d'argent de poche) ? La droite qui voudrait réconcilier les Français avec l'argent n'a aucune idée de la réalité du pays, aveuglée par son fol appât du gain: nouvelle illustration après celle donnée par Jean-François Copé, alors ministre du budget, pour qui les classes moyennes émargeaient à 4000 euros nets par mois ! Le même Copé qui cumule avec ses rémunérations d'élus un salaire d'avocat dans un cabinet d'affaires...

    > > > Pour revenir enfin au sujet, en résumé, Nicolas Sarkozy, l'homme qui reprochait à son prédécesseur de toucher en catimini ses retraites en plus de son salaire de Président, justifiant ainsi sa
    propre augmentation,
     
    touche depuis le 6 mai 2007 non 7500 euros, rémunération normale du Président, mais 11 500 euros nets, en ayant conservé son salaire de ministre de l'Intérieur - qu'il n'est plus depuis fin mars. En toute opacité : qui l'eût su sans la révélation du Canard ? Ajoutons qu'il ne s'agit pas de divagations de la part du palmipède puisque l'Élysée a... confirmé l'information !
     

    "Ensemble, tout devient possible" : là-dessus au moins, Sarkozy ne mentait pas. 

    Et ça s'ajoute à la corruption :
    Pour mémoire, Bolloré a d'énorme contrats avec les ministères (en particulier l'Intérieur) et Sarko ne pouvait l'ignorer en mai 2.007, quand il naviguait sur le yacht Bolloré et voyageait dans le Falcon Bolloré ! ! ! Il s'agissait donc bien de corruption ! ! !

    > > > Dans d'autres pays voisins, Sarko, rien que pour 1 seul de ces 2 délits serait obligé de démissionner ! ! !

     

    Partagez les infos, autours de vous ! Phrase de Pascal : L'idée est d'associer le plus grand nombre de citoyen(ne)s à la circulation d'informations souvent peu ou mal diffusées par les médias de masse. Et ainsi de constituer un réseau informel capable de fédérer nos ressources en tout genre afin d'améliorer sur un mode unitaire notre capacité d'action et de réaction. Aussi, n'hésitez pas à faire suivre ces messages


    ______________________________________________________________________________


    Devinette de Michel Collon

     

    Le président A propose une nouvelle Constitution. Il la soumet au vote de son peuple.

    Le président B propose aussi une Constitution. Dès qu’une partie du peuple a dit non, on cesse de voter. Un peu plus tard, la même Constitution est imposée. Sans vote.

    Qui est le démocrate ?

    Vous avez tout faux.

    Le premier président s’appelle Chavez, c’est donc un populiste et un dictateur.

    Le second s’appelle Sarkozy et l’Union Européenne, ce sont donc des démocrates.

     

    Vive la démocratie !

     

    http://www.alterinfo.net/
    UN-TIMBRE-a-L-EFFIGIE-DE-SARKOZY-EN-ISRAEL
    http://basacode.blogspot.com



    __________________________________________________________________________________________


    Envoyé par un correspondant de presse en Asie, Tonkin :

    Les propos de l’histoire du Tibet et du Bouddhisme au Tibet sont soit détournées, soit inexistantes. Ce que le Dalaï Lama ne dit pas sur le Tibet et sur sa doctrine :

    par E. Martens


    Les raisons qui m’ont poussé à écrire ce livre qui va à
    l’encontre des idées toutes faites à propos du Tibet, de son histoire
    et de sa religion : de plus en plus d’amis proches écoutaient
    religieusement les discours du Dalaï Lama, se disaient sympathisants du Bouddhisme tibétain, et du même coup, adhéraient aux thèses du
    mouvement pour l’indépendance du Tibet. Au point où moi-même - plus
    sensibilisée à la question tibétaine parce que j’ai habité en
    Chine trois ans et parce que je donne des cours sur la pensée chinoise
    -, j’ai été amenée à me positionner. Dès lors, je me suis documentée et j’ai constaté que les informations disponibles, ici en Occident, à propos de l’histoire du Tibet et du Bouddhisme au Tibet sont soit détournées, soit inexistantes. De là, ma recherche.

    « Histoire du Bouddhisme tibétain, la Compassion des Puissants »,
    édition L’Harmattan, collection « Recherches asiatiques », 2007
    ISBN : 978-2-296-04033-5, prix : 25,50 €

    Texte de présentation du livre

    Mon livre, résultat de cette recherche, raconte l’histoire du
    Bouddhisme tibétain (lire : BT dans la suite du texte), depuis sa
    formation jusqu’à son actualité brûlante ; il est divisé en trois
    parties distinctes : entrée, plat consistant et dessert… comme un bon
    repas de famille après lequel on n’a plus qu’à aller faire la
    sieste ! Pas de panique : il est écrit dans un style allègre et avec un
    brin d’ironie, ce qui allège la digestion. Toutefois il peut se lire
    comme trois petits livres, chacun relatant une époque du BT. L’entrée
    de notre petit repas familial concerne la période de gestation du BT,
    depuis l’enseignement du Bouddha (6ème AC), jusqu’à la formation de
    l’école bouddhiste qui, au 9ème PC, s’implante sur le Haut Plateau
    Tibétain : le Vajrayana ou Véhicule tantrique ou Tantrisme. Après
    avoir esquissé le Dharma (ou « enseignement du Bouddha »), je
    rappelle la scission que connut le Bouddhisme au 1er PC et les
    cheminements différents du Hinayana et du Mahayana (Petit et Grand Véhicules). Je survole ensuite l’évolution du Mahayana en Inde avec ses senteurs hindouistes et la naissance du Vajrayana au 6ème PC.

    (..) La Chine, après un millénaire d’influence
    bouddhiste, a opté pour la dialectique et le Relativisme.
    Comme vous pouvez le constater, j’ai profité de cette première partie
    pour me poser des questions philosophiques et existentielles :
    qu’est-ce qu’une religion ? comment la distinguer d’une philosophie ?
    l’enseignement du Bouddha n’est-il pas aussi une religion, malgré ce
    qu’en disent actuellement ses adeptes ? quel est le rôle des religions
    dans la vie psychique des êtres humains ? quel est leur rôle dans
    l’évolution d’une société ? les religions sont-elles encore
    nécessaires ? ne peut-on se passer de la religion tout en développant
    notre côté spirituel ? etc. Autant de questions auxquelles je
    m’attarde, sans doute pour mettre mes propres idées au clair, tout en
    sachant que ces questions touchent la plupart d’entre nous. Donc, cette première partie de mon livre est écrite comme un essai.

    La seconde partie du livre est le « plat consistant », le gros oeuvre
    après le hors-d’œuvre. Il s’agit de l’histoire du Bouddhisme au
    Tibet, depuis son arrivée au Tibet (vers le 6ème PC) jusqu’à sa
    pratique actuelle, au Tibet. Pour engager cette partie de l’histoire,
    j’ai voulu planter le décor : qu’appelle-t-on le « Tibet » avant
    l’arrivée du Bouddhisme ? La géographie du Haut Plateau explique
    comment des êtres humains ont atterri si haut et si loin de tout, dans
    des régions qui sont devenues inhospitalières, alors qu’elles ne
    l’étaient pas lorsque les premiers venus s’y sont installés. Qui
    sont ces gens, d’où venaient-ils ?

    On s’aperçoit que ce que nous appelons le « peuple tibétain »,
    sont des populations composites : les unes venant de l’Ouest (Asie
    centrale), les autres du Sud-Ouest (vallée de l’Indus), ou du Sud-Est
    (fonds des forêts birmanes), de l’Est (vallée du Yangzi), et du Nord
    (vallée du Fleuve Jaune). Cette diversité ethnique est encore visible
    aujourd’hui : d’une vallée à l’autre, l’architecture des
    maisons, les vêtements et même la langue, sont parfois différents. De
    ce fait, avant l’arrivée du Bouddhisme qui, au Tibet, a servi de ciment
    culturel et politique, le Haut Plateau tibétain était sillonné de
    populations de croyances et de cultures nettement plus variées. Leurs
    cultes étaient animistes et elles étaient influencées par une
    religion venue, semble-t-il, de l’Ouest (Asie centrale) : le Bön.
    Depuis le 4ème AC, il existait bien un petit royaume tibétain dans la
    vallée centrale du Yarlong (ou Brahmapoutre) avec la dynastie des Tubo, mais ce n’est qu’au 7ème PC que le roi SongTsen Gampo voulut agrandir son territoire. A la manière du célèbre Gengis Khan, le roi réunit les diverses populations du Haut Plateau en vue d’attaquer son puissant voisin, la Chine des Tang. Et c’est là que tout commença : la Chine repoussa les Tibétains, puis l’empereur des Tang offrit au roi
    tibétain sa fille en mariage.

    Cette première alliance entre la Chine et le Tibet permit au Bouddhisme (école chinoise du JingTu) d’entrer à la cour royale du Tibet, où il resta coincé pendant quelques siècles.

    Au 9ème, la dynastie Tubo
    s’effrite et plonge les Tibétains dans l’instabilité politique, et
    ce jusqu’à l’arrivée des Mongols (13ème). Pendant ce temps-là,
    au 11ème, le Nord de l’Inde est assailli par des marées musulmanes.
    Or c’était justement dans le Nord de l’Inde que se trouvaient les
    plus importantes écoles du Tantrisme (ou Vajrayana formé en Inde vers le 6ème PC). Sous l’assaut des Musulmans, les maîtres tantriques
    fuient l’Inde et se réfugient de l’autre côté des montagnes de
    l’Himalaya : dans un Tibet sans foi ni loi. Le Bouddhisme, version
    tantrique, connaît alors une véritable explosion au Tibet : les
    maîtres importent les textes sacrés et les font traduire en tibétain
    (dont l’écriture est proche du sanskrit), les communautés tantriques
    se multiplient à vive allure, les écoles se subdivisent en de
    nombreuses sous-entités, dont les derniers nés (au 14ème) sont les
    plus connus : les Bonnets Jaunes. Les populations tibétaines, soumises jusque-là au bon vouloir des seigneurs et aux rivalités entre grandes familles de la noblesse tibétaine, se convertissent en masse au Bouddhisme et se mettent au service des communautés tantriques: la structure ecclésiastique du Tantrisme leur apporte sécurité et
    stabilité.

    De cette manière, le Bouddhisme a permis d’instaurer au Tibet une
    société féodale. Le pouvoir est partagé entre la noblesse
    tibétaine et les communautés bouddhistes, plus de 90 % de la population est placée en servitude. C’est un système bien huilé qui va
    perdurer jusqu’à la moitié du 20ème siècle, pour le bonheur et le
    plaisir de quelques uns (noblesse et autorités tantriques) et au
    détriment de l’écrasante majorité (serfs et esclaves).

    L’arrivée des Mongols au 13ème ne va que conforter la structure
    féodale du Tibet ; les Mongols feront du Tibet une annexe de leur
    Empire chinois. Les Mandchous qui contrôlent l’Empire chinois du 17ème au19ème divisent la Chine en 18 provinces ; depuis, le Tibet est une des18 provinces chinoises.

    Or, à la fin du 19ème, la Chine se vend par concessions successives et
    de plus en plus ridicules aux puissances occidentales. Le Tibet qui,
    grâce à la puissance de son pouvoir ecclésiastique, a amassé de
    grandes richesses, est convoité par les Anglais : le lieu de
    villégiature privilégié des lords britanniques pendant la saison des
    moussons - Darjeeling, Kalimpong, le Sikkim, etc.- sont autant de
    régions où aboutissent les caravanes de laine et de sel en provenance du Tibet.

    Constatant l’intérêt gourmand des Tsars russes pour le Haut Plateau,
    les Anglais ne font ni une ni deux : ils envahissent le Tibet,
    s’installent et ouvrent des comptoirs de commerce. Se retroussant les
    moustaches, ils jouent au bridge et au tennis devant le palais d’été
    du 13ème Dalaï Lama, principale autorité tibétaine à cette
    époque, sans omettre de l’inviter à une partie de badminton. Le grand
    Lama se trouble : Mandchous, Russes, Anglais, et même Japonais se
    pressent sur le pas de sa porte et louvoient dans les couloirs du
    Potala.

    « L’accord de Simla », qui devait être signé en 1913, signe en
    réalité le désaccord entre la Chine, le Tibet et l’Angleterre : la
    Chine ne cèdera pas le Tibet à l’Angleterre, le Tibet restera chinois
    ; plus tard, les Nations Unies approuveront.

    Suite à la Seconde Guerre Mondiale, les Anglais sont remplacés par les
    Américains sur le Toit du Monde, et les parties de bridge par des
    boîtes de biscuits à l’huile d’arachide offertes par le président
    Roosevelt. Cette fois, le jeune 14ème Dalaï Lama est tiraillé entre,
    d’une part, la Chine communiste qui lui fait miroiter le développement
    économique du Tibet et une relative autonomie dans les prises de
    décisions concernant la politique intérieure du Tibet, et d’autre
    part, les Etats-Unis qui lui promettent une sécurité financière et
    logistique et une complète indépendance dans un futur à déterminer.
    Somme toute, il préfère les biscuits, même à l’huile de
    cacahuète. En 1959, il prend ses cliques et ses claques et s’en va avec ses tambours et ses trompettes, plus quelques carpettes, on ne sait jamais si elles commençaient à léviter.

    Ce que le Bouddhisme est devenu au Tibet suite au départ du Dalaï Lama, quelle a été son évolution, ses périodes difficiles, sa reconstruction, le regain d’intérêt de la Chine pour le BT, tout cela est relaté dans la fin de la seconde partie du livre. Vous l’aurez compris, ce second chapitre est une étude historique, fruit d’un long travail de documentation (voir biblio).

    J’ai voulu écrire cette partie, plus ardue pour le lecteur, dans un
    style naturel et laissant apparaître une progression dans le récit.

    Le dessert, comme tous les grands desserts, plonge d’abord
    l’assemblée dans un profond silence, un recueillement presque
    méditatif, mêlé d’une certaine gêne, pour exploser ensuite en un
    fou rire général et se terminer en une bonne humeur communicative.
    Bref, je me suis beaucoup amusé dans le dernier chapitre et pour cause :

    Dérision et autodérision étaient les fils conducteurs de ce pamphlet.
    Il retrace l’étrange parcours que le BT connut en Occident. Au 19ème,
    il fut recueilli avec ferveur par Helena Blavatsky, fille d’un colonel
    tsariste, et mise en contact avec des maîtres tantriques dès son jeune
    âge. Grâce à ses soins attentifs, les rites du BT vont servir, parmi
    d’autres pratiques ésotériques, à calmer les frayeurs de la
    bourgeoisie face à la montée du Socialisme.

    Les successeurs de l’école de Théosophie fondée par Blavatsky ne
    sont autres que les nombreuses nébuleuses du New Age qui, dès le
    début du 20ème, défendront les thèses les plus « réactionnaires
    » : nostalgie des époques révolues, retour vers la terre-mère,
    culte de la race pure et des racines aryennes cachées dans les replis
    de l’Himalaya… un langage que l’idéologie nazie n’aura pas beaucoup
    de mal à récupérer avant et pendant la Seconde Guerre Mondiale
    .

    Pour le Dalaï Lama qui débarque en Europe fin des années 70, il
    valait mieux mettre ce passé récent au portemanteau des oubliettes.
    Avec l’aide de son généreux sponsor étasunien, il s’y est pris
    avec intelligence et patience : depuis 50 ans (un demi siècle !), la
    même histoire du pauvre roi-dieu déchu de son trône par l’horrible
    diable rouge à queue fourchue nous est servie au Mac Donald des mythes modernes, réveillant en nous l' archétype du bon père de
    famille qui acquit sa liberté et celle de son clan grâce à l’exil
    et à la souffrance, les mêmes clichés quant à la tolérance, la
    compassion, le détachement qui seraient les qualités innées du BT, le
    même déni systématique de l’histoire du Tibet, bref, le même
    manque de discernement dès qu’il s’agit de la question tibétaine.

    Pourtant, dès qu’on se demande les raisons qui ont poussé les
    Etats-Unis à faire un tel cas de leur « citoyen modèle » (le
    Dalaï Lama vient de recevoir, des mains de G.W.Bush, la médaille d’or
    du meilleur citoyen américain, juste pendant que se tenait le congrès
    quinquennal du PCC !),
    la réponse est limpide : au lendemain de la «
    Grande Guerre », il était une effigie idéale pour soutenir la lutte
    contre le communisme chinois
    . Puis, dans la foulée de la guerre du
    Vietnam et du mouvement hippie, le Dalaï Lama a mis ses efforts dans un « retour aux sources du Bouddhisme », en nettoyant le BT de son aspect ésotérique et en le « philosophisant » (c’est depuis qu’on dit,
    chez nous, que
    le Bouddhisme n’est pas une religion mais une
    philosophie). Cela permit aux semi bourgeois intellectuels et post-68,
    que nous sommes, de ne plus « bêtement » croire en Dieu, mais
    d’adhérer au nouvel « athéisme qui embrasse l’absolu ». Qui
    plus est, le Bouddhisme, dans sa version dalaïste, ne demandait pas
    d’engagement, ce qui convenait parfaitement à notre egotisme
    .

    Ce fut une étape délicate dans l’opération de séduction
    qu’entreprit le BT sur l’Occident intellectuel, mais ce fut une
    réussite, couronnée par un prix Nobel discerné au grand Dalaï en
    ’89, peu après les événements de la Place TianAnMen et la chute du
    Mur de Berlin ! Réussite totale pour le Dalaï Lama, à tel point
    qu’actuellement, une large majorité de la gauche intellectuelle, même
    celle qui se dit « progressiste » ou, encore plus, celle qui se dit «
    écologiste », et même en accord avec la droite (dont on ne peut pas
    vraiment dire qu’elle soit intellectuelle) adhère sans réserve à
    ses discours.

    Mais si le Dalaï Lama met « l’Occident pensant » dans
    sa manche en utilisant sa propre religion, n’est-ce pas pour mieux
    servir les desseins des Etats-Unis : fragiliser la Chine, la déstabiliser de
    l’intérieur par nos assauts incessants du « politiquement correct
    », pendant que les troupes américaines installent leurs bases
    militaires tout autour des frontières chinoises
    .


    ________________________________________________________________________________________



     

     

     

     

     

     

      ROBERT  REICH : 
    LA  SITUATION  AUX  ETATS-UNIS EST  TRES  GRAVE  !

     

    Robert Reich, professeur d’économie en Californie, est l’un des experts économiques de Barack Obama. Ancien conseiller au travail du président Bill Clinton, il est l’une des "têtes" de la bourgeoisie US. Le plus intéressant ici est ce qu’il dit de l’état d’esprit des américains actuellement. (n.d.l.r)

     

      Le Monde, 18 janvier 2008.

     

     
    Croyez-vous que les Etats-Unis connaîtront cette année une récession ?

     

    Robert Reich : Oui. La probabilité d’en avoir une est très élevée, car la confiance des consommateurs décline rapidement, les ménages ne peuvent plus emprunter, ils ne peuvent plus se financer en mettant en gage leur logement, ils sont très inquiets au sujet de leurs emplois. Nous avons tous les signes d’une récession.

     

      Sera-t-elle sévère ?

     

    Il est trop tôt pour le dire. On ne sait toujours bas quelle est l’ampleur exacte de la crise de crédit. On ne cesse, depuis des mois, d’avoir de mauvaises surprises et de voir les banques réévaluer l’ampleur de leurs créances douteuses. On est loin d’être arrivé au bout de la phase de nettoyage. Et la récession va mécaniquement augmenter le nombre de crédits compromis. C’est potentiellement une situation vraiment grave.

     

      Que doivent faire la Réserve fédérale (Fed), l’administration et le Congrès pour soutenir l’économie ?

     

    La Fed a signalé son intention de continuer à abaisser les taux d’intérêt, et le président George W. Bush ainsi que les parlementaires démocrates ont évoqué des aides fiscales, mais il faudra que cela soit très rapide. La stratégie à adopter par le gouvernement est assez simple. Premièrement, effectuer des dépenses sociales supplémentaires serait moins rapidement efficace que de diminuer immédiatement la pression fiscale (prélèvement à la source). Ensuite, plutôt que les riches, il faut surtout aider les gens ayant des revenus modestes et qui dépensent la plus grande part des aides reçues.

     

     
    http://basacode.blogspot.com

    Comment expliquez-vous que personne ne mesurait il y a encore six mois l’ampleur de la crise du crédit immobilier américain (subprimes) ?

     

    Personne ne pouvait imaginer que les banques, qui investissaient autant d’argent, étaient aussi mal informées des risques qu’elles prenaient. Les agences de notation n’ont pas fait leur travail et ont mal mesuré les risques. Sans parler de leurs conflits d’intérêts. La façon dont les rémunérations sont déterminées dans les établissements financiers est aussi en cause. Elle encourage les prises de risque et pénalise peu les stratégies hasardeuses.

     

      Vous mettez en garde, dans votre dernier livre, contre l’opposition grandissante à la mondialisation dans la population américaine. Est-ce un phénomène lié à la conjoncture ou plus profond ?

     

    C’est bien plus profond. C’est un rejet d’un système certes très favorable, depuis de nombreuses années, au consommateur et à l’investisseur, mais qui, en contrepartie, dépouille le citoyen du contrôle d’une partie de sa vie et affaiblit la démocratie. Les Américains sont aujourd’hui inquiets pour leur emploi, pour leur assurance-santé, pour leur retraite, pour la valeur de leur maison.

     

    Ce que nous voyons aujourd’hui dans la campagne électorale présidentielle est un retour de bâton contre la mondialisation, le commerce international et l’immigration. C’est la première fois depuis la seconde guerre mondiale qu’aucun des deux partis n’a un candidat se disant favorable à une plus grande liberté du commerce. Nous voyons les prémices d’un retour de l’isolationnisme aux Etats-Unis.

     

     
     
    http://basacode.blogspot.com


    N’est-ce pas lié aussi aux erreurs commises par l’administration Bush ?

     

    Bien sûr, mais c’est le rejet d’un phénomène qui existe depuis trois décennies et qui se traduit notamment par le creusement des inégalités. Le salaire moyen aux Etats-Unis ajusté à l’inflation est à peine supérieur à ce qu’il était en 1970. La mondialisation a seulement bénéficié aux nantis. Le un pour cent d’Américains les plus riches accapare aujourd’hui 20 % du revenu national, quand la moitié de la population ayant les revenus les plus faibles n’en reçoit que 12,6 %. Pour employer un terme français, cela est en train de miner notre "contrat social" et aussi notre démocratie.

     

    Propos recueillis par Eric Leser.

     

     Source : Le Monde www.lemonde.fr

     

      Agences immobilières : la profession prédit de nombreuses fermetures en 2008, AFP, 18 janvier 2008.

     

         Immobilier Notaires : Au niveau des logements, la détérioration des prix semble s’accentuer.

     

        Crise mondiale : les banques, le brut et... l’emploi, par Fabio lo Verso.

     

        Fatal freinage aux Etats-Unis, par Joseph E. Stiglitz.

     

        La crise des subprime ou le nouveau nuage de Tchernobyl, par Philippe Cohen.

     

        Immobilier, subprime : les racines de la crise, par Michel Husson.

     

       (...) Plus généralement, durant ces semaines écoulées depuis mi août et qui se terminent peut-être en cette fin octobre 2007, tous les indicateurs passent au rouge -monnaies, prix des matières premières, etc. mais les bourses "tiennent" et c’est là, officiellement, l’essentiel.


    http://voltairenet.org

    Donc la musique sur les "fondamentaux qui sont sains" tente encore de s’imposer et les analyses convenues limitent la crise financière à l’ "affaire des subprimes", la qualifiant pour mieux se rassurer de "crise estivale".

     

    Belle inversion idéologique, car la réalité est grosso modo tout le contraire : quand la surface et l’apparence semblent aller bien, les fondations sont rongées. La crise ne provient pas de la "finance" en tant que superstructure, elle concerne les fondations du capitalisme. Dans ces conditions, la "santé de la Bourse" n’a plus la signification qu’elle pouvait avoir autrefois. Elle signifie en fait redoublement de parasitisme envers le mode de production capitaliste lui-même ; la santé, à ce stade, c’est déjà la maladie. Mais il est vrai que pour les actionnaires, il ne s’agit pas seulement d’idéologie puisque tant qu’ils encaissent, tout va bien même si la maison brûle. (...)]

    Subprimes, immobilier, faillites bancaires : retour sur la crise "financière", par Vincent Présumey.

     

      A LIRE : Note sur l’éclatement de la bulle immobilière américaine, par Isaac Johsua.

     

    Dans une prochaine publication, je traiterai des finances mondiales. Petit aperçu :

    Des fonds vautours s’attaquent aux pays les plus vulnérables

    Les fonds vautours sont des fonds d’investissement privés qui rachètent à très bas prix, sur le marché secondaire de la dette, des créances sur des pays pauvres pour ensuite les poursuivre en justice afin d’obtenir le remboursement de l’intégralité des créances nominales majorées des intérêts de retard. Ces fonds vautours ont déjà mis la main sur près d’un milliard de dollars à l’issue de décisions de justice. La dernière en date a été rendue en avril dernier par la Haute Cour de Londres qui a condamné la Zambie à payer au fonds Donegal 17 millions de dollars pour une créance rachetée en 1999 à seulement 3 millions de dollars. Actuellement, pas moins de quarante procédures ont été déclenchées contre vingt pays, essentiellement en Afrique mais aussi en Amérique latine. La République démocratique du Congo totalise à elle seule huit actions en justice dont cinq ont déjà débouché sur une condamnation de l’État congolais. Autre exemple, le fonds américain Kensington réclame devant les tribunaux états-uniens 400 millions de dollars au Congo-Brazzaville pour une créance rachetée à 10 millions de dollars. En l’état actuel du droit et de la jurisprudence, il y a de fortes chances que les juges états-uniens rendent encore une décision favorable à ces fonds vautours.
    _________________________________________________________________________________________


    AUTRES  BLOGS  d' Eva,  R-sistons :

    R-sistons à la désinformation

    http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com 


    R-sistons à l'actualité

    http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/


    votre commentaire
  •  
     
    Samedi 29 mars 2008



    Attention! Bruits de bottes inquiétants...



    Bonjour


    Je tiens à vous signaler que j'ai ajouté différents articles à l'issue de ma dernière publication, nécessaires à la compréhension de ce qui se passe actuellement dans le monde. Je n'ai même pas eu la place d'annoncer seulement le titre et le lien du papier sur la CIA. Je vous laisse donc l'article intégralement, ici.

    Pour le Tibet, je vous renvoie à mon blo

        http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/

    et aux sites suivants :

    -
    http://michelcollon.info
    -
    http://marcfievet.com
    Voyez aussi les commentaires de cet article (liens récents articles sur Tibet) 

    Bonne lecture, Eva

    _____________________________________________________________________


    Je viens à peine d'envoyer ce post,

    que je reçois tout ce que j'ajoute maintenant.

    L'actualité est lourde, il faut être réactif et rapide ! D'autant que nous serons, nous Français,  aux premières loges, avec un tandem va-t-en guerre, atlantiste et sioniste : Sarkozy-Kouchner. Danger maxima ! Ils sont aux ordres des dirigeants du monde, membres du Bildelberg, néocons, anglo-saxons, sionistes ... et leurs valets, les grands médias à la solde des marchands de canon.

    Après l'article sur la CIA et le Tibet, je vous joins le compte-rendu des autres publications du site toutsaufSarkozy... Tout est improvisé dans l'urgence, désolée. Au départ, il devait juste y avoir quelques lignes pour annoncer les articles mis en lien à l'issue du dernier post, ainsi que l'article sur la CIA au Tibet.  Et tout le reste est venu par-dessus, à part les références de mes autres blogs, et les statistiques.  Eva

    Faute de place, j'ai rajouté ce que je viens encore de recevoir, en commentaires, à la fin de ce post -
    après avoir pris le temps d'informer des événements, comme demandé....

    ______________________________________________________________________

    Vous vous souvenez de ce que je vous disais récemment ? Mobilisons-nous TOUS dans le monde entier, faisons passer l'information !

    Des dirigeants à la tête des Grandes Institutions veulent la guerre, " une guerre d'extermination des peuples pour leur confort ", comme je l'ai écrit dans un article ( moins de pollution, plus de ressources, eugénisme : On garde les meilleurs, la race  supérieure des bien nés, des très riches, des Financiers, des intellectuels amis, etc). Des sortes de camps de concentration se mettent en place pour les rétifs. Au moment où on nous demande de célébrer la Shoah des Juifs, c'est un gigantesque holocauste qu'on prépare, avec feu d'artifice nucléaire. Au moment, aussi,  où on détourne notre attention vers les J.O. et les "méchants" Chinois, des salauds, ou des fous,  haut placés,  programment notre malheur.

    Réagissons contre l'intolérable qui se met en place, toutes tendances et religions confondues  !!!!  Eva

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Reçu au moment où je me couchais, vers minuit :

    Attention ! Bruits de bottes inquiétants...

    http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article02/EkpyZFpZEFmdlnuNvM.shtml



     La menace d'une Guerre contre l'Iran s'accroît de jour en jour.

    Un sousmarin nucléaire US se dirige vers le Golfe Persique. Il est urgent de remobiliser toutes les forces anti-guerre partout dans le monde. Attention aux « fausses mobilisations » type « indépendance du Tibet », c'est l'écran de fumée qui cache la vraie menace, celle d'une Troisième Guerre Mondiale.



    Pour commémorer le cinquième anniversaire de l'attaque contre l'Irak et protester contre la guerre, des centaines de militants anti-guerre américains se sont rassemblés à San Francisco dimanche dernier.

    Ceux qui ont pris la parole ont lancé un cri d'alarme disant que le conflit risquait de s'étendre à toute la région, qu'une nouvelle guerre était imminente, et que la prophétie était entrain de se réaliser sous nos yeux. Le départ forcé de l'amiral William « Fox » Fallon – commandant en chef des forces US au Moyen Orient - qui a été décrit dans le magazine US Esquire - à qui il avait accordé une interview- comme l'homme qui faisait rempart contre une nouvelle guerre, le fait qu'il est été relevé de ses fonctions, préfigure un désastre en gestation avancée.


    La rhétorique guerrière,mensongère de l'administration Bush, et la soumission des démocrates, alors qu'ils ont été élus pour agir contre la guerre en Irak, présagent mal de l'avenir. Il en va de même avec la tournée à l'étranger du présidentiable républicain McCain qui se conduit déjà en chef suprême des armées US, et a adopté des positions encore plus belliqueuses et pro sionistes que Bush en reconnaissant Jérusalem comme capitale d'Israël. Ce n'est d'ailleurs pas par hasard si McCain est le candidat préféré des Israéliens, et si l'homme qui le suit comme sont ombre, le sénateur "indépendant" (ex démocrate) Joe Lieberman, est un pro sioniste. Ce dernier pousse à une attaque contre l'Iran, ayant fait voter par le Congrès une loi qui dispense le président US de l'accord du Congrès pour déclencher une guerre, alors que pour la guerre en Irak, Bush avait dû en obtenir l'accord.


    Ces anti-guerre américains ont lancé un appel à réveiller l'opinion publique partout dans le monde concernant la prochaine guerre contre l'Iran, et à mobiliser contre ce projet fou qui fera apparaître la guerre contre l'Irak comme une « petite guerre » comparativement - elle a pourtant déjà fait plus d'un million de morts côté irakien, plus de 4000 soldats américains ont été tués, sans compter les blessés de part et d'autre, et plus de 4 millions de déplacés irakiens. Car outre la destruction et la mort qu'elle sèmera en Iran, les répercussions aux US et en Europe seront terribles. Avec le prix du pétrole qui flambe déjà, une économie US en récession, l'onde de choc sera sans précédent, sans même parler des représailles iraniennes, car l'Iran pour se défendre ne se laissera bien évidemment pas attaquer sans réagir.


    En face, des pouvoirs extrêmement puissants


    Aux US, deux partis politiques sur la même longueur d'onde, quelque soit le prochain candidat élu président(e), le puissant complexe militaro industriel, l'armada d'intellectuels des boîtes à penser, ces grattes papiers justifiant et légalisant massacres, tortures, destructions…les néo conservateurs, les puissants lobbies pro sionistes, et les médias/ bizness/propagande, tous acquis à la guerre car elle fait vendre de l'info.


    En Europe, les trois gouvernements des « Grands » de l'UE -Grande Bretagne, France, Allemagne - soutiennent inconditionnellement les américano sionistes, les médias affûtent également la propagande guerrière contre l'Iran. L'environnement politique actuel est donc idéal pour lancer l'offensive contre l'Iran, d'autant que les oppositions politiques aux gouvernements en place dans ces pays sont considérablement affaiblies.


    Surtout, l'attention de l'opinion publique est détournée sur des conflits mineurs tels celui du Tibet- qui embarrasse suffisamment la Chine pour politiquement la « neutraliser »- véritable écran de fumée pour cacher ce qui est en préparation, car l'administration américaine ne veut plus affronter la mobilisation populaire qu'il y a eu en 2003, ni avoir à se justifier, ce qui serait encore plus difficile étant donné les révélations faites sur les mensonges qui l'ont amené à attaquer l'Irak.


    La Russie, qui s'était déclarée contre la guerre en Irak, risque d'être « neutralisée » par des perspectives de coopération rapprochée avec l'OTAN en Afghanistan, et de partage du gâteau pour le bizness sur l'enrichissement d'uranium.


    Le vice président Dick Cheney vient de faire un tour du Moyen Orient pour s'assurer de la docilité des gouvernements arabes dits « modérés ».


    Selon des sources egyptiennes (The International News 24/03/08) un sous-marin nucléaire vient de franchir vendredi dernier le Canal de Suez pour rejoindre la flotte US stationnée dans le Golfe Persique.


    Coïncidence ? En Arabie Saoudite, Le Conseil de la Shura Saoudienne va discuter en urgence et en secret de plans nationaux pour faire face à des dangers radioactifs soudain liés au nucléaire qui pourraient toucher le royaume suite à des alertes lancés par des experts concernant des attaques possibles des réacteurs nucléaires de Bushehr en Iran, selon des articles parus dans la presse saoudienne de samedi. Le Centre de Science et Technologie King Abdul Aziz a préparé une proposition qui englobe les probabilités d'une fuite nucléaire et de dangers radioactifs en cas d'une attaque nucléaire surprise contre l'Iran, selon le journal saoudien Okaz. Ces plans devaient être discutés ce dimanche.


    Coïncidence ? En Israël, les plus importants exercices d'alerte jamais tenus depuis la création de l'état sioniste, auront lieu le dimanche 6 avril. Organisé par la Nouvelle Autorité pour les Secours, ils se dérouleront pendant 5 jours. Mais avant cela, une journée de mobilisation des services urgentistes hospitaliers se tiendra le jeudi précédent les exercices. Toutes les préparations pour ces exercices auront lieu sous la responsabilité du secrétaire d'état à la Défense, Matan Vilnai, devenu célèbre récemment pour avoir menacé les Palestiniens de la Bande de Gaza de Shoah. Le premier jour des exercices, le premier ministre Ehud Olmert réunira son cabinet en réponse à « une attaque ennemie » pour décider de la réponse israélienne. Participeront à tous ces exercices, la police israélienne, l'armée, le commandement de la défense civile, les hôpitaux, les pompiers, les services d'ambulances du bouclier de David. Des sirènes retentiront partout dans le pays et les équipes de secours organiseront des évacuations en masse de « zones touchées ». Une campagne de relation publique précèdera juste avant, et accompagnera ces exercices.


    En Turquie, le gouvernement actuel est déstabilisé par une tentative pour délégitimer le parti majoritaire, et l'armée, pro américano sioniste, pourrait se retrouver au pouvoir, ce qui permettrait aux US de compter sur la coopération de ce pays pour sa future guerre contre l'Iran, évitant ainsi ce qui s'était passé avec la guerre en Irak. La Turquie en 2003 lors de la guerre contre l'Irak, avait refusé le passage de l'armée US sur son territoire.


    La profonde crise financière aux Etats-Unis pourrait aussi pousser l'administration américaine à chercher une « porte de sortie » en mobilisant son opinion publique sur une guerre, pour relancer également une industrie locale touchée de plein fouet par les délocalisations.


    Tout dépend de la mobilisation de l'opinion publique mondiale


    Mais la mobilisation contre la guerre en Irak l'avait montré, les peuples sont majoritairement contre ces guerres, à nous de les remobiliser, et VITE.


    D'abord démystifier les « fausses mobilisations » sur des causes manipulées (Darfour, Tibet) parce qu'elles s'apparentent à des opérations de psyops, avec en ligne de front des ONG dont on sait, pour certaines, qui les financent, et de qui elles reçoivent leurs ordres (exemple en France RSF officine de la CIA).


    Dénoncer sans relâche les principaux instigateurs de ce plan diabolique : les américano sionistes, qui ont érigé en doctrine planétaire leur volonté d'attaquer quiconque résiste à leur empire colonial bicéphal.

    » Ou vous êtes avec nous, ou vous êtes contre nous ».

    Alors soyons le plus nombreux possible contre eux. Car identifier l'ennemi N° 1, et sa cohorte d'agents d'influence, dans toutes les sphères, et pas seulement celle du politique, mais aussi du culturel, du médiatique, fait partie d'une stratégie efficace anti-guerre


    Faire comprendre les risques non plus d'un conflit limité régionalement, mais les répercussions mondiales d'une attaque nucléaire contre l'Iran :


    Sur le plan humain, dans l'immédiat, la responsabilité de dizaines de milliers de morts iraniens, mais aussi dans les pays voisins, dans d'horribles souffrances, et des millions de contaminés.


    Du point de vue de la santé publique, car une attaque sur un site nucléaire iranien -on l'a vu avec la catastrophe de Tchernobyl - touchera les populations dans un rayon nous incluant, avec une prolifération de cancers, touchant tous les âges, mais aussi des malformations à la naissance, une atteinte au patrimoine génétique…


    Une atteinte pour de nombreuses années sur l'environnement, animal, végétal, minéral, des mutations, des maladies inexpliquées des disparitions d'espèces, et probablement aussi une répercussion sur les problèmes de réchauffement climatique. Un nuage radio actif n'est pas inoffensif.


    Financièrement, avec un pétrole à plus de 200 dollars, des coûts de production en hausse vertigineuse, des pénuries, l'impossibilité de se rendre à son travail en voiture, trop coûteux, la paralysie quasi certaine de l'économie nationale mais aussi mondiale, les faillites, les pertes d'emplois, la misère s'étendant à des couches sociales jusque là préservées….


    Et aussi moralement, éthiquement, car une attaque contre un site nucléaire nécessite obligatoirement le largage de bombes nucléaires, ce qui constituerait une première depuis Hiroshima, Nagazaki, dont nous aurions TOUS à porter la responsabilité devant les générations futures.


    Les bombardements nucléaires d'Hiroshima et Nagasaki ont eu lieu juste à la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, et les populations des pays en guerre étant exténuées, elles n'avaient ni la force, ni les moyens de protester contre ces crimes contre l'humanité.


    NOUS ne sommes pas dans cette situation, Nous avons les moyens tous ensemble d'empêcher cette attaque nucléaire.


    Alors que chacun prenne ses responsabilités et agisse là où il peut le faire et avec les moyens dont il dispose.


    Mobilisation Générale Anti-Guerre


    A chacun de relayer le texte ci-dessus le plus rapidement possible et à un maximum de contacts possibles.

    inv
    Notes :
    L'agression Usraélienne contre l'Iran vue par le Crif (coordination de la mafia sioniste en France). Il fallait oser!

    "Une pluie de missiles tirés par le Hezbollah et l’Iran, s’abattrait sur Tel-Aviv et sa région en cas d’une guerre hypothétique avec Israël.


    « Des centaines de morts, des milliers de blessés, des tirs de barrage de missiles contre la région de Tel-Aviv, paralysie totale de l'aéroport international Ben Gourion, axes routiers bombardés sans relâche, effondrement du système d'adduction d'eau, longues coupures d'électricité: c'est ce qui se passera durant la prochaine guerre » : bref, une pluie de missiles tirés par le Hezbollah chiite libanais et l'Iran s'abattrait sur Tel-Aviv et sa région en cas d'une guerre hypothétique avec Israël, selon un rapport officiel révélé lundi par le quotidien israélien Yediot Aharonot.


    Ce rapport, censé être secret, a été rédigé par l'Administration pour l'économie d'urgence, un bureau gouvernemental chargé des situations d'urgence, et transmis aux ministères concernés ainsi qu'aux collectivités locales, précise le journal. Ce document affirme que ce scénario catastrophe est le fruit d'une réflexion sur le déroulement de la guerre au Liban menée du 12 juillet au 14 août 2006 contre la milice chiite du Hezbollah pro-iranien.


    Ce conflit devrait se prolonger pendant environ un mois, et impliquerait également la Syrie. Celle-ci déclencherait des hostilités sur le plateau du Golan et tirerait des milliers de missiles Scud contre les agglomérations de Galilée. Des missiles balistiques iraniens à ogives conventionnelles frapperaient aussi Israël, qui serait en outre la cible d'attaques suicide palestiniennes et de roquettes tirées depuis la bande de Gaza et la Cisjordanie.
    Des raids aériens contre des objectifs militaires et stratégiques israéliens sont aussi pris en compte, de même que des tentatives d'enlèvements de civils et de militaires.





    ___________________________________________________________________---------------------------------


    Statistiques blog R-sistons 
    (j'ai commencé à faire connaître mon blog fin 2007)
     
    Hier, 465 visiteurs individuels,   + abonnements + visiteurs par sites et par moteurs de recherche.

    Date de création : 11/07/2007
    Pages vues : 131841 (total)
    Visiteurs uniques : 40170
    Journée record : 11/03/2008 ( 1505 Pages vues )
    Mois record : 03/2008 ( 28549 Pages vues )


    ________________________________________________________________________________________


    Destitution Sarkozy  ?


    Pour mettre un terme définitif aux « manquements » que relève François Hollande - comme à ceux qu’il ne relève pas - il y a pourtant bien un moyen : c’est l’article 68 de la Constitution française.


    Car, bien que personne n’y fasse référence ces jours-ci, il se trouve que notre Constitution a été modifiée le 23 février 2007 pour supprimer la formule de « haute trahison » (pourtant très appropriée) et la remplacer par la notion de « manquements ». Le nouvel article 68 est ainsi formulé :

    Article 68 :
    Le Président de la République ne peut être destitué qu’en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat. La destitution est prononcée par le Parlement constitué en Haute Cour...


    La question que doivent se poser les juristes et les responsables politiques est de savoir si les agissements de Nicolas Sarkozy sont constitutifs du terme de « manquement » inscrit dans notre Constitution. Or ce débat a déjà eu lieu et le spécialiste du journal Le Monde le récapitulait en ces termes dans l’édition du 24 juin 2003 :

    « La définition de tels "manquements" n’est pas, au fond, davantage précisée que ne l’était celle de la "haute trahison", mais cette disposition atteste la volonté de préserver la fonction présidentielle et non la personne qui l’occupe. "C’est l’incompatibilité avec la poursuite du mandat et elle seule que la sanction doit résoudre par la destitution", expliquait le rapport de M. Avril.


    Ainsi, les faits reprochés au chef de l’Etat peuvent aussi bien être pénalement qualifiables qu’a priori exempts de tout reproche judiciaire : des propos outranciers, un comportement personnel scandaleux, une situation de conflit d’intérêts involontaire, voire le refus de signer une loi ou une ordonnance (comme Charles Pasqua l’avait suggéré, en 1986, contre François Mitterrand), pourrait ainsi motiver l’engagement de la procédure de mise en cause du président ». (Source : Hervé Gattegno : "Le projet de la Chancellerie donne aux parlementaires le pouvoir de renverser le président" LE MONDE 24.06.03)

    (début et fin article :
    http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article02/EkpyZFluppsvGSnXjd.shtml)


    __________________________________________________________________________________________



    La CIA : " C'est nous qui avons préparé l'insurrection  au Tibet " .

    .


    La préparation de la révolte armée a duré des années, sous la direction des services secrets américains, la CIA. C'est écrit noir sur blanc dans « The CIA's Secret War in Tibet » (La guerre secrète de la CIA au Tibet) de Kenneth Conboy (University Press of Kansas, 2002, 300 pages), un ouvrage à propos duquel le spécialiste de la CIA, William Leary, écrit : « Une étude excellente et impressionnante sur une importante opération secrète de la CIA durant la guerre froide. »

    InforTibet

    Tibet : pour la liberté, avec la CIA ?

    En 1951, les communistes prenaient le pouvoir au Tibet. Au cours des deux siècles qui avaient précédé, pas un seul pays au monde n'avait reconnu le Tibet comme un pays indépendant. Durant ces deux cents ans, la communauté internationale avait considéré le Tibet comme une partie intégrante de la Chine ou, du moins, comme un État vassal. En 1950 déjà, l'Inde disait que le Tibet était une composante de la Chine. L'Angleterre qui, il y a quarante ans, occupait pourtant une position privilégiée au Tibet, suivit la position indienne au pied de la lettre.

    Seuls les États-Unis se montrèrent hésitants. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, ils considérèrent le Tibet comme appartenant à la Chine et ils freinèrent même l'Angleterre dans ses avances au Tibet. Mais, après la guerre, les États-Unis voulurent faire du Tibet un rempart religieux contre le communisme.

    Contrairement à ce qui se passa avec la question coréenne, ils furent complètement isolés. Ils ne purent mettre sur pied la moindre coalition internationale. En 1951, la majorité de l'élite tibétaine elle-même, y compris l'Assemblée générale élargie, accepta l'accord négocié avec la Chine à propos d'une « libération pacifique ».

    Mais cela changea lorsque, en 1956, les autorités décidèrent d'appliquer une réforme agraire dans les territoires tibétains de la province de Sichuan. L'élite locale n'accepta pas qu'on touche à ses propriétés et droits. Cela allait mener au soulèvement armé de 1959.

    La préparation de la révolte armée avait duré des années, sous la direction des services secrets américains, la CIA. C'est écrit noir sur blanc dans « The CIA's Secret War in Tibet » (La guerre secrète de la CIA au Tibet) de Kenneth Conboy (University Press of Kansas, 2002, 300 pages), un ouvrage à propos duquel le spécialiste de la CIA, William Leary, écrit : « Une étude excellente et impressionnante sur une importante opération secrète de la CIA durant la guerre froide. »

    Un autre livre, « Buddha's Warriors - The story of the CIA-backed Tibetan Freedom Fighters » (Les guerriers de Bouddha - L'histoire des combattants tibétains de la liberté soutenus par la CIA), de Mikel Dunham (Penguin, 2004, 434 pages) explique comment la CIA a transféré des centaines de Tibétains aux États-Unis, les a entraînés et armés, a parachuté des armes sur le territoire, a enseigné aux gens comment ils pouvaient se servir d'armes à feu tout en étant à cheval, etc.

    La préface de cet ouvrage a été rédigée par « Sa Sainteté le dalaï-lama ». Sans doute ce dernier considère-t-il comme un honneur le fait que la rébellion séparatiste armée ait été dirigée par la CIA. Dans cette préface, il écrit : « Bien que je croie que la lutte des Tibétains ne puisse être remportée que par une approche à long terme et des moyens pacifiques, j'ai toujours admiré ces combattants de la liberté pour leur courage et leur détermination inébranlables. » (page XI)

    Réactions tibétaines et internationales lors de la prise de pouvoir par les communistes, en 1951, Infortibet, 14 janvier 2008.
    en néerlandais:
    http://infortibet.skynetblogs.be/post/5433093/tibetaanse-en-internationale-reacties
    -bij-de-

    Sources Mondialisation ca
    http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=8405

    Posté par Adriana Evangelizt







    _________________________________________________________________________________________



    AUTRES  BLOGS  d' Eva,  R-sistons :


    R-sistons à la désinformation
    (Observatoire et infos Médias)

    http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com

     

    R-sistons à l' actualité

    -  http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/





    ________________________________________________________________________________________



    Dernières parutions site toutsaufsarkozy, que je reçois à l'instant sans lire :




     
    Le New York Times prône la "discipline" au "Président Bling-Bling"

     

     

     
    Blogs et blagueurs: des journalistes mentent aussi sur Internet
    inv
    Fondateur du site Mediapart, qu’il destine à la « création d’une information contributive, d’excellence, de qualité, comme un club »

     

    Le gouverneur Sarkozy devrait consulter....
    inv
    A force de discours, Nicolas Sarkozy a pris un risque inconsidéré : qu'on s'arrête à relire ses promesses de
    campagne et à les comparer à son action
     
    inv
    Un sous-préfet limogé pour des propos "antisémites"
    inv
    Le titre est repris du site "NouvelObs.com" qui assimile donc volontairement des propos anti-sionistes à des propos antisémites


     Après la Palestine, la France colonisée par l'Etat d'Israël !



    De Gaulle, Sarkozy, le style c'est l'homme: une comparaison qui fait mal!

     
    Retour sur la mystification du 11 septembre 2001.

     

     
    inv
    Utiles réflexions (2), J.C. Guillebaud
    inv
    La montée aux extrêmes. Globalement, on n'avait jamais parlé si librement des cafouillages -et même des fragilités psychiques- d'un chef d'Etat.

     

    UIMM: un siècle de pressions patronales
    inv
    Le texte ci-dessous a le grand mérite de présenter de manière synthétique l'histoire et les buts de guerre de l'UIMM
     
    Crêpage de chignon dans le fromage des Hauts-de-Seine: la femme de Balkany (les "cinq du Mossad") s'en prend, l'espace d'un instant, à Mao-Devedjian. Un délice.

     

    Comment Sarkozy l'Américain a séduit McCain le francophobe

     

     

    Lettre ouverte à Monsieur Nicolas Princen, chargé de la veille internet par le grand président Sarkozy


    La chute de Carla.



     Payé par la CIA, Ménard et RSF au service de l'empire Usraélien.


    Afghanistan: Quand Sarko, depuis Londres, se met officiellement au service de l'empire Usraélien.

     

     

    10 mois après son élection, le nabot a perdu presque tous les points de son "permis de gouverner" les veaux.

     

     

    Le nom de Sarkozy cité dans une affaire de détournements de fonds publics. Son implication se précise

     

    Plusieurs milliers de lycéens se sont rassemblés à Paris le 27 mars pour protester contre les suppressions de postes d'enseignants. Une nouvelle manifestation doit avoir lieu mardi.

     

     

    Les 2 G

     

     
    Tibet: au fou! Sarkozy menace la Chine d'une riposte "graduée"....

     

     

    La France en faillite, les veaux vont devoir payer! Mais avec quoi?

     

     

    Albion: heureusement que la PDNF était là pour masquer la signification réelle du voyage.
    inv
    Les commentaires de la presse britannique, jeudi 27 mars, sur la visite d'Etat du couple Sarkozy en Grande-Bretagne
     

    votre commentaire