• Lettre ouverte à une Gauche momifiée.....

     
     
    Samedi 20 octobre 2007

    Bonjour,

     

    La Gauche ne remplit pas son rôle alors même que la situation n’a jamais été aussi grave sur le plan intérieur comme sur le plan extérieur. Donc, je l'interpelle, pour lui dire : Vas-y, engage-toi, vigoureusement et vite, c'est ton devoir ! Au nom d'une certaine idée de la politique, au nom aussi, d'une certaine idée de la France, de son modèle social, de sa mission dans le monde et pour la civilisation humaine - humaniste !

    Amis de gauche, je suis très en colère contre vous. Parce que vous êtes absents, ou ambigus, ou timorés. On procède au démantèlement de tout ce qui fait la spécificité française, et vous ne réagissez pas ; on casse toutes les protections sociales ou  du Droit du Travail, et vous ne réagissez pas. On transforme une démocratie en pays totalitaire, avec un Chef qui contrôle tout, qui décide de tout, avec l’appui de médias serviles, et bientôt peut-être un parti unique une fois le Centre, le FN, et le PS déstabilisés – et vous ne réagissez pas. On brade l’indépendance nationale de la France pour la soumettre aux néo-conservateurs américains et israéliens, et vous ne réagissez pas. On défigure notre pays et on porte atteinte à l’image de la France, et vous ne réagissez pas . 

    Peut-être vous résignez-vous à voir la France américanisée, dans les pires sens du terme ? Je n'ai entendu, récemment, que Ségolène Royal s'élever contre la "rupture" sarkozienne (voir dépêche citée à la fin de mon précédent article "un casseur nommé Sarkozy") : " Un sursaut est nécessaire ".  S. Royal indique que Sarkozy a gardé le pire de la continuité, la dette et l'affairisme, et choisi le pire de la rupture : l'affrontement et les injustices.

     

    La résignation, mes amis, n’est pas une valeur de la gauche. Celle-ci a été nourrie de luttes de résistance. Eh bien, entrons en résistance, prenons les étendards de la Liberté, de l’Egalité, de la Fraternité ! Pour être fidèles à nous-mêmes, tout simplement. Et pour ne pas décevoir le monde, qui a toujours les yeux fixés sur nous.

     

    Les manifestations, les grèves du 18 octobre, qu’en avez-vous fait ? Rien. Vous avez ergoté sur le fait de savoir s’il fallait ou non modifier les régimes spéciaux, et sans être d'accord entre vous ! De bien tristes discordances, en vérité.

     

    Alors moi, je vous réponds : On n’ergote pas, on combat ! Et de façon radicale, offensive, s’il vous plaît ! Il faut ré-enchanter la Gauche, la motiver, la mobiliser, la booster, l’impulser !  Pour enthousiasmer les couches populaires qui ont fait le lit de leur fossoyeur ! Mes amis, on n’ergote plus sur le fait de savoir s’il faut modifier un peu, beaucoup, pas du tout, les régimes spéciaux ! On part immédiatement en guerre contre les régimes spéciaux que Sarkozy accorde aux plus nantis ! Ca ne vous fait pas hurler, et mobiliser, les quinze milliards de cadeaux fiscaux aux milliardaires, que le peuple de France devra payer au prix souvent de sacrifices, ou de déchirements effroyables, pour les plus modestes ? Ca ne vous fait pas crier, et manifester, qu’on prépare, derrière la réforme des régimes spéciaux, la fin du régime de retraite français par répartition ? Vous restez silencieux, et chez vous, quand on casse toutes les solidarités, les services publics, le Droit du Travail ? Mes amis, la Gauche  a un idéal de justice et de solidarité à défendre, elle a des valeurs, une culture, une Histoire à propulser, pour enflammer les foules anesthésiées par Merlin l’Enchanteur (Je reprends une expression utilisée par Ignacio Ramonet dans le Monde diplomatique, Merlin le charmeur qui entraîne les enfants pour les conduire à leur perte).

     

    Ici,  j’ouvre une parenthèse : J’ai entendu le jeune Benoît Hamon attaquer la politique de Sarkozy. D’abord, je lui adresse un clin d'oeil :  Dis-moi, Benoît, n’es-tu pas le fils de mon ancienne collègue de travail, la journaliste Marie-Christine Hamon ? Tu lui ressembles tellement, et tu as l’âge de mon fils aîné, né un an plus tôt que toi !

     

    Donc, Benoît a dit ceci : « Toutes les solidarités sont en train d’être démantelées. Les futures retraites ? On cotisera plus pour une retraite plus tardive, et qui dépendra de la capacité à mettre de l’argent de côté. Nous entrons dans une logique de privatisation contre la solidarité ; plus on aura de moyens financiers, plus on aura une bonne retraite ». Voilà enfin quelqu’un de simple, de clair, de limpide ! Une recette du succès, c’est d’expliquer clairement les choses, et concrètement. Prenez-en de la graine ! Et  Benoît ajoute : « 15 milliards ont été distribués à ceux qui n’en ont pas besoin ». Evidemment. Mais encore fallait-il le dire, avec des mots accessibles à tous !

     

    S’agissant des régimes de retraite spéciaux, on peut dire qu’il y avait un accord tacite, propre au statut de fonctionnaire : Au nom de la continuité. Le cheminot, pour prendre cet exemple, avait des horaires décalés, il était astreint à travailler le dimanche et les jours de fête, il était, tout simplement, au service du public. Et en  fin de carrière, il avait une compensation, tacite lors de l’embauche. Qui en a parlé ? Haro sur les privilégiés ! Les médias ont dressé les Français contre cette catégorie de la population, devenue bouc émissaire, alors qu’il s’agit des militants les plus combatifs, parfaitement syndiqués, à la pointe de la lutte contre la vaste entreprise de démolition des retraites par répartition, des services publics, de toutes les protections sociales. Merci, Sud-Rail, car c’est au nom de tous les Français que vous vous battez !

     

    Les médias serviles s’acharnent à vous présenter les cheminots comme des individus menant un combat d’arrière-garde pour défendre des intérêts catégoriels. La Gauche doit rétablir la vérité ! Les cheminots ont déclaré la guerre à toutes les régressions sociales. Bravo !

     

    Faites-en autant, amis de Gauche ! Vous savez bien, vous, qu’on trompe les Français. Il n’y a rien à négocier, en dépit des déclarations mensongères du gouvernement. Sauf la régression sociale. Le nivellement par le bas !

     

    Qu’attendez-vous, peuple de Gauche, pour dénoncer le nivellement par le bas ? C’est pour le nivellement par le haut, qu’il faut combattre ! J’ai entendu un économiste dire cyniquement : «  Ils touchent beaucoup, les fonctionnaires, pour leur retraite. Qu’on aligne les retraites sur le privé ! » Tiens donc ! Aligner les régimes de retraite spéciaux sur les régimes de retraite normaux, puis les fonctionnaires sur le privé…. Jusqu’où ira a dégringolade ? Et pendant qu’on marchande quelques avantages pour les cheminots, on offre des cadeaux faramineux aux plus nantis, allant pour certains jusqu’à quelques dizaines milliers d’euros ! C’est sain, ça ? Et on ne dit rien ? En plus, si l’on suit la réforme sarkozienne, comment cotiser plus alors que le travail est d plus en plus incertain, précarisé, et même refusé aux plus de cinquante ans ? La Gauche a le devoir de poser les bonnes questions, et le plus clairement possible.

     

    Mes amis, on ne vous entend pas dénoncer avec force, et de façon audible, les régressions sociales qui se succèdent à un rythme effréné. On ne vous voit pas manifester contre les atteintes au droit du travail, ou contre la nouvelle législation en faveur des affairistes et contre les petits délinquants. On ne vous voit pas défendre la tradition de terre d’asile de la France. Silence aussi quand on ne soumet pas à l’approbation  des peuples la Nouvelle Constitution européenne. La Démocratie, qu’en faites-vous ? Et qu’attendez-vous pour dénoncer vigoureusement la soumission des médias au pouvoir ? Vous leur devez la défaite aux Présidentielles ! Ségolène Royal n’a pas démérité, mais la presse aux ordres, accessoirement tous ceux qui, par jalousie ou par machisme, ne l’ont pas soutenue sincèrement.

     

    Vous voulez retrouver votre crédit auprès de électeurs ? Il y a aussi une cause à défendre, bientôt, c’est celle de la paix ! Elle est populaire ! Si vous vous dérobez à cette cause, l’Histoire ne vous le pardonnera pas ! Et les électeurs non plus !

     

    Je veux vous voir debout, actifs, réactifs ! Il y a urgence sociale ! Et une nouvelle guerre ne doit pas éclater ! Ne loupons pas le train de l’Histoire ! Notre responsabilité est énorme ! Réclamons un référendum pour la nouvelle constitution ! Exigeons bruyamment et vigoureusement l’indépendance des médias (à ce sujet, je propose que l’on vienne bâillonnés lors de la prochaine manifestation des journalistes pour la liberté de la presse, voilà qui parlerait aux Français mieux que tous les discours que les Médias ne nous accorderont pas !). Il faut des actes forts, pour frapper l’opinion !

     

    Dites-moi, ça ne vous gêne pas, non plus, que les faits reprochés à M. Laporte soient prescrits à la fin de l’année ? Justice pour les riches, justice pour les pauvres, 2 poids deux mesures, voilà aussi une cause populaire !

     

    Les motifs d’engagement de gauche ne manquent pas. Cessons ces querelles stupides, ces divisions improductives, ces attaques injustifiées ! Et mettons-nous tous ensemble à la reconquête de l’électorat de Gauche, ne le laissons pas se fourvoyer avec Merlin l’enchanteur ! Battons-nous par tous les moyens, interventions publiques bien ciblées, communiqués concis, clairs, parlants, qui passent la rampe (cf, à tort ou à raison, le fameux « faillite de l’ Etat » de Fillon, voilà une formule efficace, qui atteint son but !) ; ou encore mobilisations, campagnes d’information, communiqués… IL faut être constamment sur la brèche, les réformes préjudiciables à la France se succèdent à un rythme effréné ! Chaque nouvelle mesure portant atteinte à l’intérêt des français doit être dénoncée de façon offensive, claire, concise ! Donnons la parole à ceux qui savent la prendre !

     

    Mes amis, la droite la plus réactionnaire, la plus inféodée à l’Amérique et aux grandes puissances de l’argent de toute l’histoire, saccage le modèle social français que le monde nous envie, porte atteinte à notre indépendance nationale, et risque de nous mener à une nouvelle guerre, peut-être nucléaire, pour des causes abjectes, la domination d’une idéologie, le contrôle colonial de ressources ne nous appartenant pas, l’enrichissement des industriels de l’armement, du pétrole, de la reconstruction ! C’est le devoir de la Gauche de réagir fermement, et surtout vigoureusement ! C’est un devoir pour reconquérir l’électorat de gauche sensible aux sirènes trompeuses de Sarkozy, c’est un devoir pour la France, pour la paix, pour les générations futures !

     

    Votre Eva, qui veut être l’aiguillon d’une politique efficacement à gauche ! Et d’une renaissance de l’espérance… 

    Abonnez-vous (gratuit) à ma prose, voyez newsletters à droitre. Et recommandez (à droite) ce blog à vos amis.

     

    __________________________________________________________________________________ 

    __________________________________________________________________________________          __________

    Commentaires : Je vous ai copié le commentaire que m'a fait Mme Dugelay, ainsi que la réponse que vous trouverez à "commentaires" (de l'article "un casseur nommé Sarkozy"....) : en effet, je vous incite à faire comme Mme Dugelay, à " placarder " partout ce texte, il est là  POUR  MOTIVER  LES  TROUPES DE  GAUCHE


    Merci, merci et encore merci. Enfin quelqu'un qui dit les choses simplement, de façon compréhensible par tous ceux qui savent lire, en utilisant le bon sens et la raison. Je vais transférer au maximum. Ma santé ne me permet pas de le faire, sinon je photocopierais le texte en format A3 et j'irai le coller partout dans mon village et aux alentours.
    Oui, il faut résister, mais peut-être trouver une forme de résistance non-violente (résistance civique, journées de refus d'achats dans les hyper-marchés ou... qui a d'autres idées ?) car je pense que Sarko serait trop heureux de faire jouer l'article 16 de la Constitution pour écraser une révolte.
    J'aurais par ailleurs deux questions à poser :
    1/ Pourquoi la Gauche n'a-t-elle pas dénoncé plus bruyamment le traité pour une concurrence sans entraves dans l'UE qui est à l'origine, entre autres, de la casse des services publics ? Il était pourtant antérieur au traité constitutionnel.
    2/ Pourquoi personne ou presque n'attire l'attention sur l'identité des principes sur lesquels repose ce traité constitutionnel et ceux qui sont les fondements de la doctrine sociale de l'Eglise catholique ? Tous les historiens critiques savent bien que, sous prétexte de ne pas "trop" écraser les salariés,cette doctrine du XIXème siècle avait pour but principal de combattre la Lutte des classes et le rapprochement des Religions (unies en la circonstance) et l'U.E. est manifeste. Elle a été relayée dans les partis de gauche et les syndicats par les philosophes personnalistes, inspirateurs de la 2ème gauche, c'est-à-dire, à l'arrivée, la sociale-démocratie qui ne refuse pas trop de s'intégrer dans le libéralisme économique qui entend nous gouverner et remplacer le débat politique.
    Cela fait quarante ans que je milite à gauche et ces deux questions m'interpellent vraiment.
    Encore merci. Cordialement à tous. Danièle Dugelay de Saclay (91).
    commentaire n° : 1 posté par : Dani�le Dugelay (site web) le: 20/10/2007 21:58:45 
    Merci chère Danièle pour ce mot qui me va droit au coeur et qui témoigne d'une grande érudition, d'un évident humanisme. Et comme vous êtes active !
    Vous avez raison, la gauche est comme paralysée par l'activisme démentiel de Sarkozy, ça va trop vite on n'a nême pas le temps de contester, une nouvelle mesure arrive, c'est insensé - et sans retour ? Grave.
    Oui, il fallait dénoncer avec force cette concurrence sans entraves, à peine a-t-on entendu des murmures... d'où cet article qu'il faut "placarder" partout en effet pour secouer les endormis. Le bon sens, la simplicité, en effet, c'est ce que j'aime. Je vous embrasse, merci, continuez d'intervenir dans le débat, voitre voix est juste, Danièle, bien fraternellement, Eva 

    _______________________________________________________________________________________

    Charmantes relations ! Laporte, dont je parle dans l'article. Copains-coquins ? La Gauche ne va rien dire ??? (Eva)

     
    Objet: Enquête fiscale pour Bernard Laporte
    Information l'"Equipe Magazine".
    L'Equipe Magazine révèle, dans son édition de demain samedi 20
    octobre, le contenu de l'enquête fiscale qui vise Bernard Laporte et
     ses
    sociétés, ainsi que plusieurs autres dossiers susceptibles de mettre en
    cause le prochain secrétaire d'Etat aux Sports. Au terme de près d'un
    an d'enquête et d'une quinzaine de perquisitions, la direction
     nationale
    d'enquêtes fiscales (DNEF) a mis au jour une série d'irrégularités
    dont les plus graves pourraient être transmises à la justice. Double
    comptabilité, abus de biens sociaux, détournement d'actifs, transferts
    de fonds suspect, fausses factures, travail au noir, retraits en
     espèces.
    
    
    A titre d'exemple, concernant certains restaurants de la chaîne Olé
    Bodega : la DNEF explique que « Les associés, font des prélèvements
    [d'espèces] dans la caisse. M. Laporte [est] nommément cité (...)
    Dans une note saisie par le fisc, l'expert-comptable des sociétés
    visées par l'enquête adresse ainsi cette mise en garde aux associés,
    dont Bernard Laporte : (...) Vous n'avez plus les moyens de puiser à
    l'infini dans la caisse. (...) »
    
    
    Autant d'infractions que Bernard Laporte conteste dans un entretien
    accordé mardi dernier, quelques jours après la défaite du XV de
    France contre l'Angleterre. « Vous croyez que moi, je vais aller dans
     une
    société faire des malversations ? Je vous parie tout ce que vous voulez
    que ça ne débouchera sur rien à l'arrivée. Si ce n'est ce
    redressement concernant la TVA», se défend le sélectionneur. S'il
    n'est gérant dans aucune de ses sociétés, Bernard Laporte est
    néanmoins considéré par le fisc comme « impliqué à la fois dans
    la création et dans la gestion financière des restaurants. » Remis en
    mars 2007, le rapport du fisc est, depuis, bloqué au ministère du
    budget. Dès décembre prochain, les infractions fiscales seront
    prescrites.
    
    
    Par ailleurs, une résidence de tourisme qu'il a créée avec deux
    associés a été mise en liquidation judiciaire en avril dernier à
    peine un an après le début de son exploitation. L'affaire, aujourd'hui
    sur le bureau d'un juge de tribunal de commerce, pourrait avoir des
     suites
    pénales car une soixantaine de personnes lésées par cette liquidation
    ont annoncé leur intention de déposer plainte.
    
    
    Autre dossier embarrassant pour le futur secrétaire d'Etat aux Sports :
    une plainte a été déposée par un couple de casinotiers
    indépendants qui accuse Bernard Laporte d'avoir fait jouer ses
     relations
    amicales avec Nicolas Sarkozy pour tenter d'obtenir la moitié des parts
    leur établissement.


    ________________________________________________________________________________________ LE NEW-YORK TIMES CONTRE SARKOZY : Quand un grand journal US dénonce
    la pente glissante sur laquelle s'est engagée Sarkozy avec la nouvelle loi sur l'immigration


    (source le Nouvel Observateur) Cité dans le blog d' IRENE DELSE, un blog d'écrivain
    http://fr.f267.mail.yahoo.com

    _______________________________________________________________________________________
    _______________________________________________________________________________________ LES COPAINS COQUINS QUI NOUS GOUVERNENT - Olivier Bonnet publie d'excellents articles sur Come4news
    16 Oct 2007 Olivier BONNET : Plainte contre Sarkozy classée, déni de justice - Come4news
     

    philippe_courroyePhilippe Courroye, procureur de la République au Tribunal de Grande Instance de Nanterre, était saisi de la plainte d'un particulier de Nanterre à propos des conditions de l'achat par Nicolas Sarkozy de son appartement sur l'île de la Jatte. Celle-ci reprochait au futur chef de l'Etat, se basant sur les révélations du Canard enchaîné, d'être coupable d' "association de malfaiteurs, pacte de corruption, enrichissement frauduleux, prise illégale d'intérêt, corruption et immoralité d'un élu, violation de la loi SRU".

    En l'espèce, Sarkozy a cédé, en tant que maire de Neuilly, des terrains sur l'île de la Jatte au promoteur Lasserre, en vue de la la réalisation d'un programme immobilier. Puis il lui a acheté un appartement ainsi bâti. Ces faits ne font l'objet d'aucune contestation. Or le particulier Sarkozy n'avait pas le droit de conclure une affaire avec un promoteur qui traitait avec la municipalité dirigée par le maire Sarkozy : est constitutif de la prise illégale d'intérêt "le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public ou par une personne investie d'un mandat électif public, de prendre, recevoir ou conserver, directement ou indirectement, un intérêt quelconque dans une entreprise ou dans une opération dont elle a, au moment de l'acte, en tout ou partie, la charge d'assurer la surveillance, l'administration, la liquidation ou le paiement" (délit "puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75000 euros d'amende", article 432-12 du code pénal). C'est clair comme de l'eau de roche et il n'y a même pas besoin d'aller plus loin, le délit de prise illégale d'intérêt est constitué. Or Philippe Courroye est un éminent juriste, comme l'atteste par exemple sa fiche biographique de Wikipédia, qui connaît par conséquent parfaitement la loi. Il a pourtant classé sans suite mardi dernier l'enquête préliminaire de police ouverte sur ces faits.
    Mais il y a pire : Le Canard nous a appris que le maire Sarkozy a accordé au promoteur, pour l'achat de ces terrains, un rabais de cinq millions de francs (775 000 euros). Sonné par cette révélation de l'hebdomadaire satirique, celui qui était alors candidat à la présidentielle avait justifié ce rabais par la baisse du marché immobilier. Or, à l'époque où il fut consenti, les professionnels du secteur sont unanimes à nier cette conjoncture négative : l'argument de Sarkozy ne tient pas. Ensuite, juste retour des choses, quand il a acheté son appartement au promoteur auquel il avait permis de le construire - avec une ristourne -, il a lui-même bénéficié d'un cadeau (toujours révélé par Le Canard) de 300 000 euros, sur le prix d'achat et les travaux réalisés dans le logement. Pour s'en défendre, Sarkozy avait alors produit une facture de 72 000 francs, correspondant à la pose d'un escalier, et promis d'en rendre publiques d'autres. Mais il n'a plus jamais montré une seule facture ! Il n'a donc ainsi nullement dissipé les lourds soupçons de corruption passive. Pour la bonne bouche, il revendra finalement ledit appartement 1,9 millions d'euros, réalisant ainsi une plus-value de 122%. Il y a donc enrichissement personnel.

    impunit_s_fran_aises_couvRésumons : Sarkozy est incontestablement coupable de prise illégale d'intérêts et suspect de corruption passive avec enrichissement personnel. L'enquête préliminaire aurait dû faire la lumière sur cette deuxième accusation, la première étant établie. Or qu'écrit au plaignant le procureur Courroye, dans une lettre rendue publique par son cabinet vendredi dernier et annonçant le classement sans suite ? "Le traitement de votre plainte n'a pas permis de caractériser l'existence d'infractions pénales". Sauf que la prise illégale d'intérêt est bien une infraction pénale et que rien ne peut en l'occurrence nier qu'elle soit effective, bon sang ! Voilà donc un scandaleux déni de justice. Comme son prédécesseur, l'homme de la prétendue "rupture" est donc un délinquant bénéficiant de l'impunité. Comment expliquer alors l'attitude de Philippe Courroye, qui étouffe l'affaire en s'asseyant sur le code pénal ? Deux pistes : la réaction d'Emmanuelle Perreux, présidente de Syndicat de la magistrature, à l'époque de sa nomination au poste de procureur de Nanterre, dénonçant le "verrouillage par la droite des postes stratégiques", et cette phrase laconique de la dépêche de l'agence Reuters consacrée au classement sans suite : "La nomination en avril dernier comme procureur de Nanterre, de Philippe Courroye, jusqu'alors juge d'instruction anti-corruption réputé, avait suscité des critiques, ce magistrat ne cachant pas sa proximité avec Nicolas Sarkozy." Vous reprendrez bien une banane ?


    suite article retraites publié dans " un casseur nommé Sarkozy " :

    Financement des retraites: l'escroquerie du discours du MEDEF et de l'UMP L'escroquerie sur la soi-disant difficulté à financer les retraites , suite et fin article paru sur http://eldiablo.over-blog.com


    Alors, pourquoi les gouvernements successifs s'attaquent-ils à nos systèmes de retraites ? Aujourd'hui, le financement des retraites représente 190 milliards d'euros. En 2040, il atteindra les 440 milliards. Le patronat ne le supporte plus. La volonté du capital est de récupérer cette partie à son profit. La répartition quasi immédiate des sommes collectées en fait un exemple à étendre car elles échappent ainsi à l’accumulation de capitaux et à la spéculation qui va avec.

     C'est pourquoi, il faut reconquérir nos droits précédents avec 37,5 annuités et exiger :

    => La suppression de toutes les exonérations faites aux entreprises et l'abrogation de la CSG, de la CRDS et du forfait hospitalier.

    => La réunification en une seule Caisse au niveau national et le retour à l'élection des conseils d'administration (Caisses Primaires et Nationale) composés d'une majorité de représentants des salariés et ayants droits.
     => L’abrogation des ordonnances de 1967 (qui ont annulé la gestion populaire de la Sécu), des décrets Balladur, des plans Juppé, Fillon et de la réforme de 2004 (qui ont fortement réduit le montant des pensions et augmenté le temps travaillé).  
    => La mise en œuvre d’un processus d’harmonisation du régime général sur les prestations les plus favorables des régimes spéciaux, amenant à leur extinction naturelle. C’est au nom de «l’égalité», que sont annoncées les attaques contre les régimes particuliers qui masquent une nouvelle fragilisation et mise en cause de l’ensemble du système.   => L’intégration pleine et entière dans la Sécurité Sociale du risque chômage et l’objectif de couverture à 100 % de tous les risques de la vie, en appui d’une politique de plein emploi.

     Enfin, pour garantir ces recettes, il faut revitaliser immédiatement notre système de Sécurité Sociale en taxant le capital par le moyen le plus juste et le plus efficace. Et le plus rentable pour le monde du travail c'est l’augmentation générale des salaires. Celle-ci relancerait l'économie, la consommation, l'emploi et au final permettrait de garantir pour tous une bonne Sécu et de bonnes retraites !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :