• LE CRI DE LA TERRE (2) : MONDIALISATION MALHEUREUSE, OU SAGESSE ?

     
     
    Samedi 20 octobre 2007

    lunettes.JPG Bonjour,

    Vous souvenez-vous, mes amis, de mon article sur le cri de la terre chaque jour piétinée par l' homme (et la femme) ? Aujourd'hui, dans le prolongement de ce que j'ai écrit pour défendre une autre manière de vivre et de consommer, je vous livre ces lignes extraites du quotidien l' Indépendant du 19 octobre 2007. Elles sont imprégnées d'une sagesse dont nous devrions nous inspirer dès maintenant, pour éviter le pire ! (Titre article : Pierre Rabhi, " remettre en cause le modèle dominant ")

    " Rencontre avec un sage de l'écologie pour qui le sacro-saint mythe du progrès nous mène à la catastrophe. Un regard lucide mais non désespéré sur notre futur, et celui de nos enfants.

    " J'aborde la question de l' écologie d'une manière globale. Tout part de la terre. Elle est de moins en moins vivante à cause des activités agricoles modernes. Les nappes phréatiques elles aussi sont polluées, la bio-diversité a disparu à 60 %. Ajoutez à cela l'extinction des petits paysans, et vous avez la situation catastrophique devant laquelle nous sommes. La production  nourricière est mal gérée, elle crée un dysfonctionnement du système vivant qui apparaît sous nos yeux. La terre produit nos aliments qui sont alors contaminés. Le problème c'est que l'on a maintenant très peu de temps pour rattraper les choses.

    " Il faut d'abord prendre conscience que l'écologie n'est pas une matière subsidiaire, mais une donnée fondamentale. Je pense que tout est lié et  qu'il faut, pour s'en sortir, remettre en cause le modèle dominant : celui de la mondialisation. La fausse bonne idée de la mondialisation est une absurdité totale, elle nous a conduit à la catastrophe. Je préfèrerais par exemple avoir à côté de chez moi un petit fabricant de chaussure plutôt que de voir des industries à l'autre bout du monde fabriquer des tonnes de chaussures. Pareil pour les producteurs éloignés de fruits ou de légumes qu'il faut transporter, congeler, décongeler, et qui au final demandent une consommation énorme d'énergie. Nous devons repenser notre société de fond en comble, car nous sommes au bord d'un dépôt de bilan généralisé. Il faut s'engager dans une autre logique, sur une base nouvelle : celle de la modération, ce que j'appelle la " sobriété heureuse ".
     
    " ( D. Dupont : Bien des civilisations ont périclité, mais la vie a continué. Pourquoi serait-ce aujourd'hui différent ? " ). Parce qu'aujourd'hui la situation s'est planétisée. Si tout le monde se mettait à consommer comme les habitants des Etats-Unis (soit 5 % de la population), il nous faudrait six ou sept planètes. Nous sommes dans une situation où une petite partie des habitants de la terre, à savoir les pays riches, pillent les réserves de toute l' humanité. Vous comprenez que cette boulimie ne pourra pas durer, que nous ne pouvons indéfiniment continuer sur ce train de vie. C'est la première fois dans l' histoire de l'humanité que nous sommes si près de la falaise. Maintenant, il est vrai que la vie a une puissance de résistance extraordinaire et qu'elle peut s'en sortir. Je n'ai pas de soucis particuliers pour la planète ou pour la vie en général, je suis par contre plus réservé sur l' avenir de l'humanité, en tous cas si elle ne réagit pas immédiatement. Mon action est d' éveiller les consciences.  "

    " P. Rabhi, auteur de nombreux livres sur l'écologie, et éveilleur de conscience. Pour lui, le progrès n'est qu'un mythe. Il en appelle à l' insurrection des consciences pour enrayer un processus de consommation qui met en danger l'avenir de la planète. Et pour celui qui milite depuis 45ans dans ce sens, le temps presse " ( l' Indépendant ).

    Il y a quelques articles, j'ai appelé à " l' insurrection des peuples ". Lisez.

    Eva, résistante à l'intolérable qu'on prépare aux peuples sur leur dos et souvent derrière leur dos. Résistez vous aussi, à chaque instant. Et abonnez-vous (gratuit) à mon blog, voyez newsletters à droite de l'écran, et la rubrique  " recommandez " . Bonsoir, bonjour, comme vous voulez, et à bientôt mes amis connus ou inconnus ! Je vous embrasse.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :