• Kouchner, Chavez, désinformation, Islamophobie...Quel lien ?

     
     
    Vendredi 7 décembre 2007

     

    Bernard Kouchner
  photo C. - Reuters, in http://tempsreel.nouvelobs.com

     

    Bonjour,

    Ce soir, je ferai court, après la longue lettre à Ségolène. Devinette : Quel lien y a t-il entre les quatre mots proposés dans le titre, Kouchner, Chavez, désinformation, islamophobie ? Quel est le mot central ?
     

    Désinformation ? Vous avez gagné. Entre celui qu'on présente comme un sémillant champion de l'humanitaire, et dont je vous ai révélé le vrai visage dans ma "lettre ouverte à B. Kouchner Dr Jekyll and M. Hyde", - titre que j'ai finalement préféré à celui de Dr Folamour - et Chavez, il y a un lien à faire . 

    Dans les médias, Chavez est présenté comme le diable, le tyran, le despote, le stalinien - et c'est lui qui a été un "démocrate irréprochable" (pour reprendre l'expression usurpée par Sarkozy), non seulement en acceptant avec fair-play le verdict, mais en proposant un référendum pour savoir s'il peut se présenter à nouveau. 

    Dans notre démocratie désormais "irréprochable" (tu parles !), Sarkozy a fait passer en force, sans référendum, la constitution européenne nouvelle version, qui ressemble furieusement à l'autre. Avec la complicité des médias dépendants, zélés, et adorateurs. Désinformation....

    Kouchner, lui, le néo-con bushiste belliqueux va-t-en guerre "militaire sans frontières" (pour reprendre l'expression d'Emmanuel Todd, voir
    http://www.marianne2.fr), partisan de la guerre en Irak qui aurait fait 700.000 morts pour apporter une démocratie oh combien irréprochable, c'est l'enfant chéri des médias, et surtout de la presse people. Le gendre idéal ! Un peu cow-boy, un sourire à fendre le coeur de toutes les midinettes, et une compassion pas du tout à géométrie variable. Un grand homme de paix. Désinformation toujours !

    Quant à l'Islamophobie, ce n'est pas le domaine du "diable" Chavez, mais bien le domaine de prédilection du néo-conservateur Kouchner et des médias à l'unisson. Y a t-il un soupçon d'esquisse d'allusion à la main-mise des ultra-sionistes sur tous les grands secteurs, ou de dénonciation de la politique israélienne, et voilà les censeurs se dresser unanimement contre cet antisémitisme vert, rouge, ou fasciste. En oubliant au passage que le cancer de notre société, aujourd'hui, c'est justement l'islamophobie rampante, qui procède d'ailleurs à des amalgames simplistes , entre Islam et Islamisme. Pour mémoire, il existe plus de cinq millions de Musulmans en France, et parmi eux, combien de terroristes ? Et pourtant, ce sont ceux-là qui sont montés en épingle et présentés à la vindicte populaire, diabolisés - il faut bien désigner des responsables aux malheurs d'aujourd'hui, qui pourtant procèdent bien davantage de l'ultra-libéralisme et de l'impérialisme américano-sioniste.

    Oui, les médias, ces nouveaux magiciens des temps modernes, décrètent qui nous devons aprécier - le sémillant Sarkozy, le beau Kouchner, l'argent, le modèle américain, les victimes israéliennes des méchants kamikazes palestiniens, la culture anglo-saxonne, les courageux Reporters sans Frontières, etc.;  et craindre :  les affreux musulmans, le diable Chavez, le dictateur Castro, l'Irak et l'Iran détenteurs d'armes de destruction massive... Basta ! Ca suffit, le prêt-à-penser paralysant ! Et unilatéral... qui fait de nous les esclaves du désordre établi ! Des robots soumis à l'intolérable qu'on planifie pour les peuples ! Basta !

    No comments... Mes lecteurs sont intelligents. Ils savent faire la part des choses. Et désigner les vrais incendiaires, les vrais apprentis-sorciers, les vrais assassins de la démocratie... Je leur présente de beaux articles pour illustrer ces propos. Je vous embrasse, Eva, toujours à contre-courant. Avec plaisir. 

    _____________________________________________________________

    TAGS : Kouchner, Chavez, Islamophobie, Castro, Irak, Iran, Israël, néosionisme, dictateur, démocratie, kamikaze, fascisme, France, armes de destruction massive, musulmans, terroristes, Emmanuel Todd, Dr Jekyll and M. Hyde, Dr Folamour, Islam, Islamistes ...

      §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§


    03.12.2007  http://vivelefeu.blog.20minutes.fr      Chavez et les médias
     

    Et Maintenant, Vite: Un Référendum (Où Nous Dirons Si Nous Souhaitons Que Sarkozy Reste "Président A Vie")

     

    Je ne sais pas si tu as noté comme ces jours-ci la presse a donné libre cours, avec une grossièreté jamais atteinte, à ses pulsions anti-chavistes?

    Ce fut un festival de menteries effrontées, d'où ressortait, pour l'essentiel, que le président vénézuélien était comme un nouveau Staline, et que cela se voyait, notamment, à ce qu'il s'apprêtait à s'imposer, par le biais d'une réforme constitutionnelle, en "président à vie" d'un pays (déjà) muselé.

    Dans la vraie vie, naturellement, les choses étaient (beaucoup) moins évidentes: la réforme en question devait juste lui permettre de se porter candidat à sa propre succession autant de fois que possible.

    Pour le dire autrement: il n'était bien sûr pas question, pour Chavez, d'imposer une présidence à vie, mais de s'ouvrir la possibilité de remettre en jeu son mandat présidentiel à chaque nouvelle élection.

    Je n'ai toujours pas compris en quoi cela n'était pas démocratique.

    Nicolas Sarkozy, par exemple, peut très bien décider soudain, et à cette aune, qu'il sera président à vie ("de tous les Français"): notre Constitution le prévoit, et la seule différence entre Sarkozy et Chavez est que Chavez, lui, a soumis son projet de réforme à un référendum.

    En sorte que, du point de vue même de celles et ceux qui ont ces jours-ci déversé par hectolitres leur bile anti-chaviste, Hugo Chavez est vachement plus démocratique, dans son exercice du pouvoir, que Nicolas Sarkozy.

    D'ailleurs, comme tu sais: les Vénézuélien(ne)s ont majoritairement voté "non".

    Ils n'ont pas voulu de la réforme que leur proposait leur président.

    Et là, est-ce que Chavez a le moins du monde contesté ce résultat - qui ne doit pourtant pas le ravir?

    Nullement.

    Chavez, au contraire, "admet sa défaite: "A présent, Vénézuéliens et Vénézuéliennes, faisons confiance aux institutions", a-t-il déclaré, lors d'une conférence de presse au palais présidentiel" - ainsi que le relève ce matin "Le Nouvel Observateur"(.fr).

    Hugo Chavez est, en somme, et contrairement à ce qu'ont prétendu les illuminé(e)s qui ont mené campagne sur le thème de ses fantasmatiques pulsions totalitaires, scrupuleusement respectueux de la démocratie.

    (C'est bien le moins.)

    Naturellement, j'attends maintenant que les propagandistes au petit pied qui n'ont cessé de nier cette réalité fassent preuve de cohérence - et de conséquence.

    J'attends, maintenant que nous savons que rien (ou presque) ne leur semble si dangereux que la possibilité constitutionnelle, pour un président de la République, de se (re)présenter à sa propre succession autant de fois qu'il le souhaitera - j'attends, disais-je, qu'ils appliquent à Nicolas Sarkozy le traitement qu'ils ont réservé à son homologue vénézuélien.

    Je ne doute pas que ces braves gens vont exiger, sur un tel sujet, porteur selon eux de si lourds périls, un (rapide) référendum, où nous pourrons dire si nous souhaitons, oui ou non, que cet homme puisse devenir président à vie:

    d560e7e9190f0fc49f74e076d02ca4a4.jpg




    Pour ma part, je ne te le cache pas: je voterai "non".

    Comme un Vénézuélien de base

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 


    Projet de question pour un prochain sondage Ifop: "Diriez-vous que Nicolas Sarkozy est trop présent dans les médias, ou que les médias qui mentent et lèchent ont raison de vouloir justifier en permanence sa politique?"



    !§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

    http://stanechy.over-blog.com


    L'islamophobie : le Cancer de l'Europe...

     


    Le procès où est cité l'hebdomadaire Charlie Hebdo, pour avoir repris les caricatures antimusulmanes « made in Denmark », est l'occasion d'une nouvelle campagne raciste entretenue par les médias et les candidats à l'élection présidentielle. Pour eux, c'est un procès inadmissible, inutile ou scandaleux. 

    Amusant, comme réactions. Rappelons que les représentants éminents de cette caste, starlettes, animateurs de l'audiovisuel, politiciens, princes et princesses de pacotille sont les premiers, à tour de rôle, à faire des procès quasiment toutes les semaines à l'hebdomadaire Voici, ou à d'autres, pour "défendre leur honneur, leur vie privée ou leur droit à l'image". Autrement dit, la "protection  de la liberté d'expression" ne s'applique pas à eux, lorsqu'ils sont photographiés ou s'estiment diffamés ou caricaturés. Par contre, dans leur mentalité, la communauté musulmane a vocation à se taire. Toujours, les "valeurs" à géométrie variable...

    Je trouve ce procès, pour ma part, très jouissif. D'abord, il n'y pas de raison que l'incitation à la haine religieuse, qui est un délit, ne soit pas sanctionnée. Ensuite, ce coup de pied, dans la termitière raciste, a permis de s'amuser à la vue du défilé des représentants de la caste politique, drapés dans la toge des "défenseurs de la liberté d'expression". Hilarant. En fait, sous des sigles différents, ces bateleurs d'estrade vendent les mêmes savonnettes. Leurs "valeurs", sous couvert de belles idées, sont les mêmes...

    Ce déchaînement raciste et islamophobe n'est pas nouveau. Il s'agit d'une même propagande reprise, à intervalles réguliers, sous différentes formes. De plus, cette pathologie sociale touche l'ensemble des pays occidentaux. L'Europe, tout particulièrement. Cela s'est même intensifié ces dernières années dans certains pays, notamment la Hollande, le Danemark et la Grande Bretagne. Ce sont les pays européens les plus envahis, actuellement, avec la France, par les métastases de ce cancer politique.

    En Grande Bretagne, je constate les mêmes "plans médias" qu'en France, en Hollande ou au Danemark : campagnes médiatiques récurrentes sur l'inadaptation des musulmans aux "valeurs" de la société britannique et à la modernité, sort "dramatique" des femmes musulmanes entravées dans leur volonté de s'intégrer par les maris ou les frères, etc. Bref, on retrouve tous les clichés islamophobes. J'ai même regardé une émission TV britannique sur ce thème où ont été appelés en tant que "témoins" des racistes danois, hollandais, allemands. Et, étrange apparition, dans cette même émission une journaliste française se présentant comme "féministe" (1), bien connue pour ses positions islamophobes prétextant la défense de la femme, récitant son texte, en anglais, sur les dangers que vit la société française sous la poussée de la vague islamiste recouvrant la France...

    Il est, d'ailleurs, intéressant de noter la simultanéité de ces campagnes, sur des thèmes similaires, dans tous les pays européens. Et, tout spécialement, dans ceux qui ont des troupes en Irak, présence qui rencontre l'hostilité d'une majorité de leur opinion publique : Grande Bretagne, Hollande (2) et Danemark. Sur le même modèle que les campagnes ou plans média des lancements des produits Microsoft ou autres... Visiblement, il y a coordination, de gros, de très gros moyens.

    Dans ce mouvement, la caste politique française, assurée de trouver de puissants soutiens financiers et médiatiques, sur le plan international en particulier, se montre profondément raciste et antimusulmane On le sait, elle le déclare et l'assume en toute impunité. On sait, aussi, que cela va s'intensifier, pour trois raisons principales et convergentes :

    i) Il faut gouverner par la peur, quand il y a crise économique, tout spécialement. Telle est l'approche de la classe politique : susciter la "peur de l'autre" pour détourner l'attention sur les problèmes de fond, l'injustice sociale et économique, et surtout le vide de leur programme de gouvernement. Tactique vieille comme le monde, toujours payante dans l'esprit des démagogues.

    ii) Il faut diaboliser le monde musulman, pour justifier les politiques de destruction, spoliation et prédation au Moyen Orient qui garantissent la fortune des sponsors. Le niveau de violence est tel, que les opinions publiques européennes doivent être anesthésiées en permanence : les « sauvages» qu'on essaie de "civiliser" ne méritent que ce qui leur arrive. Message subliminal et inusable stratagème des démagogues, là encore, sur lesquels toute les entreprises coloniales ont été construites.

    iii) Il faut conditionner, dans l'immédiat, l'opinion occidentale pour la préparer au bombardement de l'Iran, et le lui faire accepter, sur le modèle du bombardement du Liban, en juillet dernier, mais à plus grande échelle.

    Dire que la société occidentale est malade et ses politiciens démagogues, n'est pas suffisant. Au-delà du simple constat, l'attitude à avoir est celle de la contre-attaque. Au-delà, aussi, de la simple défense de la communauté musulmane. Ce combat est un combat citoyen. Car, une société qui n'assume pas son rapport à "l'altérité", ou de vie en commun avec "l'autre" que soi-même, est une société malade. Comment contre-attaquer ?  Plusieurs pistes sont à explorer :

    1) Faire respecter la loi : il existe des lois qui interdisent et condamnent l'incitation à la haine religieuse et raciale. En France et en Europe. Elles ne sont pas faites à l'usage exclusif d'une religion ou d'une communauté. La communauté musulmane doit les utiliser à fond. Sur ce point, je ne partage pas l'attitude peureuse de certains, affirmant qu'un procès à l'encontre des diffamateurs serait stupide. Non. Au contraire, il ne faut pas courber la tête sous les intimidations des médias et de la propagande raciste. Il n'y a aucune raison de céder au terrorisme de la haine religieuse entretenu par les politiques et leurs médias. Il faut mettre en lumière l'incapacité de l'Etat à assumer ses responsabilités face à l'incitation à la haine religieuse. Je crois, absolument, aux effets positifs de l'application du droit et à l'exercice de la justice. Les lois sont avec la communauté musulmane, et non pas contre. La loi Gayssot n'est la propriété d'aucune religion. La République, dans sa neutralité laïque, protège toutes les religions.

    2) Mettre en place une coordination internationale, et tout particulièrement européenne, pour faire face à ces campagnes islamophobes qui sont lancées à l'échelon européen, parfaitement planifiées et coordonnées. L'union faisant la force ! Or, à ce jour, il n'y a aucune coordination entre les communautés musulmanes anglophones et francophones, par exemple.

    La communauté musulmane doit avoir une association sur le modèle de la célèbre organisation, spécialisée dans la traque à l'antisémitisme : « Anti Defamation League » (3). En état de vigilance permanente, elle ne laisse rien passer, directement ou indirectement par des associations relais et autres lobbies. Son directeur, Abraham Foxman est reçu par tous les chefs d'Etat. Il vient même (le 16 octobre 2006) d'être reçu à l'Elysée et décoré de la Légion d'Honneur par Jacques Chirac. Elle ne s'occupe pas des problèmes de culte, ou de théologie, mais uniquement de la traque à l'encontre de ceux qui suscitent et cultivent la haine religieuse antijuive. Cela lui permet de réunir des fonds, en tant qu'association de lutte en faveur de la tolérance (4), et non pas en tant qu'organisation confessionnelle... Suivant cet exemple, les musulmans doivent avoir une organisation non "cultuelle" (5). Avec des spécialistes en communication, en marketing, en stratégie juridique, en statistiques et traitement de l'information. Son rayonnement doit être européen dans sa conception et son action.

    3) Organiser des campagnes de sensibilisation, dans les pays musulmans, sur le racisme subi par les communautés musulmanes en Europe : du Maroc jusqu'en Indonésie. Il n'y a pas de raison que ceux qui tiennent des discours islamophobes en Europe soient reçus dans les pays musulmans avec les plus grands égards, et, en plus, avec des contrats d'achat de matériels ou de services en poche. Un exemple : personne ne sait au Qatar, ou dans les Emirats Arabes Unis (6), que Dassault ou Lagardère sont des groupes qui financent des médias islamophobes, parmi les plus virulents en France. Ils ramassent là-bas des contrats mirobolants (7). Autre exemple : quand je vois les honneurs reçus par un Sarkozy, un DSK ou un Hollande au Maroc, ou dans d'autres pays musulmans. Les hypocrites doivent un jour voir des portes fermées devant leur nez, par solidarité. Et, les mêmes contrats, les pays musulmans peuvent en signer, à qualité équivalente (et moins cher), en Chine, en Inde ou au Brésil... C'est aussi au portefeuille qu'il faut toucher les islamophobes et leurs sponsors...

    4) Manifester, se montrer, ne pas avoir peur, au contraire. A quand une immense manifestation qui réunirait les musulmans et ceux qui en ont assez de la manipulation des pulsions racistes, à Paris, avec des délégations venant de la France entière par autocars ?  Certaines communautés (juives, gays, etc.) en ont fait à répétition, pourquoi pas les musulmans ?  Dans le silence et la dignité, avec pour slogans : non, à la haine religieuse ; oui, au respect de la dignité humaine dans son identité, dans ses croyances...

    D'autres voies, sont à explorer. Mais, l'essentiel est de réagir vite, de manière organisée, méthodique et déterminée. La dignité humaine et les droits de l'homme ne sont pas à géométrie variable. Ils ne sont pas un instrument de manipulation au seul bénéfice des racistes.

    Non. La communauté musulmane n'a pas pour vocation d'être le crachoir permanent des voyous...

    (1)   En France, cette militante est salariée d'un hebdomadaire et tous les accès aux médias lui sont ouverts, bien évidemment, en permanence...
    (2)   L'opinion publique a été secouée par un scandale au sujet des tortures et humiliations exercées par des officiers hollandais sur des irakiens. Rapidement étouffé. L'état-major du contingent hollandais a dû être entièrement renouvelé. A remarquer que le tortionnaire le plus violent, sadique et implacable était : une femme, avec rang d'officier supérieur... Une femme "libérée", peut-être ?...
    (3)   Budget annuel moyen : 50 millions $, avec 29 bureaux aux USA  et 3 en dehors des USA. Remarquablement efficace : son action n'est pas limitée aux USA, mais internationale. Et, tous azimuts. Un exemple, parmi des dizaines : elle est arrivée à remettre en cause  des téléfilms, prévus pour le Ramadan en Egypte, estimant qu'ils étaient à connotation antisémite... Ou, encore, la publication de livres scolaires.
    (4)   Exemple : une des plus grandes banques internationales d'affaires et de gestion de fortunes, Morgan Stanley, cite le financement de l'Anti Defamation League dans ses oeuvres caritatives (2005 Charitable Annual Report). Alors qu'elle affirme, dans sa charte, ne financer aucune association confessionnelle. Cette organisation est présentée, en effet, dans la  catégorie des associations pour la "lutte contre l'intolérance"...
    (5)   Ainsi, le CFCM est en charge des problèmes d'organisation du "culte". Pas autre chose. De plus, en dehors de ses problèmes de légitimité à résoudre (mode d'élection, de désignation, d'indépendance), cet organisme n'a ni les moyens, ni les compétences pour gérer ces actions qui demandent des expertises de haut niveau dans le domaine de la communication, du marketing et du lobbying.
    (6)   A part la pratique de leur langue, l'arabe, tous les nationaux sont anglophones. Ils ne lisent donc pas la presse francophone, encore moins Charlie Hebdo...
    (7)   Armes, aéronautique et audiovisuel, notamment.

      par Georges Stanechy publié dans : La Dignité Humaine

    §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

    Kouchner, le nouveau casque colonial   http://stanechy.over-blog.com

    Il en est de la politique étrangère française comme de la mode : il y a des tendances. Mais le fond reste le même : vendre n’importe quoi aux gogos, qui achèteront avec béatitude… Comme dans ces étables ultramodernes où on trait les vaches sur fond de musique. Pour inhiber leur stress, pendant la traite, nous dit-on. Oui : du Mozart. Elles adorent...

    Car, il y a longtemps que la France n’a plus de politique étrangère indépendante. Depuis de Gaulle. Autrement dit : une éternité. De temps en temps, un commentaire se voulant une analyse géopolitique, à la Védrine, ou un petit coup de gueule empanaché, à la de Villepin. Pour montrer qu’on peut dire ce qu’on veut, qu’on a une marge de manœuvre. Tout en sachant qu’on ne peut rien faire. Mais, on fait comme si...

    Normal, on doit s’aligner sur la politique étrangère européenne. C’est-à-dire obéir aux diktats des "néocons", de l’extrême droite américano-israélienne. Soutenue par les pétroliers et les marchands d’armes… La France est devenue une colonie aux ordres. Allons, soyons charitables : un "auxiliaire" des "néocons". Comme ces peuplades considérées barbares mais néanmoins soumises à Rome, à sa politique impériale. Les fameux "auxiliaires" : gaulois ou germains, combattant aux côtés des légions.

    Douste-Blazy était une erreur de casting. Tartarin de Tarascon... Il le savait. Médecin de formation, il était perdu dans les dossiers de politique étrangère. Il n’y comprenait rien. On ne lui demandait que de faire le coursier. Répéter les rodomontades qu’on lui dictait. Il le faisait, de son mieux. Essayant d’hausser la voix, mais le regard apeuré. 

    Quelque part, il devait ne pas y croire. Il devait même en avoir honte. Cautionner des tortures, des massacres… Serrer la main de criminels de guerre, auteurs, commanditaires ou commandités des pires horreurs au Liban… Le serment d’Hippocrate, cela vous marque toute une vie. Mais, il faisait comme si… De son mieux. Pathétique.

    Kouchner c’est autre chose. Le verbe haut et fort. La vision humanitaire à géométrie variable. Déversant sa logorrhée de clichés humanitaires, droits de l’homme, droit d’ingérence, à tous vents. Je l’ai entendu de mes propres oreilles, vu de mes propres yeux, soutenir avec acharnement la guerre contre l’Irak, son invasion. Alors qu’un Le Pen, lui le pilier de la droite française, condamnait cette aventure construite sur des mensonges. Tout le monde l’avait compris.

    Renverser une dictature et apporter la démocratie en Irak, nous martelait Kouchner. Il savait que cela allait provoquer des centaines de milliers de morts (1) et des destructions incalculables. Pareil, pour la destruction du
    Liban ou de la Palestine. Mais, géométrie variable de l’humanitaire oblige : il y a des causes légitimes et d’autres pas. Ou, en termes de communicants : il y a des causes "vendables" et d’autres pas…

    Il y a du tribun chez lui. Bien introduit dans les médias. Belle gueule, très télévisuel. Un véritable showman. Les médias adorent. Capable d'ignorer sans sourciller des massacres ou des horreurs permanentes qui crèvent les yeux et les tympans et, en même temps, de faire pleurer les chaumières sur des causes soigneusement balisées par le marketing politique. 

    C'est un vrai "pro" : chez lui, le "produit" à vendre est soigneusement sélectionné. Uniquement la ligne "Bush". Diaboliser la
    Chine et la Russie, pour détourner l’attention afin de fermer les yeux de l’opinion publique sur les massacres et les pillages occidentaux. Afrique et ses dictatures comprises. Telle est la ligne qu’il défend. Impossible de trouver plus "Bushiste" que lui. 

    Le cynisme dans sa plus belle expression médiatique. Certains disent qu’il aurait trahi le parti socialiste. Mais, grattant le vernis de l’emballage de ses postures, on trouve les positions les plus extrêmes de l’extrême droite. Même Le Pen (2), n’allait pas jusque là… Que faisait un extrémiste pareil au sein d’un parti dit de gauche ?  Oui, je sais il n’est, ou n’était, pas le seul "néocon" à avoir noyauté ce parti. Finalement, la crise actuelle que traverse le PS va être l’occasion de faire un peu de nettoyage. Espérons le pour ce parti, actuellement, d’opposition.

    Kouchner : spécialiste du "droit d’ingérence". En fait, "spécialiste de la vente" du droit d'ingérence. Nuance capitale pour les médias et leurs propriétaires...  

    Droit d’ingérence ?  Ce n’est que le "droit colonial". Le droit du plus fort. Le droit de la canonnière, comme on disait au XIX° siècle. On "s’ingérait" pour apporter le progrès, la civilisation. En fait pour piller, au mépris de centaines de milliers de morts. A présent, on "s'ingère" pour apporter la démocratie ou l'action humanitaire...

    Ingérer ne veut-il pas dire aussi "avaler", ou par extension "ingurgiter" ?...  Rien n’a changé. Seul l’emballage change. Tout n’est que "packaging" et communication.

    Alors, tout va continuer comme avant. On va juste rajouter une couche supplémentaire de discours "humanitaire", sur une politique étrangère occidentale qui est une des plus violentes que l’histoire humaine ait connue. En plus dominateur, accusateur. En plus, flamboyant...

    Politique étrangère française ?   Ingérence humanitaire ?   Kouchner ?  

    Même uniforme. Colonial. Seul le casque change…

    Plus seyant… Tout dans le style, vous dis-je !
    « People »…
     

      (1)   Près de 700.000 morts, daprès le dernier recensement des ONG spécialisées (Lancet).
    (2)    Le Pen soutient une association pour les orphelins irakiens

    N.B.  Pour Kouchner, voir aussi http://chahids.over-blog.com

    §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

    Études de cas  > Charlie Hebdo : la vieillesse est un naufrage

    Je préfère un excès de caricature (du prophète)

    Par Sebastien Fontenelle, 26 juin  http://1msi.net

    Introduction

    Ce mardi 26 juin 2007, le Procureur de la Cour de Cassation vient de requérir l’annulation de la relaxe dont avait bénéficié Hamé, du groupe de rap La Rumeur, dans le procès que lui intentait le ministère de l’Intérieur depuis plus de cinq ans. Poursuivi, à l’initiative de Nicolas Sarkozy, pour avoir simplement énoncé une vérité : l’existence et l’impunité de la violence policière, le rappeur avait été relaxé en première instance en décembre 2004, puis en Appel en juin 2006. Nicolas Sarkozy avait alors saisi la Cour de Cassation, qui rendra son jugement le 11 juillet prochain. En attente de ce jugement lourd d’enjeux, et en signe de solidarité, nous publions un article de Sebastien Fontenelle qui revient sur l’affaire Hamé , ainsi que sur une autre affaire similaire : « l’affaire Placid ». Deux attaques graves qui ont pourtant laissé absolument zen nos bataillons de défenseurs de la liberté d’expression : BHL, Onfray, Finkielkraut, Taguieff, Fourest, Philippe Val et autres essayistes-éditorialistes qui avaient décrété la patrie en péril lors de « l’Affaire Redeker », ou lorsque deux associations musulmanes avaient porté plainte contre des caricatures islamophobes...

    Pour stupéfiant que cela puisse paraître, il y a encore en France des gens qui pensent, comme Philippe Val, patron de "Charlie Hebdo", que Nicolas Sarkozy, chef de l’Etat, est un ami des libertés.

    D’où vient ce grave malentendu, exactement ?

    De ce que Nicolas Sarkozy, au moment du (grotesque) "procès des caricatures", qui a opposé "Charlie Hebdo" à des milliards de musulmans ivres de sang (pléonasme), s’est fendu, était-ce gentil, d’une lettre de soutien à Philippe Val, où il écrivait, en substance, "non vous n’aurez paaaa-aaaa-aaaaas ma liberté de penser" - précisant même, je cite : "Je préfère un excès de caricature à un excès de censure".

    Philippe Val, qui a sur la marche du monde en général (et sur le doux feulement des F-111 le soir au-dessus des populations arabiques) des vues (au moins) assez proches de celles des clercs de chevet de Nicolas Sarkozy, avait positivement adoré ce courrier du coeur : il avait, ensuite, chaleureusement remercié Nicolas Sarkozy, le qualifiant, dans "Charlie Hebdo", de franc démocrate, républicain jusqu’au bout des ongles, beau, chaud, et pour tout dire follement sexy.

    (Depuis, Philippe Val, qui a réalisé (avec tristesse) que l’électorat UMP continuait à bouder son ridicule hebdomadaire, rétropédale comme un fou, semaine après semaine, pour essayer de garder quelques lecteurs "de gauche", mais le mal est fait : additionnée aux laids ricanements guerriers par quoi il salue depuis des années chaque nouveau bombardement étatsunien, sa génuflexion nicolassarkozyste lui a définitivement aliéné une immense fraction du lectorat traditionnel de "Charlie Hebdo".

    Philippe Val se console en débattant, sur i-TELE, avec force contradicteurs de qualité, comme Philippe Tesson ou Jean-Marc Lech, dans des joutes verbales de très, très haute tenue.)

    Et donc : il y a encore des gens qui pensent que le chef de l’Etat est le Dernier Rempart de la liberté d’expression (que menacent les hideuses légions de l’islamo-gauchisme), comme dans une pétition de soutien à Robbie Redeker.

    Or : non.

    Dans la vraie vie, Nicolas Sarkozy préfère, c’est vrai, un excès de caricature du prophète à un excès de censure, mais il préfère (et c’est cohérent) un excès de censure à toute caricature de la (nombreuse) corporation connue sous le nom générique de "forces de l’ordre".

    Le dessinateur Placid l’a récemment expérimenté, pour avoir publié ce dessin :

    Placide

    Publication qui lui a valu, ça serait dommage de l’oublier, d’être condamné à 500 euros d’amende pour "injures publiques" envers "la police nationale".

    Sans que les (très) hautes consciences qui avaient tant pétitionné pour "Charlie Hebdo" ne lèvent, il va de soi, le petit doigt, et sans que "Charlie Hebdo" réagisse : un peu comme si les seules caricatures susceptibles de faire marrer ces gens-là étaient celles qui font chier les Bougnoules.

    Quand le ministère de l’Intérieur, dont Nicolas Sarkozy a longtemps été l’hôte, lance, comme disent les crétins qui ne savent pas de quoi ils parlent, une "fatwa" contre un dessinateur qui a eu l’outrecuidance de représenter un flic, on n’entend plus (du tout) chanter nos si courageux défenseurs de la liberté d’expression - car eux non plus n’aiment pas, au fond, que l’on se moque de la police.

    Autre exemple, au moins aussi révélateur de l’inconcevable tartuferie de ces misérables sentinelles : c’est le 13 juin prochain que "la cour de cassation va trancher le conflit entre (Nicolas) Sarkozy et (le (fort plaisant) groupe de rap) La Rumeur", comme le rappelle aujourd’hui "Le Monde".

    De quoi s’agit-ce ?

    De "l’affaire qui oppose le ministère de l’intérieur à Mohamed Bourokba, dit Hamé, membre de La Rumeur, sans doute le plus politisé des groupes de rap français".

    Une "plainte avait été déposée le 3 juillet 2002 par M. Sarkozy", alors ministre de la police, "après la parution d’un article signé Hamé intitulé "L’insécurité sous la plume d’un barbare" : ce billet d’humeur avait été publié dans un magazine promotionnel qui accomapgnait la sortie du premier album du groupe, "L’Ombre sur la mesure", le 16 avril 2002".

    Hamé y écrivait notamment : "Les rapports du ministère de l’intérieur ne feront jamais état des centaines de nos frères abattus par les forces de police sans qu’aucun des assassins n’ait été inquiété".

    Nicolas Sarkozy : "Lesdits propos portent atteinte à l’honneur et à la considération de la police nationale en ce qu’ils insinuent l’existence de conduites illégales de la part des forces de police".

    (Des bavures ?

    En France ?

    Mais vous plaisantez !)

    Hamé ajoutait : "La réalité est que vivre aujourd’hui dans nos quartiers, c’est avoir plus de chances de vivre des situations d’abandon économique, de fragilisation psychologique, de discrimination à l’embauche (...), d’humilitations policières régulières".

    Nicolas Sarkozy : "(Ces propos sont) diffamatoires dans la mesure où ils insinuent l’existence de pratiques déontologiquement prohibées de la part des forces de l’ordre, ainsi qu’un comportement contraire à la probité".

    (Or, si la police, dans les banlieues, n’était pas toujours d’une exquise politesse, on le saurait, pas vrai - comme on dit à Clichy-sous-Bois.)

    La prochaine fois que vous chercherez une rime pour honneur de la police, essayez donc Nicolas Sarkozyce.

    "Le Monde" rappelle que "le rappeur d’origine algérienne a été relaxé une première fois, en décembre 2004, par la 17ème chambre du tribunal correctionnel de Paris, puis en juin 2006, par la cour d’appel".

    Mais Nicolas Sarkozy, en fan de base de la liberté d’expression qu’un excès de censure désole, a maintenu sa plainte - de telle sorte que l’affaire est désormais entre les mains de la cour de cassation.

    Est-ce que vous en avez entendu parler, autant que de l’affaire des caricatures ?

    Est-ce que vous avez lu, dans la presse "de gauche", de vibrantes pétitions ?

    Ben non.

    Beeeeen non.

    Rien.

    Du.

    Tout.

    Nos éclairés clercs, si gigotants lorsqu’il s’agit de bouter le Sarrasin, restent cois.

    (Il est vrai que pour le plus emblématique de ces valeureux penseurs, le rap de Diam’s (qui est une espèce de chanson pour enfants, à côté de celui de La Rumeur) incarne, accrochez-vous, "l’avachissement" de notre fier et beau pays - où il convient par conséquent d’oeuvrer (avec Nicolas Sarkozy) au Redressement National.)

    Est-ce que vous avez entendu Philippe Val ?

    Nenni, le gars est occupé : il cherche une repartie cinglante à balancer dans les gencives de Jean-Marc Lech.

    Quand des musulmans portent plainte contre "Charlie Hebdo", tout ce petit monde pousse des hurlements de rage - et remercie humblement Nicolas Sarkozy de veiller aux respects de nos libertés fondamentales.

    Quand Nicolas Sarkozy porte plainte contre un rappeur qui se trouve être d’origine algérienne, tout le monde ferme soigneusement sa gueule - car en effet, quoi de plus normal, pour un gars qui adore l’excès de caricature, que d’essayer de museler l’anti-France ?

    Au bal des tartuffes, cherchez surtout pas les Ami(e)s Officiel(le)s des Libertés du côté de l’orchestre : ils dansent, au fond de la salle, la bourrée du nouveau régime.

    Ce texte a été publié une première fois sur le blog Vive le feu

    §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

    La lettre d'@rrêt sur images, n° 10


    En juin et juillet dernier, vous avez signé la pétition de protestation contre la suppression d'Arrêt sur images, sur France 5.

    Cependant, depuis cette date, vous ne vous êtes pas abonné (e) à notre nouveau site, qui sera mis en ligne en janvier prochain.

    Peut-être n'avez-vous pas l'intention de le faire.

    Peut-être avez-vous seulement remis cette décision à plus tard.

    Dans ce cas, c'est maintenant le moment. Dès le début de 2008, lorsque notre site définitif sera en ligne, vous ne recevrez plus cette lettre, et ne serez donc plus averti (e) de nos enquêtes, reportages et critiques sur les médias français et étrangers.

    Nous vous rappelons que le tarif de l'abonnement à notre site est de 30 euros par an. En cas de difficultés financières, vous pouvez bénéficier de conditions préférentielles, voire de la gratuité. Pour découvrir les détails de notre offre, cliquez ici (1).

    Enfin, si vous souhaitez abonner un proche à notre site, c'est possible, à l'occasion des fêtes de fin d'année.



    Code à insérer sur votre site :
    <a href="http://arretsurimages.net/" title="Arrêt Sur Images, le retour"><img src="http://arretsurimages.net/themes/ASI/imgs/asi_250x250.gif" width="250" height="250" alt="" /></a>
    __________________________________________________________________________________

    La France inéquitable - http://poly-tics.over-blog.com

    Même si un jour la France renoue avec la croissance il n’est pas certain que les Français en profitent car une politique d’austérité s’imposera à nous afin de rembourser le montant de la dette, d’une part, et que le système de redistribution ne corrige pas toujours les inégalités, d’autre part.   Sur le premier point, il y a une apparente discordance entre le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, qui dénonce l’inefficacité des "politiques d’austérité" et François Fillon qui rappelle qu’il n’est pas question de creuser plus encore le déficit d’un Etat "en faillite". "Il faut réduire l’endettement national pour redonner de l’oxygène à notre économie (devant l’Association des Maires de France). Cette discordance n’est peut être...
    Pour lire la suite cliquez ici http://fr.f267.mail.yahoo.com  

    ________________________________________________________________________________________
    A lire :

    Annapolis, Omar Al-Mokhtar, le stratagème de la « paix », les horizons et les insectes de Saint-Exupéry.

    « Partout les armées ont attiré d'autant plus la guerre et les maux qui l'accompagnent, qu'elles ont été plus redoutables : il n'en est aucune qui ait préservé son pays d'une inva ...

    Pour lire la suite cliquez ici  http://chahids.over-blog.com 
    _______________________________________________________________________________________

    CONSULTATION SUR LA PALESTINE :

    Aujourd'hui, nous avons mis en place un sondage international, interactif, pour voir ce que vous, citoyens du monde, pensez de la situation. C'est ensemble, en effet, que nous déciderons dans quelle direction ira notre campagne Israël/Palestine dans les mois à venir. Cliquez ci-dessous pour participer à cette consultation, (cela devrait vous prendre à peu près 3 minutes) ou pour découvrir le point de vue des autres membres d'Avaaz :

    http://www.avaaz.org/fr/annapolis_poll


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :