• Alerte ! L' Europe est devenue une dictature et elle tue les emplois !

     
     
    7 mai 2008

    http://fr.wikipedia.org

    Image:Council of Europe.jpg



    Mes amis,

    C'est très grave ! Je vous en ai souvent parlé dans mes différents articles : L' Europe reçoit ses directives de Washington ! Elle n'est pas indépendante, c'est, en quelque sorte, un sous-marin des Etats-Unis ! 

    C'est d'autant plus grave que son  fonctionnement n'est pas démocratique : Elle est gouvernée par un collège d'experts ! Et à votre avis, sont-ils indépendants ? Pas du tout, ils dépendent des lobbies (on a vu récemment les conséquences avec les OGM), et  ils sont soumis aux directives américaines !
     
    Et à l'OMC, les Européens sont représentés par un commissaire britannique !
    Quand on connaît les liens qui unissent les deux pays anglo-saxons, on a compris !

    Qu'est-ce que l' Europe ? Un Marché Unique, un libre espace de circulation des marchandises, des capitaux, et acessoirement - on le voit tous les jours - des hommes ! Et cet espace est livré à la concurrence la plus sauvage !

    Résultat : Les délocalisations sont encouragées, pour diminuer toujours davantage les coûts salariaux, au bénéfice des entreprises et des actionnaires !

    Qui a pris le pouvoir, en France ? Le MEDEF, le grand patronat, qui gouverne contre nos intérêts ! Le politique, je vous l'ai déjà dit, a disparu, nous dépendons de décisions de technocrates, d'experts, de Grands patrons, qui défendent les intérêts du  capital au détriment de ceux du travail !

    En un mot comme en cent, les individus sont sacrifiés aux intérêts du grand capital, ils sont au service de l'Economie et pire encore, de la Finance ! Ce sont de simples pions que les chefs d'entreprises placent et déplacent à leur gré !

    Mes amis, au secours ! Nos emplois vont être sacrifiés ! Ils seront suprimés, les uns après les autres, ils seront délocalisés, et ceux qui seront encore préservés - pour combien de temps encore ? - seront précarisés, soumis à des cadences toujours plus contraignantes, toujours moins bien protégés et toujours plus mal rétribués, au nom de la sacro-sainte concurrence !

    L' Europe est une imposture, un véritable tyran, qui va détruire nos vies les unes après les autres !

    Il faut en sortir ! C'est encore possible, grâce à un article du Traité de Lisbonne, lisez ! Dans les papiers que je vous propose, on parle aussi d'un nouveau parti attaché à une réelle indépendance, comme le député Dupont-Aignan d'ailleurs souhaite en voir un accéder au pouvoir, le sien !

    Ce qui est sûr, c'est que nous avons été bernés par Sarkozy, par l'Europe, par les médias !

    C'est intolérable, et il faut réagir !

    Je me suis accordée deux jours de plus après avoir vu "les bréviaires de la haine" sur Arte avant de vous envoyer mon papier sur mai 68 - car il s'enrichira des  réflexions de cette émission -,  mais je tiens à vous envoyer ces articles de
    http://verites.org (site auquel je suis abonnée) sans tarder, car ils sont décisifs pour comprendre la société  qu'on nous prépare !

    L' Histoire ne se répète pas, certes. Eh bien, mai 2008 doit être encore plus revendicatif que celui que l'on commémore ! Il y va de notre avenir à tous !

    Votre Eva



    ________________________________________________________________________________________


    L' Europe ? La fin de nos emplois !





    L'actualité n'en finit pas de dresser la terrible litanie des fermetures d'usines pour cause de délocalisations : Salomon, Kleber, ArcelorMittal, Ford, Michelin, etc, etc.




    Les patrons annoncent des profits exceptionnels pour leurs entreprises et certains d'entre eux s'octroient des rémunérations faramineuses : des salaires de 5.000 à 10.000 euros PAR JOUR ne sont plus rares chez les dirigeants des grandes entreprises françaises. Comme si cela ne suffisait pas, ils s'accordent aussi des augmentations de revenu phénoménales : +40% au cours de la seule année dernière. Selon une enquête comparative très récente, les patrons français sont désormais les mieux payés du monde, juste après les patrons américains.
     

    Tout cela ne les empêche pas d'expliquer sans vergogne à leurs salariés, et notamment à ceux qu'ils licencient, qu'ils ne peuvent plus conserver les usines en France tant que les salaires des Français seront supérieurs à ceux des pays de l'Est de l'Europe… ou à ceux des Chinois et des Indiens.


     

    L'écrasante responsabilité de la construction européenne  


    Adieu, les promesses "d'harmonisation sociale" ! Maintenant que le nouveau traité de Lisbonne a été ratifié dans le dos des Français, l'UE révèle son vrai visage : celui de la concurrence anti-sociale, doublée d'une concurrence fiscale exacerbée.

    C'est d’ailleurs exactement ce que voulait obtenir le président de la Commission européenne, M. BARROSO, dès son entrée en fonction le 21 septembre 2004. Voilà ce qu'il déclarait à l'agence de presse américaine Associated Press :
     
    Ainsi, avec notre argent, elle distribue des subventions sous forme de FEDER, de Fonds social européen (FSE) et autres Fonds de cohésion.

    Et c'est tout à fait officiellement que nos européistes ont programmé la casse de l'industrie française : voir "La programmation 2007-2013" dont, je cite : "L'objectif n°1 s'adressera en priorité aux nouveaux entrants dans l'Union, à savoir les 10 nouveaux Etats membres intégrés en 2004."

    La Commissaire européenne de nationalité polonaise Danuta Hübner doit se réjouir en regardant les actualités françaises. Ses vœux ont été parfaitement exaucés. Une à une, toutes les industries françaises quittent le territoire national. Elle a d'ailleurs tout fait pour cela, puisqu’elle avait déclaré sans ambages, le 9 février 2005, au quotidien français La Tribune et au journal allemand Handelsblatt. qu'il « faut faciliter les délocalisations au sein de l'Europe ».

    Ni le gouvernement, ni le Président de la République n'osent révèler que c'est cette politique européenne délibérée qui à la véritable cause des délocalisations (..)

    Mais que cherche donc l’Europe ? 

     

    Contrairement à ce qu’une propagande constante assène au peuple français, la construction européenne n'a nullement pour objectif de bâtir une « Europe puissance ». Tous les cercles du pouvoir bruxellois sont investis par des cabinets de lobbying, les uns proches des très grandes entreprises, dont les alliances et les intérêts sont mondiaux, les autres étant des instruments d’influence des autorités américaines.

    En réalité, l’Union européenne a pour finalité d’être l’auxiliaire géostratégique des Etats-Unis et elle a joué un rôle essentiel dans la mise en œuvre de la politique dite de « mondialisation ». Les 27 Etats-membres de l’Union européenne ne prennent pas part aux négociations cruciales qui se tiennent à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), ils s'y font représenter par M. Mandelson, Commissaire britannique, auquel la France confie donc le soin de protéger ses intérêts industriels et commerciaux les plus fondamentaux….


    L’objectif de la Commission européenne est de mettre en concurrence, sans aucune protection, les salariés des pays riches d’Europe (France mais aussi Allemagne, Italie, Royaume-Uni, Pays Bas, etc.), non seulement avec les salariés des pays pauvres d’Europe (les anciens pays de l’est) mais plus globalement avec les salariés du monde entier.

     

    Dans quel but ? Pour peser continuellement sur les salaires et les charges sociales afin de rémunérer toujours davantage le capital, pour permettre ainsi de dégager des profits toujours plus élevés pour les actionnaires, et des salaires de plus en plus élevés pour leurs mandants que sont les dirigeants d’entreprise.

     



    Le résultat ? On le constate jour après jour : l’érosion continuelle de notre pouvoir d'achat collectif, la remise en cause, l'un après l’autre, de les acquis sociaux obtenus par nos aïeux au cours des XIXe et XXe siècles, la paupérisation d’une partie croissante de la population, et la destruction, s'il le faut, de  toute l'industrie française.

     

    Il n'y a qu’une seule vraie solution pour sauver la France et son industrie 

      Cela fait maintenant une bonne quinzaine d’années que la France assiste à une véritable hémorragie de son industrie, de ses sites industriels, de ses emplois industriels et de son savoir-faire industriel. La France a ainsi perdu plus d’un million d’emplois industriels au cours de cette période.

     Les partis politiques qui se succèdent au gouvernement depuis quinze ans (RPR, UDF, UMP, MODEM, Verts, PS) tiennent toujours les mêmes paroles convenues. Lorsqu’ils sont au pouvoir, ils ne parlent que « d’adaptation nécessaire », de « réformes indispensables », de « reconversion vers des métiers à plus haute valeur ajoutée » et « d’accompagnement social » ; lorsqu’ils sont dans l’opposition, ils fustigent le gouvernement en place, en lui reprochant de ne rien faire. Mais aucun de ces partis ne révèle aux Français que les vraies raisons de cette auto-destruction consentie sont à chercher du côté de Bruxelles et de la Commission européenne. C'est pourquoi, derrière leurs paroles lénifiantes, tous ces partis laissent détruire bel et bien notre tissu industriel.

     

    Il n’y a pourtant pas de mystère : si on laisse la Commission européenne décider dans notre dos de mettre en concurrence frontale les 300 millions de salariés riches de l’ouest européen avec les 3 milliards de salariés extrêmement pauvres, de la Chine, de l’Inde, du Pakistan, du Bangla Desh, du Vietnam, de l’Indonésie, etc., TOUTES NOS INDUSTRIES, y compris à terme celles de services et de haute technologie, devront plier bagage. Le revenu moyen d'un salarié français étant environ 15 à 20 fois plus élevé que celui d'un salariré chinois, aucune mesure ne pourra jamais compenser cette phénoménale différence de compétitivité. Même si l'on supprimait toutes nos protections sociales, la Sécurité sociale, les minimums sociaux et les allocations chômage, et même si l'on remontait le départ à la retraite à 70 ans et la durée hebdomadaire de travail à 50 heures, nos industries ne seraient, et de très loin, toujours pas compétitives.

      La seule solution, c'est donc que les Français reprennent leur destin en mains, cessent de se faire représenter à l’OMC par la Commission européenne, et imposent un retour à une taxation des produits fabriqués dans des pays dont les salaires sont infimes, et où la protection sociale et la législation environnementale sont quasiment inexistantes.

      Ce changement est radical mais il est la seule réponse cohérent et efficace pour empêcher la destruction complète de notre appareil productif.

    Ce changement politique majeur implique que la France dénonce les traités européens, en faisant jouer le tout nouvel article 49A du nouveau traité de Lisbonne, qui reconnaît le droit à un Etat de sortir de l’Union et qui fixe d’ailleurs la procédure précise à cette fin.

       Les Etats ont le droit de quitter l'Union européenne.

     

    Maintenant, vous avez le choix

    D'un côté vous avez tous les partis politiques français, de l’extrême-droite à l’extrême-gauche, des européistes aux « souverainistes » de complaisance, qui se refusent à proposer la sortie de l’Union européenne, qui sont ainsi obligés de cacher la vraie raison du drame que nous vivons, et qui laissent de fait la Commission européenne détruire méticuleusement la France et son industrie.

     

    De l’autre côté, il y a maintenant un tout nouveau parti politique, ni extrémiste ni européiste, regroupant des Français de bonne volonté venus de droite et de gauche, qui ont décidé de dire : ASSEZ !

    suite à  http://www.verites.org/article-19312526.html



    ____________________________________________________________________________________________________

    L ' Europe est une dictature !


    Le prétendu « mini-traité européen » qui vient d’être signé à Lisbonne, a été conçu en secret et dans le dos des peuples européens, dans le seul but de faire ratifier par la France un texte exactement comparable, sur le fond, à celui que le peuple français souverain a rejeté à 55% des suffrages le 29 mai 2005.


    La preuve est ainsi faite que le processus de construction européenne est purement et simplement la mise en place d’une dictature, qui a l’astuce de se cacher. Nonobstant la volonté de banaliser ce coup de force des uns et les silences complices des autres, il s’agit d’une affaire d’une exceptionnelle gravité.



    Dans ces conditions, la question n’est certainement pas de discuter des modalités de ratification d’un traité dont le principe même est un déni de démocratie. Que ce soit par voie parlementaire ou référendaire, aucun procédé ne peut plus légitimer ni ce nouveau traité, ni le statu quo, après le vote souverain et définitif du peuple français du 29 mai 2005.

     

    La seule question légitime à poser désormais aux Français est de savoir si, oui ou non, nos compatriotes acceptent la mise en place de cette dictature.

     

    C’est le devoir de tous ceux qui respectent les principes démocratiques et le droit international, dont la règle supérieure reste le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, d’exiger dès maintenant la sortie de la France de l’Union européenne.

     

     

    UPR - Libérons la France du piège européen




    http://www.verites.org/article-19227260.html


    ________________________________________________________________________________________


    L ' Europe est aux ordres des USA !







    LES ETATS-UNIS DONNENT OUVERTEMENT À LA SLOVÉNIE LEURS DIRECTIVES ÉCRITES SUR LA POLITIQUE À SUIVRE PENDANT LA PRÉSIDENCE DE L’UE


    La semaine dernière, le quotidien slovène Dnevnik a eu le courage de publier un véritable scoop : il a osé publier un « document interne » du gouvernement américain dans lequel Washington énumérait au gouvernement slovène des « directives » pour exercer la présidence slovène de l'Union européenne.



    Ce document a été remis par le secrétaire d'Etat adjoint américain aux Affaires européennes, Daniel Fried, à M.Mitja Drobnic, directeur politique du ministère slovène des Affaires étrangères, lors d’une réunion de travail à Washington le 24 décembre dernier.

     
    L’administration américaine  fixe ainsi les grandes orientations de ce que devait être la présidence exercée par la Slovénie sur l’UE. La « directive » précise notamment dans le domaine de la géopolitique ce qu'il faut faire pour être agréable à Washington. Par exemple : 

    - la Slovénie doit être « parmi les premiers au sein de l'UE à reconnaître l'indépendance du Kosovo »

    - il est de la plus haute importance de déployer, dans cette province de Serbie où les Albanais majoritaires réclament l'indépendance, une mission de policiers et de juristes de l'UE, et ceci « malgré les réticences de Moscou et de Belgrade ».
    L’existence des « directives » américaines confirmée par le gouvernement slovène

    Après cette sensationnelle divulgation dans la presse, le ministère slovène des Affaires étrangères n'a pas nié l'existence de ce document ni contesté son contenu. Il a seulement annoncé l'ouverture d'une enquête sur l'origine de la fuite et sa publication non-autorisée par la presse.

    Mais, la polémique prenant de l’ampleur, le gouvernement slovène s’est résigné à faire payer un lampiste.

    Qui ? Eh bien le directeur politique qui était allé à Washington chercher la directive…
     



    Le Premier ministre slovène, M. Janez Jansa, a quant à lui minimisé, dès la parution de l’article, l'impact du document en assurant que son pays n'entendait pas reprendre à son compte les positions américaines pour en faire la politique de l'UE. Il est vrai qu'il pouvait quand même difficilement reconnaître publiquement le contraire. Pourtant, on peut d'ores et déjà remarquer que la Slovénie, en bon petit soldat euratlantiste, vient de ratifier aujourd'hui même le « traité de Lisbonne », étant ainsi le deuxième pays de l’UE après la Hongrie à ratifier ce document chaudement approuvé par Washington.


    CONCLUSION : PENDANT CE TEMPS-LA, LE PREMIER MINISTRE FRANÇAIS « RÊVE »

    Ces « directives » écrites remises par le Département d’Etat américain au représentant d’un Etat qui exerce la présidence de l’Union européenne montrent à quel point la « construction européenne » est un mot-codé pour désigner ce qui est purement et simplement la vassalisation américaine du continent. Le processus prend d’ailleurs désormais des proportions tellement outrées que l’opinion publique française commence à le comprendre, en dépit du matraquage médiatique incessant dont elle est la victime pour l’empêcher de comprendre qui dirige « l’Europe ».

    Comme de juste, les medias français n'ont pas jugé utile d’informer les Français de ce scandale qui a agité la Slovénie au cours des derniers jours.François Fillon préfère continuer à vendre aux Français le bobard éculé qui consiste à nous seriner que l’Europe servirait de contrepoids aux grandes puissances et notamment aux Etats-Unis.

    En effet, négligeant de parler à son public des « directives américaines » remises par Washington à la Slovénie pour exercer la présidence de l’UE, le Premier ministre français a décrit aujourd'hui même 30 janvier, devant un colloque de l'UMP le « projet européen » comme « un rêve d'une civilisation originale équilibrant les forces des continents américain, chinois, indien. Une civilisation sachant protéger clairement ses intérêts, mais sachant aussi se faire l'interprète d'un monde mieux équilibré et plus équitable ».


    Pauvre M. Fillon !

    Il « rêve » et veut endormir les Français, sans se rendre compte à quel point il est pathétique de « rêver » d’une « Europe équilibrant les forces des Etats-Unis » alors qu’elle est au contraire devenue un continent complètement aux ordres de Washington.

        
     
    http://www.u-p-r.org/ab/index.php?page=article&id=19


    http://www.verites.org/article-19226933.html


    ________________________________________________________________________________________


    FAJARDIE :
    ____________________

    Fajardie est mort. Pour un révolutionnaire comme lui, casser sa pipe un premier mai est un sacré pied de nez.

    Fajardie est mort en même temps que Lucien Jeunesse, et depuis quelques heures, les grands médias servent à tour de bras les citations du célèbre présentateur de jeu. Mais citer Fajardie ne leur viendrait évidemment pas à l’idée. Peut-être daigneront-ils commenter rapidement le personnage, puisqu’ils ne savent faire que ça : commenter. Pour mieux faire l’impasse sur les idées, subversives et donc gênantes.

    Pendant que les mêmes commémorent à leur façon un mai 68 qu’ils travestissent, dénigrent, caricaturent à souhait, il faut lire ou relire ce bouquin au titre sublime, « Jeunes femmes rouges toujours plus belles ». Le mai 68 de Fajardie. Celui des militants obscurs, qui voulaient vraiment la révolution, tandis que les leaders préparaient déjà la suite de leur carrière politique en bradant l’espoir d’un mouvement.

    Pendant que les usines ferment et que l’écologie devient libérale et cotée en bourse, il faut lire ou relire « Metaleurop, paroles ouvrières ». Dans ces entretiens avec les salariés licenciés de Noyelles-Godault, Fajardie montre la mondialisation dans ce qu’elle a de plus abject, quand la recherche de profit brise des vies et que tous les arguments sont bons, y compris celui de préserver l’environnement, pour atteindre l’objectif (1).

    En 2008, cinq ans après Metaleurop, c’est au tour d’Arcelor-Mittal de se « restructurer » pour aller chercher ailleurs des salaires de misère et la contrainte environnementale la plus légère possible. En attendant bien-sûr le prochain.

    Cinq ans après, l’Agence Nationale Pour l’Emploi publie en France une « offre » de niveau bac+2, pour un poste à Pondichéry payé entre 160 et 320 euros par mois. Les journaux parlent de polémique, mais commentent encore une fois sans jamais expliquer qu’au petit jeu de la compétitivité il y aura toujours pire à quelques heures d’avion... Cinq ans après, rien n’a changé, sauf la vitesse à laquelle les libéraux nous conduisent dans le mur.

    Fajardie a traduit cela mieux que bien des experts, quand il écrivait dans ce livre : « Il ne suffit pas au capitalisme international de bouleverser l’infrastructure économique, ni de modifier à son avantage le mode de production : il veut davantage, s’attaquer à la superstructure, changer l’homme, la société, la vie, le quotidien et les valeurs, tout ce qui tendait à la solidarité, au collectif, au bien commun. »  

    (1) Lire « Quand l’écologie devient anti-sociale »,

    http://abernier.vefblog.net/1.html#Quand_lecologie_devient_antisociale

    http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-19337895.html (source)


    _______________________________________________________________________________________



    60 ans de dépossession :
    http://www.france-palestine.org/rubrique95.html

    Stratégie de paix pour le Proche-Orient
    http://www.france-palestine.org/article8880.html

    Les régimes arabes modernisent l'autoritarisme
    http://www.france-palestine.org/article8859.html

    Emergence d'un nouveau Moyen-Orient ? Par J. Fischer
    http://www.france-palestine.org/article8856.html



    Guerre d'Irak-Guerre d' Iran
    http://atlasalternatif.over-blog.com/article-19298141.html

    Emeutes de la faim dans le monde
    http://atlasalternatif.over-blog.com/article-19298088.html



    Dernière mise en ligne sur le site de
    Manuel de Diéguez :

    http://www.dieguez-philosophe.com

     

    LETTRES A LA GENERATION DE LA LIBERTE

    XXVII - L'or des idoles

     

    (.) Vous n'observerez donc et ne pèserez avec des chances de succès le noyau de tous les mythes religieux du monde - celui qui commande les relations de dépendance du serviteur à l'égard de son maître

    (.) Ces prémisses vous aideront à résumer les premiers épisodes du scénario qui conduira la civilisation européenne à la décapitation politique , parce qu'ils vous mettront en mesure de comparer la psychophysiologie de la religion latine avec celle de la religion américaine, puis d'observer que leur théologie respective rend leurs politiques incompatibles entre elles.

    suite :

    http://pagesperso-orange.fr/aline.dedieguez/tstmagic/1024/tstmagic/europolitique/generation27.htm

     


    La famine mondiale
    - par Michel Chossudovsky -
    La famine est le résultat d'un processus de restructuration en « marché libre » de l'économie mondiale qui prend ses assises dans la crise de la dette du début des années 1980.
    Les conséquences des bombardements sur les installations nucléaires de l'Iran
    - par Floyd Rudmin -
    Regardez attentivement les conséquences qu'auraient des bombardements sur les installations nucléaires de l'Iran et ensuite, priez.  (voir extraits)
    Biocarburants et crise alimentaire
    - par Salim Lamrani - 
    Les émeutes de la faim se sont multipliées à travers le monde suite à la flambée des prix des matières premières alimentaires. La politique des biocarburants est en grande partie responsable de cette hausse des prix.
    La Chine et les États-Unis: : PsyOp sur les droits de l'homme au Tibet
    - par Michel Chossudovsky -
    ​​​La question des droits de l'homme est devenue la double page centrale de la désinformation médiatique.


    (Extraits conséquences bombardements). Jamais dans toute l'histoire ne s'est produit le bombardement délibéré de centrales nucléaires et d'installations d'enrichissement nucléaire. De telles installations, partout dans le monde, sont exploitées sous de sévères règles de sécurité parce que le rejet de matières radioactives est mortel au moment même où l'événement se produit et longtemps après y avoir été exposé.

    Si les États-Unis ou Israël devait bombarder délibérément une centrale nucléaire.. des éléments radioactifs seraient alors rejetés dans l'environnement. Il y aurait d'horribles décès dans la population environnante. 3 millions de décès surviendraient dans les 3 semaines suivant les bombardements des installations nucléaires d'enrichissement près d'Ispahan et la contamination recouvrirait l'Afghanistan, le Pakistan, jusqu'en Inde.

    Au cours de la guerre du Golfe de janvier 1991, de nombreux puits de pétrole au Koweït ont été incendiés. Selon le Département d'État américain, « des pluies noires ont été signalées en Turquie et de la neige noire est tombée au pied des montagnes de l'Himalaya. ".. Mais le nuage radioactif pourrait aller vers le nord c'est-à-dire, en Europe. Au cours de l'invasion de l'Irak par les États-Unis qui étaient accompagnés par le Royaume-Uni, l'Australie et d'autres pays en mars 2003, des munitions et des bombes à l'uranium appauvri (U238) ont été utilisées. Il a fallu 9 jours pour que des particules d'uranium provenant de ces armes en Irak atteignent l'Angleterre (..)

    Les retombées nucléaires des bombardements sur l'Iran auraient une demi-vie de 700 millions d'années... (..)L'administration Bush et ses conseillers israéliens sont maintenant en train de planifier la contamination de la planète pour 700 millions d'années. Selon la rhétorique des candidats à la présidence John McCain et Hillary Clinton, eux aussi, pensent que c'est une bonne idée. Pour leur part, les médias US semblent applaudir.

    Soit les Étatsuniens ne comprennent pas ce qu'ils s'apprêtent à faire ou soit ils se pensent eux-mêmes à l'abri des conséquences. La planète n'est pas si grande. Ce qui se passe quelque part sur le globe fini par se répercuter partout sur le globe. La fumée des puits de pétrole incendiés pendant la guerre du Golfe s'est propagée tout autour de la planète et elle a été détectée en Amérique du Sud...


     
     
     
    Retour sur... Le développement du mouvement national avant la Première Intifada
    - par Julien Salingue - 2008-05-05
     
     
      Les transactions financières internationales sous contrôle américain
    - par Jean-Claude Paye -
     
      Faut-il craindre que la famine ne déclenche une révolte mondiale?
    - par Heinrich Scholler -
     
      Mahmoud Abbas et Salam Fayyad s’occupent de tout : « You can do business in Palestine »
    - par Julien Salingue -
     
      La guerre d'Irak se métamorphose en guerre d'Iran
    - par Paul Craig Roberts -
     
      L'option militaire
    - par Uri Avnery
     
      Du Nil à l'Euphrate : les « victimes d'une carte géographique »
    - par Felicity Arbuthnot
     
     
       
     
     
      Amérique latine : la démocratie attaquée
    "Les média étaient notre arme secrète"
    - par John Pilger
     
      Cuba soutient la Bolivie face à la manœuvre des séparatistes
     
      La balkanisation de la Bolivie et les USA
     
      Le devoir d’indignation
    - par Claude Herdhuin





    ________________________________________________________________________________________


    C O M M E N T A I R E S  :  I C I

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :