•  
     
    3 mai 2008

    http://echosdesmontagnes.blogspot.com


     

     Mes amis,

    Trop c'est trop.


    Nous sommes sur une poudrière.

    D'un côté, des hordes de meurt-la-faim asphyxiés par la spéculation, le dumping alimentaire des pays riches, les bio-carburants et notre égoisme ! Ils manifestent, ils cassent tout et ils menacent le confort des repus. Même le dandy milliardaire libéral (socialiste à ses heures, au moment des élections) D. Strauss-Kahn s'en émeut, entre deux réunions au Comité Juif américain ou au Crif Français. Il y a de quoi ! Si ça continue, les émeutiers vont participer à l'embrasement général du joli mois de mai. Ca couve ! Partout, des millions d'êtres humains en ont marre d'être floués. Et nous aussi par Sarkozy.

    Est-ce que le FMI ou la BM vont modifier les conditions appliquées aux pays endettés du Tiers-Monde lorsqu'ils reçoivent des crédits ? Pas du tout. De belles paroles, des envolées lyriques, des regrets, des apitoiements, des tergiversations, et tout continue comme avant. La cupidité des nantis n'a pas de limites. Ils  favorisent toujours la culture pour l'exportation, et donc leurs portefeuilles, au détriment de la culture locale qui permet aux populations de se nourrir. Bonne conscience, beaux discours, grands conférences, et des émeutes qui vont s'étendre partout. Strauss-Kahn en tremble. Du haut de son observatoire mondial, il est bien placé pour voir, entendre, et craindre.

    De l'autre côté, l'Iran qui envisage d'utiliser l'euro ou le yen au lieu du dollar pour ses transactions, le péché suprême pour Washington. Le pays de la liberté ne tolère pas que les autres puissent user de la leur. Bref, cela fera un bon prétexte de plus pour attaquer.

    En effet, ce 29 avril un Haut Fonctionnaire du Ministère iranien du pétrole a annoncé que désormais son pays ne facturerait plus le pétrole en dollars, mais en euros ou en yens. L' Irak a été détruit pour avoir fait une annonce du même type en 2000. Et n'oublions pas que l'Iran est le deuxième pays producteur de l'OPEP.

    Bref, on parle de plus en plus de l'imminence d'une intervention usraélienne. Au plus tard à l'automne, voire cet été et même avant.

    Les nantis ont toujours bâti leurs empires sur les décombres de la vie des autres.


    Depuis que j'ai lu cet article sur les motivations des dangereux psychopathes à la tête du monde, je n'ai plus aucune illusion. Les  autres ne comptent pas pour eux, seul les intéressent leur porte-monnaie et le pouvoir. Je me demande même si ces sadiques n'éprouvent pas une secrète jouissance à voir les autres souffrir, de surcroît à cause d'eux. Ivresse de la puissance maléfique !

    Bush est un imposteur, il invoque l'Eternel, prétend être animé du désir de faire le Bien, mais il n'a jamais coupé les ponts avec son club d'adorateurs de Satan Skull and Bones,  pas même une repentance, et il n'invoque jamais Jésus. Un détail qui a son importance : Qu'est-ce qu'un chrétien qui n'invoque pas Jésus son sauveur ? En fait, Bush est manipulé par son entourage, et il sert les intérêts financiers de son clan lié, entre autres, aux multinationales du pétrole.

    Nous sommes à la merci d'individus comme Bush qui navigue pêle-mêle entre les crânes, les squelettes et les sépultures, les Gog et  Magog apocalyptiques (voir précédents articles), et qui jongle avec les dollars, le pétrole et les vies humaines : tout cela ne présage rien de bon. Il faut l'envoyer chez un psychiâtre, et le destituer, comme notre gogo à nous qui ne vaut pas mieux. Son ami (pour combien de temps encore ?) Fillon est allé faire la tournée des organisations juives américaines, ne doutons pas qu'il en aura profité pour approcher les agents de la Maison Noire (ne me demandez pas de l'appeler la Maison Blanche), étonnant qu'il n'ait pas amené dans se bagages le sémillant humanitaro-militaire, Folamour-Kouchner. Avec des gens comme ça, les peuples sont bien lotis. Au passage, j'ai appris aujourd'hui que la femme de Fillon était anglaise. Le monde (anglo-saxon) est petit.

    Bernard Kouchner à l'Assemblée nationale, le 11 décembre 2007.

    http://fr.wikipedia.org

    Comment va réagir la France ? Avec l'équipe de néocons français Sarkozy-Kouchner, le pire est à craindre. Comme Bush le cow-boy, ils préfèrent régler les problèmes à coups de révolvers plutôt que par la diplomatie. Vont-ils engager notre pays dans l'aventure impériale aux côtés de l'ami usraélien ? Tout le laisse à penser. Finie la France des Lumières, des Droits de l'Homme, de la Démocratie, de l'Humanisme, de la Justice, de la Paix, celle-là même qui était synonyme d'espoir pour le monde, une référence universelle. Comme au temps du général de Gaulle ou de Chirac-de Villepin.

    Nous ne pouvons pas engager la France aux côtés de ceux qui prônent la loi du plus fort, de l'argent, de l'accaparement des ressources entre les mains d'une opulente minorité.

    Les Français ne sont pas prêts pour une telle aventure. Ils n'en veulent pas. D'étranges rumeurs circulent en ce moment, le saviez-vous ? Puisque Sarkozy a vendu son âme au diable usraélien, à ses néocons avec en tête la Lagarde formée dans les Thinks-Tanks américains, il ne reste donc plus qu'à susciter l'adhésion du peuple gaulois.

    Or, on parle d'un gigantesque attentat (la Tour Eiffel ?) fomenté par des agents usraéliens, et qui serait attribué à Al Quaïda, que je soupçonne d'ailleurs de plus en plus d'être la créature des cerveaux fous néocons, obsédés par l'accaparement des richesses du monde. Avez-vous remarqué comme on le fait parler - lui qui est en réalité probablement mort depuis longtemps - pour faire peur au moment des élections, des projets de guerre, etc ? Là, il est très loquace. Les  psychopathes à la tête des nations manient admirablement le ressort de la peur. Craignez, bonnes gens, ou oubliez vos malheurs en vous distrayant, ou consolez-vous avec la religion... et sinon, c'est le bâton ! La consigne est claire : Se soumettre, ou se démettre. Des fous conduisent les aveugles....

    Alors, un attentat fort à propos, ou une intervention terrifiante de l'épouvantail Ben Laden, et ces indisciplinés de Français apporteront leur soutien, eux aussi, aux Folamour de la planète.... Une chose est sûre : Les médias criminels sont prêts à être enrôlés. Leurs propriétaires, tous plus ou moins liés aux industriels de l'Armement, se frottent déjà les mains... leurs actionnaires aussi ! Sans oublier les industriels de la reconstruction.

    Pas les ouvriers, ni les jeunes qui serviront de chair à canons. Ni nous tous, d'ailleurs. Car les guerres ne profitent jamais à ceux qui la font, mais seulement à ceux qui les déclarent.

    Rien de nouveau sous le soleil, finalement : Les puissants imposent leur loi. Avec cette seule différence que le soleil, aujourd'hui, chauffe davantage....

    Le début de la fin ?

    A moins que le joli mois de mai (mon prochain article, si, si) ne nous réserve de belles surprises.

    Et si on embastillait ceux qui décrètent l'intolérable sur notre dos et derrière notre dos ? Tiens, c'est le nom de mon blog. Abonnez-vous, c'est gratuit, et vous aurez envie de résister.

    Car, amis lecteurs, nous avons le nombre avec nous.

    Et Internet.

    Mobilisons-nous pour, ensuite, faire tous la fête ensemble, sans les ennemis des peuples ! Envoyons-les dans leur paradis artificiel glacé de Norvège, avec leurs bienfaiteurs milliardaires Rockefeller, Bill Gates and Co ! Et laissons-les y définitivement !

    Voilà, c'était mon cri du coeur du jour. Ou de la semaine.  A bientôt, avec Aspeta (voyez son blog) et quelques autres, on vous dira comment faire de ce joli mai un mois inoubliable !

    Pour les peuples. Pas pour les psychopathes au sommet !

    Votre Eva


    ______________________________________________________________________________

    Tags : Guerre, Paix, Justice, droits de l'Homme, Sarkozy, Bush, Empire usraélien, néocons, Kouchner, Cheney, multinationales de la mort, de Gaulle, Chirac, de Villepin, Iran, Irak, Rockefeller, Bill Gates, arche de Noé en Norvège, mai 68...


    Abonnements à mon blog, le recommander : à droite (présentation blog). C'est gratuit, il y a de la place pour tout le monde !

    Et si vous raffolez de ma prose et que vous voulez passer du bon temps avant les réjouissances du joli mois de mai, voici les coordonnés de mes blogs :



    R-sistons à la désinformation
    http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com 


    R-sistons à l'actualité
    http://r-sistons-actu.skynetblogs.be/


    Coups de coeur blogs, d' Eva
    http://eva-coups-de-coeur.over-blog.com


    ________________________________________________________________________________________


    Le sida créé pour lutter contre la sur-population ? 
    Projet secret H.B. 15090 (Nouvel Ordre Mondial)


    (extraits)

    Aurelio Peccei a proposé plusieurs projets, tous secrets. Le projet principal consistait à développer un microbe, qui attaquerait le système immunitaire, et pour lequel un vaccin serait presque impossible à développer. L'ordre a donc été donné de développer ce microbe, sans oublier les moyens prophylactiques et une thérapeutique appropriée. Le microbe devait être dispersé dans le population, les moyens prophylactiques seraient réservés à l'élite. Quand la population aurait sffisamment baissé, on pourrait officiellement anoncer la découverte du médicament pour soigner les survivants. Il est clair que le médicament existait depuis le début de l'opération. Ce projet fait partie intégrante du projet Global 2000. Maintenant c'est à vous de deviner comment s'appelle ce microbe? Évidemment, il s'agit du virus du Sida!!

    Le projet a été approuvé par le Congrès en 1969, sous le numéro de code H.B.15090. 10 millions $ ont été versés pour la première tranche. Des témoignages devant la commmission de Sénat ont révélé qu'un « agent synthétique et biologique devait être développé, un agent qui n'existe pas dans la nature et contre lequel l'organisme est incapable de produire des anticorps. Il doit être possible de développer ce micro-organisme dans les 5 à 10 ans à venir Il est primordial qu'il soit résistant à tout processus immunologique et thérapeutique connu ». Sir Julian Huxley dit à ce sujet: « La surpopulation est la plus grande menace que notre espèce aura à affronter dans le futur ».

    Le projet SIDA, qui porte à ce moment-là le nom de MK-NAOMI, a été élaboré à Fort Dertrick, dans le Maryland. D'après les explications du Dr. Strecker, on a mélangé des rétrovirus mortels, des virus de leucémie, (bovin leikemia) avec des virus « visna » du mouton, et on les a injectés dans du tissu humain.

     Comme il fallait agir sur une grande partie de la population, on a commencé par les populations « indésirables » :  les Noirs, les hispaniques et les homosexuels ont été encouragés d'un côté à exprimer leur différence, d'un autre côté ils se sont retrouvés sur la liste des personnes à éliminer.

    http://lecarnavaldarthenice.blog.fr/2008/05/02/le-projet-sida-4123689

    ( Eva : A quand un tribunal des peuples pour juger tous les criminels psychopathes
    à la tête du monde ? )




    __________________________________________________________________________________________




    L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous rappelle que le dollar va être en faillite volontairement par la FED


    Ces banques sont à l'origine du crash de WALL-STREET et de la
    deuxième guerre mondiale.
    Aujourd'hui où en sommes-nous?

    http://echosdesmontagnes.blogspot.com/2008/04/le-dollar-en-faillite.html

    L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous livre la 3ème GUERRE MONDIALE, celle de la FAIM et de la SOIF d'EAU POTABLE.

    La ressource qui fera couler
    plus de sang que le pétrole

    http://echosdesmontagnes.blogspot.com/2008/05/eau-sang-petrole-guerre-du-feu-et-3me.html

    L'or bleu : Un élément vital pour la planète... et pour vos investissements

    Après la Guerre du Feu...

    la Guerre de l'Eau

    OGM :
    Pour mémoire vos députés nationaux et européens se foutent de nous, du moment qu'ils empochent le fric des industries agro-alimentaires chimiques et industrielles, car ils sont pourris et corrompus, jusqu'à la moëlle
    .


    http://echosdesmontagnes.blogspot.com/


    Monsanto : Des nouvelles...
        http://plumesdecureuil.canalblog.com/


    Marie-Monique Robin est journaliste et auteur d'une enquête au long cours sur Monsanto, Le Monde selon Monsanto, qui a donné lieu à un documentaire diffusé sur Arte récemment, à un DVD dans les bacs depuis le 19 mars et à un livre publié à La Découverte depuis cinq semaines. Elle était l'invitée de la neuvième édition de Parlons Net. avec David Abiker de France-Info, David Martin-Castelnau de causeur.fr, Virginie Roels de bakchich.info et Philippe Cohen de Marianne2.fr

    Je participe à la création d'un site de lutte contre Monsanto
    C'est un paradoxe : alors que Google est à l'information sur Internet ce que Monsanto est à l'agro-business, Marie-Monique Robin a construit son documentaire autour de l'investigation sur internet.
    Elle s'en explique et elle
    annonce la création d'un site destiné à centraliser
    toute l'information indépendante sur Monsanto.

    Les députés  sont intoxiqués, manipulés

    Marie-Monique Robin dénonce les manipulations auxquelles se serait livré Monsanto pour démontrer les bienfaits et la non toxicité de ses produits. Elle montre, documents à l'appui, que la multinationale a corrompu des acteurs du système dans deux pays, en Indonésie et au Canada.

     Merci de rejoindre cette campagne pour que les décideurs agissent et mettent fin à la crise alimentaire. La communauté internationale doit se mobiliser et réformer le système alimentaire mondial.

    La crise alimentaire nous concerne tous, et plus nous aurons de signatures à soumettre au G8 et aux Nations unies, plus puissant nous serons ! Transférez ce lien à vos amis si vous ne l'avez pas déjà fait:

    Pétitions (voir avant-dernier post)

    http://www.avaaz.org/fr/global_food_crisis/97.php/?cl_tf_sign=1

     lire aussi http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-19231538.html


    _____________________________________________________________________


    Sarkozy dégrade l'image de la France
    http://poly-tics.over-blog.com/article-19245598.html

    :____________________________________________________________________



    palestinechild.jpgNous, filles et fils de résistants au nazisme, affirmons notre soutien a la résistance palestinienne

    Source : Al Faraby-Aloufok

    jeudi 1er mai 2008

    Nous serons toujours là

    Filles et fils de Marek Edelman, d’Henri Curiel, de Schmerke Kaczerginski, de Lucien David Fayman, de Jacov Stambul, de Dvoira Vainberg...

    A 65 ans du soulèvement du Ghetto de Varsovie, nous rendons hommage a tous ceux, modestes héros et héroïnes qui ont engagé leur vie dans une bataille face à l’armée d’un pouvoir qui contrôlait presque toute l’Europe.

    Face à l’oppression, il y a toujours résistance : Contre le nazisme en France, a Vilnius, en Allemagne même et, des années après, en Egypte et en Algérie contre le pouvoir colonial aussi bien qu’en Afrique du Sud contre l’apartheid.

    Il en est de même aujourd’hui : Les masques changent mais c’est toujours le même combat.

    Nous, filles et fils de résistants au nazisme, affirmons notre soutien a la résistance palestinienne, car le pouvoir sioniste en Israël, a usurpé notre nom collectif (juifs), pour en notre nom disent-ils, mener une politique de répression coloniale féroce et d’apartheid.

    L’hommage à nos parents, martyrs ou survivants, est à l’unisson de l’hommage aux résistants du peuple palestinien dont les droits fondamentaux, humains et nationaux sont bafoués, jour après jour depuis 60 ans

    Signatures :

    Lililane Cordova Kaczerginski, fille de Schmerke Kaczerginski qui a participé à la création de la F.P.O., Fareinigte Partizaner Organizatie (Organization Unifiée des Partisans) dans le ghetto de Vilnius en 1941. Après le départ du ghetto par les égouts, Schmerke Kaczerginski a combattu dans les rangs de la Guérilla Lituanienne en Biélorussie sous commandement soviétique ; a participé à l’explosion des 50 trains de l’armée nazie ; décédée en Argentine.

    Sonia Fayman, fille de Lucien David Fayman, membre de la Sixième, réseau de résistance des Eclaireurs israélites de France (cache d’enfants) et du réseau Buckmaster (parachutage d’armes et attentats contre l’occupant nazi), arrêté par la Gestapo à Toulouse, torturé, emprisonné à Fresnes puis à Compiègne. Déporté à Buchenwald, Dora, Hartzungen jusqu’à la libération. Lucien David Fayman a consacré sa retraite à décorer les Justes qui ont caché des enfants au péril de leur vie. Décédé en 2007.

    Pierre Stambul, fils de Jacov Stambul (Bessarabien), membre de la MOI et du groupe Manouchian ("triangle" de Boczor). Arrêté en novembre 1943. Torturé par la police française (simulacre d’exécution). Déporté à Buchenwald, libéré en mai 1945.


    envoyé par Paor, Juive pro-Palestinenne - Strasbourg


    Photo enfant
     
    http://chahids.over-blog.com

    photo extension colonies:
    http://tempsreel.nouvelobs.com/

    Colonie juive de Givat Ze'ev (photo), en Cisjordanie. (Reuters)


    Olmert à nouveau soupçonné de corruption
    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/proche_moyenorient/20080502.OBS
    2263/ehoud_olmert_est__soupconne_dans_une_nouvelle_affaire_d.html



    Pétitition soutien Bruno Guigue :
    http://soutienbrunoguigue.info



    __________________________________________________________________________________________



    Fillon aux USA :

    Fillon s'est exprimé hier devant le CRIF américain l'AJC (Lagarde et Barnier étaient de la fête). Il a réïtéré son soutien aux Etats-Unis et à Israël :

    "Plus que jamais, les désordres du monde réclament une alliance solide entre nos nations"
     
    et la position française vis-à-vis de l'Iran :

    "L'Iran ne doit pas disposer de l'arme nucléaire (...) Nous voulons éviter d'être confrontés un jour au choix entre la bombe iranienne et le bombardement de l'Iran",
    a-t-il martelé, suscitant l'adhésion pleine et entière de l'assistance.
     
    Tolérance ZERO en France sur l'antisémitisme (et sur l'antisionisme ?).

    Que l'administration Bush ainsi que le régime sioniste se rassurent donc, la France les soutient !!!
    Combien de Français sont-ils d'accord avec cette position ?


    http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-19228015.html


    et sur ce même site, j'ai trouvé cet article que j'avais déjà remarqué pour des études que je ferai sur ces questions importantes, déterminantes pour comprendre le monde d'aujourd'hui.

    On peut d'ailleurs dire que ces questions sont au COEUR des problématiques d'aujourd'hui (Eva) :


    Introduction


    L'antisémitisme est un sujet complexe, un peu chausse trappe, mais comme les OGM à propos de l'industrialisation, c'est un levier utile pour comprendre les relations politiques et religieuses de notre monde. 

    Parce que la démystification de ce sujet est essentiel pour qui veut comprendre les conflits qui se préparent, je fait l'effort de réécrire cet article aujourd'hui.

    Nous verrons d'ailleurs les multiples rapports, parfois surprennants et innatendus, entre les trois monothéismes, l'antisémitisme, le paganisme, les nationalismes, Wall Street et les guerres.

    De toute ces facettes, l'accent sera mis sur la dimension religieuse de l'antisémitisme. En effet cette dimension est souvent sous-estimée (pour l'holocauste en particulier) ou trompeuse, du fait de l'amalgame judaïsme - identité juive - sionisme, qui sont trois consepts pourtants très différents.

    Il y a bien sur un aspect financier non négligeable, surtout à l'extrême droite où l'affirmation "les juifs contrôlent tout" permet d'expliquer de façon caricaturale la domination financière. Histoire parfois de passer sous silence les rapports de l'extrême droite avec le patronat ou le capital.

    Il y a aussi un antisémitisme arabe, lié en partie au conflit du Proche Orient, en partie à certains points de théologie musulmane. Mais également une islamophobie rampante en Occident, qui rappelle l'antisémitisme nazi par de nombreux points.

    Autre point important, l'antisémitisme et la liberté d'expression, on a parfois l'impression que l'antisémitisme empêche toute critique de l'état d'Israel, et de permettre de bailloner certaines voix contestataires en criant au loup quand il n'y a pas forcement lieu d'être. Pourtant nous verrons que les critiques les plus perspicaces de l'état d'Israel viennent de manière innatendue de l'interieur même d'Israel, des "hommes en noir" et des nouveaux historiens.

    De façon plus subtile, I'antisémitisme contribue à l'idée que les religions sont à l'origine des guerres, et rejoint là l'islamophobie et la christianophobie, notamment dans le contexte du proche orient et du retour de la sémantique des croisades.

    J'éspère que cet article permettra d'élucider nombre de questions sur ce sujet pointu. Il est constitué de quatres parties, seules les deux premières sont aboutits pour le moment.

    Série "les enjeux de l'antisémitisme" : 
    1. Partie I : Le nazisme et le capital - Wottan et Mammon
    2. Partie II : Israël et le sionisme - le nationalisme contre la religion
    3. Partie III : L'Islam, l'islamophobie et l'antisémitisme
    4. Partie IV : le New Age et la fin de la laïcité


    ______________________________________________________________________________


    Flashes d’espoir : le cœur d’un soldat israélien transplanté à un arabe

    Jean-Marie Allafort

    http://www.un-echo-israel.net/article.php3?id_article=5881


    Yaniv Pozoarik, un jeune soldat de Tsahal de 19 ans et demi a été tué par une balle perdue, tirée par un camarade qui nettoyait son arme, a été inhumé ce jeudi au cimetière militaire de Holon. Hospitalisé dans un état grave à l’hôpital Rambam de Haïfa, le jeune militaire avait subi différentes opérations mais a malheureusement succombé à ses blessures.

    Ses parents, en apprenant son décès, ont immédiatement fait savoir qu’ils faisaient don de ses organes. Le cœur de Yaniv Pozoarik a été transplanté à Salim Louayh, un jeune arabe israélien de 25 ans du village de Ibillin en Galilée. La transplantation a parfaitement été réussie. Yafim, le père du soldat mort a déclaré : « Si Yaniv était ici, il m’aurait dit ‘bravo’. Yaniv aimait aider les gens et je suis sûr que si on lui avait posé la question, il aurait voulu secourir. Je ressens que quelque chose de lui vit encore. »

    d’organes de Yaniv ont pu être réalisé dans différents hôpitaux du pays sur trois autres malades.

    Mis en ligne le 28 mars 08


    Coopération Vatican-Israël pour les voyages en terre d'Israël  
    http://www.un-echo-israel.net/article.php3?id_article=5874

    Un point de vue israélien, même site, sur Béthléem
    http://www.un-echo-israel.net/article.php3?id_article=6063



    _______________________________________________________________________________________


    La puce pour nos bambins, ça a commencé ! 

    Les dirigeants des US ont la volonté de contrôler la population en puçant tous les individus. Cela a commencé  ! En effet, une loge maçonnique invite tous les Américains à faire pucer leurs enfants sous le prétexte fallacieux qu'il sera plus facile de les retrouver en cas d'enlèvement. Et bien, vous savez quoi ?

    Près de 300 000 enfants ont cette puce dans le corps !

    Vous verrez qu'au prochain drame qui se produira en France, on nous proposera, avant de nous l'imposer, cette abomination.

    Allez voir le site (en Anglais) de cette loge maçonnique
    :
    michip.org


    ATTENTION  A  TOUS  LES PROGRAMMES 
    DE  VACCINATION MASSIVE

    grippe aviaire, papillomavirus etc...

    http://panier-de-crabes.over-blog.com


    ________________________________________________________________________________________


    A lire dans le Jerusalem Post.

    Obama n'y est pas apprécié !
    http://www.marcfievet.com/article-19239191.html

    Nicolas Dupont-Aignan : le dernier des opposants ?
    http://www.marianne2.fr/Nicolas-Dupont-Aignan-le-dernier-des-opposants-_a86478.html?PlHPSESSID=fb8fad95df50913035805c17b8d62825

    On veut assassiner Moqtada Al Sadr
    http://www.marcfievet.com/article-19224160.html

    La famine sera-t-elle à l'origine d'une révolte mondiale ?
    http://www.marcfievet.com/article-19248116.html

    Quels objectifs poursuit l'élite financière opérant au plan mondial ?
    http://usa-menace.over-blog.com/article-19164083.html

    Ce sont les pauvres qui sont le plus touchés
    http://usa-menace.over-blog.com/article-19164921.html

    Les EU ont déniché un successeur pour Ben Laden
    http://usa-menace.over-blog.com/article-19246436.html  

    Pékin cinstruit une base nucléaire secrète
    http://usa-menace.over-blog.com/article-19248956.html

    Vision commune EU-Europe des menaces à venir ?
    http://usa-menace.over-blog.com/article-19248956.html

    Problèmes EU-Indonésie
    http://usa-menace.over-blog.com/article-19249227.html

    Militarisation Chine et la CIA
    http://usa-menace.over-blog.com/article-19249281.html

    Pour les EU, le Ier Etat terroriste est l'Iran
    http://usa-menace.over-blog.com/article-19249542.html

    L'islam de france retrouve ses vieux démon
    http://www.marcfievet.com/article-19196231.html

    Petite histoire du FMI
    http://lecarnavaldarthenice.blog.fr/2008/05/02/petite-histoire-du-fmi-4122819

    Pour une nouvelle Laîcité
    http://www.verites.org/article-19232080.html



    Vous vous souvenez des infos que je vous avais données sur la Slovénie, voici quelques semaines, prouvant que l'Europe était vassale des USA ? Voici une nouvelle confirmation
    http://www.verites.org/article-19226933.html


    votre commentaire
  •  
    2 mai 2008


    http://www.michelledastier.org/index.php/2007/11/14/830-la-fin-est-proche





    Sommes-nous gouvernés par des
    psychopathes dangereux ?



    Mes amis

    J'étais en train de préparer mon prochain post, sur mai 68 - de l'inédit sur l'origine de l'extension du mouvement -,  lorsque j'ai reçu un courriel m'annonçant les nouvelles publications de Sceptix. J'ai regardé, et j'ai trouvé l'article suivant, dont je vous joins d'importants extraits.

    A l'issue de cet article, il y avait des liens. Et celui qui m'a intéressé, justement, concerne l'article que je publie dans ce post  "Sommes-nous gouvernés par des psychopathes dangereux ?"

    Pour moi, la réponse est évidemment oui. Et ce que j'ai écrit sur Gog et Magog, Ezéchiel comme source d'inspiration de la politique étrangère de Bush, le confirme amplement.

    Lisez cet article, reproduisez-le, faites-le circuler PARTOUT. Il le faut !

    S'il n'y a qu' un SEUL article à connaître pour comprendre, eh bien c'est assurément celui-ci. Il explique tout,

    il explique la cause essentielle des malheurs des peuples.

    Je me pose la question : Puisqu'il faut mettre hors d'état de nuire ces individus - en les soignant comme des malades plutôt qu'en les jugeant, finalement - seront-ils ausitôt remplacés par d'autres, de la même engeance ?

    Autre question : Serons-nous condamnés à les subir éternellement ?

    Voici donc des extraits qu'il faut lire absolumlent.

    Votre Eva 


    __________________________________________________________________________________________


    La ponerologie, ou la science du mal  :


    Pourquoi, quel que soit le niveau de bonne volonté qui se manifeste dans le monde, y a-t-il autant de guerres, de souffrances et d’injustices? Depuis des milliers d’années, pourquoi rien ne semble améliorer notre sort ?

    Vue objectivement, l’histoire de l’humanité est une chose terrible et quasiment insupportable. Les furieux holocaustes des génocides modernes, les guerres, les famines, les terribles épidémies parcourant le globe dans leurs bottes de sept lieues; et plus terribles aujourd’hui que jamais auparavant produisent un intolérable sentiment d’impuissance.

    Certain-es diront que tout cela, c’est du passé; que l’humanité est entrée dans une nouvelle phase; que les sciences et les technologies vont bientôt nous permettre de mettre fin à toutes ces souffrances. Beaucoup croient que les êtres humains sont en train d’évoluer; que la société évolue; et qu’à présent nous sommes à même de contrôler le mal arbitraire qui affecte notre environnement, ou du moins que nous le serons quand George Bush et sa bande en auront fini avec leur éternelle guerre contre le "terrorisme". Tout ce qui ne vient pas à l’appui de cette idée est réinterprété ou ignoré alors que jamais nous ne sommes trouvé en position aussi précaire, aussi proche de la destruction totale.

    Laura Knight-Jadczyk et Henry See pensaient que la situation terrible à laquelle cette planète et ses habitant-es sont confrontés pouvait avoir un lien avec la question de la psychopathie. Les phénomènes abordés dans La ponérologie politique — en rapport avec les groupes et la façon dont ceux-ci sont corrompus par des déviants pathologiques qui s’y infiltrent sous l’aspect de la normalité (..)

    Lobaczewski présente le sujet d’une manière radicalement différente des autres textes sur la psychopathie, en suggérant que l’influence des psychopathes et autres déviant-es n’est pas qu’une simple influence parmi tant d’autres affectant la société, mais que, si les circonstances sont favorables, elle détermine la manière dont nous vivons, ce que nous pensons, et la façon dont nous jugeons ce qui se passe autour de nous.

    Quand on comprend la véritable nature de cette influence : qu’elle est sans conscience, sans émotion, égoïste, froide et calculatrice, dénuée de tous standards moraux ou éthiques, on est horrifié, mais en même temps, tout commence à s’éclairer soudainement. Notre société perd de plus en plus son âme parce que les personnes qui la dirigent et qui donnent l’exemple sont sans âme — ils n’ont littéralement aucune conscience. Quand vous en venez à comprendre que les rênes du pouvoir politique et économique sont entre les mains de personnes sans conscience qui ne possèdent pas de faculté d’empathie, cela permet de regarder ce que nous appelons le "Mal" d’une façon totalement nouvelle. Le "Mal" n’est plus seulement une question morale; il peut alors être analysé et compris scientifiquement.

    Le mot ponérologie désigne la science du "Mal", de la compréhension scientifique de ses origines, et de la façon dont, telle une maladie, il peut "infecter" les individus et les sociétés. Lorsque les législateurs et les grands patrons du monde des affaires sont des psychopathes, leur façon de penser et de raisonner — leur "moralité" — devient la culture et la "moralité" communes des populations qu’ils gouvernent. Quand cela se produit, le mental de la population est "infecté" de la même façon qu’un agent pathogène infecte un corps physique. La seule manière de nous protéger contre cette pensée pathologique est de nous "vacciner" contre elle, et cela se fait en apprenant le plus possible sur la nature de la psychopathie et sur son influence sur nous. Fondamentalement, cette "maladie" particulière prospère dans un environnement où son existence même est niée, et où ce déni est planifié et délibéré.

    La ponérologie politique a été façonnée dans le creuset même du sujet étudié. (..)

    Cet ouvrage devrait être lu par tout-e citoyen-ne qui se revendique d’une base morale ou humaniste. Car il est certain que la moralité et l’humanisme ne peuvent longtemps supporter les déprédations du "Mal". La connaissance de sa nature, de la façon dont il crée ses réseaux et s’étend, de la perfidie de son approche pernicieuse, en est l’unique antidote.

    Ce livre va vous donner des réponses à de nombreuses questions sur le "Mal" dans notre monde (..) L’accumulation à long terme du "Mal" de tous les jours conduit inévitablement au "grand Mal systémique" qui détruit plus d’innocent-es que n’importe quel autre phénomène sur cette planète.

    Ce livre est aussi un manuel de survie. C’est l’ouvrage le plus important que vous lirez jamais, à moins que vous ne soyez vous-même un psychopathe. Comprendre la nature des phénomènes pathologiques macrosociaux permet de les voir dans une saine perspective qui protège le mental de l’empoisonnement par leur contenu délétère et l’influence de leur propagation. Nous ne pourrons vaincre cet énorme cancer social qui se propage que si nous comprenons ce qu’il est et quelles sont ses causes. Voilà qui éluderait le mystère de ce phénomène, mystère qui est son premier atout de survie.

    La compréhension de la nature de ces phénomènes conduirait à la conclusion logique que les mesures prises actuellement pour remettre de l’ordre dans le monde devraient être entièrement différentes de celles utilisées jusqu’à présent pour résoudre des conflits internationaux. Elles devraient fonctionner comme des antibiotiques modernes, ou mieux encore, comme une bonne psychothérapie, et non plus comme des armes obsolètes comme des tanks ou des missiles nucléaires.

    En ce qui concerne les phénomènes de nature ponérogénique, une connaissance adéquate pourrait déjà commencer à guérir les individus et à restaurer leur harmonie mentale. Ce livre explique aussi comment mettre à profit ce savoir afin d’arriver à des décisions politiques correctes, et comment l’appliquer au monde comme une thérapie générale.

    http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-19224476.html


    La ponérologie politique
    :
     Préfaces, introduction et bibliographie/Table of Contents, Index, Bibliography, Text
    >
    Sommes-nous gouvernés par des psychopathes dangereux?, Silvia Cattori, 04.11.2007

    > Forums : Ponérologie politique : le mal macro-social 



    _________________________________________________________________________________________

    Comment la Dgse, avec ou sans l'aval du nabot, a sacrifié Betancourt pour monter une provocation contre le président Hugo Chavez.

    Silvia Cattori :
    Sommes-nous gouvernés par des dirigeants psychopathes ?
    Le Mal à des fins politiques.


    4.11. 07

    http://www.palestine-solidarite.org/analyses.Silvia_Cattori.041107.htm


    Après avoir lu le livre « Ponérologie Politique », Silvia Cattori a voulu s’entretenir avec son auteur, Andrzej LOBACZEWSKI. Celui-ci étant très âgé et malade, n’était plus à même de répondre à ses questions. Finalement, ce sont Laura KNIGHT-JADCZYK et Henry SEE (éditeurs du livre Ponérologie Politique) qui ont répondu à sa place.

    Cet ouvrage qui fait la description du « mal » appliqué à des fins politiques nous paraît intéressant car il nous donne les clés nécessaires à la compréhension de phénomènes qui souvent nous dépassent. Il décrit le « mal », sa véritable nature, de façon très parlante, la manière dont il se répand et détruit nos société.

     Ce que M. Lobaczewski affirme sur les comportements pervers/pathologiques — les conflits en entreprise tout comme dans la sphère politique où l’on dénombre de plus en plus de conflits et de plus en plus de pervers caractériels — m’a immédiatement permis de mieux comprendre, par exemple, le fonctionnement de ces individus qui créent des conflits et qui, où qu’ils aillent, polluent l’atmosphère »

     Le terme « ponérologie » est un concept théologique qui signifie « étude du mal ». Andrzej LOBACZEWSKI le savait, et il a décidé de récupérer et de réhabiliter ce mot pour en faire un usage scientifique, puisqu’il se trouve que notre science ne possède absolument aucun mot pour définir l’étude du « mal » en tant que tel

    Nous étions préoccupés par cette question : pourquoi, quel que soit le niveau de bonne volonté qui se manifeste dans le monde, y a-t-il autant de guerres, de souffrances et d’injustices ? Peu importe les plans, idéologies, religions ou philosophies conçus par les grands esprits, rien ne semble améliorer notre sort. Et c’est comme cela depuis des milliers d’années

     L’ouvrage "Ponérologie Politique" présente le sujet d’une manière radicalement différente des autres textes sur la psychopathie, en suggérant que l’influence des psychopathes et autres déviants n’est pas qu’une simple influence parmi tant d’autres affectant la société, mais que, si les circonstances sont favorables, elle détermine la manière dont nous vivons, ce que nous pensons, et la façon dont nous jugeons ce qui se passe autour de nous.

    Quand on comprend la véritable nature de cette influence : qu’elle est sans conscience, sans émotion, égoïste, froide et calculatrice, dénuée de tous standards moraux ou éthiques, on est horrifié, mais en même temps, tout commence à s’éclairer soudainement.

     Notre société perd de plus en plus son âme parce que les personnes qui la dirigent et qui donnent l’exemple sont sans âme — ils n’ont littéralement aucune conscience.

    Quand vous en venez à comprendre que les rênes du pouvoir politique et économique sont entre les mains de personnes sans conscience qui ne possèdent pas de faculté d’empathie, cela permet de regarder ce que nous appelons le « mal » d’une façon totalement nouvelle. Le mal n’est plus seulement une question morale ; il peut alors être analysé et compris scientifiquement.

    Lorsque les législateurs et les grands patrons du monde des affaires sont des psychopathes, leur façon de penser et de raisonner — leur « moralité » — devient la culture et la « moralité » communes des populations qu’ils gouvernent.

     Quand cela se produit, le mental de la population est « infecté » de la même façon qu’un agent pathogène infecte un corps physique. La seule manière de nous protéger contre cette pensée pathologique est de nous « vacciner » contre elle, et cela est se fait en apprenant le plus possible de connaissances sur la nature de la psychopathie et sur son influence sur nous.Fondamentalement, cette « maladie » particulière prospère dans un environnement où son existence même est niée, et où ce déni est planifié et délibéré.

    Silvia CATTORI : M. LOBACZEWSKI a étudié le fonctionnement de ces personnes non pas d’un point de vue politique, mais psychologique. Ce faisant il est arrivé à déterminer la manière dont des idéologues et des agents disposant de pouvoirs répressifs, malgré leur inhumanité, en arrivent à obtenir l’adhésion de larges populations. Tout le monde n’a-t-il pas un fond pervers / pathologique, des périodes de vie marquées par une existence perverse / pathologique ?

    Henry : Tout d’abord, il faut souligner que les «  fous » n’ont pas besoin de l’adhésion de larges populations, mais seulement d’une minorité puissante qui puisse à la fois « orienter » la population et la contrôler.

    Regardez les sondages aux États-Unis. Cela fait des années que la popularité de Bush se maintient autour de 30% — et il s’agit de la population dans son ensemble. Mais parce que Bush est soutenu par une minorité très puissante — les gens qui détiennent les médias, l’industrie de l’armement et ses soutiens au sein de l’armée, les compagnies pétrolières, etc. — le mécontentement populaire ne compte pas. Et du moment que la politique de Bush n’affecte pas négativement l’Américain moyen de façon trop flagrante, celui-ci ne se sent pas suffisamment menacé pour vouloir y changer quelque chose.

    Laura : Aux États-Unis — et ailleurs dans le monde — même le peuple le plus oppressé et le plus injustement traité est facilement contrôlé par la peur et la crainte de perdre le confort matériel auquel il a accès : divertissements, sports, jeux, etc. Même l’échec du système éducatif, médical et des garanties sociales, ne pousse pas les gens à réellement remettre la situation en question. Nous avons affaire — pour reprendre les termes d’Aldous HUXLEY — à une dictature scientifique : du pain et des jeux.

    En bref, la plupart des Américains sont conscients de leur oppression, et l’expriment dans les sondages, mais ceux qui sont au pouvoir ont réussi à les droguer avec une pléthore de distractions — la peur et le plaisir — suffisantes pour les garder sous contrôle.

    Henry : Il y a la carotte et le bâton. Tant que les gens peuvent continuer à vivre dans l’illusion, ils le font. Quand l’illusion commence à se fissurer, alors le pouvoir actionne le bâton.

    Laura : Les gens ont peur de faire des vagues par crainte de perdre ce qu’ils ont, de perdre leur tranquillité, de devoir faire des efforts pour résister. Après tout, cela leur prend tout leur temps de maintenir l’illusion, ils doivent trimer quotidiennement pour éviter qu’on leur reprenne leur 4x4, et ils veulent avoir du temps pour le match de football du samedi.

    Henry : Ils s’imaginent aussi que de toute façon, Bush n’a plus que quelques années devant lui. Le système s’auto-régulera. Le livre de LOBACZEWSKI nous montre pourquoi cette façon de penser est extrêmement naïve. Le système qui est en place est un système pathologique qui est en désaccord profond avec la manière d’être ou la nature de la plupart des gens. Les gens de conscience sont dirigés par des gens sans conscience. Ce fait constitue l’injustice primordiale, et il est la base des autres maux de la société.

    Laura : Ce système est resté secret pendant de nombreuses années parce qu’il y avait encore des gens de conscience qui se trouvaient à des postes élevés, mais avec le temps, ils ont tous été remplacés ou mis à l’écart d’une manière ou d’une autre, et maintenant la pathologie du système est à découvert, mais personne ne s’en soucie. Si vous regardez l’Histoire de ces cinquante dernières années, vous découvrirez que pratiquement tous les personnages publics qui sont mort tragiquement avaient une conscience, se souciaient du peuple, et avaient suffisamment d’influence pour causer des problèmes aux individus de type pathologique

    Henry : La seconde partie de votre question est très importante, parce que c’est cette idée que nous sommes tous plus ou moins pervers ou pathologiques, que nous avons tous une part d’ombre — selon les termes de JUNG — qui sert de support majeur au système pathocratique et permet aux psychopathes de se cacher parmi la population générale. On nous a convaincus que nous n’étions tous que des animaux et que tout le monde était capable de devenir un HITLER, un BUSH ou un MENGELE, si les circonstances s’y prêtaient... Nous sentons que nous avons cette part d’ombre en nous, une part de nous-mêmes dont nous ne sommes pas fiers. Parce que nous ressentons ce sentiment de honte et de remords concernant cet aspect de nous-même, nous projetons sur les autres cette capacité. Faire une telle projection revient à commettre l’erreur fatale.

    Cela soulève deux questions. Premièrement, il existe une différence énorme entre quelqu’un qui, par exemple, dans le feu d’une dispute avec son partenaire, perd son self-control et abuse physiquement ou psychologiquement de cette personne, et quelqu’un qui accomplit la même chose froidement, avec calcul et préméditation. Il s’agit dans les deux cas de mauvaises actions. Je n’essaie pas de minimiser les abus commis dans un moment d’émotion. Mais cette même personne, celle qui perd le contrôle momentanément, serait incapable de calculer et de planifier froidement cet acte. En son for intérieur, quelque chose reculerait face à cette idée. Chez le psychopathe, cette voix de la conscience n’existe pas. Les psychopathes sont capables de comploter le génocide d’un peuple, comme celui des Palestiniens ; les personnes de conscience n’en sont pas capables. Une personne peut être tuée dans le feu d’une dispute. Plusieurs milliers peuvent mourir en raison d’un froid calcul.

    Henry : Deuxièment, dans une société dominée par « les valeurs pathologiques », si on peut utiliser cette expression, l’existence d’un petit groupe de gens sans conscience promouvant une culture de la cupidité et de l’égoïsme crée un environnement au sein duquel ce qui est pathologique devient la norme.

    Dans une société (comme les États-Unis aujourd’hui), où le président peut mentir en toute impunité sur des questions de vie ou de mort, un environnement pathologique est créé, au sein duquel le mensonge devient acceptable. La violence est acceptable. La cupidité est acceptable. Cela fait partie intégrante de l’idéologie du Rêve américain : tout le monde peut réussir, peu importe ceux à qui vous devrez faire du mal pour y arriver. Et c’est par les actes qu’ils doivent commettre pour réellement réussir que les germes de la pathologie sont semés. Dans cet environnement, les gens de conscience qui sont faibles et influençables endossent les caractéristiques du type pathologique afin de survivre et de réussir. Ils voient que leurs dirigeants mentent et trichent, et ils en déduisent que s’ils veulent avancer, alors ils peuvent eux aussi mentir et tricher.

    Laura : J’appelle cela la « Culture officielle ». Linda Mealeyn du Département de psychologie du College of St. Benedict à St Joseph dans le Minnesota, suggère qu’une société fondée sur la compétition — le capitalisme, par exemple — est une société où la psychopathie est adaptative et à des chances de s’accroître.

    La psychopathie est une stratégie de vie adaptative qui réussit extrêmement bien dans la société américaine, et qui a donc augmenté au sein de la population. En outre, conséquence d’une société adaptative à la psychopathie, de nombreux individus qui NE sont PAS des psychopathes génétiques se sont adaptés de façon similaire, devenant des psychopathes « dans les faits », ou « sociopathes secondaires ». Autrement dit, dans un monde de psychopathes, ceux qui ne sont pas des psychopathes génétiques sont induits à se comporter comme des psychopathes, simplement pour survivre. Quand les règles sont établies de manière à rendre une société « adaptative » à la psychopathie, elle fait de chacun un psychopathe potentiel.

    Si nous étions capables de supprimer l’influence pathologique, nous découvririons peut-être que nos conceptions de la « nature humaine » sont erronées et mal évaluées, parce que nous acceptons en tant qu’« humains » ceux qui sont génétiquement sans conscience. Supprimez-les, eux et leurs actions, de l’ensemble des données, supprimez leur influence de la société dans son ensemble, et les qualités supérieures de la nature humaine douée de conscience pourraient trouver des moyens d’expression que nous n’aurions jamais imaginés possibles.

    Silvia CATTORI : Comment peut-on discerner les psychopathes des gens sains ? Pouvez-vous nous faire le portrait du véritable psychopathe ? Pouvez-vous nous donner des exemples permettant de faire le lien avec quelque chose de plus général ? Quelles sont les facultés qui leur font défaut ?

    Laura : Le portrait le plus simple, le plus clair et le plus vrai du psychopathe est donné dans les titres de trois riches ouvrages sur le sujet dont l’un s’intitule Without Conscience [3].

    Un psychopathe, c’est exactement cela : une personnne sans conscience. La chose la plus importante à retenir est qu’il se dissimule sous un masque de normalité qui est souvent si convaincant que même les experts sont trompés et, en conséquence, ces psychopathes deviennent « les Serpents en costume cravate » qui contrôlent notre monde. C’est la réponse en bref.

    Henry : La culture populaire voit les psychopathes comme des personnages tels Hannibal LECTER, héros du « Silence des agneaux », c’est à dire des tueurs en série. Cependant, bien qu’un certain nombre de psychopathes soient des criminels et aient eu affaire à la justice et que certains soient en fait des tueurs en série, un grand nombre d’entre eux n’ont jamais d’ennui avec la justice. Ce sont les plus intelligents, et aussi les plus dangereux parce qu’ils ont trouvé des moyens d’utiliser le système à leur avantage.

    Un grand nombre de traits caractérisent les psychopathes : l’un des plus évidents est l’absence totale de conscience. Tout sens de remords ou d’empathie envers les autres est absent chez eux. Ils peuvent être extrêmement charmants et sont experts pour charmer et hypnotiser leur proie par la parole. Ils sont également irresponsables. Rien n’est jamais leur faute ; quelqu’un d’autre ou le monde en général est toujours à blâmer pour tous leurs « problèmes » ou leurs erreurs

    Martha STOUT, dans son livre The Sociopath next door [Le sociopatthe d’à côté — NdT], identifie ce qu’elle appelle le stratagème de la pitié. Les psychopathes utilisent la pitié pour manipuler les autres. Ils vous convainquent de leur donner encore une chance, et de ne parler à personne de ce qu’ils ont fait. Ainsi, un autre trait — l’un des plus importants — est leur capacité à contrôler le flux d’information.

    Toute notre vie émotionnelle est un mystère pour eux, et en même temps, elle leur fournit un outil formidable pour nous manipuler

    Il semble aussi qu’ils n’aient pas de réelle conception du passé ou du futur, vivant entièrement pour leurs besoins et désirs immédiats. En raison de la stérilité de leur vie intérieure, ils recherchent souvent de nouveaux frissons, depuis le sentiment de puissance ressenti en manipulant les autres jusqu’à l’engagement dans des activités illégales pour la simple poussée d’adrénaline qu’elles procurent

    Un autre trait du psychopathe est ce que LOBACZEWSKI définit comme leur « connaissance psychologique spéciale » des gens normaux. Ils nous ont étudiés. Ils nous connaissent mieux que nous-ne nous connaissons nous-mêmes. Ils sont experts dans l’art de toucher nos points sensibles, d’utiliser nos émotions contre nous. Mais en plus, ils semblent même avoir une sorte de pouvoir hypnotique sur nous. Quand nous commençons à être pris dans la toile d’un psychopathe, nos facultés de réflexion se détériorent, se troublent. On dirait qu’ils nous jettent un sort.

    Ce n’est que plus tard, une fois que nous ne sommes plus en leur présence, fascinés par eux, que la clarté de pensée réapparaît, et nous restons là à nous demander comment nous avons pu être incapables de réagir ou de nous opposer à leurs actes. De nombreux livres écrits en anglais sur la psychopathie mentionnent les psychopathes en tant que groupe qui partage un ensemble de traits communs. L’échelle la plus largement utilisée pour mesurer la psychopathie a été développée par le Dr HARE. Il s’agit du PCL-R [4].

     Il fait remarquer que tout régime constitué principalement de déviants pathologiques ne peut permettre à la psychologie de se développer et de s’épanouir librement, parce que le régime lui-même serait alors diagnostiqué comme pathologique, ce qui révélerait «  l’homme derrière le rideau ».

    En se fondant sur des observations de première main du phénomène en question, LOBACZEWSKI déclare que la répression du savoir est entreprise de façon typiquement psychopathique : à couvert et derrière un « masque de santé mentale ».  Ce sont eux qui surveillent les articles scientifiques pour leur « propre idéologie » et qui font tout pour s’assurer qu’un bon spécialiste se verra refuser la documentation scientifique dont il aura besoin.

    Robert HARE souligne à quel point il est crucial de comprendre que la psychopathie n’est pas synonyme de criminalité ou de violence ; tous les psychopathes ne s’engagent pas dans des comportements violents ou criminels. En même temps, les personnes violentes ou criminelles ne sont pas toutes des psychopathes.

     Selon Robert HARE, CLECKLEY, LOBACZWESKI et beaucoup d’autres experts en psychopathie, un diagnostic de psychopathie ne peut se baser sur des symptômes comportementaux visibles à l’exclusion des symptômes interpersonnels et affectifs, parce qu’une telle procédure transforme en psychopathes de nombreuses personnes qui sont simplement blessées par la vie ou la société, et permet aux vrais psychopathes qui arborent un « masque de santé mentale » bien construit d’échapper au dépistage. D’après une documentation de plus en plus conséquente, beaucoup (ou la plupart) des psychopathes grandissent dans des familles aisées et stables, et deviennent des criminels en col blanc qui, à cause de leur argent et de leur position, ne subissent jamais la révélation publique de leurs comportements destructeurs privés, et échappent constamment au système judiciaire.

    (diagnostic, dépistage)

     D’autres études récentes donnent des résultats et des conclusions similaires : à savoir que les psychopathes ont de grandes difficultés à traiter les éléments affectifs (émotionnels) à la fois verbaux et non-verbaux, qu’ils ont tendance à confondre la signification émotionnelle des événements, et le plus important, que ces déficits apparaissent dans les scanners du cerveau. (..). Aucun autre modèle de psychopathie ne peut expliquer toutes ces anomalies cognitives et affectives, qui peuvent être détectées par des scanners du cerveau.

     Comme LOBACZEWSKI le fait remarquer, si un psychopathe se considère lui-même comme normal, ce qui bien sûr est considérablement plus facile s’il est en position d’autorité, alors il considérera une personne normale comme différente, et donc anormale.

     Les actions et réactions d’une personne normale, ses idées et critères moraux, étonnent le psychopathe, qui les voit comme anormaux. Quelqu’un de normal étonnera le psychopathe par sa naïveté, il considérera cette personne comme partisane de théories incompréhensibles sur l’amour, l’honneur et la conscience ; il ne sera pas loin de la traiter de « cinglé ». Cela explique pourquoi les gouvernements pathologiques ont toujours considéré les dissidents comme étant « mentalement anormaux ».

     Le système judiciaire n’est pas fait pour gérer ce problème, car, évidemment, ce système est souvent la création d’individus pathologiques — ou du moins, ce sont eux qui l’administrent. Une législation bien pensée exigerait d’examiner scientifiquement les individus qui prétendent de façon trop insistante ou spécieuse que quelqu’un d’autre est psychologiquement anormal.

     D’autre part, tout système social (ou tout dirigeant) pathologique au sein duquel la psychiatrie est utilisée pour des raisons politiques présente des problèmes supplémentaires. Toute personne se rebellant contre un système gouvernemental qui le choque par son étrangeté et son immoralité, peut facilement être désigné par les représentants dudit gouvernement comme un individu « mentalement anormal », quelqu’un qui a un « trouble de la personnalité » et qui devrait subir un traitement psychiatrique ; et les représentants de ce gouvernement ont de nombreux moyens à leur disposition pour prendre le contrôle de la procédure d’examen. Ils peuvent faire appel à un psychiatre scientifiquement et moralement dégénéré pour accomplir cette tâche.

     Silvia CATTORI : Pouvez-vous citer certains types identifiés par M. LOBACZEWSKI ?

    Henry : Comme la plupart des chercheurs, il opère une distinction initiale entre les déviances héréditaires et les déviances acquises, c’est-à-dire entre ceux qui sont nés pathologiques et ceux qui deviennent pathologiques à cause de blessures des tissus cérébraux ou de traumatismes dans leur enfance. Une blessure du tissu cérébral peut laisser des cicatrices qui changent ensuite la capacité de l’individu à percevoir et à ressentir.

    (suivent des exemples comme Staline ou Napoléon)

    La psychopathie schizoïde est une déviance qui engendre des personnes hypersensibles et méfiantes qui ne tiennent aucun compte des sentiments des autres. Elles sont attirées par les idées grandiloquentes, mais leur nature psychologique appauvrie limite gravement leurs perceptions et transforment leurs soi-disant « bonnes intentions » en influences favorisant le mal. Leur idée de la nature humaine finit par pervertir leurs tentatives.

    Comme le dit LOBACZEWSKI, l’expression typique de leur attitude envers l’humanité se retrouve dans ce qu’il appelle la « déclaration schizoïdique » : « La nature humaine est si mauvaise que dans la société humaine, l’ordre ne peut être maintenu que par un pouvoir fort créé par des individus hautement qualifiés au nom d’une idée supérieure ». Combien de mouvements contemporains, du fascisme au communisme en passant par le néo-conservatisme, sont fondés sur cette idée ! On pourrait facilement imaginer que cette déclaration vient de Leo STRAUSS, par exemple.

    LOBACZEWSKI fait cette remarque effrayante : « Ils apprennent à se reconnaître dans une foule dès l’enfance, et ils développent la conscience de l’existence d’autres individus similaires à eux. Ils prennent également conscience de leur différence par rapport au monde des personnes qui les entourent. Ils nous voient avec un certain recul, comme une variété para spécifique ».

    Pensez aux implications de cette déclaration : Ils sont, dans une certaine mesure, conscients d’appartenir à un groupe, et ce, même depuis l’enfance ! Reconnaissant leur différence fondamentale par rapport au reste de l’humanité, leur allégeance serait envers ceux de leur espèce, c’est-à-dire les autres psychopathes.

    LOBACZEWSKI fait remarquer que, dans toute société, les individus psychopathiques créent souvent un réseau actif de collusions communes, séparé dans une certaine mesure de la communauté des gens "normaux". Ils sont conscients d’être différents. Leur monde est éternellement divisé selon le mode « eux et nous » ; leur monde avec ses propres lois et coutumes, et l’autre « monde étranger » des gens "normaux" qu’ils considèrent comme rempli d’idées et de coutumes présomptueuses sur la vérité, l’honneur et la décence, à la lumière desquels ils se savent moralement condamnés.

    Leur propre sens déformé de l’honneur les pousse à tromper et à injurier les non-psychopathes et leurs valeurs. En contradiction avec les idéaux des gens normaux, les psychopathes ressentent comme un comportement normal le fait de rompre les promesses et les accords.

     Non seulement ils convoitent les biens et le pouvoir et les revendiquent comme un droit, simplement parce qu’ils (les psychopathes) existent et qu’ils peuvent se les approprier, mais ils prennent aussi un plaisir particulier à spolier autrui et usurper leurs biens ; ce qu’ils peuvent plagier, escroquer et extorquer sont des fruits bien plus savoureux que ceux qu’ils peuvent récolter par un travail honnête. Ils réalisent aussi très tôt à quel point leurs personnalités peuvent avoir des conséquences traumatisantes sur les personnalités des non-psychopathes, et apprennent comment tirer avantage de cette source de terreur afin d’atteindre leurs objectifs.

     À présent imaginez à quel point les êtres humains qui sont totalement ignorants du sujet pourraient être abusés et manipulés par ces individus s’ils étaient au pouvoir dans différents pays, feignant d’être loyaux envers les populations locales tout en insistant sur les différences physiques évidentes et facilement discernables entre groupes (telles que la race, la couleur de peau, la religion, etc.). Les humains psychologiquement normaux seraient dressés les uns contre les autres sur la base de différences insignifiantes tandis que les déviants au pouvoir, dont la différence fondamentale par rapport au reste d’entre nous est l’absence de conscience, l’incapacité à éprouver des sentiments pour un autre être humain, récolteraient les bénéfices et tireraient les ficelles.

    Je pense que cela décrit de façon assez juste la situation à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui.

    Silvia CATTORI : Pouvez-vous donner des exemples à même de nous aider à comprendre le problème de manière plus générale ?

     Henry : A. LOBACZEWSKI nous offre une analyse de la manière dont les différents types de psychopathes travaillent de concert pour former un système au sein duquel les personnes cliniquement pathologiques détiennent les clés du pouvoir et dirigent les gens psychologiquement normaux.

     Au début du livre, LOBACZEWSKI décrit ses expériences à l’université, où il rencontra le phénomène pour la première fois. Il se rendit à la bibliothèque pour emprunter quelques livres traitant de la psychopathie et découvrit avec étonnement qu’on les avait tous retirés ! Ce fait démontre qu’ils sont conscients de leur différence, au moins certains d’entre eux.

    Comment un tel comportement peut-il être compatible avec un système de croyance qui nous dit que nous avons tous une étincelle divine en nous, ou que tout le monde a une conscience ? Pouvez-vous imaginer faire de telles choses à vos propres enfants ?

    Notre système de morale ne nous donne aucun moyen de traiter cette maladie. Elle doit être comprise pour ce qu’elle est. Ces personnes ne peuvent être «  soignées »

    Imaginez ce même individu au pouvoir, et vous serez en mesure d’expliquer des scandales comme celui d’Enron. HARE rapporte des cas de psychopathes qui s’en prennent aux personnes âgées. Imaginons qu’une personne âgée ait été escroquée des économies de toute une vie — manifestement par un psychopathe. Un autre psychopathe contactera la victime, se faisant passer pour un avocat qui, moyennant finance, pourra récupérer son l’argent. La victime empruntera alors de l’argent à un ami ou un proche et le perdra au profit de l’avocat marron.

     Laura : Un des facteurs principaux à prendre en compte dans la façon dont une société peut être accaparée par un groupe de déviants pathologiques est que la seule limitation est celle de la participation d’individus prédisposés au sein de cette société. Pour les déviants les plus actifs, LOBACZEWSKI donne le chiffre approximatif de 6% en moyenne sur une population donnée. Bien sûr, ce chiffre varie selon les pays, en fonction de nombreuses variables. La société occidentale offre un large choix d’individus prédisposés.

     Une fois établi, le système psychopathique élitiste ronge tout l’organisme social, gâchant les compétences et pouvoirs de celui-ci. Une fois qu’une pathocratie a été établie, elle suit un certain chemin et possède certains pouvoirs «  attractifs ». Dans une pathocratie, le système socio-économique émane de la structure sociale créée par le système du pouvoir politique, qui est un produit de la vision du monde élitiste propre aux déviants pathologiques. Ainsi, on peut dire que la pathocratie ressemble à un processus de maladie macrosociale créé par des agents pathogènes humains, et elle peut en venir à affecter une nation entière à un degré équivalent à un cancer qui diffuse ses métastases. La maladie macrosociale de la pathocratie suit exactement le même modèle que le cancer qui évolue dans un organisme en suivant un processus pathodynamique caractéristique.

    Il est impossible de comprendre un tel phénomène pathologique en utilisant les méthodes des gens « normaux » qui ne prennent pas en compte les processus de pensée déviants des agents pathogènes humains. On pourrait certainement dire que le monde entier est gouverné par une « pathocratie cachée » (ou cryptopathocratie) depuis très longtemps. De nombreux chercheurs suggèrent qu’il y a toujours eu un « gouvernement secret » opérationnel même si le gouvernement « officiel » n’est techniquement pas une pathocratie. On peut suggérer que les psychopathes sont techniquement TOUJOURS en coulisse, même au cours des cycles historiques qui ne sont PAS des pathocraties (c’est à dire les « bonnes périodes » que LOBACZEWSKI décrit comme la fondation d’un cycle hystéroïde qui ouvre la porte à une pathocratie à découvert).

    Si nous utilisons le terme pathocratie à la place de « loi du gouvernement secret », alors toute l’Histoire devient une « pathocratie » et le mot perd son sens, il est donc important de noter que le terme « pathocratie » est le phénomène spécifique représentant une conséquence de l’hédonisme des bonnes périodes, et qu’elle est caractérisée par (100) cent% de psychopathes essentiels exerçant ouvertement des fonctions de commandement, comme c’est arrivé en Allemagne nazie, en Russie communiste et en Europe de l’Est. Et, dois-je ajouter, comme cela se produit actuellement.

    On ne peut réellement qualifier les questions auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui, qui ont trait aux « politiques », en utilisant les termes usuels des idéologies politiques, car, comme nous l’avons souligné plus haut, les déviants pathologiques opèrent sous un masque, en utilisant la tromperie et autres tactiques de manipulation psychologiques qu’ils pratiquent avec une grande ingéniosité.

    Si nous pensons ou croyons qu’un groupe politique portant tel ou tel nom est hétérogène eu égard à sa vraie nature, nous ne serons pas capables d’identifier les causes et propriétés de la maladie. N’importe quelle idéologie sera utilisée pour dissimuler les caractéristiques pathologiques aux experts comme aux gens ordinaires.

    Ainsi, tenter de se référer à ceci ou cela comme étant de « gauche » ou de « droite » ou « socialiste », « démocratique », « communiste », « démocrate » ou « républicain », etc., ne nous aidera jamais à comprendre l’autoreproduction pathologique et ses influences externes expansionnistes. Comme le dit LOBACZEWSKI, « Ignota nulla curatio morbi [8] » ! Aucun mouvement ne réussira jamais s’il ne tient pas compte de la psychopathie et de la ponérologie !

     Ceci est la PREMIERE PARTIE d’un texte qui en comporte TROIS  :

    Deuxième partie

    Troisième partie

    Traduit de l’Anglais par Henri R. pour Futur Quantique


    votre commentaire
  •  
     
    Jeudi 1 mai 2008

     

     

     

     

     

     




    Bonjour mes amis,

    J'ai reçu aujourd'hui un commentaire qui m'a renvoyée au texte de
    Robocup que j'avais publié sur le sionisme, en octobre dernier
    http://r-sistons.over-blog.com/article-13053842-6.html 

    En  voulant retrouver les textes de Robocup, je tombe sur ces deux articles que je n'ai pas entièrement lus. Mais j'ai vu, en diagonale, de quoi il s'agissait. Et qui a écrit : Un des meilleurs journalistes d'aujourd'hui,

    Michel Chossudovsky,
     
    rédacteur à
    http://mondialisation.ca,

    site auquel je rends hommage. Il y a des sites résistants, comme celui-ci, ou Voltaire.net, ou l'Aviseur international, ou michelcollon.info, georgestanechy, lagrandeconspiration.org, oulala.net, aspeta, solidariteetprogres, etc etc... je ne peux les citer tous.

    A la fin du 2e texte, on annonce, justement, les guerres du Moyen-Orient, et bien au-delà : contre la Russie et contre la Chine.

    Combat titanesque pour la suprématie - pour la domination du monde et de ses ressources.

    Plus que jamais, le texte de Silvia Cattori que je viens de publier, est d'actualité : De dangereux psychopathes dirigent le monde.. pour sa perte.

    Il est temps de nous réveiller, nous les peuples, et, tous unis (nous avons pour nous le nombre) d'organiser un grand mai 2008 mondial.

    Il y a urgence ! Notre combat est existentiel ... pour la survie de l'espèce humaine. Et pour la civilisation.

    Votre Eva



    http://robocup555.blogs.nouvelobs.com/archive/2007/10/index.html



    ________________________________________________________________________________________


    Réponse :
    Merci.
    Oui, mon objectif est d'aller à l'essentiel. Toujours. Tu as tout compris.
    Bises
    Eva



    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


    Autre commentaire envoyé par Danièle, il est trop intéressant, je vous le propose :


    "Bonjour. Je crois effectivement à l'objectif des puissances financières mondiales de parvenir à la domination du monde. Je crois qu'elles utilisent toutes les occasions qui surgissent et surtout toutes celles qu'elles provoquent. Je crois que les Etats, les dirigeants politiques et religieux sont utilisés et même manipulés pour mettre en place cette domination d'une ploutocratie mondiale concentrée.

    J'imagine bien que ces Etats, après avoir été utilisés, seront détruits : l'UE en est une démarche exemplaire.

    Mais je pense aussi qu'à terme les Etats-Unis eux-mêmes et Israel subiront le même sort, sans doute d'une manière différente. Il n'y aura plus ni état, ni surtout nations, ni citoyens et, c'est vrai, ils n'hésiteront pas à avoir recours à la guerre, qu'elle soit d'ingérence, de choc des civilisations, due à la famine...

    Les guerres n'ont jamais ruiné la haute-finance qui, au contraire, trouve son bénéfice dans la production d'armement et la rareté des denrées de première nécessité. Le patriotisme n'a jamais existé pour le capital, seuls comptent les profits à n'importe quel prix. Quant aux religions monothéistes, unifiées ou non, elles serviront de "lien social" et éviteront les désordres sociaux. C'est peut-être de la politique-fiction, mais j'ai peur d'avoir raison, peur pour les générations futures.

    Aussi, c'est vrai, face à une telle force, seule détentrice du pouvoir financier, seule à être organisée au niveau mondial (avec la religion catholique), toute résistance est forcément dangereuse, mais elle est vitale pour préserver la condition humaine. Je ne sais plus qui a dit :" C'est ce qui sera organisé sur le plan international qui dominera le monde."

    Aussi, il faut absolument que nous, résistants, nous nous ouvrions vers l'extérieur, que nous poussions les partis politiques "anti-tout libéral", les syndicats de salariés, les jeunes, les retraités, les associations de défense des droits de l'Homme et des droits sociaux, à se reconnaître conscients du danger et à s'unir, au plan national et au plan international. Nous représentons quand même "les peuples", "le nombre", et aussi nos héritages historiques et culturels.

     Courage à nous tous. R-sistons."




    _______________________________________________________________________________________



    21.10.2007

    Du Sabbataïsme au Sionisme : d'une guerre à l'autre
     

    Le Sabbataïsme, responsable de la chute du Califat ottoman ? Le sionisme, celle de la civilisation moderne ?
    Le complot juif à l'époque ottomane, mythe ou réalité ?


    L'imaginaire turc, à tort ou à raison, attribue au peuple juif, la dislocation du Califat ottoman. Quels sont les fondements de ces croyances, et comment aurait pu se mettre en place une telle cabale ?
    Comment savoir si cela relève d'une vision fantasmée ou d'un délire collectif, et si non, comment une telle cabale pouvait avoir lieu à une époque où les non- musulmans avaient le statut de ‘'protégés'' ? Ou, est-ce simplement une de ces nombreuses légendes qui traversent les âges pour justifier les défaites et autres humiliations historiques ?

    Mythe ou réalité, quoi qu'il en soit, une convergence d'intérêts et d'objectifs géopolitiques sont visibles à l'aune d'une autre lecture de l'histoire. Un décryptage de l'actualité et son lot de versions officielles sur des évènements comme le 11 septembre (acte déclencheur d'une nouvelle guerre mondiale), permet d'appréhender certaines questions qui remettent en cause les fondements historiques. Ainsi que les mensonges institutionnalisés, afin d'imposer un modele sociétale au nom de la globalisation, qui en fait est instrument juridique et politique dont l'objectif ultime est une concentration du pouvoir politique et financier entre les mains d'une l'élite mondiale autoproclamée.

    Le problème, et de taille, réside dans la difficulté de ne pas tomber à la tentation de la facilité : désigner de facto une communauté, en se disant simplement ‘'les juifs sont responsables de beaucoup de choses, et pourquoi il ne seraient pas aussi à l'origine de la dislocation du Califat ottoman ?''
    C'est une pratique courante, mais sans gloire aucune. Puisque ce comportement est intrinsèquement lié à une malhonnêteté intellectuelle.

    Même si, les accusations souvent portées contre une partie du peuple juif se sont avérées fondées, cela n'est pas une pratique digne, et incompatible avec la réflexion et la volonté de découverte des évidences occultées.

    Il est impératif de chercher à vérifier les tenants et les aboutissants, à qui profite le crime, le contexte historique, afin de ne pas tomber dans l'anachronisme, comme il est souvent reproché par l'élite pensante de cette société.

    Quel peut être l'intérêt d'une telle démarche ?


    Satisfaction personnelle ou volonté d'éclairer des recoins sombres de l'histoire, mettre à jour certains repères historiques, occultés et dénaturés ?

    Tenter de dévoiler la face cachée de l'histoire, revient à prendre le risque de tomber sous le courroux du sionisme international. Faut-il pour autant, taire ce que l'on croit être juste et ne pas dénoncer des pratiques lobbyistes connues de tous et qui mettent en péril l'apparente stabilité sociale du monde ?

    Ne pouvant m'arrêter à ce genre de considération, ma volonté est de démontrer les risques dans l'utilisation de certains axiomes utilisés dans les critiques contre Israël, les USA ou le sionisme. Une critique dénuée de recherche historique, peut se retourner contre son auteur, mais donne l'occasion aux portes voix de la propagande américano sioniste de créditer leurs thèses racistes, en démontant sans peine les lieues communs et les lapalissades, les armes dialectiques de ceux qui luttent à juste titre contre l'impérialisme US.

    Cependant, face à ces manipulateurs, à la rhétorique controuvée et la plume acerbe, qui derrière des façades, sont payés à défendre et parfois sont les zélateurs d'une cause aussi dangereuse que le sionisme, les lieues communs et autres axiomes, sont des armes à double tranchants.

    Le plus inculte d'entres les musulmans, vous dira que - le sionisme est responsable de bien des malheurs de l'humanité depuis des siècles
    -. Certes, j'adhère à cette idée, mais cela ne reste qu'un aphorisme sans valeur, un point de vue. Présenter les choses de manière aussi laconique et lapidaire, fera de vous, un antisémite aux yeux des gardiens de la bien pensée. Mais surtout vous ne convaincrez que vous-même !

    C'est pourquoi, j'ai jugé utile de développer cette hypothèse de complot juif, responsable de la chute du dernier Califat. Laissant ainsi, la communauté musulmane (un milliard cinq cents milles adeptes) sans représentant spirituel et politique depuis presque un siècle.

    Si le monde musulman avait encore un califat, ni les américains, ni Israël, n'auraient pu ainsi humilier, massacrer, les musulmans sous des prétextes fallacieux, que nous connaissons tous
    ?

    Après ces quelques précisions nécessaires pour éviter tout procès d'intention, voyons ensemble si cette thèses de complots juifs à l'origine de la chute des ottomans est plausible, et dans quelle mesure nous pouvons faire un parallèle entre l'histoire et les événements internationaux qui actuellement semblent ourdir un complot dont les motivations parfois évoquées ressemblent étrangement à la période sabbataïste, où une vision eschatologique du monde était imposée aux juifs. Cette vision, vecteur de comportements incohérents, a pu parfois pousser l'humanité à la limite du chaos.

    Depuis des décennies, des individus se croyant chargés d'une mission mystique, un peu à l'instar de Benoît XVI, et d'autre comme Bush, qui pensent être investis par Jésus lui-même, et commettent des crimes pour le salut de l'humanité, disent-ils ?

    Il est certes très délicat d'aborder ce sujets, en particulier, quand il touche de près ou de loin la communauté juive où qu'elle soit. Sans tomber dans les travers de la simple dénonciation crypto antisémite et de l'anachronisme historique, mon objectif est d'essayer de faire un parallèle entre l'histoire et les évènements qui touchent actuellement toute l'humanité, essayer de comprendre les motivations réelles qui se dissimulent derrières toutes les fausses considérations comme l'antisémitisme, la lutte contre le fondamentalisme et le ‘'terrorisme islamique''. Dévoiler la face cachée de certaines pratiques et les accusations iniquement portées à l'encontre d'une religion et de ses pratiquants. Mais plus globalement, dénoncer ceux qui se cachent derrière des façades, qui régurgitent les diatribes et les insultes contre les musulmans et, tous les exclus des sociétés occidentales et les peuples du Sud.

    Tous les peuples qui osent afficher une volonté anti-impérialiste, sont combattus pour des raisons aussi obscures que fallacieuses, ils sont les cibles d'un plan politico médiatique qui tire sa genèse des intrigues de palais d'antan et d'autres conspirations occultes.


    Il y a actuellement une méthode de déstabilisation des régimes réfractaires ou simplement frileux aux exigences de la mondialisation, et chose étonnante, tous les dirigeants qui s'opposent à la globalisation, ou simplement à l'impérialisme US, sont étiquetés et classés dans un même concept. Celui d'un fantasme occidental, une vision fantasmée de l'Islam et de manière récurrente est proposée, imposée à l'opinion mondiale, les sous-entendus sont à peine dissimulés.

    Bien évidemment, le but n'étant pas ici de traiter de la mondialisation et de ses risques, mais de dénoncer ceux qui se cachent derrière, et dévoiler les plans de dominations et de guerres qui y sont inhérents.

    Pourquoi certains chefs d'Etats, à l'instar de Chavez, Ahmadinejad, Castro et d'autres hommes politiques courageux et anti-impérialistes, sont-ils accusés systématiquement d'antisémites et d'antiaméricanisme primaire ?

    Ne pas vouloir un modèle anglo-saxon mène t-il inévitablement vers le terrorisme ?
    A moins que derrière l'impérialisme américain, se dissimule d'autres objectifs moins avouables, des objectifs de gouvernement mondial ?

    L'impérialisme US, après avoir prétexté le danger soviétique, et réussir à le péricliter en fomentant un conflit entre ses deux ennemis le communisme et l'Islam. L'Afghanistan d'abord communiste puis ‘'islamiste'' a sonné le glas de l'URSS sous l'impulsion US. Avec un plan étalé sur plusieurs décennies et le nouvel ennemi de la Liberté (le terrorisme ‘'islamique'' et les Etats du Sud, non alignés) Le gouvernement mondial se concrétise. Les origines de ce plan de gouvernement mondial peuvent s'expliquer avec l'indépendance américaine.

    Pour ne pas être discrédité sans doute, beaucoup de ceux qui dénoncent l'impérialisme US, n'osent faire le parallèle entre cet empire US et un gouvernement mondial dirigeant dans l'ombre et en phase de se dévoiler à tous les peuples. Les moins courageux iront même jusqu'à nier, que l'empire est orienté de manière à préserver les intérêts sionistes par des pratiques lobbyistes qui notoirement connues et acceptées. Quitte pour cela, à faire des guerres qui n'ont aucun intérêt pour les Américains. Les mêmes pratiques sont coutumières et pléthores en Angleterre et France. On pourrait s'amuser à comptabiliser et à analyser les politiques étrangères de ces pays, et le même constat qu'avec l'empire US est aussi visible dans nos latitudes.

    Peut-on être sioniste et être un chef d'Etat, un ministre, un sénateur, un député, un maire, ou simplement occuper des fonctions de représentations publiques et ou médiatique ?

    Il faut croire que cela est compatible, puisque qu'une majorité des hommes politiques en Occident et les élites médiatiques et philosophiques dans les pays qui n'ont pas le niveau de vie occidental sont sionistes. Ils le revendiquent ouvertement pour certains ‘'courageusement'' et de manière insidieuse, en envoyant des signaux d'amitiés et de soutiens à Israël et au sionisme international.

    En France et avant les présidentielles, les Sarkosy, les De villiers (voir ces dernières déclarations à un journal israélien), en son temps il y avait Jospin aussi qui avait fait preuve d'allégeance à cet international sionisme. D'ailleurs les collusions entre trotskisme et sionisme sont bien réelles et les Olivier Besancenot et autres leader d'extrême gauche sont là pour le prouver…

    A l'extrême droite ils ne sont pas en reste, sauf qu'eux dans la théorie affiche un antisémitisme lattant, ce devrait signifier une opposition au sionisme. A contrario, ceux qui se revendiquent fascistes, nationalistes sont les premiers à défendre la cause sioniste. Depuis trop longtemps, on a assimilé l'antisionisme à de l'antisémitisme. Si cela était vrai, comment expliquer alors que des antisémites puissent être des sionistes. Mais surtout, qu'un antisioniste n'est pas fatalement un antisémite ?

    Qu'est-ce donc ce gouvernement mondial ?


    Sous le prétexte de l'urgence d'un nouvel ordre, raison fondamentale de tout conflit mondial. Depuis des siècles, des groupes d'individus ont fomenté des révolutions sanglantes dans le passé et des révolutions de velours ou colorées qui sont de tendance actuelle, des déboulonnages de régimes, des guerres mondiales ont vu le jour pour la réalisation d'un pouvoir politique mondial.

    Mais dans quelle mesure, ce concept de gouvernement mondial est perçu comme la question centrale dans la compréhension de la géopolitique actuelle ?

    A l'instar des Sabbataïstes, les évangéliques protestants, les catholiques, et la quasi-totalité des grandes religions ont un point commun, c'est celui de croire en un jour où un pouvoir unique, rempli de justice et d'équité sera, et avant la fin de l'humanité.

    A l'opposé des religions et particulièrement du monothéismes, il y surtout une perception ésotérique du gouvernement mondial. On peut décliner ces perceptions en une multitude de sectes, de sociétés secrètes, de groupes et les individus qui adhèrent à cette vision plutôt maléfique sont très éclectique ethniquement, mais animés par une vision commune.

    La politique et certains politiciens ainsi que le pouvoir médiatique sont les instruments de cette autre vision messianique et qui oeuvrent pour la réalisation de ce gouvernement mondial.

    Parmi les adeptes du messianisme on trouve les néo-conservateurs US et derrière eux les lobbies sionistes et israéliens, et encore derrière eux, une clique de sociétés secrètes, des francs-maçons et leurs affidés. Et, si on pousse un peu la porte, on retrouve quelques centaines de familles, propriétaire des richesses mondiales et à l'origine du système économique et bancaire actuel et qui est sur son déclin programmé.

    On peut superposer cette stratification du pouvoir à toutes les nations. Ainsi on peut aisément comprendre que les  réels détenteurs du pouvoir ne sont pas les plus visibles.


    Certaines sectes et sociétés secrètes sont aux commandes des marionnettes politiques qui sont placés au pouvoir pour donner l'illusion d'un monde tel qu'il nous ait présenté.


    Chaque époque a son florilège de sociétés plus ou moins secrètes, ou plus exactement des sectes, qui ont toujours opéré à l'ombre du pouvoir
    , et le Califat ottoman aurait été la cible d'une de ces sectes, les Sabbataïstes.

    ‘'Les Sabbataïstes, adeptes de Sabbataï Tsevi et descendants des juifs chassés d'Espagne (terre chrétienne), accueillis par les Ottomans (turcs musulmans), ont depuis leur arrivée sur la terre musulmane, occupé des hautes fonctions administratives. Afin de combattre les Ottomans qu'ils pensaient comme un obstacle à leur plan messianique, la communauté juive de Turquie s'adonna à des pratiques de déstabilisation du pourvoir ottoman. […] Voyant en les Turcs, un frein à la réalisation de leur vision apocalyptique prophétisé par un illuminé, la majorité des juifs accueillis par les ottomans, ont entrepris de détruire le Califat''.

    Propos de M. Kadir Misiroglu (historien et écrivain turc), tenus lors des commémorations du 553 eme anniversaire de la conquête de Constantinople devenu Istambul.

    Il met en cause et de manière sans équivoque les juifs de Turquie dans un article paru dans le Milli Gazete.

    Avant de développer le point de vue de M. Misiroglu, il serait utile de placer cet événement dans son contexte historique, et de détailler au mieux les objectif de ce complot sabbataïstes.

    Qui était Sabbataï Tsevi, quels étaient ses objectifs ?


    Sabbataï est né à Izmir, en Turquie en 1626. Il fut au XVIIe siècle considéré par les Juifs comme le messie. Il est le fondateur de la secte turque des Sabbataïstes ou Dönme (qui veut dire converti). Beaucoup de juifs avaient feint de se convertir à l'Islam, pour, dans un premier temps prouver leur loyauté, puis pour accéder à de très hautes fonctions étatiques dont les motifs sont connus…

    Il est mort en exil à Dulcigno en actuelle Albanie (alors ottomane) en 1676. Tsevi est né dans une famille aisée d'origine espagnole. Fils du négociant Mordechaï, et de sa femme, Clara Tsevi, il avait deux frères: Elie et Joseph. Il a été l'étudiant de Joseph Eskapha, le grand rabbin d'Izmir. A 18 ans, il était déjà considéré comme un grand cabaliste.

    Création et développement du mouvement sabbataïste [1]


    Sabbataï Tsevi se proclama Messie en 1648, à l'âge de 22 ans. Il s'appuyait sur une interprétation contestée du Zohar (un livre de Mystique juive), selon laquelle l'année 1648 devait voir la rédemption du Peuple Juif. En se proclamant Messie, il allait provoquer un schisme profond au sein du judaïsme, entre ceux qui l'accepteraient et ceux qui le refuseraient. Il resta à Smyrne plusieurs années, et sa réputation grandie lentement, jusqu'à ce que ses prétentions messianiques lui fasse subir le <<<, une sorte bannissement de la communauté Juive, qu?on compare parfois à l'excommunication chez les Catholiques.

    En 1651, ou en 1654, selon les auteurs, lui et ses partisans furent bannis de Smyrne. Après quelques années, ils s'installèrent à Constantinople, en 1653 ou 1658. Il y rencontra un prêcheur, Abraham ha-Yakini (un disciple de Joseph di Trani), qui accepta Sabbataï Tsevi comme Messie, et affirma même détenir une ancienne prédiction Hébraïque. Celle-ci annonçait la naissance d'un Messie nommé Shabbethai, fils de Mordecaï Zevi, en l'an 5386 (1626 de l'ère chrétienne).

    Avec cet important soutien, Sabbataï Tsevi s'installa à Salonique, ville de l'empire Ottoman aujourd'hui en Grèce. C'était alors un important centre juif et Kabbaliste, et il y développa une forte propagande centrée sur sa propre Messianité. Après une nouvelle errance mal connue, il s'installa au Caire, en Égypte, et y resta entre 1660 et 1662. Il y gagna à sa cause une personnalité Juive influente et très riche, Raphael Joseph Halabi (“de Alep” en Syrie). Ce dernier mis une partie de sa richesse à sa disposition, lui permettant de développer ses activités.
    En 1663, Sabbataï Tsevi s'installa à Jérusalem, puis revint au Caire, ou il obtint de son mécène des sommes nécessaires pour la communauté de Jérusalem, ce qui semble avoir accrus son prestige. Après son mariage, il revint en Palestine, ou il rencontra Nathan Benjamin Levi, dit Nathan de Gaza, qui devint rapidement son bras droit.

    L'année 1663 est une année de bascule pour l'action de Sabbataï Tsevi. Jusqu'alors leader d'un petit groupe suspect, il obtint à compter de cette année un retentissement croissant à travers le monde juif.

    Une des explications de cette popularité croissante est sans doute l'approche de l'année 1666.
    Chez certains Chrétiens de l'époque, l'année 1666 (666 est le chiffre de la bête dans l'Apocalypse de Saint-Jean) était l'année de l'Apocalypse, ou du moins de grands évènements religieux. Cette idée apocalyptique semble avoir eu une influence sur Sabbataï Tsevi et ses disciples. Sabbataï Tsevi était adepte de sévères mortifications corporelles, comme de fréquents bains dans la mer, même l'hiver, ce qui a sans doute contribué à son prestige comme Messie supposé.

    En 1665, Nathan de Gaza annonça que l'année suivante verrait le début de l'ère messianique et que Sabbataï Tsevi ramènerait les 10 tribus perdues d'Israël en terre sainte. L'exaltation religieuse atteignit son comble dans des masses juives, rêvant d'une libération et d'une vie transfigurée. En 1665, Sabbataï Tsevi fut reçu comme le Messie par les Juifs d'Alep (Syrie), puis de Smyrne, sa ville natale. Son pouvoir sur les masses juives devenait immense(..)

    La conversion à l'islam


    .En 1666, il ‘'accepta'' de se convertir à l'Islam. Il fut mené devant le sultan Mehmet IV, et s'y convertit. Il prit le nom de Aziz Mehmed Efendi. Sabbataï Tsevi eu par la suite une attitude ambiguë, justifiant sa conversion par un ordre divin, mais conservant ses pratiques juives et Kabbalistes qui lui vaudront finalement son exil.

    Le choc à l'annonce de la conversion de Tsevi fut immense, et la déception fut à la hauteur de l'espoir qu'il avait soulevé. Beaucoup attendirent quelques temps, pensant à un bref épisode. Mais progressivement, la plupart de ses fidèles abandonnèrent Sabbataï Tsevi. Il y eut dans les années suivantes des reprises en main par les rabbins à travers les nombreuses communautés touchées par les partisans de Sabbataï Tsevi. Une certaine méfiance à l'égard de la mystique juive, la Kabbale, dont Sabbataï Tsevi était un adepte, se développera. Pourtant la Kabbale ne sera jamais interdite.

    En Turquie, certains décidèrent de rester fidèles à Sabbataï Tsevi et le suivirent dans sa conversion. Ils pratiquent encore une religion officiellement ‘'musulmane'', mais qui est en fait un mélange d'influences juives et musulmanes, avec même certains apports chrétiens. Ce sont les Sabbataïstes ou Dönme.

    Il y a aussi les ‘'alevi'', sectes déviante du chiisme et inspiré par Sabbataï. Les mêmes ‘'alevi'', aujourd'hui sont pour une partie, les militant des mouvements d'extrêmes gauches et autres groupes séparatistes à l'instar du PKK. Et, pour l'autre partie, les fervents défenseurs du kémalisme et de la ‘'laïcité'' à la turque sous couvert de nationalisme turc. Ils sont dans toutes les luttes, quant ils s'agit d'insulter, de jeter l'anathème sur les musulmans pratiquants. Les mouvements de gauche jouent en Turquie le rôle de ceux qui en France, influencent, orientent les débats politiques et occupent à outrances la scène médiatique. Il est tout de même étonnant de retrouver dans un pays considéré comme islamiste, le même plan médiatique qu'en France et en Occident en générale avec les mêmes méthodes. Même si un frein psychologique est imposé à l'opinion, il faut tout de même avoir le courage de dire que la majorité de ces éléments ‘'subversifs'' de la société civile, sont de la même de culture et d'appartenance idéologique où qu'ils soient.

    Qu'est-ce qui peut expliquer les insultes, l'ostracisme de la population pratiquante, humiliations, ségrégation latente, les fausses accusations, les provocations continuelles. Pourtant, ceux qui prennent le temps de regarder et lire de manière critique, ne peuvent qu'arriver à ce constant navrant et désolant : résultat de pratiques propagandistes.

    Une minorité d'individu, ne peut décider de l'avenir de l'humanité. Cette concentration de pouvoir médiatique et politique ne peut être l'apanage d'un peuple, d'une culture, d'une religion ou de n'importe quel ‘'ism''
    .
    En Turquie comme en France, les pyromanes de l'antisémitisme, les propagandistes de l'impérialisme US, les sionistes portes voix d'Israël opèrent en toute quiétude, en occultant tous les sujets importants la mass média sous leur contrôle, ils confisquent la parole à toute une nation avec des prétextes fallacieux, occupent les esprits et influencent les politiques intérieurs et étrangères tout en donnant d'eux, l'image de personnes qui oeuvrent pour la paix mondiale

    Voici un exemple de propagande qu'utilisent certains ‘'turcs'' de confessions ‘'musulmane''. L'élite intellectuelle, industrielle, médiatique et surtout financière de ce pays, pétitionne contre un hypothétique ANTISÉMITISME DANS LES MEDIAS TURCS.

    Pétition d'intellectuels turcs pour une «tolérance zéro face à l'antisémitisme» parue dans le magazine turc Berildim d'octobre 2004.

    Voici les griefs de ces personnalités qui se disent être Turcs et en même tant oeuvrent pour des intérêts étrangers : ‘'L'antisémitisme des médias turcs prend pour cible les Juifs de façon générale, mais aussi les citoyens turcs de la petite communauté juive riche d'environ 20 000 membres. Les articles accusant les Juifs turcs de déloyauté, de traîtrise, de se cacher ou de nourrir de sinistres projets sont de plus en plus fréquents dans la presse turque. Les médias turcs ont récemment accusé les Juifs de laïcisme et d'espionnage contre la Turquie. Cet antisémitisme, dont se repose aussi bien le nationalisme turc que l'Islam radical, devient un sujet croissant de préoccupation pour certains intellectuels turcs.(..)

    Pourquoi donner la liste des signataires ?

    Prouver si besoin en est, que la majorité de ces noms, malgré des consonances turques, appartient à la communauté juive de Turquie. Je suis conscient de la connotation que l'on pourrait imputer à cette présentation de noms et ne me sent pas concerné par de telles considérations.

    Un intellectuel musulman de nationalité suisse, avait en son temps, et avec toute la bonne volonté du monde, voulu mettre en exergue cette prééminence d'intellectuels ethnocentriques, qui se sont accaparés la bien pensée en France. Ceux mis en cause par cette liste, qui somme toute n'avait aucun caractère antisémite, ont initiés une cabale contre Tariq ramadan qui osa mettre le doigt sur un système perfide, qui manipule les esprits des citoyens avec les futilités habituelles de nos programmes télés, volontairement débilisants et abrutissants.
    Toutes ces élites politico médiatiques autoproclamées semblent avoir le même objectif, qui, il y a moins d'un siècle avait sonné le glas du Califat Ottoman au nom d'une croyance mystique ou diabolique, c'est selon les points de vues… ?

    La question qui vient à l'esprit est la suivante : aujourd'hui, les médias occidentaux, voire même ceux de pays dit musulman comme la Turquie (Constitution kémaliste et laïque, mais la population musulmane à plus de 90 %) véhiculent des messages de peurs et de haines, d'antisémitisme (avec son lot de mensonges et d'intox avérées), une sentiment générale d'insécurité, mais dans quel but exactement ?

    Cette clique d'accapareur de parole, qui au nom de toutes les minorités, mais surtout de la majorité silencieuse, occupe et monopolise la scène médiatique et politique. Que ce soit en Turquie ou en France, que cherchent exactement ces personnes. Veulent-ils, comme les Sabbataïstes précipiter l'Heure ?

    Leur objectif visible semble être de détruire tous systèmes et pouvoirs qui pourraient s'opposer à la réalisation de prophéties annoncées par quelques illuminés, et adoptés par une bande aussi illuminée que la clique de néo-cons US et Européens. Certains, à l'instar des évangéliques américains dont Bush, croient fermement à la Venue prochaine de Jésus. Pourtant, ceux qui ont initiés et qui sont à l'origine des déviances millénaristes dans les sectes évangéliques, sont loin de croire en la version chrétienne véhiculée par les Américains. Eux, pourtant, attendent aussi un sauveur, mais celui d'un peuple élu, pour accomplir la suprématie raciale sur l'humanité, disent-ils !

    S'ils voulaient provoquer la violence sociale au sein de tous les peuples (darwinisme social, pogroms et futures guerres urbaines) et les conflits internationaux (en cours et à venir), ils ne s'y prendraient pas autrement !


    En 2006, la Turquie célèbre le 553eme anniversaire de la conquête de Constantinople (Istambul). Cet événement fût l'occasion en Turquie pour quelques historiens de se pencher sur l'histoire ottomane, sa naissance, son déclin, et sa fin. Ainsi, certains historiens, comme Kadir Misiroglu qui n'hésite pas à mettre en cause une partie de la communauté juive de Turquie, et le rôle que ceux-ci auraient joués dans l'éclatement du Califat. L'historien affirme aussi, que Fatih, le sultan qui conquît Constantinople, fut empoisonné par un juif. Comme les trois des quatre grands Califes de l'Islam… ?

    Fatih mourut à Gebze (..)

     Pas de pogroms comme ce fut le cas en Europe.


    Malgré les mensonges médiatiques, le kémalisme et la laïcité version turque qui ont bien travaillé les esprits et inhibés tout sentiment antisémite, les Turcs pensent les juifs comme responsables du déclin ottoman et ne leurs en tiennent pas rigueur et responsables outre mesure.


    Il n'est plus à prouver que l'Occident fut et est toujours plus antisémite que ne l'auront été les musulmans et ne le seront jamais. Pourtant, ce même Occident et la France en tête qui en tête de pont, véhiculent le contraire. Que peut cacher un tel comportement, si ce n'est de vivre ses fantasmes à travers l'autre, l'accuser de ce que l'on peut soi même nourrir comme sentiment ?


    L'historien turc poursuit en dénonçant ouvertement la cabale montée contre le Califat ottoman. ‘'Depuis l'an 4 de l'ère chrétienne, et presque deux milles ans d'errance de son peuple, le journaliste juif, Théodore Herzl avait souhaité le réunir en terre de Palestine. Pour y parvenir, il a employé toute son énergie et ses relations occultes en 1897 pour la finalisation du congrès de Bâle'' affirme Misiroglu et il poursuit ‘' les Rothschild, impliqués dans les trafics d'armes, organisant des groupes de pressions politiques, pratiquant le lobbying, et Herzl cherchant un mécène pour la réalisation de son projet politique, a amené les Rotchschild à financer son projet.''


    La Palestine en échange d'une aide…


    L'historien rappelle que Herzl avec la caution financière des Rothschild et à deux reprises, a rendu visite au sultan Abdulhamit, dirigeant accusé ‘'d'homme malade de l'Europe'' afin de lui proposer une aide financière en échange de la terre de Palestine. Face au refus catégorique du Sultan, malgré le besoin financier dans lequel se trouvait la Turquie ottomane, les sionistes mirent au point un autre plan :

    Utiliser Hitler pour rassembler la diaspora juive en Palestine, en obligent les juifs d'Europe à émigrer en utilisant la stratégie de la peur et des pogroms organisés sous l'égide et la bienveillance des sionistes
    .

    L'historien affirme qu'il a visité les camps de concentration pour étayer ses affirmations, même si cela peut paraître cynique de prime abord, délictuel et du ressort du pénal selon la législation française, je me dois de traduire le contenu des propos de Misiroglu afin de ne pas déformer son développement historique. L'historien insiste sur le fait qu'au final, avec ou sans consentement ottoman, Herzl et les sionistes ont réussi au prix de cinq cent mille victimes juives et non cinq millions dit-il, à réaliser un projet politique qui tire ses fondements dans des théories apocalyptiques et cabalistiques.

    Il faut souligner ici, que les juifs étaient des Ashkénazes. Ces juifs originaires de l'Europe de l'Est, sont à l'origine des khazars, un peuple turkmène qui s'est converti au judaïsme avant le dixième siècle de l'ère chrétienne.
    Selon la croyance juive orthodoxe, la judéité se transmet par le sang et non par la conversion. Et, selon ce dogme juif, les Khazars ne peuvent être considérés comme juifs. Les victimes des nazis étaient des ‘'juifs'' Ashkénazes donc Khazars et génétiquement plus des Turcs que des Juifs. Si cette vérité historique est bien fondée, les sacrifiés au nom du sionisme, seraient des faux juifs ?

    Une théorie qui implique le sionisme international, les met en cause dans la montée du nazisme, que ce soit financièrement ou politiquement, des lobbys sionistes ont été des soutiens au parti nazi.

    Il faut rappeler qu'un appel international avait été lancé par les sionistes, qui sommaient à toute la diaspora juive à s'installer en terre de Palestine. Les obligeant à utiliser leurs richesses personnelles, et à prendre tous les risques en quittant l'Europe qui les a vu naître. Voyant les réticences de ces derniers, les sionistes ont utilisé le fascisme international pour atteindre leur objectif.

    Vous connaissez la suite…

    Aujourd'hui, cette stratégie de la peur est utilisée pour d'autres motifs.

    Il y a tout de même une similitude entre cette période noire de l'Europe antisémite et la politique internationale, initiée et pensée par les néo-cons US et les sionistes qui se cachent derrière cette idéologie, aussi fasciste et raciste qu'avait pu être le nazisme !

    Hitler était une création sioniste et un pantin entre leurs mains, affirme Misiroglu. Cependant, les plans sionistes n'étant pas totalement concrétisés pendant la seconde guerre, toutes les violences et le disfonctionnement dans les relations internationales sont les résultats de la poursuite de ce plan pour la concrétisation finale…

    'Les juifs sans patrie ni Etat, ont gagné en pouvoir politique et social. A l'époque de Orhan Gazi, les médecins des hôpitaux étaient des juifs. Que le beau-père de Sari Selim était aussi un juif'' note l'historien. Et de poursuivre ‘'c'est un juif qui a assassiné (empoisonné) le grand Fatih sultan Muhammed, lui qui fut le commandant dans la conquête de Constantinople, le commandant des croyants.

    En résumé, l'historien turc, met en cause le degré de sincérité des juifs sabbataïstes qu'il estime à plus de cent mille. Et, les soupçonne même d'ourdir un complot semblable à celui responsable de la fin du Califat.

    Il accuse les juifs d'être entre autre à l'origine du mensonge qui fait croire que la vierge Marie puisse être enterrée à Efez, uniquement pour que les chrétiens montrent plus d'intérêt à la Turquie, bien entendu dans le cadre des plans sionistes. Mais surtout pour éloigner les attaches spirituelles des Chrétiens à Jérusalem, conclut Kadir Misiroglu.

    Quelles que soient nos affinités idéologiques, nos croyances spirituelles, nos appartenances culturelles, on ne peut décemment occulter une puissance, plus ou moins occulte. Visible par ses méfaits, invisibles pour ses responsabilités, le sionisme est une organisation mystico politique, tentaculaire, polymorphe qui trompe l'humanité. Le vrai est projeté comme un mensonge, les justes décrits et présentés comme des criminels, les menteurs et manipulateurs comme des vertueux. Les peuples sont montés les uns contres les autres. L'humanité en lutte permanente contre elle-même. Tous ces maux sont-ils des accident de parcours de l'histoire, comme il est plus facile de croire, ou simplement des plans qui de temps à autres, n'aboutissent pas dans leur conception initiale ?
     


    ___________________________________________________________


    APOCALYPSE NOW : THE END

    LA TROISIÈME GUERRE MONDIALE DE BUSH

    Par Michel Chossudovsky

    « Nous avons un leader en Iran qui a déclaré qu'il souhaite détruire Israël. J'ai alors dit aux gens que si vous êtes intéressés à éviter la Troisième Guerre Mondiale, il semble que vous devriez être intéressés à les empêcher d'acquérir les connaissances nécessaires à la fabrication d'armes nucléaires. Je considère la menace de l'Iran possédant une arme nucléaire très au sérieux ... » (George W. Bush, le 17 octobre 2007)

    « Je crois que. Je crois que (la révolte des passagers du vol 93 détourné le 11 septembre 2001) a été la première contre-attaque de la Troisième Guerre Mondiale. » (George W. Bush, le 6 mai 2006)

    « Cette idée que les États-Unis se prépare à attaquer l'Iran est tout simplement ridicule ... Cela dit, toutes les options sont sur la table. » (George W. Bush, février 2005)

    Nous ne vivons pas dans un monde sain et rationnel où les très importantes décisions prises par le président des États-Unis sont basées sur une compréhension de leurs conséquences possibles.

    Une Troisième Guerre Mondiale n'est plus un scénario hypothétique.


    Pendant la Guerre Froide, la notion de « destruction mutuelle assurée » (MAD en anglais) a été développée. Une compréhension des conséquences dévastatrices d'une guerre nucléaire a largement contribué à éviter le déclenchement de la guerre entre les États-Unis et l'Union Soviétique.

    Aujourd'hui, dans l'après guerre froide, aucun discernement prévaut. Le spectre d'un holocauste nucléaire qui hante le monde depuis un demi-siècle a été relégué au statut de "dommages collatéraux".

    Sous les Néocons, la politique étrangère des États-Unis est fondée sur un agenda diabolique et criminel. La « guerre contre le terrorisme » est un mensonge; l'Iran ne constitue pas une menace pour la sécurité mondiale tel que l'a confirmé un récent rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). L'Iran ne constitue pas une menace pour Israël.

    Le président des États-Unis est un menteur qui croit ses propres mensonges.


    Bien que les armes nucléaires inexistantes de l'Iran sont censées constituer une menace mortelle et meurtrière, pour leur part les armes nucléaires tactiques « Made in USA » sont décrites dans les documents du Pentagone comme étant « inoffensives pour la population civile environnante. »

    Par une amère ironie, ceux qui décident de l'utilisation d'armes nucléaires croient en leur propre propagande. Une attaque nucléaire préventive contre l'Iran est accueillie comme un véritable engagement humanitaire qui contribue à la sécurité mondiale.

    Et maintenant, le chef de l'État US qui a une compréhension limitée de la géopolitique, et encore moins de la géographie, insinue que si l'Iran ne renonce pas à son programme inexistant d'armes nucléaires, nous pourrions être à contrecœur forcés d'entrer dans un scénario de Troisième Guerre Mondiale. Bush a insinué que, en tant que Commandant en Chef, il pourrait décider de déclencher une guerre contre l'Iran qui pourrait nous conduire à la Troisième Guerre Mondiale.

    « Le Docteur Folamour refait surface. » (1) Dans une logique complètement tordue, la Troisième Guerre Mondiale est présentée par le président des États-Unis comme un moyen de prévenir des dommages collatéraux.

    La guerre serait déclenchée par l'Iran, qui a refusé de se conformer aux « demandes raisonnables » de la « communauté internationale ».

    La réalité est faussée et virée sens dessus dessous. L'Iran est accusé de vouloir commencer la Troisième Guerre Mondiale.

    Docteur Folamour ou : comment j'ai appris à ne plus m'en faire et à aimer la bombe

    Le Black-out des Médias

    L'opinion publique mondiale a les yeux rivés sur le cataclysme du « réchauffement climatique. » En revanche, la Troisième Guerre Mondiale n'est pas en première page de l'actualité. Nous parlons de la perte de dizaines de milliers de vies: les conséquences de l'agenda militaire des États-Unis qui comprend l'utilisation préventive d'armes nucléaires de manière très concrète, menace l'avenir de l'humanité.

    À l'heure actuelle, les États-Unis et les forces de la coalition incluant l'OTAN et Israël sont dans un état avancé de préparation pour déclencher une attaque contre l'Iran. Les dirigeants de la coalition ont une pleine et entière connaissance qu'une telle action conduira à un scénario de Troisième Guerre Mondiale. Des scénarios d'escalade militaire ont déjà été envisagés et analysés par le Pentagone. Les exercices militaires parrainés par les États-Unis ont même prévu la possibilité d'une intervention de la Russie et la Chine.

    La Troisième Guerre Mondiale a été sur les lèvres des architectes Néocons de la politique étrangère des États-Unis dès les débuts du régime Bush. Elle est contenue dans un document publié en septembre 2000 par le « Project of the New American Century (PNAC) » [Projet pour le nouveau siècle américain].

    Les objectifs déclarés du PNAC impliquent une « longue guerre », une guerre mondiale sans frontières:

    - « défendre la patrie américaine;

    - combattre et de manière décisive remporter de multiples victoires simultanément sur des théâtres de guerres majeures;

    - remplir les fonctions « constabulaires » afin de créer un environnement de sécurité dans les régions critiques;

    - transformer les forces armées US pour exploiter la « révolution dans les affaires militaires. »

    L'ancien Sous-secrétaire à la Défense Paul Wolfowitz, l'ancien Secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld et le vice-président Dick Cheney ont commandé le plan au PNAC avant les élections présidentielles de l'an 2000. Le PNAC esquisse une feuille de route de conquête.

    La doctrine nucléaire préventive figurant dans le « Nuclear Posture Review » est soutenue par le Parti Républicain et les think-tanks conservateurs de Washington.

    George W. Bush est un instrument aux mains de puissants intérêts économiques. Une guerre préventive contre l'Iran reçoit largement l'appui du Congrès des États-Unis, elle est également soutenue par les partenaires et les alliés européens des États-Unis. Les dirigeants républicains ont exprimé leur soutien à un scénario de Troisième Guerre Mondiale préventive. Dans une entrevue de 2006 au moment le plus fort des bombardements israéliens sur le Liban (16 juillet 2007), l'ancien Leader républicain en Chambre Newt Gingrich a reconnu candidement:

    « Nous sommes dans les premières étapes de ce que je décrirais comme la Troisième Guerre Mondiale et, franchement, notre bureaucratie ne répond pas assez vite et nous n'avons pas la bonne attitude. C'est la 58e année de la guerre visant à détruire Israël et, franchement, les Israéliens ont tous les droits d'insister pour que chacun des missiles quitte le sud du Liban, et les États-Unis devrait venir en aide au gouvernement libanais pour avoir la force d'éliminer le Hezbollah en tant que force militaire, non pas comme force politique dans le Parlement, mais comme force militaire dans le sud du Liban. »

    L'administration Bush a adopté une politique de première frappe nucléaire « préventive »
    qui a maintenant reçu l'approbation du Congrès.

    Les armes nucléaires ne sont plus une arme de dernier recours, tel que c'était le cas pendant la Guerre Froide.

    Dans un document confidentiel du Pentagone (Nuclear Posture Review) présenté au Sénat au début de l'année 2002, l'administration Bush a mis en place ce que l'on appelle « des plans éventuels » pour une « première attaque offensive » avec des armes nucléaires, non seulement contre « l'axe du mal » (l'Irak, l'Iran, la Libye, la Syrie et la Corée du Nord), mais aussi contre la Russie et la Chine.

    Traduction de Dany Quirion pour Alter Info

    Article original anglais: http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=7116

    votre commentaire
  •  
     
    Jeudi 1 mai 2008


    Eva : ce que j'ai entendu dire  voici quelques semaines :

    - Risques guerre Iran fin mai début juin (sources étrangères)

    - Risques guerre civile en France en mai (source : Personne haut placée, Franc-Maçon).

    Faites des provisions si ça se gâte !



    Reçu ce courriel - info :


    Ce message vous est envoyé par un visiteur grâce au formulaire de contact accessible en bas de page de votre blog: r-sistons.over-blog.com

    avril 2008 IRAN :                    Une guerre se prépare
    IRAN : Une guerre se prépare



    Avec le recoupement de diverses sources d'informations citées ci-après, on peut légitimement
    se démander si une guerre ne se prépare en coulisse, au nez et à la barbe de tous les opposants
    de ce conflit. Il est vrai que la conscience collective s'est totalement tournée vers les évènements
    qui se sont déroulés au Tibet, pointant d'un doigt récriminateur la Chine
    , alors que tous les gouvernements
    occidentaux commercent à loisir avec elle. Mobilisées par un esprit humaniste légitime, les populations des diverses nations occidentales ne s'investissent plus autant vers l'Irak, et encore moins sur un conflit avec l'IRAN.

    Malgré les preuves apportées par les propres services gouvernementaux américains, que l'IRAN a cessé
    depuis 2003 toute recherche nucléaire militaire, les partisans de la guerre continuent à apporter des éléments
    à charge non vérifiables, comme cela fut le cas pour la guerre en Irak.(1/)

    Actuellement sur le plan des recherches nucléaires en Iran, l'AIEA a démontré que le niveau d'enrichisssement
    de l'uranium est celui utilisé exclusivement pour un usage civil.(1/)

    De plus, aujourd'hui l'Iran fait face à une crise économique, l'inflation est galopante et le chômage en expansion :
    se lancer dans un conflit militaire est complètement inconcevable.

    Même si l'on a des raisons de ne pas etre en accord avec le régime de ce pays, on peut noter cependant
    que l'utilisation des armes nucléaires est proscrite par un interdit politique et religieux posé par l?ayatollah
    Khomeiny qui interdit de fabriquer, de détenir et d?user d?une bombe atomique.

    Et contrairement aux intentions fausses d'attaquer Israel que l'on a prêtées à M Ahmadinejad ;
    l' Iran sait pertinemment que tout acte de violence envers Israel se retournerait immanquablement
    contre lui et n'a donc aucune intention de le bombarder. (4)

    Pourtant les autorités américaines persitent toujours dans le discours d'un développement militaire
    du nucléaire en Iran et accuse ce pays d'être responsable de la crise actuelle en Irak : ce qui équivaut
    à une mise en accusation en règle qui justifierait une guerre (.2/).

    Néanmoins on peut mettre en parrallèle le fait que selon diverses sources on s'est rendu compte de
    l'implication des services secrets britanniques dans l'organisation du chaos en Irak, en fomentant des
    attentats (soldats du SAS déguisés en miliciens irakiens partisans de Moqtada al-Sadr) (10/)

    D'autre part on peut évoquer les propos en avril 2003, de l'ancien premier ministre anglais, John Major,
    ne souhaitant pas un régime chiite en Irak se rapprochant de l'Iran (les sunnites ne représentent que 20%
    de la population, le pouvoir réel reste sous tutelle américaine malgré les élections gagnées par les chiites,
    d'ou le malaise actuel).
    John Major disait qu'il fallait préserver l'intégrité territoriale du pays (le kurdistan irakien est devenu aujourd'hui
    plus autonome, l'objectif est plutôt vers la fédéralisation du pays),et faire bénéficier des ressources pétrolières
    aux irakiens (ce qui n'est pas le cas aujourd'hui). (11)

    Ainsi les causes de l'instabilité irakienne ne sont pas toujours là où on l'imagine.

    Comme pour le Vietnam ou l'Irak, lorsque l'on a plus d'arguments, les prétextes voir les mensonges sont
    les ultimes outils pour justifier une guerre(1/)

    Voici les indices les plus révélateurs qu'un conflit se prépare dans le Moyen-Orient :

    -Israel continue à maintenir un état d'alerte permanent, au point d'avoir organisé un execice de sécurité civile
    de grande ampleur au niveau national début avril 2008-et d'en organiser les années suivantes- pour se préparer
    à un conflit majeur avec la Syrie et l'Iran.(3/)

    -la Shura saoudienne (parlement d'arabie saoudite) a organisé une réunion d'urgence en vue de préparer
    le pays aux conséquences d'une contamination radioactive de leur territoire. Cette réunion a fait suite
    à la visite du vice-président Dick Cheney, en Arabie Saoudite au cours d'une tournée dans les pays du
    Moyen Orient destinée en outre à exacerber les tensions géopolitiques vis à vis de l'Iran..(5) (9)

    -Un sous marin nucléaire americain a traversé le canal de Suez en compagnie d'un destroyer le 21
    mars 2008 sans doute en direction du golfe persique. Ces vaisseaux complètent l'armada déjà déployée au
    cours des derniers mois dans cette zone.

    -Otan: cinq généraux veulent des frappes nucléaires préventives (7/)

    -l?Amiral Fallon farouche opposant au sein du gouvernement US à un conflit avec l'Iran,
    a été démis de ses fonctions dans des circonstances particulières. (8/)

    -les Russes depuis mars 2007 et Saoudiens actuellement s'attendent à l'attaque de l'Iran
    par les États-Unis au vu des préparatifs militaires américains en cours (9)


    On peut s'étonner malgré la gravité de la situation, du silence qui règne sur ce qui se trame.
    En fait tout porterait à penser que tout est fait pour que l'opinion publique mondiale, concentrée
    sur la question tibétaine se désinvestisse d'une possible opposition vis à vis d'une attaque
    de l'Iran. La désinformation aidant et les opérations "sous fausse bannière" (destinées à rendre
    responsable un pays d'une action militaire mais réalisées par son adversaire pour justifier d'une guerre.)
    infléchiront les belligérants à bombarder l'Iran.

    Cette guerre enclenchée aura comme on peut se l'imaginer, des conséquences humaines
    catastrophiques, une pollution par les radionucléides (bombes sur les centrales nucléaires
    iraniennes), une exacerbation des tensions entre pays arabes et israel, une rupture possible
    de l'approvisionnement pétrolier et une hausse massive de son prix. (des conséquences
    économiques en cascades).

    Au final c'est l'expansion Chinoise qui est stratégiquement visée compte tenu de son approvisionnement
    pétrolier par l'Iran. Ce sera le signe d'un conflit ouvert entre l'occident "Etats-Uniens" et la Chine.
    La Terre risque bien de se couvrir des fleurs que l'on déposera sur les tombes des victimes.
    C'est à chacun de décider de vouloir des prairies et des champs plutôt que des cimetières.
    Jusqu'à présent le bombardement de l'Iran a été évité à de multiples reprises par la volonté
    de certains, conscients du danger. Aujourd'hui encore c'est à chacun de manifester sa désapprobation
    pour éviter le CHAOS.

    NOTA : Pour que vous puissiez parcourir le contenu des sources citées en référence sans les chercher,
    vous trouverez ci-dessous, tout ou partie des textes en français et en anglais et les liens internet
    correspondant.

    ..............................................................................

    1/ Los Angeles Times: « Les déclarations de Dick Cheney sur les intentions nucléaires de l'Iran ne sont pas conformes au rapport de l'Agence »

    Le quotidien américain "Los Angeles Times" a publié un article dans lequel il considère que les allégations du vice-président américain, Dick Cheney, sur un prétendu programme iranien d'enrichissement d'uranium à un degré élevé, sont des déclarations qui contredisent le rapport de l'Agence Internationale de l'Énergie Atomique (AIEA).

    «Les déclarations de Dick Cheney ne coïncident pas non plus avec les conclusions des 16 agences de renseignement américaines; ils n'ont trouvé aucune preuve en ce sens »a indiqué le quotidien américain, en même temps qu'il souligne que dans le plus récent de ses rapports, l'AIEA assure que dans les installations d'enrichissement d'uranium, l'uranium est enrichi à un degré inférieur à 3,8 %, ce qui est nécessaire pour faire fonctionner les réacteurs d'une centrale nucléaire, tandis que, pour fabriquer une bombe, il est nécessaire d'enrichir entre 80 et 90 %.


    Los Angeles Times poursuit que la semaine dernière le président des Etats-Unis, George Bush, a déclaré que les responsables de Téhéran avaient annoncé des essais sur des armes atomiques, l'Iran continuant toujours à nier ces accusations ; la Maison Blanche est revenue en arrière sur les dernières déclarations de Bush.

    Vendredi 28 Mars 2008
    IRNA



    2/ La diplomatie anglaise redoute que le témoignage de Petraeus ne présage d?une attaque de l'Iran (VO)
    7 avril 2008

    le général Petraeus, qui commande les forces US en Irak, doit faire son rapport au Congrès demain. Selon le Telegraph, les diplomates anglais s?attendent à ce qu?il attaque « très durement » Téhéran pour son rôle dans les derniers affrontements en Irak. The Times indique que Petraeus devrait accuser l?Iran de « participation directe » aux combats de Bassorah. Les sources du Telegraph craignent qu?il ne s?agisse là d?un signal annonciateur d?une action militaire contre l?Iran.

    http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1885



    3/ L'Etat d'Israël conduira une vaste simulation de crise et de situation d'urgence au mois d'Avril.
    Défense


    En raison d' une possible dégradation de la situation avec la Syrie au Nord et le Hamas au Sud, ainsi que de la menace que représente le programme nucléaire iranien, la stabilité de la région demeure précaire. L'état d'Israël a décider de s'y préparer et mènera pendant 5 jours un exercice de sécurité à travers tout le pays. Cette man?uvre, la plus importante encore jamais réalisée en Israël, commencera le 6 avril.

    Le Premier ministre Ehoud Olmert convoquera le cabinet lors du premier jour de l'exercice pour discuter de "la réponse d'Israël face à une attaque ennemie".

    La Police israélienne, le département de la sécurité civile, ainsi que les services de secours dei Maguen David Adom participeront à cet exercice.

    Lors de ces cinq jours, les forces de sécurité et les services d'urgence procèderont à une évacuation massive des "zônes touchées" selon la simulation, et les hôpitaux seront préparés à traiter les victimes d'une simulation attaque chimique et biologique. 17/03/2008

    http://www.infolive.tv/fr/infolive.tv-19890-israelnews-letat-disrael-conduira-une-vaste-simulation-de-crise-et-de-situation


    (4) Ahmadinejad n'a jamais dit « Israël doit être rayé de la carte »
    http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1306

    (5)Saudi Shura council to discuss plan for sudden radioactive hazards

    Mar 22, 2008 07:56 EST

    Riyadh (dpa) - The Saudi Shura council will secretly discuss national plans to deal with any sudden nuclear and radioactive hazards that may affect the kingdom following experts' warnings of possible attacks on Iran's Bushehr nuclear reactors, media reports said Saturday.

    (..).


    http://www.khaleejtimes.com/darticlen.asp?xfile=data/middleeast/2008/March/middleeast_March340.xml§ion=middleeast&col=

    Source: dpa - International News Service in English
    http://www.dpa.com/en/unternehmenswelt/index.html


    (6/) US deploys nuclear sub to Persian Gulf?
    Iran rejects Sarkozy?s claim on missile threats

    Monday, March 24, 2008
    TEHRAN: An American nuclear submarine has crossed the Suez Canal to join the US fleet stationed in the Persian Gulf, Egyptian sources say.

    Egyptian officials reported that the nuclear submarine crossed the canal along with a destroyer on Friday and Egyptian forces were put on high alert when the navy convoy was passing through the canal.

    An American destroyer recently left the Persian Gulf, heading towards the Mediterranean Sea; earlier on Thursday, a US Navy rescue ship crossed the canal to enter the Red Sea.

    The deployment comes as recent reports allege that US Vice President Dick Cheney is seeking to rally the support of Middle Eastern states for launching an attack on Iran.

    This is while US officials deny that Cheney?s Mideast tour is linked to a possible military attack on Iran.

    According to the latest reports, in recent months a major part of the US Navy has been deployed in and around the Persian Gulf.

    Meanwhile, Iran on Sunday rejected French President Nicolas Sarkozy?s comments on the necessity to build a strong deterrent against new security threats posed by nuclear-armed Islamic states, a news agency reported.

    Speaking on Friday at the launch of the fourth of France?s latest generation of nuclear-armed submarines, Sarkozy said Iran was ?increasing the range of its missiles while serious suspicions weigh on its nuclear programme?.

    But Iranian Foreign Ministry spokesman Mohammad Ali Hosseini insisted Iran was a source of peace and stability in the Middle East.

    (..)

    Hosseini said Iran posed no threat to any country. ?Iran?s foreign policy is in line with international regulations and laws,? he said.


    http://www.thenews.com.pk/daily_detail.asp?id=102736


    (7/) Otan: cinq généraux veulent des frappes nucléaires préventives

    Par Pascal Riché | Rue89 | 26/01/2008 | 11H52

    Peter Sellers en 'Docteur Folamour', film de Stanley Kubrick (Action cinéma, théâtre du Temple).

    La nouvelle est passée jusque là relativement inaperçue: cinq anciens généraux de l'Otan, et pas des moindres, ont rédigé un manifeste pour une nouvelle organisation du traité de l'Atlantique nord, qui prévoit, selon le Guardian, que "l'Occident doit être en mesure de déclencher une attaque préventive pour contrecarrer la menace imminente d'une diffusion d'armes nucléaires ou de destruction massive".

    Deux citations du rapport des "cinq"

    "L'emploi 'en premier' des armes nucléaires doit rester, dans la panoplie de l'escalade, comme ultime instrument pour empêcher l'usage d'armes de destruction massive, en vue d'éviter de vrais dangers existentiels. Au premier abord, cela peut paraître disproportionné; mais en prenant en compte les dommages que cela pourrait éviter, cela peut être proportionné."



    "Le risque d'une plus grande prolifération est imminent et, avec lui, le danger de combats nucléaires qui, même limités dans leur ampleur, peuvent devenir possible. Il faut prévenir un tel développement. Il faut donc garder à l'esprit que la technologie peut fournir des options qui vont au delà du rôle traditionnel des armes nucléaires, en empêchant un opposant doté d'armes nucléaires de les utiliser. En résumé, les armes nucléaires restent indispensables, et l'escalade reste un élément de n'importe quelle stratégie moderne".

    Le rapport des cinq galonnés (les généraux John Shalikashvili, ancien chef de l'état major interarmes des Etats-Unis, Klaus Naumann, ancien chef de l'armée allemande, Henk van den Breemen, ancien chef d'état-major hollandais, Lord Inge, ancien chef d'état major de l'armée britannique et l'amiral Jacques Lanxade, ancien chef d'état-major français) doit être discuté par l'Otan lors du sommet de Bucarest en avril .

    Le but: empêcher l'usage d'armes de destruction massive

    Ce quinquette de "sages" propose donc tout bonnement que les Etats-Unis, la Grande-Bretagne ou la France ("l'Occident" nucléaire, donc) puisse atomiser un pays non plus pour répondre à une attaque nucléaire, ni même pour "préempter" une telle attaque qui serait imminente, mais simplement pour empêcher un pays d'utiliser des armes nucléaires, chimiques ou bactériologiques.

    Avec une telle doctrine, les Etats-Unis auraient été en droit de rejouer Hiroshima à Badgad en 2003, où à Pyongyang en 2006? Et même, pourquoi pas, à Téhéran en 2007?

    Une doctrine rejetée pendant la guerre froide

    Selon nos cinq généraux, relève Le Monde, l'"emploi en premier'"de la bombe est légitime, puisqu'il aurait servi de fondement à la planification nucléaire de l'Otan pendant la guerre froide.

    En réalité, cette doctrine avait été rejetée pendant la guerre froide, comme le rappelle l'économiste James Galbraith dans le Guardian. Kennedy avait rejeté catégoriquement l'idée de "guerre non provoquée", jugée contraire à la loi internationale.'
    Les principes de Nuremberg considèrent comme criminelles les guerres d'agression, et particulièrement les " destructions de villes ou villages qui ne soient pas justifiées militairement". Le concept de "frappe première" comme "instrument indispensable" pour répondre aux nouvelles menaces, doit être pris pour ce qu' il est: une idée digne du Dr Folamour.

    http://www.rue89.com/2008/01/26/otan-cinq-generaux-veulent-des-frappes-nucleaires-preventives
    http://questionscritiques.free.fr/edito/guardian/manifeste_Otan_attaque_nucleaire_220108.htm




    (8/) l'Amiral Fallon
    Le commandant américain en Irak et en Afghanistan démissionne

    http://www.liberation.fr/actualite/monde/315193.FR.php

    L?opposition de l?Amiral Fallon a mis fin à l?escalade militaire contre l?Iran
    16 mai 2007
    http://contreinfo.info/article.php3?id_article=985

    Le cas de l?amiral Fallon dans Esquire
    http://www.dedefensa.org/article.php?art_id=4967


    (9)

    "On March 30, the Russian News & Information Agency, Novosti, cited a high-ranking security source: "The latest military intelligence data point to heightened US military preparations for both an air and ground operation against Iran."

    According to Novosti, Russian Colonel General Leonid Ivashov said "that the Pentagon is planning to deliver a massive air strike on Iran?s military infrastructure in the near future."

    (..)

    http://www.vdare.com/roberts/080330_iran.htm


    Cheney au Moyen-Orient pour attiser les tensions avec l'Iran

    Le thème principal du voyage maintenant terminé du vice-président américain au Moyen-Orient était l'obtention du soutien pour la position menaçante de l'administration Bush contre l'Iran. Décrivant Téhéran comme le « nuage noir » qui plane au-dessus de la région, Cheney n'a laissé aucun doute que l'administration Bush n'a pas renoncé dans sa menace de considérer toutes les options, y compris la militaire.


    Par Peter Symonds



    Dans ses déclarations publiques, Cheney a répété le mélange de mensonges et de demi-vérités sur le programme nucléaire de l'Iran et son soutien au « terrorisme » utilisé pour justifier les sanctions contre Téhéran et menacé ce dernier de frappes militaires. En privé, particulièrement en Israël, les conversations ont sans l'ombre d'un doute porté de façon plus précise sur les plans contre l'Iran de l'administration Bush.

    Tous les pays visités pendant ce voyage de neuf jours, l'Irak, l'Afghanistan, l'Arabie saoudite, l'Israël, les Territoires occupés et la Turquie sont des alliés clés des Etats-Unis dans la région ou bien joueraient un rôle crucial dans une attaque contre l'Iran. La visite d'Oman est particulièrement menaçante, puisque non seulement ce pays offre-t-il un soutien logistique à l'armée américaine dans la région, mais étant situé sur la rive sud du stratégique détroit d'Hormuz. Ce plan d'eau étroit du golfe Persique est au centre des préoccupations des planificateurs militaires au Pentagone dans tout conflit avec l'Iran.

    Dans son voyage d'une durée de deux jours en Israël le week-end dernier, Cheney a rencontré des personnalités politiques importantes de l'Israël ainsi que des dirigeants palestiniens. Alors que la visite en Israël avait originalement pour but de renforcer le processus de paix que les Etats-Unis tentent de redémarrer, aucune initiative n'a été annoncée et aucun progrès ne fut fait. Plutôt, Cheney a utilisé cette occasion pour accuser l'Iran et la Syrie de « faire tout ce qui était en leur pouvoir pour torpiller le processus de paix ».

    Cheney a été très clair, toutefois, sur le fait que l'administration Bush ne fera rien pour restreindre les attaques provocantes de l'Israël dans la bande de Gaza et la Cisjordanie ainsi que le reste de la région. Prenant la parole lors d'une conférence de presse aux côtés du premier ministre Ehoud Olmert, le vice-président a déclaré : « Les États-Unis sont déterminés et inébranlables sur la question de la sécurité d'Israël? Les Etats-Unis n'exerceront jamais de pression sur Israël pour qu'il prenne des décisions menaçant sa sécurité. »

    Lors d'une entrevue qu'il a accordée à ABC News lundi dernier, Cheney a encore une fois pointé la menace que posait l'Iran, déclarant son inquiétude sur « leur appui à Hezbollah, leurs tentatives, en utilisant les Syriens, par exemple, pour intervenir dans le processus politique au Liban. Ils ont appuyé le Hamas avec l'intention, je crois, de tenter de faire cesser le processus de paix.

    « De façon évidente, ils tentent avec énergie de développer un programme d'enrichissement d'armes nucléaires, d'enrichir l'uranium au degré nécessaire pour son utilisation militaire. Si on rassemble tous les morceaux et qu'on prend en compte l'ensemble des activités dans lesquelles l'Iran est impliqué, cela est très dérangeant pour plusieurs dirigeants de la région. »

    Il n'y a aucune preuve que l'Iran tente de produire de l'uranium suffisamment enrichi pour être utilisé militairement. Le régime iranien a nié à plusieurs reprises qu'il cherchait à construire une bombe nucléaire. Ses usines d'enrichissement continuent à être inspectées par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) qui a rapporté que l'uranium n'a été que faiblement enrichi et au niveau requis par les réacteurs nucléaires iraniens.

    Cheney, naturellement, n'a pas présenté une seule preuve que l'Iran a un programme secret d'armes nucléaires. Comme le mensonge délibéré que Bush avait fait la semaine passée en déclarant que le gouvernement iranien avait « déclaré qu'ils veulent l'arme nucléaire pour détruire des populations, dont certaines au Moyen-Orient », les remarques de Cheney avaient pour objectif d'aviver les tensions.

    En coulisse, Cheney a clairement discuté de la possibilité d'une attaque militaire contre l'Iran avec des soldats israéliens. Alors que le vice-président américain a fait preuve d'une certaine retenue, ces vis-à-vis israéliens n'avaient pas ces contraintes. Le dirigeant de l'opposition Benjamin Netanyahu a été le plus cru, déclarant à la presse israélienne : « Je lui ai parlé de la nécessité de mettre un terme à la menace iranienne avant que [Téhéran] n'obtienne la bombe nucléaire. »

    Le ministre israélien de la Défense, Ehoud Barak, aurait prétendument dit à Cheney que l'Israël soutenait les sanctions financières contre l'Iran, mais « que toutes les options devaient rester sur la table ». Après sa rencontre avec Cheney, le président israélien Shimon Peres a critiqué les Etats-Unis et l'Europe pour ignorer le développement de missiles balistiques par l'Iran. « En développant des missiles avec des ogives nucléaires, l'Iran n'a que pour seules intentions de détruire l'Israël et de menacer le monde entier », a dit Peres.

    L'Iran était aussi prioritaire dans les discussions avec l'Arabie saoudite. La monarchie saoudienne est une rivale de longue date du régime iranien, en compétition avec ce pays pour l'influence dans la région. Au cours des derniers mois toutefois, la monarchie saoudienne a reçu le président iranien Mahmoud Ahmadinejad à plusieurs occasions. On trouvera un facteur expliquant cette approche plus conciliante dans la publication en décembre dernier du Rapport du renseignement national (NIE en anglais) réalisé par les agences du renseignement américain qui concluait que l'Iran avait mis fin à son programme d'armement nucléaire en 2003.

    A Oman, Cheney a dans les faits rejeté les conclusions du NIE, déclarant qu'on ne savait pas si l'Iran avait recommencer ou nom son programme d'armement nucléaire. Il n'y a aucun doute qu'il a répété un message semblable en Arabie saoudite dans le but de faire taire toute suggestion qu'après le NIE, les Etats-Unis réduiraient leur menace militaire contre l'Iran. Cheney a eu de longues discussions avec le roi Abdullah sur plusieurs questions, y compris l'Iran et le marché mondial de l'énergie. Washington cherche à ce que l'Arabie saoudite augmente sa production de pétrole, non seulement pour faire diminuer les prix mondiaux, mais encore il cherche à amoindrir l'impact que pourrait avoir une confrontation militaire avec l'Iran sur les approvisionnements en énergie.

    Le dernier pays visité fut la Turquie. Cheney a déclaré une fois encore qu'il était inquiet du programme nucléaire de l'Iran lors d'une rencontre avec le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan. Il a aussi rencontré le président turc Abdullah Gul et le chef de l'armée turque Yasar Buyukanit. Rien n'a filtré sur les discussions que Cheney a eu avec ces personnes, qui comprenaient une demande des Etats-Unis pour que la Turquie envoie des troupes en Afghanistan, l'approvisionnement en énergie et l'incursion militaire turque du mois passé au nord de l'Irak contre le Parti ouvrier du Kurdistan (PKK), un parti séparatiste.

    Washington s'inquiète de ce que son allié de l'OTAN ait établi des liens économiques et politiques plus étroits avec l'Iran. Les forces turques et iraniennes ont coopéré au cours de la dernière année dans des opérations contre les rebelles kurdes au nord de l'Irak. Cheney a réitéré le soutien des Etats-Unis pour les actions turques contre le PKK, mais attendait un retour d'ascenseur d'Ankara, sur la question de l'Iran en particulier. A tout le moins, en augmentant les tensions avec l'Iran, les Etats-Unis forceront la Turquie et d'autres alliés à y penser deux fois plutôt qu'une avant de développer leurs relations avec Téhéran.

    La nature précise des discussions de Cheney au Moyen-Orient à propos des plans de guerre de l'administration Bush est inconnue. Mais un échange plutôt inquiétant a eu lieu lundi lors d'une table ronde entre Cheney et les membres de la presse à Jérusalem.

    Comme dernière question, un journaliste américain a demandé : « Vous avez dit, lorsque vous étiez au côté du premier ministre Olmert, que vous ne feriez jamais quelque chose qui menacerait leur propre sécurité. Et je me demande, s'ils venaient vous voir, vous et le président et disaient, nous devons frapper l'Iran afin de maintenir notre propre sécurité, tenteriez-vous de les arrêter ? »

    Après que Cheney eut rejeté la question pour être hypothétique, le journaliste a répondu en demandant : « Vous l'ont-ils [demander] ? » Encore une fois, Cheney rejette la question comme étant hypothétique, mais n'a pas carrément nié la suggestion. Tout cet échange était accompagné d'éclats de rire.

    Tous ceux présents étaient bien au fait qu'un tel scénario est loin d'être hypothétique. Israël a fréquemment averti qu'il ne permettrait pas à l'Iran de développer sa capacité nucléaire et la question a bien pu être discutée avec Cheney durant sa visite.

    Vendredi 28 Mars 2008

    http://www.wsws.org http://www.wsws.org

    .....................................................................................

    (10/) "Lors des incidents du 19 septembre 2005 à Bassorah (Irak), un accrochage entre deux membres des forces spéciales britanniques (SAS) et la police locale, largement contrôlée par les milices chi?ites, avait blessé plusieurs civils et provoqué l?ire de la population locale.

    (Eva A noter, ce passage sur les provocations de l'Occident)  En effet les deux agents britanniques arrêtés à l?issue de la fusillade étaient déguisés en miliciens partisans de Moqtada al-Sadr et en possession d?explosifs sophistiqués. Embarrassé par la médiatisation de l?événement, les photos des deux agents prisonniers tentant de cacher leur visage et les renseignements qu?ils pourraient fournir, l?état-major britannique s?empressa d?organiser une libération musclée, défonçant les murs de la prison à l?aide de blindés.

    On vit alors des images d?habitants de Bassorah légitimement révoltés et lançant des cocktails molotovs sur les soldats de Sa Majesté."

    http://www.voltairenet.org/article129583.html

    http://www.globalresearch.ca/index.php?context=viewArticle&code=20050920&articleId=972
    http://bellaciao.org/en/article.php3?id_article=8399
    http://www.infowars.com/articles/iraq/basra_british_special_forces_planting_bombs.htm


    (11) « L?Irak n?est pas une démocratie naturelle »
    The Independant (Royaume-Uni)

    [AUTEUR] John Major est ancien Premier ministre conservateur britannique (1991-1997). Il travaille aujourd?hui au sein du Carlyle Group, la société de gestion de portefeuille des familles Bush et Ben Laden. Cette tribune est adaptée d?un discours prononcé devant une conférence économique à Hong Kong.

    [RESUME] La croyance commune qui veut que la coalition veuille démembrer l?Irak et contrôler le pétrole ne va pas disparaître grâce à des discours. Il faut prendre garde aux actions que nous menons.
    Quelle que soit l?organisation que nous mettrons en place après la guerre -probablement un gouverneur militaire-, il faut que l?ONU soit impliquée dans l?administration d?intérim. Un conseil consultatif représentant les différents intérêts tribaux pourrait également être mis en place. Pour que l?opinion arabe accepte notre action, nous devons rappeler que les frontières de l?Irak ont un caractère sacro-saint et que la propriété et l?exploitation des ressources pétrolières resteront dans les mains des Irakiens.
    L?Irak n?est pas une démocratie naturelle et les divisions entre communautés sont importantes. Il est essentiel que l?administration par intérim anticipe une éventuelle chute du pouvoir à Bagdad dans les mains des Chiites. En effet, cela créerait un Irak Chiite à côté d?un Iran Chiite et une forte collaboration entre les deux pays serait gênante, notamment pour l?Arabie saoudite qui, avec d?autres, craint une telle alliance.

    http://www.voltairenet.org/article9447.html
    http://www.
    independent.co.uk/opinion/commentators/john-major-iraq-is-not-a-natural-democracy-745598.html

    Le visiteur qui vous envoie cet e-mail n'a pas eu connaissance de votre adresse de messagerie



    _______________________________________________________________________________________.___



    Les conséquences des bombardements
    sur les installations nucléaires de l' Iran



    http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=8851

    Regardez attentivement les conséquences qu'auraient des bombardements sur les
     installations nucléaires de l'Iran et ensuite, priez !

     
    Regardez attentivement les conséquences qu'auraient des bombardements sur les installations nucléaires de l'Iran et ensuite, priez


    Dernièrement, le gouvernement des États-Unis a augmenté d'un cran le ton belligérant qu'il emploie contre l'Iran.

    Une série de reportages dans une variété de journaux anglophones
    laissent entendre que la guerre
    est en route !

    le Mail & Guardian le 1er avril, le Rutland Herald le 4 avril, le Telegraph le 7 avril, l'International Herald Tribune le 11 avril, le Washington Post le 12 avril, le Washington Times le 16 avril, The Progressive le 24 avril, le Santa Monica Mirror le 24 avril, l'Asia Times le 25 avril, l'International Herald Tribune le 25 avril, le Toronto Star le 25 avril, le Christian Science Monitor le 25 avril, le Washington Post le 26 avril, le Washington Times le 26 avril, le First Post le 26 avril, le Los Angeles Times le 26 avril, le Washington Times le 26 avril et le Telegraph le 26 avril.

    Deux flottes offensives de porte-avions sont maintenant près de l'Iran et une autre serait en route. À la fin mars, l'Arabie Saoudite s'est exercée à faire face aux retombées nucléaires qui surviendraient à la suite d'une attaque US contre l'Iran. Au début avril, Israël s'exerçait à affronter des tirs de représailles de missiles suite à une attaque US contre l'Iran. Tout le monde dans la région se prépare à un bombardement de la centrale nucléaire et les installations d'enrichissement d'uranium de l'Iran. Tout comme eux, l'Iran est prêt pour la guerre.

    Les États-Unis aurait retenu quelque 10 000 cibles en Iran. Les principales sont l'ensemble des installations nucléaires, y compris la centrale nucléaire de Bushehr sur la côte du Golfe Persique, près du Koweït, et les installations d'enrichissement de Natanz près d'Ispahan. Bushehr est une ville industrielle comptant près de 1 million d'habitants. Pas moins de 70 000 ingénieurs étrangers travaillent dans cette région qui comprend un grand gisement d'hydrocarbures. Natanz est le principal site d'enrichissement d'uranium de l'Iran, au nord d'Ispahan, qui comptent aussi des installations de recherches nucléaires. Ispahan est une ville du patrimoine mondial avec une population de 2 millions d'habitants.

    Le réacteur nucléaire iranien de Bushehr dispose de 82 tonnes d'uranium enrichi (U235) qui sont maintenant chargé dans le réacteur, selon des reportages de la presse israélienne et chinoise. Il est prévu que la centrale deviendra opérationnelle cet été, ce qui lui permettra de produire de l'électricité. Les installations d'enrichissement de Natanz opèrent à pleine capacité et elles enrichissent de l'uranium afin que cet uranium puisse être utilisé dans des réacteurs selon les rapports de l'Agence Internationale de l'Énergie Atomique.

    Selon le Centre de contrôle des maladie [des USA], l'uranium 235 utilisé dans les réacteurs nucléaires a une demi-vie de 700 millions d'années. Lorsqu'il est utilisé à titre de combustible pour des réacteurs, il se transforme en uranium 238 qui lui, a une demi-vie de 4,5 milliards d'années. Ces isotopes radioactifs sont dangereux pour la santé parce qu'ils émettent des particules alpha et aussi parce qu'ils sont chimiquement toxiques. Lorsque inhalé, il crée des dommages aux tissus pulmonaires. Lorsque ingéré, il crée des dommages aux reins et causer le cancer des os et des tissus du foie. Selon une récente étude de recherche médicale, l'exposition à l'uranium engendre des déformations aux nouveaux-nés ou engendre des mort-nés.

    Jamais dans toute l'histoire ne s'est produit le bombardement délibéré de centrales nucléaires et d'installations d'enrichissement nucléaire. De telles installations, partout dans le monde, sont exploitées sous de sévères règles de sécurité parce que le rejet de matières radioactives est mortel au moment même où l'événement se produit et longtemps après y avoir été exposé. Si le États-Unis ou Israël devait bombarder délibérément une centrale nucléaire pleine de combustible nucléaire ou encore des installations d'enrichissement de combustible nucléaire, cette règle serait violée; des éléments radioactifs seraient alors rejetés dans l'environnement. Il y aurait d'horribles décès dans la population environnante. L'Union of Concerned Scientists [L'Union des scientifiques préoccupés aux USA] estime que 3 millions de décès surviendraient dans les 3 semaines suivant les bombardements des installations nucléaires d'enrichissement près d'Ispahan et la contamination recouvrirait l'Afghanistan, le Pakistan, jusqu'en Inde.

    Les réacteurs de même que les installations d'enrichissement sont construits en béton extra fort, souvent avec de multiples couches de rétention en dômes et ils sont souvent construits sous terre. Le bombardement de telles installations exigent de puissants explosifs, tels que des ogives pénétrantes sous terre voire même des ogives nucléaires. De telles explosions souffleraient la contamination très haut dans l'atmosphère. Mais où irait cette contamination? C'est une question difficile à répondre et difficile à prévoir.

    Au cours de la guerre du Golfe de janvier 1991, de nombreux puits de pétrole au Koweït ont été incendiés. Selon le Département d'État américain, « des pluies noires ont été signalées en Turquie et de la neige noire est tombée au pied des montagnes de l'Himalaya. » Le nuage radioactif causé par le bombardement des installations nucléaires de l'Iran prendrait possiblement ces mêmes directions si les conditions météorologiques étaient les mêmes. Mais le nuage radioactif pourrait aller vers le nord c'est-à-dire, en Europe. Au cours de l'invasion de l'Irak par les États-Unis qui étaient accompagnés par le Royaume-Uni, l'Australie et d'autres pays en mars 2003, des munitions et des bombes à l'uranium appauvri (U238) ont été utilisées. Il a fallu 9 jours pour que des particules d'uranium provenant de ces armes en Irak atteignent l'Angleterre où des échantillons de filtres à air ont démontré une hausse de 300 % de particules d'uranium attribuable à la guerre. Les conditions météorologiques qui ont permis que ces particules soient transportées jusqu'en Angleterre ont passé sur le centre de la Turquie, l'Ukraine, l'Autriche, la Pologne, l'Allemagne, la Suède et le Danemark, pour finalement arriver en Angleterre d'où elles ont poursuivi leur route sur la Norvège, la Finlande et jusqu'en Arctique. Ce fait a été signalé par The Times [un journal en Angleterre], qui dans un article résumait une étude européenne de biologie et de bioélectromagnétique.

    Les retombées nucléaires des bombardements sur l'Iran auraient une demi-vie de 700 millions d'années. C'est une durée difficile à comprendre. Jésus-Christ prêchait il y a environ 2 000 ans. Dans l'évolution de l'homme, nos ancêtres, les premiers hommes singes auraient marché debout il y a à peine 5 millions d'années. L'administration Bush et ses conseillers israéliens sont maintenant en train de planifier la contamination de la planète pour 700 millions d'années. Selon la rhétorique des candidats à la présidence John McCain et Hillary Clinton, eux aussi, pensent que c'est une bonne idée. Pour leur part, les médias US semblent applaudir.

    Soit les états-uniens ne comprennent pas ce qu'ils s'apprêtent à faire ou soit ils se pensent eux-mêmes à l'abri des conséquences. La planète n'est pas si grande. Ce qui se passe quelque part sur le globe fini par se répercuter partout sur le globe. La fumée des puits de pétrole incendiés pendant la guerre du Golfe s'est propagée tout autour de la planète et elle a été détectée en Amérique du Sud. Les retombées radioactives du bombardement d'un réacteur nucléaire se propageront en de lieux aussi éloignés, surtout si l'on considère que le voyage s'effectuera sur des millions d'années.

    Les pays du Golfe Persique soit principalement l'Arabie Saoudite, le Koweït, l'Iraq et l'Iran possèdent plus de la moitié des réserves de pétrole connues. En 1981, une étude de « Fetter and Tsipis » parue dans le magazine « Scientific American » portant sur « La propagation catastrophique de la radioactivité » estimait que le bombardement d'un réacteur nucléaire rendrait inhabitable une superficie équivalente à 8 600 milles carrés [NDT : 1 mille = 1,609 km] autour du réacteur, tout dépendant de la façon dont le vent soufflerait. Bombarder le réacteur de Bushehr signifierait que la moitié des réserves de pétrole deviendraient instantanément inaccessibles. Bombarder l'Iran signifierait que les états-uniens ne prendraient plus leurs voitures pour se rendre où que ce soit, plus jamais et ce, pour une très longue période. Le mode de vie à l'américaine serait terminé. Un effondrement économique inimaginable pour les états-uniens suivrait. La culture vivrière mécanisée et le transport de la nourriture seraient choses du passé. Les émeutes de la faim deviendraient chose certaine si jamais la jauge à carburant indiquait que le réservoir est vide, même aux États-Unis, une terre d'abondance.

    Les nations du monde ne peuvent pas compter sur les États-Unis et sur leurs conseillers israéliens pour que ces derniers pensent et agissent de façon rationnelle au sujet des bombardements des réacteurs. Il est insensé de dire que « toutes les options sont sur la table » et c'est même un crime contre l'humanité. Les États-Unis et Israël sont en train de préparer le public à accepter cette folie en annonçant qu'ils ont bombardé avec succès un réacteur nucléaire syrien, sans effets nocifs. Israël a aussi récemment publié sa vidéo du bombardement du réacteur nucléaire d'Osiraq survenu en 1981 en Iraq. Voyez comme c'est facile. Il n'y a aucune conséquence fâcheuse. Mais les deux sites étaient en construction et les réacteurs n'étaient pas remplis à ras bord de tonnes d'uranium enrichi.

    Les peuples et les gouvernements du Golfe Persique, du Moyen-Orient, de l'Europe et aussi de ces pays vers où soufflera le vent c'est-à-dire l'Inde et la Chine doivent maintenant prendre des mesures pour que cesse cette folie. Une fois que la radiation sera libérée, les résolutions de l'ONU ne ramèneront pas ces radiations dans un milieu confiné.

    Les Étatsuniens ayant de la famille et des amis qui servent dans les forces armées dans la région du Golfe Persique, que ce soit en Iraq et en Afghanistan devraient se demander jusqu'à quel point l'administration Bush considère que ses troupes peuvent être sacrifiées.

    La planète implore,  ne bombardez pas
    les réacteurs nucléaires !
     


     Articles de Floyd Rudmin publiés par Mondialisation.ca


    Conflits et guerres actuelles

    L'Iran, indéfectible volonté de victoire
    http://www.alterinfo.net/L-Iran,-indefectible-volonte-de-victoire_a19341.html



    _________________________________________________---------------------------------------------------------------


    C R I S E   A L I M E N T A I R E


    La hausse des prix qui risque d'entraîner la famine menace des millions de personnes et nous sommes tous concernés - signez la pétition pour une action d'urgence afin de mettre fin à la crise alimentaire mondiale:.



    Chers amis,

    Avez-vous remarqué la hausse des prix aliments lorsque vous faites vos courses? C'est la raison pour laquelle - nous nous enfonçons dans une crise alimentaire mondiale . Déjà un septième d'entre nous souffrent de la faim à travers le monde - mais cette hausse des prix oppresse des milliards de personnes, déclenchant des émeutes de la faim du Bangladesh à l'Afrique du Sud . En Sierra Leone le prix du sac de riz a doublé et est inabordable pour 90% des citoyens. Avant qu'il ne soit trop tard, le monde a besoin de mobiliser un financement d'urgence contre la famine, supprimer les effets pervers de l'utilisation des biocarburants et la spéculation , ainsi que s'attaquer les causes profondes lors des prochaines réunions au sommet.

    La militante des droits de l'homme Zainab Bangura, nouvelle ministre des Affaires étrangères de Sierra Leone, a fait le tour du monde en lançant un appel aux pays riches - elle s'adresse maintenant aux membres d'Avaaz pour obtenir de l'aide . En début de semaine, Ban Ki-Moon a tenu une réunion au sommet à l'ONU à propos de la crise. Voici pourquoi nous lançons une campagne d'urgence pour demander aux dirigeants d'écouter et d'agir. Cliquez ci-dessous pour voir la vidéo de Zainab et ajouter votre nom à la pétition - Ensemble, nous pouvons créer une mobilisation mondiale à l'ONU, le G8 et l'UE dans les prochains jours et semaines:

    http://www.avaaz.org/fr/global_food_crisis/25.php

    Le pire pourrait être encore à venir. La crise alimentaire dans le monde nous touche tous , l'inflation, la dégradation des économies oppressent les citoyens pauvres et à revenu moyen du monde entier. Les prix des aliments de base comme le blé, le maïs et le riz ont presque doublé, ce processus s'est accéléré au cours des dernières semaines.

    Pour gérer cette crise - le Programme alimentaire mondial a besoin de 753 millions de dollars en mai pour sauver 100 millions de personnes de la faim . Les nombreuses causes de cette crise sont la spéculation effrénée des biocarburants et le manque de réglementation, mais quelques propositions intéressantes pour y remédier circulent.

    Lorsque nous irons soumettre nos revendications pendant les réunions du G8 et de l'UE en mai, juin et juillet, nous demanderons aux dirigeants du monde de s'attaquer aux problèmes sous-jacents du système alimentaire mondial. Pour lutter contre la crise, nous avons besoin d'investissements massifs dans la productivité agricole diversifiée et de sécurité alimentaire pour les pays en voie de développement. Nous devons nous responsabiliser - afin d'améliorer nos régimes alimentaires , réduire le gaspillage et manger moins de viande (l'aliment le plus inefficace).

    Au vingt et unième siècle, une telle situation est inacceptable. Nous sommes tous menacés. Ces moments de vulnérabilité peuvent nous faire sentir impuissants


    - pourtant il est essentiel que tous les citoyens du monde s'unissent
    et se mobilisent avant qu'il ne soit trop tard
    .

    Signez la pétition sur le lien ci-dessous,

    puis transférer ce message et demander à vos amis et votre à famille de faire de même -


    http://www.avaaz.org/fr/global_food_crisis/25.php

    Avec espoir,

    Paul, Galit, Ricken, Graziela, Iain, Mark, Pascal et le reste de l'équipe Avaaz



    ______________________________________________________________________________________________________________________________



    HUMOUR ! Reçu également ce texte, d'Igor
     :


    "Mon futur cabinet sera d'aisances ou ne sera point.", Nicolas Sarkozy

     (extraits)

    Fillon le giton attend le moment propice pour présenter sa démission et
    se mettre en réserve de la république. Le nabot, qui voit venir le
    coup, a déjà composé un gouvernement de l'ombre, qu'il pourrait
    dévoiler à l'occasion de son prochain voyage en Israël, sa maison
    mère. Vous le trouverez ci-dessous, en exclusivité:


    MINISTERE DE LA GUERRE : Pierre LELLOUCHE


    Conseiller du Président pour les affaires militaires : Serge DASSAULT


    Premier conseiller du conseiller du Président : Général Ehoud BARAK
    (Israël)


    Second conseiller du conseiller du Président : Sénateur Joseph
    LIEBERMAN (Etats-Unis)


    Premier conseiller spécial : Général Moshe YAALON (Israël)


    Second conseiller spécial : Richard PERLE (Etats-Unis)


    Conseiller pour le trafic d'armes : Arcady GAYDAMAK


    LUTTE CONTRE L'ANTISEMITISME : Gilles-William GOLDNADEL


    FINANCES : Eric WOERTH


    Conseiller du Président pour les affaires financières : Dominique
    STRAUSS-KAHN


    Premier conseiller du conseiller du Président : Alain MINC


    Ancien conseiller auprès de la Banque mondiale : Paul WOLFOWITZ
    (Etats-Unis)


    LUTTE CONTRE LE ROYALISME : Jacques ATTALI


    Conseiller du Président pour la lutte contre le royalisme : Jack LANG


    Conseiller du conseiller du Président : Laurent FABIUS


    Conseiller spécial : Julien DRAY


    AFFAIRES BIEN ETRANGERES : Bernard KOUCHNER


    Conseiller du Président pour les affaires diplomatiques : Jean-David
    LEVITTE


    Premier conseiller du conseiller du Président : Benyamin NETANYAHOU
    (Israël)


    Second conseiller du conseiller du Président : Madeleine ALBRIGHT
    (Etats-Unis)


    Conseiller spécial : Tzipi LIVNI (Israël)


    Conseiller du Président pour l'Irak : Alain FINKIELKRAUT


    Conseiller du Président pour l'Iran : Elie WEASEL


    Conseiller du Président pour l'Afghanistan : André GLUCKSMANN


    Conseiller du Président pour la Palestine : Roger KAROUTCHI


    Conseiller du Président pour la lutte contre le dieudonnisme :
    Marc-Olivier FOGIEL


    INTERIEUR : Alain "Golden Goy" MADELIN


    Premier Conseiller du Président pour la sécurité intérieure :
    Gideon EZRA (Israël)


    LUTTE CONTRE L'AHMADINEJADISME : Roger CUKIERMAN


    Conseiller du Président pour les affaires migratoires : Harlem DESIR


    FAMILLE : Pal SARKOZY


    Conseiller du Président pour les affaires familiales : Cécilia
    CHOUGANOV-CIGANER-ALBENEZ-MARTIN-SARKOZY-ATTIAS-SARKOZY-ATTIAS


    Conseiller du Président pour la lutte contre le chavezisme : Elie
    WEASEL


    Conseiller accessoire : Théo KLEIN


    SANTE : Simone VEIL


    Conseiller pour les essais thérapeutiques en Afrique : François SARKOZY


    LUTTE CONTRE LE POUTINISME : Bernard-Henri LEVY


    UNION EUROPEENNE : Arno KLARSFELD


    Conseiller du Président pour les affaires euro-méditéranéennes :
    Richard PRASQUIER


    Conseiller du conseiller du Président : Nicole GUEDJ


    Conseiller du Président pour les affaires télévisuelles :
    Bernard-Henri LEVY


    Conseiller du Président pour les affaires radiophoniques : Alexandre
    ADLER


    Conseiller du Président pour les affaires littéraires : Pierre-André
    TAGUIEFF


    Vice-conseillers : Laure ADLER,  Ruth EL-KRIEF, Ivan LEVAI, Anne SINCLAIR, etc.


    Conseiller du Président pour l'enseignement supérieur : Frédéric
    ENCEL


    Conseiller du Président pour l'enseignement inférieur : Patrick KLUGMAN


    Conseiller du Président pour le devoir de mémoire : Elie WIESEL


    LUTTE CONTRE LE COMMUNAUTARISME : [poste vacant]


    <http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article03/EkpAVplAEFoDTBuVvs.shtml>

     

    votre commentaire